Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Christophe Donner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Christophe Donner   Lun 22 Oct 2007 - 10:42



Bio:
Citation :
Né d'un père ingénieur communiste et d'une mère psychanalyste, Christophe Donner est profondément marqué par son enfance passée en banlieue parisienne. Adolescent fugueur, il quitte l'école en 1970 puis, attiré par les arts du spectacle, débute sur grand écran comme acteur et monteur. Venant à une écriture réaliste après avoir vécu avec un cinéaste, brûlé les planches ou joué dans des films underground, il narre sa vie dans 'Petit Joseph' en 1982, signe par la suite le livre pour enfants 'Trois minutes de soleil en plus' et révèle à ces derniers son homosexualité en 1991 dans 'Les Lettres de mon petit frère'. Passées quelques violentes critiques parentales, sa droiture et son honnêteté sont récompensées par les prix Sorcières, Bobigneries ou Bernard Versele. Ecrivain ne se posant jamais en exemple, il laisse toujours à ses lecteurs le choix de se reconnaître et de s'assumer via un 'je" récurrent. N'ayant que faire du scandale, ce partisan d'une écriture libérée - 'Contre l'imagination', 'Emilio ou la petite leçon de littérature' - n'hésite pas à régler ses comptes avec le monde qui l'entoure - 'L' Empire de la Morale', 'L' Esprit de vengeance' - aborder la violence comme l'amour ou traiter de sujets tabous. Transformant son courage et sa pudeur en travaux poignants et émouvants, Christophe Donner, auteur singulier tant admiré que controversé, renforce un édifice bibliographique déjà fort riche en publiant 'Un roi sans lendemain' en 2007.



Un roi sans lendemain -éditions Grasset (378 pages)

Résumé:
. Henri Norden,( anagramme de Donner) auteur lassé de ses écrits hargneux, accepte la proposition d’une maison de production : écrire le scénario d’un film dont le sujet sera Louis XVII, le jeune duc de Normandie mort à la prison du Temple. Commence alors pour l’écrivain une recherche de longue haleine...


...En réalité, Donner/Norden, va être amené à revisiter la période trouble de la révolution, et plus spécialement la disparition restée mystérieuse de cet enfant-roi, qu'il considère lui comme un meurtre. Pour l'écrivain cet infanticide est l’évènement essentiel de la Révolution Française, une histoire de violence plus que d'idéaux finalement, qui ne pouvait que conduire à la suppression du dernier vestige de la royauté , le dauphin, symbole de l'innocence perdue. Partant de ce principe, Donner va rechercher le véritable responsable. Pour lui, nul doute :Jacques René Hébert , journaliste pamphlétaire, directeur du Père Duchesne , sorte de Canard enchaîné de l'époque, devenu procureur ...

J'ai beaucoup aimé ce récit au départ, traité de façon originale justement parce qu'il mêlait habilement histoire personnelle et grande Histoire. L'auteur ne se contentant pas de narrer, on suit les derniers instants de Louis XVI , ceux de Marie Antoinette et de l'entourage royal comme si on y était. On imagine la fin du jeune Louis XVII emprisonné dans le cachot, abandonné aux mains de gardiens bourrus au milieu d'un peuple devenu furieusement sanguinaire. Tout est très bien décrit , Donner est habité par ses personnages, comme Hébert il use volontiers de provoc' et d'exagérations mêlées à la brillance du propos. Quel est la part de vrai ou faux, nul ne peut dire.

Pour moi pourtant, ce roman reste un peu brouillé. Je n'ai pas compris l'intérêt d'y associer sa rencontre (étrange et posée là au hasard?) avec Dona, sa future femme dans le roman (et la vie peut-être) et son aventure avec ces producteurs, pour ensuite les évacuer complètement. C'est sans doute secondaire, mais celà m'a paru bancal. Et c'est peut-être ce qui m'a déçue. J'aurais aimé que les deux se rejoignent .
Je reconnais que je ne suis pas fan de ces romans où perce toujours beaucoup de violence sous la toile de fond historique.
Mais c'est tout à fait personnel. La plupart loue ce livre avec beaucoup d'enthousiasme et ceux qui aiment le genre seront comblés...
Donc à lire dans ce cas bien sûr, car très bien écrit Like a Star
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Christophe Donner   Dim 4 Nov 2007 - 17:07

Christophe Donner, qui aime visiblement parler de lui dans ses romans, nous dit d'emblée qu'on lui donne une réputation d'ennemi du roman.
Il veut relever le défi qui consiste à nous parler de lui à la troisième personne, lui assurant ainsi une impression de libération et par la même occasion lui offrant l'opportunité de jouir d'une plus grande liberté de narration.


Nous voilà donc en présence de Henri Norden (anagramme de Donner – vous suivez toujours Wink), auteur qui accepte d'écrire le scénario d'un film sur le jeune Louis XVII, fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette mort dans la prison du Temple à l'âge de dix ans, en 1795. Henri Norden nous fait part très rapidement de ses doutes quant à la réalisation du projet, nous parle de sa rencontre avec une femme qui se prénomme Dora, de ses ex-petits amis (sous-entend donc sa bisexualité), de ses rencontres concernant la préparation du film, du choix des acteurs, de son obsession pour les martyres et les exécutions macabres etc


Je dois bien avouer que la partie du roman consacrée à Henri Norden n'est pas vraiment celle qui a suscité le plus mon enthousiasme. Non seulement je n'étais pas très intéressée par le sujet mais j'ai eu du mal à comprendre le lien qui unissait les deux récits, celui de Norden et celui de Louis XVII, si ce n'est qu'elle permet de justifier une belle fin de roman lorsque Norden se recueille sur la relique de ce jeune roi sacrifié qui se retrouve enfin dans la crypte des rois de France, aux côtés des tombes de ses ancêtres (l'auteur nous contera d'ailleurs toutes les péripéties inimaginables de cette relique au cours du temps qui a finalement été identifiée en 2000 comme étant bien celle du fils de Marie-Antoinette).


J'ai nettement plus apprécié le récit concernant les évènements précédents et suivants la naissance du jeune Louis jusqu'à sa mort et au-delà.
Christophe Donner/Henri Norden nous décrit cette tragédie sous un angle résolument non-conformiste et inhabituel. Non seulement il part à la recherche du responsable du décès du jeune roi mais il analyse les évènements sous un regard extrêmement critique de la révolution.

Si Christophe Donner ne prétend pas détenir la vérité, il essaye en tout cas de lever le voile sur tous les mensonges et de rétablir un certain équilibre dans les faits tels "qu'ils se sont passés".


Extraits de son interview sur le site Evene


Citation :
Pourquoi critiquer autant la révolution qui est avant tout une émancipation intellectuelle, politique, sociale ?


La question est “Comment a-t-on réussi à faire de la révolution quelque chose de positif ?” Les Lumières ne commencent pas en 1789, c’est bien avant. Ni Voltaire, ni Rousseau, ni Diderot n’ont appelé à faire la révolution. Elle fut en réalité une situation de violence que l’on a justifiée en parlant d’un peuple qui crevait de faim, d’un Louis XVI qui aurait été un affreux dictateur, etc. On a imaginé l’Ancien Régime comme quelque chose de terrifiant. C’est faux. C’est un gros mensonge. Louis XVI n’était pas un despote sanguinaire. A son grand tort, d’ailleurs. S’il avait été un fin stratège politique, il aurait agi avec violence à un certain moment de son règne. Il était totalement incapable de faire tirer sur la foule. C’est probablement le monarque le plus gentil que les Bourbons ont engendré. Cette explosion de violence est plus de l’ordre de l’irrationnel. C’est une situation incalculable, imprévisible qui a fait que la violence s’est répandue comme un torrent d’absurdités. Ce n’est pas la misère qui a déclenché cette révolution et les choses auraient pu se passer différemment. Il n’y a pas de fatalité dans l’histoire.


Pour ceux qui aiment les récits historiques, je vous conseille également le roman Le chambre de Françoise Chandernagor.
Ce roman analyse sous un angle plus intimiste et psychologique la personnalité et le ressenti de ce jeune roi dépassé par les évènements tout au long de sa lente dégradation physique et psychique.
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Dim 4 Nov 2007 - 19:51

Je pense que je vais le lire, j'aime bien Christophe Donner. Le personnage . En colère et plein d'humour.
Il a beaucoup écrit pour la fameuse édition L'école des loisirs , aussi, pour tous les âges, même les tout petits!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Christophe Donner   Lun 5 Nov 2007 - 20:01

C'est mon premier roman de Christophe Donner.
Il semble effectivement être une personne en colère qui ne mâche pas ses mots et qui n'apprécie pas les positions tiédasses !
Revenir en haut Aller en bas
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Sam 17 Nov 2007 - 17:21

Eric Naulleau, patron de l'Esprit des péninsules et de Balland, vient de présenter ce licre comme Le livre du moment, bien supérieur à tous les prix décernés il y a quelques jours. Ca me donne envie de le lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Sam 17 Nov 2007 - 17:37

Je l'ai entendu débattre avec Frantz Olivier Giesberg dans "Esprit Critique" sur France Inter à propos du prix Renaudot. Effectivement il était en colère et effectivement il ne mâche pas ses mots.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Christophe Donner   Sam 17 Nov 2007 - 21:40

Steven a écrit:
Effectivement il était en colère et effectivement il ne mâche pas ses mots.
laugh Je l'avais assez bien cerné à ce que je vois Cool
Revenir en haut Aller en bas
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Dim 30 Déc 2007 - 21:35

monilet a écrit:
Eric Naulleau, patron de l'Esprit des péninsules et de Balland, vient de présenter ce licre comme Le livre du moment, bien supérieur à tous les prix décernés il y a quelques jours. Ca me donne envie de le lire.
Ça y est : je suis sur le point d'ouvrir le livre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Jeu 3 Jan 2008 - 18:18

J'en suis à presque la moitié et jusque là j'aime beaucoup. C'est un récit alerte et vivant. Je trouve tout se tient, au moins à peu près ( sûr, pour l'insant que l'histoire avec Dora fait un peu plaquée). Je ne relève pas d'incohérence rédhibitoire. 2 fautes quand même (vous allez dire , c'est une obsession, ben non mais j'ai relevé au passage). Suite quand j'aurai terminé Wink (logique !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Dim 6 Jan 2008 - 9:19

Bon, je l'ai terminé en prenant de plus en plus d'intérêt à la lecture dans la deuxième moitié du livre. Le côté anecdotique du projet de film puis de livre s'y efface finalement complètement pour céder à la narration sans doute romancée des faits historiques et c'est, selon moi, passionnant.
Si à présent je réfléchis au prétexte narratif (projet de film), je me dis que , au bout du compte, c'est plutôt une manière assez originale d'amener cette réflexion historique. On y entre ainsi plus facilement, le lien avec notre époque étant ainsi établi. Il n'a à mon sens servi que de "rampe de lancement" et, une fois le lecteur prêt à se pencher sur l' Histoire (ou prétendue telle) éloignée, il n'a plus vraiment de raison d'être et sa disparition ne m'a pas choqué ni même parue incohérente. Une évaporation presque "naturelle", en somme.
J'ai beaucoup, beaucoup aimé, moi qui d'ordinaire ne m'intéresse quasiment pas aux romans historiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Mer 30 Jan 2008 - 2:28

Voilà j'ai découvert Christophe Donner, un écrivain dont j'avais vaguement entendu parler et qui, malgré son écriture prolifique n'était jamais arrivé entre mes mains auparavant.

Un roi sans lendemain est un roman historique, sur un sujet qui a visiblement passionné l'auteur: qu'est devenu Louis XVII, le fils de Louis XVI, l'enfant du Temple? Car cet enfant n'est pas mort en même temps que ses parents mais a été emprisonné au Temple, sans voir le jour pendant des mois et des mois, devenant aveugle, rachitique et pouilleux.
En parallèle, du moins dans la première moitié du livre, le narrateur, Henri Norden (Norden-Donner...)règle quelques comptes avec sa famille et tombe amoureux d'une présentatrice télé à succès libanaise. Lui est scénariste et écrivain; s'il en vient à se passionner pour cet enfant, c'est parce qu'on lui a demandé d'écrire un scénario de film sur le sujet.

Il n'a alors plus qu'une idée en tête ou presque: qu'est-il arrivé à Louis XVII? S'il a été tué, alors, qui est à l'origine de ce meurtre? Pour Norden, aucun doute, c'est Hébert, fondateur d'un journal satyrique sous la Révolution, le Père Duchesne et écrivain. Le fait qu'un écrivain soit à l'origine de la mort d'un enfant tracasse beaucoup Norden. Mais ses recherches vont confirmer ses dires.

Ce roman m'a fascinée: à la fois récit autobiographique, à la fois roman historique très fouillé, j'ai énormément apprécié.
D'une part, j'ai aimé le style de Donner, avec ses phrases qui ne mâchent pas leurs mots; il n'est d'ailleurs pas toujours tendre avec sa famille mais paraît-il qu'il l'est rarement dans ses autres ouvrages.
D'autre part, il a réussi à m'intéresser à la Révolution qui n'est quand même pas ma période historique préférée; tout ça parce que je l'ai moi-même senti imprégné par la Révolution, à tel point que la seconde moitié du livre occulte totalement la vie du narrateur pour ne se consacrer qu'à l'enfant du Temple,ses parents (Louix XVI et Marie-Antoinette pour ceux qui n'auraient pas suivi) et leur tortionnaire, Hébert.
On sent que Donner-Norden est à la fois terrifié par l'attitude d'Hébert mais aussi admiratif, tout comme il s'est pris d'affection pour le petit Louis XVII.

Alors forcément, si l'Histoire ne vous intéresse pas, passez votre chemin, car malgré les qualités littéraires évidentes, vous risquez de vous ennuyer. En revanche, si vous l'appréciez,ainsi que Donner et sa franchise alors régalez-vous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Mer 30 Jan 2008 - 7:11

Je nuance, Sophie, en citant la fin de ma critique :
J'ai beaucoup, beaucoup aimé, moi qui d'ordinaire ne m'intéresse quasiment pas aux romans historiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Mer 30 Jan 2008 - 8:17

monilet a écrit:
Je nuance, Sophie, en citant la fin de ma critique :
J'ai beaucoup, beaucoup aimé, moi qui d'ordinaire ne m'intéresse quasiment pas aux romans historiques.

Oui je viens de lires tes messages précédents; et bien, je suis tout à fait ravie que ce roman puise aussi intéresser des non-amateus de romans historiques.
C'est bien la preuve que Christophe Donner possède un vrai talent.
Et je vais de ce pas nuancer également sur mon blog.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Mer 30 Jan 2008 - 20:39

Citation :
mais j'ai eu du mal à comprendre le lien qui unissait les deux récits,
sentinelle
Je crois que le lien est l'enfance, l'enfance détruite. Christophe Donner ne s'est jamais remis de son enfance et tous ses écrits- tous avec une grande part d'autobiographie- en attestent. Je n'ai pas tout lu, mais ce que j'ai lu m'a montré qu'il écrivait en donnant des coups de pieds-mots pour se venger de sa famille.
Je crois que dans ce livre, il commence à comprendre et à exprimer que tout n'est pas si simple, témoin cet extrait:

- ... Et ça n'a pas changé, se dit Henri en pensant à sa famille bretonne, son arrière-grand père marin dans cette petite baraque de Brest, son grand-père instituteur dans son pavillon de Bourg-la-reine, et son père dans son appartement du Quartier latin Il aura fallu trois générations d'hommes très ambitieux pour que je me retrouve là, dans cette bibliothèque , avec mon écriture, mon titre d'écrivain, ma réputation de rebelle, mais pas rebelle du tout, en fait, parce que je n'échapperai pas à mes ancêtres, à l'ambition qu'ils ont nourrie pour moi.
J'ai un statut, et un des plus hauts,sinon le plus prestigieux de tous aux yeux de mes grands-parents, ces instituteurs qui ont passé leur vie à faire entendre des paroles d'écrivains à leurs élèves, qui en ont perdu la voix, la santé, la raison.
Henri pensait aux cendres de ses grands-parents dispersées dans la mer: ils croyaient en l'océan comme d'autres au paradis , ces athées rattrapés par la religion des marins. Aujourd'hui, Henri regrettait de ne pas avoir fêté comme il l'aurait dû, quand il était encore temps, la publication de son premier livre. Il ne l'avait pas fit, à cause du mot réussite: C'est une belle réussite, avait dit Mamie. Maintenant, tu as réussi, avait dit Pépé. Henri avait repoussé ce mot avec horreur , par snobisme, par superstition, par modestie aussi, vis-à-vis des autres.
A l'époque, Henri croyait avoir fait preuve d'un grand courage en écrivant ce livre contre sa famille. Or, le vrai courage, le courage d'accepter, ou seulement de mesurer l'impact de ce livre sur ses grands-parents, il ne l'avait pas eu.
Il avait écrit contre eux et il ne pouvait pas accepter que ses grands-parents s'approprient ce livre d'une manière ou d'une autre, le récupèrent, comme ils disaient. Heureusement, il n'a pas pu les en empêcher. Son grand-père a fait relier ce livre méchant , tendre ausi, mais quand même vachard, et il l'avait posé sur la table de la salle à manger. Reliure pleine peau, en daim clair, déjà usée. Ca se passait aux Sables-d'Olonne, dans le pavillon qu'ils avaient acheté pour leur retraite, face à la mer, le livre était devenu énorme ,dans cette reliure . Et lorsqu'Henri avait vu sa grand-mère le replacer dans la bibliothèque, à côté des oeuvres de Michelet, d'Aragon, en tellement bonne place, ce livre qui disait du mal d'eux, qui était une véritable déclaration d'amour à leur connerie, à leur odeur, à leurs manies, à leur belle morale, quand il a vu sa grand-mère toucher le daim de la reliure, subrepticement, du bout des doigts, il s'était senti mal, vaincu, parce qu'ils avaient trouvé le chemin pour remonter le long du crachat.


C'est un roman qui parle beaucoup de la famille...
Quant a côté historique, Christophe Donner est au départ un cinéaste. Et là, tout est au présent, le style est très vif, bref on y est...
Mais là encore, un extrait, car je trouve que c'est très bien rendu dans ce roman que j'ai moi aussi beaucoup aimé:

Une des choses ls plus difficiles à traiter pour un historien de la Révolution, c'est l'emprise de la folie. L'historien qui annonce l démence d'un roi, d'un chef de révolution est soupçonné de céder à la facilité . Il manque de sérieux. Le matérialisme historique ne laisse pas de place à la folie, que les historiens abandonnent au théâtre, sous peine de passer pour des fous. Le théâtre ne demande pas mieux: Macbeth, Calgula, Ubu, Arturo Ui, autant de caricatures qui semblent moins sortir de l'histoire que du délire des dramaturges. Or le délirant, ici, c'est Hébert: il veut à la fois anéantir le louveteau et le garder pour lui comme otage; il veut en finir avec la monarchie et ne pense qu'à devenir régent...

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Christophe Donner   Dim 24 Mai 2009 - 18:26

20000 euros sur Ségo!


Un auteur doit trouver 20000 euros pour changer les fenêtres de sa maison. Mais où les trouver? Sa femme lui suggère d'écrire un roman, un roman qui rapporte des sous. Peu à peu, grâce à la conjonction de l'actualité politique franco-française et de sa passion des courses hippiques, une idée fait son chemin: pourquoi ne pas écrire quelque chose sur les luttes internes du PS à la veille du Congrès de Reims? D'autant que la Pasionaria socialiste, belle à en faire tourner les têtes, l'unique Ségolène Royal semble être la favorite....de là à faire un parallèle avec les starting boxes d'un départ pour l'Arc de Triomphe, le pas est très vite franchi.
Ni une ni deux, la fièvre du jeu, du pari, des sueurs et du suivi implacable de la carrière du favori, s'empare du narrateur, Henri Norden, qui se lance à corps perdu dans les méandres des courants et des motions, multiples séismes ébranlant chaque jour un peu plus l'appareil socialiste.
C'est avec délectation et sourire aux lèvres, que le lecteur suit la montée d'adrénaline précédant le Congrès de Reims, la description des videos de chaque hérault des motions en compétition, les coulisses des discussions des camarades, la haute voltige des ténors du parti à la tribune du Congrès et à la médiatisation outrancière d'une femme qu'on déteste autant qu'on admire. Les ingrédients d'une tragi-comédie sont présents, mesdames et messieurs faîtes vos jeux et lancez-vous dans la folie de l'incertitude de dernière minute!
Christophe Donner, écrivain et turfiste, s'amuse à mener son lecteur au coeur du monde des parieurs, ceux qui parient sur tout, voire n'importe quoi, du moment qu'il y ait du gain à réaliser et de l'adrénaline à gérer. Henri Norden a un ami bookmaker prêt à prendre son pari et si jamais il devine le nom du prochain premier secrétaire du PS il a des chances non seulement de gagner une belle cagnotte mais aussi de remplacer sans souci les fameuses fenêtres de sa maison pour le plus grand plaisir de son épouse. A l'ombre de des pas de Norden, héros un tantinet désabusé par le monde qui l'entoure, le lecteur entre dans le cercle, parfois glauque et déprimant, des réunions de section, des rencontres entre sections, des meetings et des petites phrases assassines distillées sous le manteau par la presse ou les militants eux-mêmes! Henri est certes désabusé, voire d'une mordante ironie, mais ressent de la tendresse pour les petites mains des sections, les petits rôles essentiels aux rouages de la grande machinerie qu'est le parti, ces petites gens qui croient en des lendemains qui chantent malgré la crise et le verbiage creux des politiques. Certes, la politique est un jeu, un éternel pari sur l'avenir pour l'animal politique qui se lance à corps (et coeur?) perdu(s) dans son océan, mais un jeu que la base prend au sérieux.
Cependant, au fil des rencontres, des échanges de points de vue, des lectures et des visionnages, notre héros demeure angoissé par l'issue de son pari: c'est que l'observation de ces prédateurs d'idées peut embrouiller les certitudes et les fragiliser les choix! Tenez, prenez le jeune Benoît Hamon, une valeur montante, à la gauche du parti: il a été à la tête des Jeunes Socialistes et a de bonnes chances d'être un outsider de poids dans la course au fauteuil de la rue Solférino! Son discours sur la crise mondiale peut ébranler les caciques et galvaniser les indécis! N'oubliez surtout pas la diva mystique du parti, d'autant plus adulée par ses fans qu'elle a échoué aux présidentielles et été abandonnée par "le père de ses enfants", celui-là même qui cèdera son fauteuil de premier secrétaire, et les rênes du parti, à l'issue du Congrès de Reims. Aahhh, Ségolène, icône sublime qui fait frémir d'amour notre Henri Norden à mesure qu'elle fait gaffe sur gaffe et qui renvoie au rancart le côté "mémé" de Martine Aubry!
"20000 euros sur Ségo" relate un bal infernal où les valses diaboliques des rancoeurs, des jalousies et des égos survitaminés des uns et des autres, font danser des vérités amères et difficiles à accepter tant elles peuvent glacer le plus fervent supporter. Christophe Donner fait vibrer son lecteur en l'entortillant, par un récit savoureusement ironique, dans la griserie du parieur et l'incertitude d'un sport de haut niveau qui n'est nulle part recensé: la politique!
Le roman de Christophe Donner a l'apparence d'un pamphlet et la saveur d'un exercice de style mêlant la métaphore filée des courses hippiques à l'actualité politique: on rit, parfois jaune si on a un faible pour la Gauche, on savoure les bons mots de l'auteur mais on n'apprend rien sur les hommes et les femmes candidats au poste de premier secrétaire du PS (sauf peut-être qu'ils ne sont guère réceptifs à la littérature mais est-ce vraiment une révélation?)...pour cela il y a la littérature politique!
Un roman satirique, frisant parfois la pure méchanceté, poil à gratter qui fera parler dans le Landerneau socialiste!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Christophe Donner   

Revenir en haut Aller en bas
 
Christophe Donner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bébé chat à donner ...
» Qui pourrait me donner une info sur ce bateau
» COmment donner un medic
» Christophe Ginisty:coordinateur stratégie Internet
» A donner...prototypes couches lavables!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: