Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Delphine de Vigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Delphine de Vigan   Lun 29 Oct 2007 - 18:13



Delphine de Vigan vit à Paris.
Aujourd’hui, elle  travaille dans un institut d’études spécialisé dans l’observation sociale en entreprise. Elle écrit le soir, ou plus tard dans la nuit.

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

2001 Jours sans faim, (sous le pseudonyme de Lou Delvig) Pages 4
2005 Les Jolis Garçons,
2005 Un soir de décembre,
2007 No et moi, Pages  1, 2, 3,
2008 Sous le manteau (ouvrage collectif),
2009 Les Heures souterraines, Pages 1, 2, 4, 6,
2011 Rien ne s'oppose à la nuit, Pages 3, 4, 5,
2014 Jours sans faim,

Citation :
mise à jour le 09/01/2014, page 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Lun 29 Oct 2007 - 18:20

NO ET MOI

Cet ouvrage a été sélectionné pour le prix Goncourt et le prix Goncourt des Lycéens.

Je suis en train de finir de le lire.

Il me semble être un bon livre pour les vacances des ados. Mais pas seulement ...
J'en reparlerai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mar 30 Oct 2007 - 0:05

NO ET MOI

Ce serait vraiment beaucoup un Goncourt pour un si petit roman. Certes, elle se lit bien cette charmante histoire d’amitié improbable entre une jeune (très jeune, surdouée) lycéenne et une autre jeune fille, SDF celle-là.
Mais tout de même !
C’est plein de tendresse et de bons sentiments…cependant on a un peu de mal à y croire…
Il est vrai que je lis cette histoire avec mes yeux de "vieille femme" un peu fataliste et que la narratrice n’a que 13 ans…Elle a un QI de 160…mais seulement 13 ans, Lou Bertignac!

Enfant unique, elle se sent très seule depuis que sa mère a sombré dans une dépression profonde après la mort de son bébé, la petite sœur de Lou, Thaïs.
Elle se sent seule aussi au lycée parce qu’elle est bien plus jeune que les autres. Bien plus douée aussi…En décalage…
Elle n’a que le soutien et l’amitié de Lucas, le beau cancre de la classe, très seul lui aussi… Il l’appelle « Pépite »…Et en secret elle en est amoureuse…
Alors Lou s’évade…comme elle peut…par la pensée…ou en errant dans la ville. Et notamment à la Gare d’Austerlitz où elle fait la rencontre de No (Nolwenn), 18 ans, SDF.
Alors Lou choisit pour thème d’exposé : la situation des sans-abris. Et cela lui donne une bonne raison de départ pour lier connaissance avec No qu’elle « apprivoise ».
No, la rebelle, sale et fatiguée.
Lou gagne sa confiance.
Et Lou ne veut pas se résoudre à ce que les choses n’aillent pas autrement. Elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille.
C’est presque un conte…mais le rêve de Lou va se heurter à la dure épreuve du réel…


Dernière édition par le Mar 30 Oct 2007 - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mar 30 Oct 2007 - 0:07

NO ET MOI

Petite vidéo :ICI

Petite vidéo :ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mar 30 Oct 2007 - 8:57

ça ne me motive pas plus que ça... mais je voulais noter la belle initiative de proposer des videos lectures sur amazon !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mar 30 Oct 2007 - 10:10

Queenie a écrit:
ça ne me motive pas plus que ça... mais je voulais noter la belle initiative de proposer des videos lectures sur amazon !

Mon commentaire est peut-être un peu sévère avec ce roman que j'ai lu tout de même avec avidité...
Au fond, je crois que ce qui m'a le plus touchée c'est Lou, si jeune, dans sa propre solitude au sein d'un environnement familial et scolaire qui semble, de l'extérieur, assez privilégié...
Elle m'a fait penser à Marie, le personnage du roman de Olivier Adam, A l'abri de rien ...A travers leur investissement jusqu'au-boutiste auprès de ceux qui sont dans le dénuement, elles trouvent toutes deux une raison d'exister...Elles m'apparaissent encore plus fragiles que ceux à qui elles viennnent en aide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mar 30 Oct 2007 - 10:13

NO ET MOI

Il y a tout de même un troisième personnage que je n'ai fait qu'évoquer rapidement dans mon commentaire. C'est Lucas.
Lucas, le cancre extrêmement beau de la classe, qui redouble et ne collectionne, avec désinvolture, que les mauvaises notes et les remarques qui se voudraient humiliantes de la part des professeurs....
Beau mais pas "creux"...Beau au grand coeur...
Lucas très attaché à la petite Pépite (Lou), son contraire. Brillante, très jeune avec ses deux ans d'avance sur les autres. Elle est toujours montrée en exemple, ce qui contribue à son isolement.
Lucas, aussi seul que Lou...Son père est parti un beau jour vivre au Brésil tandis que sa mère s'installait chez son amant à Neuilly, le laissant seul dans l' appartement avec des chèques réguliers et une femme de ménage...

C'est trois solitudes adolescentes que Delphine de Vigan a fait se rencontrer dans No et moi...La rencontre semble cependant assez peu réaliste ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mar 8 Jan 2008 - 19:52

No et moi -

Ce petit roman sans prétention se lit d'une traite car il sait toucher et nous émouvoir. C'est un regard plein de fraîcheur mais aussi très lucide que celui de Lou , petite surdouée au grand coeur partie en guerre contre l'indifférence de notre société envers les plus démunis.

Les personnages sont crédibles et croqués dans l'air du temps. Normal qu'il ait été retenu pour le Goncourt des lycéens, il a de quoi plaire à nos jeunes qui vont retrouver en Lou, No et Lucas, les problèmes liés à cet age où l'on se construit.
Un ton juste et tendre et une jolie fin qui évite les poncifs en nous démontrant avec réalisme toute l' impuissance à laquelle se heurtent même les plus combatifs, la complexité des rapports humains, et les blessures impossibles à cicatriser.

J'ai vraiment vu vivre Lou , j'avais le film qui défilait devant moi en même temps que je le lisais et contrairement à Coline, je pense que ces rencontres de trois solitudes peuvent réellemennt exister lorsque la cellule parentale se délite et que seule reste ce besoin de partage, de trouver son double, de se sentir vivre dans le don de soi.
Une belle échappée dans un uivers bien sombre...Joli essai prometteur Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature


Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 49

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Dim 28 Juin 2009 - 11:58



Les heures souterraines
:
(parution le 26 août 2009)

Mathilde élève seule ses trois fils : un adolescent, Simon et les jumeaux de 10 ans, Théo et Maxime. Au sein d’une grande entreprise, elle occupe un poste à responsabilités dans le domaine de la communication. Lors d’une réunion, elle émet une légère réserve quant à la conclusion de Jacques, son binôme mais néanmoins responsable. Dès lors, commence, d’infimes paroles en imperceptibles changements de comportement, une lente et inexorable descente dans le rejet, l’oubli, l’enfer du harcèlement moral.

Thibault, la quarantaine, est médecin. Il essaie d’assimiler le fait que la femme dont il est profondément amoureux ne construira jamais rien avec lui. Il doit prendre la décision de la quitter pour s’arracher à cette inertie. A travers ses gardes de médecin, les multiples rencontres des solitudes citadines forgent sa réflexion sur l’humanité.

Delphine de Vigan alterne l’histoire de Mathilde et celle de Thibault.
Ce roman, tout comme « No et moi » aurait pu être simple, basique, sauf que Delphine de Vigan ne tombe jamais dans la facilité. L’analyse du monde de l’entreprise est juste et malheureusement colle à la réalité. Elle observe les relations humaines avec une grande justesse.
Si je devais visualiser le lien entre les êtres de ses romans, je verrais plusieurs électrons qui se frôlent sans se croiser autour d’un noyau ou encore aux aimants qui essaient de se rencontrer sans jamais y parvenir. Ou encore :

si proche mais tellement inaccessible...

P167 : « Mais les gens désespérés ne se rencontrent pas. Ou peut-être au cinéma. Dans la vraie vie, ils se croisent, s’effleurent, se percutent. Et souvent se repoussent, comme les pôles identiques de deux aimants. Il y a longtemps qu’elle le sait. »

Pour ma part, beaucoup de plaisir à lire les romans de Delphine de Vigan!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Menyne
Agilité postale


Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 45
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Lun 2 Nov 2009 - 19:20

No et moi

Si j'avais lu ce livre il y a 10 ans, non 20 ...euh 25 ...enfin à l'adolescence (que le temps passe vite !!!), je pense que que je l'aurais placé bien en évidence à côté de mes livres cultes comme : L'herbe bleue, La cicatrice, Des cornichons au chocolat ...

C'est un roman d'adolescents pour les adolescents et cela n'a rien de péjoratif. Bien au contraire.
Un vrai plaisir. Je me suis vraiment attachée à ces personnages. L'écriture est agréable, pleine de sensibilité.
Je trouve que Delphine De Vigan a admirablement réussi à se mettre dans la peau d'une jeune fille de treize ans avec ses moments de révolte, de doute, d'investissement à fond ...
Et comme le dit Aériale, le ton est juste et l'histoire réaliste.
Encore une belle découverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mer 25 Nov 2009 - 16:28

Les heures souterraines

Mathilde et Thibault. L'une souffre sur son lieu de travail (qui a dit harcèlement moral ?), l'autre, médecin, en a assez de voir les autres souffrir. Solitude, stress urbain, sentiment d'étouffement : les deux personnages centraux du roman de Delphine de Vigan, Les heures souterraines, sont au bord du gouffre. De façon un brin sadique, l'auteure les laissent sans échappatoire, imprimant à son livre un ton ultra réaliste qui les enserre progressivement dans un quotidien de plus en plus gris et angoissant. Le roman de Delphine de Vigan est d'une incroyable justesse sur cet univers impitoyable qu'est le monde du travail, fourmillant de détails vrais et stupéfiants pour quiconque connait la vie de bureau. Une fiction ? de Vigan est parfois proche du journalisme de reportage tant sur le fond que sur la forme. Plus les pages se tournent et plus le malaise est palpable, devenant quasi insoutenable tant le sort de Mathilde et Thibault semble se diriger vers un dénouement dramatique. Impossible de sortir indemne de ce livre prégnant, anesthésiant, fascinant dans sa noirceur intégrale. Mieux vaut ne pas aller mal avant d'entreprendre sa lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Sam 12 Déc 2009 - 21:52

Tout a été dit sur No et moi, que j'ai aimé malgré un sujet très casse gueule et qui évite adroitement les clichés quand une ado surdouée se prend d'amitié pour une jeune SDF. Ceci dit, Les heures souterraines est d'une toute autre trempe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
LaurenceV
Agilité postale


Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 33
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Jeu 24 Déc 2009 - 16:30

Suite au gros succès de No et moi, j’ai voulu lire Delphine de Vigan et j’en ai profité que sorte son nouveau roman, Les heures souterraines, pour combler cette envie.

Les heures souterraines est un roman qui nous parle de toutes les petites violences qui nous assaillent, principalement en ville et au travail.

Plus rien ne va dans la vie de Mathilde depuis quelques temps. Quelque chose a dérapé lors d’une présentation mais elle ne sait pas quoi ni pourquoi. Depuis Mathilde vit un enfer au bureau. Dans la vie de Thibault tout n’est pas rose non plus depuis qu’il aime une femme qui ne l’aime pas. Thibault est médecin urgentiste à Paris et passe beaucoup d’heures dans sa voiture pour soigner des solitudes et des cas désespérés. Mathilde et Thibault vivent tous les deux dans une grande souffrance et une grande solitude amplifiées par toutes ces violences invisibles quotidiennes lorsque l’on prend le métro, lorsque l’on est bloqué dans les embouteillages, lorsque l’on devient peu à peu invisible, lorsque la routine se fait évidente. Ces deux êtres en souffrance ne se connaissent pas, ils se mêlent dans la foule, ils sont ce que chacun d’entre nous pourrait être.

Delphine de Vigan nous parle de ces heures interminables qui nous accablent, de ces heures qui ne se révèlent que lorsque l’on est fragilisé. Elle nous parle d’une souffrance née de la mesquinerie, de l’abandon, du désœuvrement, de l’incompréhension, de la répétition… Elle parle de nous car les situations vécues par les personnages sont universelles et particulières.

Et donc ce roman nous ébranle un peu, nous bouleverse, nous questionne et nous fait prendre conscience de la précarité de nos existences.

Les heures souterraines est un excellent roman écrit par une romancière très sincère et touchante. J’ai toutefois préféré l’histoire de Mathilde à celle de Thibault car Mathilde est victime d’un orgueil mal placé de la part de son patron alors que Thibault est en quelque sorte responsable de son malheur (même si on ne choisit pas toujours la personne qu’on va aimer, et encore). La souffrance et les violences ressenties par Mathilde m’ont semblé plus justes, plus vraies, plus éprouvées.

Maintenant, il ne me reste plus qu’à lire No et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.autourdelau.be
Maryvonne
Zen littéraire


Messages : 4259
Inscription le : 03/08/2009
Localisation : oui, merci.

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mer 30 Déc 2009 - 14:58

traversay a écrit:
Tout a été dit sur No et moi, que j'ai aimé malgré un sujet très casse gueule et qui évite adroitement les clichés quand une ado surdouée se prend d'amitié pour une jeune SDF. Ceci dit, Les heures souterraines est d'une toute autre trempe.

je pensais en avoir déjà parlé, ça devait être ailleurs.
C'est archi cliché No et Moi. Voilà ce que j'en avais pensé ailleurs :

Citation :
- on m'a prété ce roman.. je pense que je ne l'aurais pas acheté seule (le titre et la 4ème de couverture m'en aurait dissuadé),
- j'ai sauté 2 fois 20 pages, faut voir comme ça m'a passionnée. Aucun problème pour raccrocher.
- je ne l'ai pas trouvé rafraichissant pour un sou. Juste terriblement niais, et bourré de messages éducatifs :
Maman et papa ne sont pas heureux malgré leur réussite sociale (= l'argent ne fait pas le bonheur), Lucas est un rebelle au lycée,
mais c'est un mec bien (ne vous fiez pas aux apparences), No est une clodo mais on a tant de choses à partager (l'habit ne fait pas le moine)
- le style de 'Lou' m'a soulée. Qu'il y ait des passages comme ça me dérange pas, mais tout le livre, c'est fatigant.
- Je ne sais plus où j'ai lu que l'auteur préparait un second livre sur la misère. Là, j'ai ri. "No et moi" est donc sur la misère ?
C'est marrant, j'ai eu l'impression tout le long du roman qu'elle n'osait pas mettre les mains dans la m*rde. Elle reste très distante.
C'est une vision assez lointaine des SDF.
- j'ai adoré la façon de tourner autour du pot, c'est presque drôle : "tiens, no travaille de nuit, elle s'habille sexy, se maquille trop,
et rentre avec du liquide dans la poche, mais comment peut-elle gagner son argent ? "
- Pour quel public ce roman est adressé ? J'en ai parlé avec ma libraire trop coule,
elle a mis ce livre dans le rayon jeunesse (ce qui n'est pas un insulte). Elle en a profité pour me dire de ne jamais me fier au
prix des libraires (ils font leur propre prix ici bas, et ce n'est pas plus mal)...

Bref, je déconseille.... et ça m'a pas donné envie de lire les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Mer 17 Fév 2010 - 15:47

-Les heures souterraines-

Je n'ai eu que de bons échos de ce roman, alors pour être honnête et quitte à passer pour une sans coeur je vais être obligée de mettre un bémol à cette avalanche de louanges. Désolée mais Delphine de Vigan, même si elle capte bien les bobos de son temps, et les solitudes des grandes villes qu'ils engendrent, pour moi ne m'apporte qu'un témoignage de plus sur les vicissitudes du monde de l'entreprise, un constat accablant et surement très réaliste qui personnellement me plombe le moral et me donne juste l'envie de me coucher après avoir avalé une bonne dose de tranxène (J'exagère mais à peine)

Nous voilà donc avec Mathilde, jeune et veuve ( non, rien ne nous est épargné) plus trois enfants à charge, qui se retrouve du jour au lendemain victime du harcèlement moral de son supérieur dans la boite où elle bosse en tant que cadre. Elle a bien consulté une voyante qui lui prédit que cette journée sera unique et qu'elle risque de changer le cours de sa vie, alors elle espère un peu (et nous avec)
De l'autre côté il y a Thibault, médecin urgentiste malheureux en amour, détenteur d'une main incomplète, et qui cherche aussi une raison de croire. Leur quotidien n'est pas rose: humiliations, injustices, violence sourde qui amènent forcément la destruction de soi, l'isolement, ou au mieux l'indifférence des autres, chez la première. Crises d'angoisses à gérer, jeunes paumés, vieux abandonnés, misère du monde au quotidien chez l'autre...

La désespérance ordinaire. Un sujet que l'on connait bien, et qui traité avec un peu de souffle ou de relief, peut donner de jolies choses. Ici point d'espoir, pas de lumière. Juste une résignation qui suinte tout au long du récit et qui moi m'a donné un blues à se flinguer. On attend l'explosion qui ne vient pas. Et pire pas un soupçon d'émotion ...

Sur un même propos Amélie Nothomb avait tiré quelque chose d'autrement plus jouissif avec Stupeurs et tremblements. Ici je me suis copieusement rasée. (Mais ne m'écoutez pas, tout le monde a adoré)

NB: Ce qui me gène un peu chez cette auteure c'est ce côté 'air du temps'. Cela donne soit quelque chose de trop léger, soit quelque chose de trop lourd. Manquerait-il juste un peu d'authenticité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Delphine de Vigan   Aujourd'hui à 10:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Delphine de Vigan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» SS Delphine
» Remplacement congé maternité - LE VIGAN (GARD - 30)
» Delphine Paquin
» Delphine Chanéac
» Delphine Lefebvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: