Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Yasmina Khadra [Algérie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
moinonplus
Envolée postale
moinonplus

Messages : 225
Inscription le : 15/09/2009
Age : 28

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeDim 11 Oct 2009 - 23:13

J’ai beaucoup aimé tous les avis que vous avez donnés sur Yasmina Khadra. Les extraits, les commentaires…vous en dites beaucoup de choses, et j’ai adoré.
Concernant son pseudonyme Yasmina Khadra, c’est le nom de sa femme. Dans un article de journal de la presse algérienne, on parle d’un pseudonyme utilisé par crainte des crimes du terrorisme. Qui ne connaît pas la décennie noire qu’a vécu l’Algérie de 1990 jusqu’à l’an 2000, dont beaucoup d’intellectuels en furent les victimes du premier plan : journalistes, écrivains, chanteurs, magistrats, comédiens…etc. L’écrivain avait commencé par publier des textes en langue arabe signés par son véritable nom : Mohamed Moulessehoul (officier dans l’armée algérienne, il a participé à la guerre contre le terrorisme). En suite il passa à la langue française avec ce pseudonyme en guise de nom, et une nouvelle carrière qui s’annonce, c’est l’écriture qui s’est forgée après des années de combat à la vue du sang, des malheurs du peuple algérien à l’époque, et de l’horreur qui avait régné dans toutes les régions. A la question « Pourquoi le français ? » Yasmina Khadra répond : « Je n’ai pas choisi. Je voulais écrire. En russe, en chinois, en arabe. Mais écrire ! Au départ, j’écrivais en Arabe. Mon prof d’arabe m’a bafoué, alors que mon prof de français m’a encouragé ». Moi je pense plutôt qu’il avait fait ce choix parce qu’il savait que son pays dans les temps difficiles qu’il vivait dès lors n’allait pas l’apercevoir, alors que Yasmina Khadra voulait une véritable carrière d’écrivain !

Si je réponds à ce fil, c’est surtout pour parler d’un livre, qu’apparemment vous n’avez guère lu ! Ou peut-être que je n’ai pas bien remarqué. « A quoi rêvent les loups », Editions Julliard, 1999. la décennie noire qu’a vécue l’Algérie se trouve révéler dans toutes ses lignes dans ce livre. Il est surprenant par son vocabulaire choquants parfois, mais objectif, la révélation de l’impact des faits politiques et historiques. Ce n’est plus l’écriture d’un écrivain, mais le témoignage d’un officier militaire, qui a tout vu, et qui en a la gorge pleine, il faut qu’il raconte !

Je présente l’histoire ;
Récit d’un terroriste, qui au moment même où la police assiégeait un immeuble de la banlieue d’Alger dans lequel il se trouvait avec ses compagnons, tués l’un après l’autre, prenant conscience qu’il vivait ses derniers moments ; défile dans sa mémoire les instants de sa vie, le chemin qui l’a amené jusqu’ici, qui a fait de lui un terroriste.

Nafa Walid, était un jeune homme beau, séduisant, qui rêvait de gloire, et de célébrité. Son but était d’être comédien ; mais comment peut-on devenir acteur, n’ayant aucune fortune, ni un niveau d’étude important ? Obligé de subvenir aux besoins de sa famille, et afin de gagner sa vie, il devient chauffeur chez les Raja –riche famille prospère à Alger-.
Il découvrira l’argent facile, l’aisance, tout en étant dénudé au fil du temps de sa dignité, de son amour propre, de ses principes, de sa personne elle-même. Il accepte quand même de se plier aux outrances, n’ayant pas trop le choix.
Cependant les choses prennent un autre tournant, quand Nafa Walid assiste au meurtre d’une jeune fille morte par overdose. Il observa avec une âme effarée comment on tabassa son visage, puis on enterra le cops gisant dans une forêt au milieu de nulle part.
N’en pouvant supporter d’avantage, il s’enferme chez lui, anéanti par l’atrocité de la scène dont il fut témoin, hanté par le démon de la victime.
Son seul refuge fut la mosquée, son imam était un terroriste. Lavage de cerveau, une lente descente aux enfers commence pour ce jeune algérien dont l’âme était faible. Il est une proie facile pour les terroristes, qui influent notamment sur les exclus de la société, ceux qui étaient pauvres et mis en quarantaine. Ravagé par une haine atroce qui l’excédait, il se transforme en combattant, perdant toute conscience humaine. Tuant, égorgeant, massacrant sans aucune pitié ni reproche, même les bébés ne furent pas épargnés, il légitimait chaque acte meurtrier.

Ce qui est terriblement vrai dans l’histoire, c’est que c’est vrai ! La fiction disparaît derrière la part d’histoire relatait avec une vigueur expressive remarquable. Khadra lance un cri, il montre que ces mis en quarantaines sont ceux qui se retournent contre la société. Il passera beaucoup de temps pour que ce livre soit enfin compris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thomas212
Envolée postale
thomas212

Messages : 177
Inscription le : 27/06/2009
Age : 51
Localisation : Marrakech

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeLun 12 Oct 2009 - 11:32

Bravo Moinonplus,une très belle revue qui donne envie de lire le livre.Le voici dans mes priorité de prochaine lecture.

Juste un mot sur Yasmina khadra dont j'ai lu deux livre,L'attentat et Les sirène de Bagdad que j'ai beaucoup aimé.
Sont talent s'exprime pleinement dans les situations dramatique et dure,un peu comme Andrei Makine.
Certain écrivain s'épanouissent dans l'ordinaire,lui et pour des raisons évidente lié a sont histoire(comme tu le dis très bien),a besoin de cette tension extrême dans son récit.
J'apprécie sa justesse et sa mesure dans la répartition des fautes,spécialement avec L'attentat qui est un des livres les plus intéressant que j'ai lu sur la situation en Israël .

Les cailloux qu'on lui envoi pour ses maladresse télévisuelle sont vraiment injustifié.La TV ,depuis le depart de Pivot écrase les bon et fait brillé les médiocres.
L'injustice dont il se plaint,et que je comprend, est bien compensé par sa renommé international.Il lu et reconnu dans les milieu Anglo-Saxon, ce qui n'est pas le cas de certaines star local dont on parle beaucoup et que l'on lis peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thomassaliot.com
Eve Lyne
Sage de la littérature
Eve Lyne

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeLun 12 Oct 2009 - 15:40

Un des mes auteurs préférés. J'ai tout lu, dont beaucoup avant mon inscription sur ce forum d'où l'absence de commentaires.

Je me souviens parfaitement du roman "A quoi rêvent les loups". C'est très noir. Je l'avais lu après toute la série du Commissaire Loeb, qui était elle aussi très violente, moins cependant que celui dont tu parles Moinonplus.

Si j'aime cette plume, j'avoue cependant que tous ses livres finissent par se ressembler, sans laisser aucune lueur d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isabus2
Espoir postal
isabus2

Messages : 47
Inscription le : 18/07/2009
Localisation : Moselle

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeMar 15 Déc 2009 - 18:43

Je lis L'attentat, de Yasmina KHADRA, grâce à une collègue, qui m'a fait découvrir aussi Muriel Barbury (que j'aime beacoup), je n'ai pas lu le résumé, ne connaissait pas l'auteur, et comme à mon habitude me suis laissée porter par les lignes. Il est vrai que le nom de l'auteur (j'i découvert ici que c'est un pseudonyme, ceci explique parfois cela, j'y reviendrai).
L'écriture est agréable, de belles tournures, quelles envolées romantiques, un peu de philosophie sans la leçon, et beaucoup d'humanité. L'histoire est sans surprise ou presque, je ne vais vous la révéler, et l'Histoire ne sert pas de pretexte non plus, pour planter des convictions, un destin, un décor voire même le roman. En effet, quelques (rares) romanciers ont la fâcheuse tendance à remplir avec des faits avérés sans en faire bonne usage, pour Yasmina, c'est tout le contraire, la réalité est là qui devient une véritable arrière scène, la vie des peronnages est l'essentiel. Un bon roman, en somme.
Je disais que l'auteur est un homme et pas une femme. Je dirai que j'étais étonnée du portrait de Kim, comme si elle était peinte par son mari. Etant le narrateur, il n'y a rien d'étonnant mais quelques indices suscitent un certain doute, qui n'aurait jamais transpercé si je n'avais pas eu cette information. Je ne dirai pas qu'un romanicer n'est pas capable, selon sa nature de peindre habilement l'autre sexe, peut-être un ressenti strictement féminin. Le sujet est ouvert aux avis!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isabus2
Espoir postal
isabus2

Messages : 47
Inscription le : 18/07/2009
Localisation : Moselle

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeLun 25 Jan 2010 - 8:07

Après L'attentat qui m'a ravie tant l'humanité y est grande, humanité par les destins dont seul l'homme en a le mystère, humanité par l'humilité des sentiments, humanité pour la grandeur d'âme; un sage cet écrivain dans la voix de ses personnages; je suis passée à Ce que le jour doit à la nuit.
Ce roman est une d'une beauté sans pareil dans le traitement des passions humaines. Le fond de guerre d'indépendance est traité avec sagesse; il n'y a pas de dénonciations pour les uns et les autres, l'Histoire une fois encore n'est pas prétexte dans cette prose, et la prose n'est pas prétexte aux idées, ce qui le rendrait, soit dit en passant, moins fluide. Comme un chef d'orchestre, Yasmina Khadra fait passer le lecteur par des envolées lyriques et des roulements de tambours très bien rythmés. C'est un bon roman et je me disais, qu'il fallait pour continuer à apprécier cette littérature, lire autre chose, trop de sagesse n'est pas bon alors je me suis tournée vers un autre auteur Antoine Filissiadis, Surtout n'y allez pas (thriller psychologique), c'est haletant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
Eve Lyne

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeSam 29 Mai 2010 - 19:21

L'Olympe des Infortunes.

C'est un conte philosophique qui se déroule dans un terrain vague situé au bord de la Méditerranée. Est-il en France, en Algérie ou ailleurs, libre au lecteur d'en décider. Sur ce terrain vivent des clodos. Ils sont nombreux : Ach le borgne, joueur de banjo à ses heures, qui a pris sous son aile Junior, un simplet d'une trentaine d'années ; Négus, un Noir qui se rêve dictateur ; Haroun dit le Sourd car il n'écoute pas ; les frères Zoug, une paire de vieillards cacochymes autistes ; Aït Cétéra dit le Levier car il lui manque un bras ; Einstein, une sorte d'alchimiste forcené ; le Pacha ; etc., sans oublier les clodos de passage. On suit leur quotidien, où chaque jour se ressemble. Un jour arrive une sorte de Moïse, colossal, aux longs cheveux lactescents, à la soutane d'une blancheur impeccable. Il s'appelle Ben Adam (fils d'Adam), se prétend l'homme éternel, dit avoir tout vu et tout vécu et vouloir les sortir de leur déchéance intellectuelle, les obliger à aller en ville où ils pourraient rebondir.

Yasmina Khadra nous avait habitués à des romans engagés, aux personnages ancrés dans une réalité concrète, socio-historico-pollitique. Ici, les personnages semblent désincarnés, sans consistance réelle, ayant atteint le degré zéro de l'existence, sans passions, sans désirs d'avenir, sans espoirs. Les dialogues utopiques et naïfs comportent de nombreux clichés du style l'argent ne fait pas le bonheur. Il reste l'écriture magnifique, dans un français impeccable et poétique, sans les lourdeurs stylistiques propres à ses précédents ouvrages.

J'ai adoré le style. Je ne suis pas rentrée dans l'histoire trop manichéenne. Une déception, cependant pour la beauté de l'écriture ça vaut le coup. Une lecture facile et rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Juil 2010 - 21:35

La part du mort



Le commissaire Brahim Llob est un homme atypique: il brave les foudres de son supérieur, il ignore les dents longues d'un collègue, regarde d'un oeil goguenard sa secrétaire, éternelle célibataire, essayer tous les styles pour attirer les regards masculins, et surtout, il soutient jusqu'au bout son lieutenant, Lino, embarqué dans une histoire de coeur qui lentement mais sûrement le mène au bord du gouffre. Pour couronner le tout, Llob reçoit un appel d'un psychiatre effrayé d'apprendre la grâce d'un de ses patients, auteur d'épouvantables meurtres en série.

De fil en aiguille, notre commissaire se retrouve emberlificoté dans une histoire des plus troublantes où l'ombre des hommes de pouvoir plane, menaçante, sur une enquête banale. Entre pressions, arrestation musclée et accusation rapide du lieutenant, arrivée d'une jeune femme universitaire et retour vers un passé que tout le monde souhaiterait oublier, Llob creuse sous la chappe de plomb d'une société encore marquée par les combats pour l'indépendance, et nous emmène au coeur d'une Alger tortueuse et dans un arrière-pays muet et secret, secret au point de taire une iniquité monstrueuse. Llob et son combat, à la Don Quichotte, contre les moulins à vent que sont les riches potentats, ceux qui manipulent et décident dans l'ombre, sont une épine au coeur d'un système qui tourne autour du non-dit, d'une omerta et des luttes intestines pour la moindre petite parcelle de pouvoir.
Avec "La part du mort", Yasmina Khadra dresse le portrait d'une Algérie qui a encore des comptes à régler avec son passé, avec les drames d'un certain mois d'août 1962 qui vit la colère et la violence s'abattre sur ceux qui avaient choisi le mauvais camp. C'est avec la complicité du regard d'un commissaire qui lui ressemble, que Khadra pointe, avec une amère ironie, les incohérences, les injustices et les compromissions d'un pouvoir politique soumis à la loi du pouvoir de l'argent; un pouvoir reniant un peu trop vite les idéaux des années soixante, pour mieux céder aux sirènes financières, celles qui n'ont pas de frontières et encore moins de lois.
Khadra montre, à travers cette enquête particulièrement dérangeante du commissaire Llob, policier en froid avec sa hiérarchie et les hommes de pouvoir, comment s'installe, insidieusement, la montée de l'islamisme en Algérie: les ingrédients sont réunis (trahisons, compromissions, argent sale, corruption et autres petitesses humaines) pour que le peuple, lassé des mensonges et de la misère, se jette dans les bras de ceux qui lui promettent des lendemains plus justes et plus chantants. Sous son regard acerbe, la décolonisation est comme un écho à la Libération en France en 44: la pagaille ambiante permit à certains de régler des comptes douteux et d'effacer des ardoises peu glorieuses, compromettant une aura politique....le massacre des harkis par un FLN victorieux est une vilaine tâche indélibile, plombant la société algérienne qui n'ose encore faire son devoir de mémoire.
Yasmina Khadra, avec brio, fait exploser avec jubilation une langue alliant la gouaille à la force romanesque où la beauté des paysages algériens, tant urbains que ruraux, est à couper le souffle. Llob a parfois des accents de San Antonio, ce qui participe au plaisir de lire, et son impertinence salvatrice, épine qui titille la bienséance et remet à leur place les donneurs de leçon....un personnage que le lecteur n'est pas prêt d'oublier.
On comprend que Khadra puisse agacer au plus haut point les autorités algériennes: ses romans sont autant de coups de pieds dans une fourmilière qui n'aspire qu'à continuer ses menus et gros trafics.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Juil 2010 - 21:40

Morceaux choisis


De mémoire d'Algérien, jamais nous n'avons réellement envisagé de nous réconcilier avec notre vérité. Et quel salut peut-on prescrire à une nation lorsque la crème de ses fils, celle censée éveiller les consciences, commence d'abord par travestir la sienne?" (p 17)


"Le colon parti, on s'est perdu de vue. A force de chercher coûte que coûte à croquer la lune, nous avons renoncé à l'essentiel: la générosité. Les hommes, Brahim, c'est comme les éléphants. Un pas en dehors du groupe, et déjà ils courent à leur perte. Nous sommes devenus égoïstes. Et nous avons rompu les amarres. Nous croyons prendre nos distances vis à vis des autres; en vérité, nous dérivons. En nous isolant, nous avons dégarni nos flancs, si bien que la moindre taloche nous traverse de part en part comme une estocade. Parce que nous avons choisi de manoeuvrer en solo, nous nous décomposons. Nous nous égosillerions jusqu'àn extinction des voix que personne ne viendrait à notre rescousse, puisque chacun n'écoute que son propre chant de sirène." (p 102 et 103)

- Il est grand temps de faire le deuil de cette guerre, dit Soria. La seule façon d'y parvenir est de la regarder droit dans les yeux. Le mal a été fait. Pour le conjurer, il faut l'admettre d'abord. Mon collègue et moi en sommes persuadés. Nous avons un devoir de mémoire à accomplir; rien ne nous fera dévier de la voie pour laquelle nous avons opté, ni anathème ni bûcher.(...)...Certains silences sont insupportables. A l'usure, on essaie de faire avec. Cela ne suffit pas. A force de se mentir, on cesse d'être soi-même et l'on devient son propre inconnu." (p 244)

"Deux hommes ont déjà été éliminés, cette semaine, à Sidi Ba, pour moins que ça. Leur assassin oublie - à l'instar des autres assassins - qu'on peut tuer des témoins par milliers, jamais on ne tue tout à fait la vérité." (p 319)

" - Alors, où est-elle, cette foutue sainte Vérité, commissaire? Dans la leçon que les hommes n'ont jamais su assimiler? Dans la banalisation des tragédies au point que les générations miraculées s'estiment lésées et réclament leur part de damnation? Dans la piété qui attende des étoiles ce que la terre lui propose en vain tous les jours? Si la Vérité venait à se joindre à nous un matin, nous en crèverion d'ennui avant la tombée de la nuit. C'est le mensonge qui nous aide à tenir le coup. Il n'y a que lui qui nous comprend, qui a pitié de nous...Le Mensonge est notre salut. Qu'est-ce que l'espoir, la tolérance, le rêve; qu'est-ce que la fraternité, l'équité, la fidélité; qu'est-ce que le pardon, la justice, le repentir sinon ce mensonge exquis qui nous fait passer plusieurs fois devant la même déconfiture sans que ça fasse tilt! dans notre esprit?" (p 408 et 409)

"Il n'est pire tranchée qu'une bouche qui veut mordre, il n'est pire imprudence que de lui prêter l'oreille." (p 414)


[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeDim 1 Aoû 2010 - 6:58

Les hirondelles de Kaboul


Citation :
« De plus aucun homme ne doit quoi que ce soit à une femme. Le malheur du monde vient de ce malentendu » p25
Citation :
« Avec ce voile maudit, je ne suis ni un être humain ni une bête, juste un affront ou une opprobre que l’on doit cacher telle une infirmité. C’est trop dur à assumer » p62

Citation :
« C’est toi qui a besoin d’attention, pas elle. (…).Résultat, ça t’a fragilisé, et il a suffit à une chienne mal odorante de gémir pour te fendre l’âme. Laisse-la crever. Je t’assure qu’elle est à sa place là où elle est. Après tout ce n’est qu’une femme. » p121

Trois phrases qui m’ont marquée, tout comme hier matin j’ai été confrontée de près, à une ombre en noir, un fantôme dans les rues de ma ville.
Un livre puissant, bouleversant, dont les mots donnent parfois la nausée tant ils sont durs. C’est hélas une vérité ; une vérité qui doit être dite, criée même.

Kaboul, l’armée russe est partie, les talibans ont pris le relai, et instaure un régime de terreur au nom d’un Dieu et d’une foi, d’une « vérité » qu’ils pensent détenir. La ville est anéantie, les Hommes aussi, les Femmes sont emmurées chez elles, ou engrillagées dans un linceul bleu qui les isole du monde telles des pestiférées, des encore moins que rien.
Chacun résiste à sa façon, mais pour combien de temps ?

Yasmina Khadra, dont c’est mon premier livre, a su me toucher au cœur avec ce court mais intense récit.

Mesdames, Messieurs, mettons nos petites querelles politiciennes de côté pour refuser haut et fort chez nous, ce qui nous apparaît comme inacceptable ailleurs.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Charlie
Agilité postale
Charlie

Messages : 970
Inscription le : 12/01/2010

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeJeu 20 Oct 2011 - 15:06

L'Equation africaine - 2011

Citation :
A la suite d'un terrible drame familial, et afin de surmonter son chagrin, le docteur Kurt Krausmann accepte d'accompagner un ami aux Comores. Leur voilier est attaqué par des pirates au large des côtes somaliennes, et le voyage « thérapeutique » du médecin se transforme en cauchemar. Pris en otage, battu, humilié, Kurt va découvrir une Afrique de violence et de misère insoutenables où « les dieux n'ont plus de peau sur les doigts à force de s'en laver les mains ». Avec son ami Hans et un compagnon d'infortune français, Kurt trouvera-t-il la force de surmonter cette épreuve?

Je viens de refermer le dernier livre de Yasmina Khadra et il ne m’a pas convaincu du tout !

Aucun personnage ne m’a fait vibrer, aucun ne m’a touché.
Je suis vraiment restée en dehors de cette histoire, qui me faisait plus penser à un reportage classique, consensuel, sur le Soudan, entre les bandes armées sans humanité, qui pillent tout ce qu’elles peuvent pour les monnayer, la population qui crève de faim et les gens de l’aide humanitaire qui tentent de les sauver.

L’écriture, les mots choisis m’ont semblé souvent pauvres, maladroits, mal choisis.
Ainsi, un peu après avoir découvert le cadavre de sa femme, le narrateur écrit « Ma femme s’est suicidée…L’amour de ma vie s’est évanoui…D’un claquement des doigts, mon univers s’est appauvri… » ( p. 22 ).
Ou il part dans des envolées qui se veulent lyriques : « Ma maison alors me devint une urne pleine d’une nuit qui se voulait les cendres de ma terre brûlée, de mes espérances consumées, de mon point d’ancrage parti en fumée » (p. 36).

Impossible de croire aux dialogues échangés entre les personnages. Par exemple, Blackmoon, un adolescent qui les surveille et qui explique pourquoi il est parti de chez lui : « Y avait rien, chez moi. J’étais comme un vieux rafiot dans un port désaffecté. Je prenais l’eau en attendant un acquéreur. » (p. 71).

Les dialogues me semblaient froids, didactiques, l'auteur veut délivrer un message et ça m’exaspère !

Non, vraiment, je n’ai pas accroché…et je pense que je ne tenterais rien d’autre de cet auteur affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeJeu 20 Oct 2011 - 15:17

Charlie a écrit:
[
L’écriture, les mots choisis m’ont semblé souvent pauvres, maladroits, mal choisis.
Ainsi, un peu après avoir découvert le cadavre de sa femme, le narrateur écrit « Ma femme s’est suicidée…L’amour de ma vie s’est évanoui…D’un claquement des doigts, mon univers s’est appauvri… » ( p. 22 ).
Ou il part dans des envolées qui se veulent lyriques : « Ma maison alors me devint une urne pleine d’une nuit qui se voulait les cendres de ma terre brûlée, de mes espérances consumées, de mon point d’ancrage parti en fumée » (p. 36).

Impossible de croire aux dialogues échangés entre les personnages. Par exemple, Blackmoon, un adolescent qui les surveille et qui explique pourquoi il est parti de chez lui : « Y avait rien, chez moi. J’étais comme un vieux rafiot dans un port désaffecté. Je prenais l’eau en attendant un acquéreur. » (p. 71).



Je me demande comment un éditeur peut publier un auteur (devenu) si mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie
Agilité postale
Charlie

Messages : 970
Inscription le : 12/01/2010

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeJeu 20 Oct 2011 - 15:21

darkanny a écrit:
Je me demande comment un éditeur peut publier un auteur (devenu) si mauvais.

Et en faisant un tour sur le net, on ne trouve que des critiques dithyrambiques....c'est dingue cette langue de bois scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeJeu 20 Oct 2011 - 15:25

Pas au Masque et la Plume je peux te dire, j'en ris encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeJeu 20 Oct 2011 - 19:06

darkanny a écrit:
Pas au Masque et la Plume je peux te dire, j'en ris encore.
Hé hé, oui, mais les extraits de Charlie m'ont également fait bien rire !

Au Masque et la Plume, même celui qui avait défendu les livres précédents de Khadra n'avait pas pu défendre son dernier ouvrage... Alors, il doit vraiment être pire que ses précédents (ou moins bon ?).
Les critiques dithyrambiques, oui, c'est toujours bizarres. On a quand même le droit de dire à un auteur qu'il s'est planté. C'est lui rendre service, finalement (vu qu'il est impossible de juger par soi-mêem, immédiatement, ce que vaut ses propres écrits). Ce serait le rôle de l'éditeur, oui. Mais finalement, si ça se vend bien, c'est peut-être lui qui a raison, d'un point de vue commercial, bien sûr.

C'est en tout cas un auteur que je ne compte pas lire, mais allez-y, continuez à publier des extraits, je les lirai avec plaisir et en rigolant bien ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Astazie
Envolée postale
Astazie

Messages : 102
Inscription le : 02/05/2011
Age : 64

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitimeVen 21 Oct 2011 - 10:01

Je n'ai pas l'habitude de regarder les critiques avant d'avoir fini ma lecture, mais là, je n' avance pas dans ce livre.
Aucun personnage m' attire, je trouve qu'ils sont d'une banalité ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Yasmina Khadra [Algérie]
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» yasmina khadra
» Yasmina Khadra: L'ambition de mieux faire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature africaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: