Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Marguerite Yourcenar

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 11:34

Archives du Nord

Après Souvenirs pieux dans lequel Marguerite Yourcenar dessinait les contours un peu flous de sa mère morte en la mettant au monde, l'écrivain, dans Archives du Nord s'attache à raconter l'histoire paternelle. Partant d'une Flandre d'avant l'arrivée humaine, alors que celle-ci touchait encore à l'Angleterre et utilisant la technique du lent raz-de-marée historique d'hier à aujourd'hui, Yourcenar s'empare, à la fois, de la vie d'une famille et de celle d'une région.

Surtout, le lecteur trouvera ici de longs et beaux développements autour des Arts, en particulier de la peinture flamande (dont on connait l'attachement de Yourcenar pour ces peintres) et de la sculpture. Prenant pour prétexte le Grand Tour que fit son grand-père (Italie, Suisse, Allemagne) pour évoquer les images méconnues de monuments envahis par la végétation ou de villas rendues à la Nature, Yourcenar nous invite aux voyages et à la rêverie, en une langue toujours admirable, vivante et drôle.

Loin des comptes rendus généalogiques qui étoufferaient l'art romanesque, c'est à une fresque dansante et virevoltante que nous convie l'auteur, s'attachant à rappeler les liens étroits qui la nouent à son père. Un père cherchant par tous les moyens (fugue, engagement militaire, joueur invétéré dans tous les casinos méditerranéens…) à fuir l'étouffement de sa famille, la mort accidentelle d'une sœur aimée, la détestation violente d'une mère pleine de sarcasme, la bonhommie tranquille d'un père pacifiste et un peu démissionnaire. Le Michel qui se dessine sous la plume de Yourcenar est un homme en exil, brûlant régulièrement ses vaisseaux, jouant sa vie comme les louis d'or de la roulette, s'amusant même à convoyer un peu de poudre blanche dans les grands jours de dèche. Un être que la culture traverse comme un fantôme, jusqu'à ce que, un brin assagi, il se décide à instruire la fille qui lui reste, lisant avec elle les classiques grecs et latins, lui racontant ses errances, ne lui cachant rien de ses amours buissonnières, ni de ses fuites légères. On sent dans ces pages, à la fois de l'amour, du respect et une sorte d'abandon, comme si le père, faisant de sa fille le récipiendaire de ses erreurs passées et la narratrice secrète de ses rêves avortés s'offrait un dernier round comme un baroud d'honneur.

A la fois tendre et drôle, ce livre est aussi le récit d'une époque révolue, quand on allait à cheval, qu'on rêvait d'Amérique et que finalement la vie de rentier n'était pas si sereinement heureuse qu'imaginée.


Un petit extrait à propos de Rubens :

Citation :
Parmi toutes ces toiles, seule nous hante l' Hélène Fourment nue du musée de Vienne, mais c'est pour des raisons plus picturales qu'érotiques. Bien des peintres avaient montré sans voiles leur femme ou leur maîtresse, mais les sujets et les décors mythologiques (comme souvent chez Rubens lui-même) plaçaient ses déesses dans un Olympe de convention. Surtout chez les maîtres du dessin et du contour, la ligne idéale enserrant un corps nu l'habillait pour ainsi dire. Cette fois, il s'agit moins d'un corps que de la chair. Cette femme chaude et moite semble sortir d'un bain ou d'une alcôve. Son geste est celui de la première venue qui, entendant frapper à la porte, jette au hasard n'importe quoi sur ses épaules, mais le grand style du peintre lui évite toute pudibonderie égrillarde ou fade. Il faut la regarder vingt fois, et jouer le vieux jeu qui consiste à retrouver dans toute œuvre d'art les motifs éternels, pour s'apercevoir que la pose des bras est, à peine modifiée, celle de la Vénus de Médicis, mais cette forme abondante n'est ni marmoréenne ni classique. La fourrure dont elle se drape et que ses flancs débordent de toute part lui donne plutôt l'air d'une mythologique oursonne. Ces seins un peu mous, comme des gourdes, ces plis du torse, ce ventre peut-être arrondi par un début de grossesse, ces genoux creusés de fossettes rappellent la boursouflure de la pâte qui lève. Baudelaire pensait sans doute à elle quand il évoquait, à propos des femmes de Rubens, "l'oreiller de chair fraîche", et le tissu féminin "où la vie afflue" ; il semble en effet qu'il suffirait de poser le doigt sur cette peau pour y faire monter une tache rose. Rubens ne se sépara jamais de cette toile qui ne passa dans les collections des Habsbourg qu'après sa mort ; peut-être éprouvait-il quelque scrupule d'avoir joué au roi Candaule. Celui-ci n'avait exhibé sa femme qu'à un ami intime : Hélène à Vienne appartient désormais au premier touriste venu.

Marguerite Yourcenar - Page 9 Peter_10


_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 12:54

ça pourrait être bien pour un panda ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 14:26

Pas du tout sûre... d'autant qu'elle n'évoque pas une seule fois la bière ou le houblon, ce qui ne cesse de m'étonner !! Je vais poursuivre avec Les Nouvelles Orientales, instinctivement j'ai l'impression que cela pourrait plus te convenir...!!??

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 19:40

Tu me tentes bien, Shanidar... Il faut vraiment que je me remette à Yourcenar, que je relise ses romans et que je lise Souvenirs pieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 21:11

je retenterai l'aventure un de ces jours, on verra ce qui se présente. merci !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 37

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeMar 22 Mar 2016 - 5:32

Vous avez tendance à essayer de faire susciter des envies de lectures... continuez votre bon boulot, les Parfumé-e-s... bonjour

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeMar 22 Mar 2016 - 7:39

Echec avec Anna, Soror, très bien formellement, sans doute, mais qui ne m'a pas touchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeMar 22 Mar 2016 - 9:35

topocl a écrit:
Echec avec Anna, Soror, très bien formellement, sans doute, mais qui ne m'a pas touchée.

Je ne suis pas complètement étonnée...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeJeu 31 Mar 2016 - 11:19

Nouvelles Orientales

Ouvrant ce recueil, la question que je me pose est celle-ci : pourquoi fallait-il que ces nouvelles soient orientales ? Pourquoi Yourcenar, adepte des voyages, a-t-elle tenue à écrire des textes depuis l'Orient, ce point lointain, obscur, inattendu ?

Sans doute faut-il voir au-delà de l'attrait purement géographique la possibilité d'une liberté, d'une nudité, d'une crudité plus grandes que dans notre occident balisé, pour ne pas dire banalisé (de ses héros grecs aux personnages raciniens, tout semble avoir déjà été dit).

C'est donc avec fraîcheur et comme par un délit d'inédit, que Yourcenar se plonge et nous plonge dans les légendes serbes, les contes asiatiques, les mythes orientaux. Il est question d'amour, de femmes emmurées vivantes, de sourire désirant et d'hommes toujours mourant. Si j'ai été particulièrement séduite par les deux premières nouvelles du recueil (Comment Wang-Fô fut sauvé et Le sourire de Marko) j'ai été moins surprise, moins envoûtée par les suivantes (peut-être une forme de lassitude après plusieurs lectures successives de l'auteure ??). Néanmoins, on trouve encore ici l'application d'une langue vivante, allant avec violence et poésie, alliant les contrastes de pudeur et d'horreur que seul peut-être l'Orient peut contenir. La possibilité de dire tout à la fois la sauvagerie et la poésie d'êtres et de lieux encore nus, lointains, méconnus et obscurément exotiques et inquiétants...


_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeJeu 24 Nov 2016 - 14:21

shanidar a écrit:
Nouvelles Orientales
tiens, cette lecture ne date pas de si longtemps... tu pourrais découvrir maintenant la version illustrée
Marguerite Yourcenar - Page 9 A83

Marguerite Yourcenar, Nouvelles orientales, illustrations: Georges Lemoine

Citation :
Les Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar ont paru en 1938 chez Gallimard, dans la collection "Renaissance de la nouvelle" dirigée par Paul Morand. Ces contes et nouvelles avaient été publiés initialement, pour la plupart, dans des revues littéraires durant l'entre-deux-guerres. Marguerite Yourcenar a revu la composition de son recueil en 1963 et en 1978, afin de n'y retenir que dix de ces courts récits tirés tantôt de fables, de légendes ou de textes littéraires authentiques, tantôt de superstitions ou de faits divers contemporains. De la Chine à la Grèce, des Balkans au Japon, ce recueil constitue un ensemble à part dans l'oeuvre puissante de la grande romancière, mêlant le rêve à la réalité de façon subtile, ardente et parfaitement maîtrisée. Admirateur de l'oeuvre de Marguerite Yourcenar, Georges Lemoine avait déjà illustré deux des Nouvelles orientales pour la célèbre collection "Enfantimages" de Gallimard Jeunesse : Comment Wang-Fô fut sauvé (1979) et Notre-Dame des hirondelles (1982). Désireux de poursuivre ce travail, il met en images aujourd'hui l'ensemble du recueil, avec vingt-sept dessins originaux.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeJeu 24 Nov 2016 - 14:28

ah, j'y jetterai un œil à l'occasion, mais ce n'est pas mon livre préféré de Yourcenar...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeJeu 24 Nov 2016 - 14:38

oui, en effet, dans ce cas c'est moins tentant... mais j'adore les illustrations de Georges Lemoine...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casus Belli
Posteur en quête
Casus Belli

Messages : 91
Inscription le : 26/12/2014
Localisation : Eure-et-Loir

Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitimeJeu 24 Nov 2016 - 18:17

J'ai proposé les Mémoires D'Hadrien à mon cercle de lecture local ; j'espère qu'ils ne seront pas déçus du voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arts-narratifs.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




Marguerite Yourcenar - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Yourcenar   Marguerite Yourcenar - Page 9 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Marguerite Yourcenar
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Boeuf marguerite - Fifine
» MONVILLE X LEBAS
» Ste Marguerite / Fauville pour Charles Chevalier
» Histoire des communes - Saint-Jouin-Bruneval
» [Style] Sweet'n'girly ou Larme-kei

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: