Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Yasmina Khadra [Algérie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
krys
Sage de la littérature
krys

Messages : 2093
Inscription le : 06/09/2009
Age : 60
Localisation : sud ouest

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeJeu 29 Déc 2011 - 20:47

L'équation africaine


Un médecin généraliste allemand, à la vie sans histoire, voit son existence s'écrouler quand son épouse se suicide, à la suite d'une défaite professionnelle. Abasourdi, le médecin accepte la proposition d'un ami, propriétaire d'un voilier, d'aller à l'aventure près des côtes africaines. Mais les deux amis sont capturés par des pirates soudanais et retenus en otage. De son existence privilégiée, Kurt se voit d'un seul coup plongé dans un univers où la violence est reine, où l'absurde et l'arbitraire règnent. Au cours de sa détention, il va découvrir cependant l'amitié, et un pays malgré tout attachant.
Une belle histoire que celle de Kurt, le poisson rouge qui voyait tout de son bocal et découvre la réalité et le quotidien des populations malmenées par la guerre. Mais quand même tout est trop : son existence si protégée, son compagnon de captivité, un baroudeur épris de l'Afrique, la sauvagerie des pirates, dont l'un d'eux est malgré tout poète ! Et, bien sûr, la belle infirmière, arrivée juste à point...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeDim 15 Avr 2012 - 0:09

Ce que le jour doit à la nuit


Peu de mots, pour dire que j’ai beaucoup apprécié de faire ce bout de chemin avec Younes. Cette histoire m’a rapidement prise dans ses bras pour me porter dans un pays que je connais mal. Il n’y a aucun manichéisme ; Ysamina Khadra, montre au contraire toutes les contradictions d’un enfant balloté entre deux cultures, et deux univers, et, qui feront de lui un homme tiraillé tout au long de sa vie. C’est en partie cela qui explique son manque de détermination, une certaine passivité, voir une certaine complaisance par rapport aux choses et aux personnes. Il ne semble pas savoir où se situer dans ce pays en pleine rébellion, au milieu de gens d’horizons et aspirations si divers.
J’ai souvent eu envie de le secouer, de le pousser jusqu’au bout de ses désirs, de l’inciter à dépasser ses peurs et ses blocages. J’aurais aimé qu’il ose, qu’il sorte de sa coquille, qu’il prenne des risques. Younes n’est pas de ceux-là. Younes n’est pas acteur de sa vie, il laisse la vie se jouer de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
petitepom
Envolée postale
petitepom

Messages : 155
Inscription le : 25/06/2012
Age : 53
Localisation : Corrèze

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeJeu 28 Juin 2012 - 15:58

l'équation africaine
J’aime certaines histoires de cet auteur, d’autres moins ; j’ai adoré « les hirondelles de Kaboul » et « Attentat ».
Je suis ses sorties littéraires avec intérêt et quand le sujet me plait, je me laisse tenter.

Pour ce roman, c’est l’Afrique qui m’a donné envie de le lire, on entend parler des otages à la télévision mais on est tellement submergé d’info qu’on oublie trop vite.

Le récit de ces deux hommes pris en otage est facile à lire mais peu être trop « doux », les conditions de vie tel qu’il les décrit sont supportables, les otages, trop sympa ; à la fois, l’auteur ne prend aucun parti ; les individus qui font le commerce d’hommes ont de bonnes raisons d’être en colère contre les occidentaux.

Je retrouve la plume de Y. Khadra où chaque camp a ses raisons d’agir même si les moyens sont violents.

Un bon moment de lecteur, mais je ne pense pas que je garderais longtemps son souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petitepom.wordpress.com
SCOman
Envolée postale
SCOman

Messages : 102
Inscription le : 08/06/2012
Age : 33
Localisation : Tours

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeJeu 23 Aoû 2012 - 10:37

Les sirènes de Bagdad


Kafr Karam est un petit village perdu au fin fond du désert irakien. Les jeunes y errent sans aucune perspective d’avenir, totalement désœuvrés, et les anciens se complaisent dans une vie morne et routinière, reclus du monde, pendant que dans tout le pays les troupes d’occupation américaines font l’objet d’attentas à répétition. Le dictateur Saddam Hussein a beau avoir été déchu de son piédestal, le pays n’en sombre pas moins dans la guerre civile et le chaos. Le narrateur de cette histoire fictive, un jeune Bédouin réservé et sensible, va voir sa vie en basculer deux fois, coup sur coup. La première fois lorsque son cousin, handicapé mental, est injustement abattu sous ses yeux par une patrouille de GI‘s. La deuxième fois lorsque sa famille et lui se font molester et humilier par une escouade américaine venue fouiller le village à la recherche d’hypothétiques cachettes d’armes. Ces deux évènements tragiques, qui viennent s’ajouter aux reportages anti-américains quotidiens d’Al Jazeera, vont insuffler au protagoniste une haine sourde envers l’occupant, à laquelle il lui faudra trouver coûte que coûte un exutoire. Il décide donc venger l’honneur de sa famille en venant grossir à Bagdad les rangs des fedayin promis au martyre des attentas-suicides.

Ce n’est pas pour rien que les romans de Yasmina Khadra rencontrent depuis une dizaine d’années un succès international. Avec Les sirènes de Bagdad celui-ci signe le troisième volet d’une trilogie débutée avec Les hirondelles de Kaboul et L’attentat. Sa narration est puissante, elle nous aspire dans les tourbillons ocres des étendues désertiques, elle saisit les sentiments des hommes exposés à la violence et à la misère, elle rend compte de l’immoral ballet des armes et du choc des civilisations qui se jouent actuellement au Proche-Orient. En nous faisant suivre l’itinéraire de ce jeune Bédouin, l’auteur nous projette dans ce que la guerre a de plus dramatique, à savoir l’aliénation idéologique menant au fanatisme et à l’intolérance. Et offre par la même occasion une vision assez pessimiste du dialogue interculturel, principe louable mais battu en brèche par les éruptions sauvages du ressentiment et de la vengeance. Entre Orient et Occident l’incompréhension est telle qu’aucun critère moral ne semble plus désormais plus voix au chapitre. Partageant la fuite en avant de ces individus égarés dans le chaos de la violence quotidienne, le lecteur n’entrevoit au final aucun espoir de rémission puisque même les êtres les plus innocents peuvent être frappés de manière aveugle par la mort, ou bien emportés par les flots d’une « colère inextinguible ». Aucune échappatoire possible donc, si ce n’est celle que nous offre la musicalité parfois enivrante du style d’écriture de Yasmina Khadra, perceptible dès le premier paragraphe : « Beyrouth retrouve sa nuit et s’en voile la face. Si les émeutes de la veille ne l’ont pas éveillé à elle-même, c’est la preuve qu’elle dort en marchant. Dans la tradition ancestrale, on ne dérange pas un somnambule, pas même lorsqu’il court à sa perte. » Les sirènes de Bagdad chantent la colère des hommes pour qui le soleil du Levant n’a pour teinte que de l’or du feu ou de la pourpre du sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdares.over-blog.com
krys
Sage de la littérature
krys

Messages : 2093
Inscription le : 06/09/2009
Age : 60
Localisation : sud ouest

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeMar 4 Déc 2012 - 11:56

Je viens de lire "ce que le jour doit à la nuit" qui ne m'a pas passionnée malgré quelques bons moments. Ce doit être le style qui ne me convient pas, ou l'histoire d'amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeJeu 6 Juin 2013 - 21:49

Charlie a écrit:
L'Equation africaine - 2011

Je viens de refermer le dernier livre de Yasmina Khadra et il ne m’a pas convaincu du tout !

Aucun personnage ne m’a fait vibrer, aucun ne m’a touché.
Je suis vraiment restée en dehors de cette histoire, qui me faisait plus penser à un reportage classique, consensuel, sur le Soudan, entre les bandes armées sans humanité, qui pillent tout ce qu’elles peuvent pour les monnayer, la population qui crève de faim et les gens de l’aide humanitaire qui tentent de les sauver.

L’écriture, les mots choisis m’ont semblé souvent pauvres, maladroits, mal choisis.
Ainsi, un peu après avoir découvert le cadavre de sa femme, le narrateur écrit « Ma femme s’est suicidée…L’amour de ma vie s’est évanoui…D’un claquement des doigts, mon univers s’est appauvri… » ( p. 22 ).
Ou il part dans des envolées qui se veulent lyriques : « Ma maison alors me devint une urne pleine d’une nuit qui se voulait les cendres de ma terre brûlée, de mes espérances consumées, de mon point d’ancrage parti en fumée » (p. 36).

Impossible de croire aux dialogues échangés entre les personnages. Par exemple, Blackmoon, un adolescent qui les surveille et qui explique pourquoi il est parti de chez lui : « Y avait rien, chez moi. J’étais comme un vieux rafiot dans un port désaffecté. Je prenais l’eau en attendant un acquéreur. » (p. 71).

Les dialogues me semblaient froids, didactiques, l'auteur veut délivrer un message et ça m’exaspère !

Non, vraiment, je n’ai pas accroché…et je pense que je ne tenterais rien d’autre de cet auteur affraid
d'accord avec toi Charlie! vraiment! j 'ai lu qq uns de ses autres livres mais je ne supporte plus les personnages de l 'équation africaine.Les traits de descriptions psychologiques sont ridicules!!!
malgré tout, bien que certaines phrases de description soient terriblement maladroites, d'autres sont plutôt jolies, on ne peut pas lui pointer un 0 tt de même! et ce malgré les personnages
Revenir en haut Aller en bas
Menyne
Agilité postale
Menyne

Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 48
Localisation : dis z'y mieux !

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Fév 2014 - 10:14

Les hirondelles de Kaboul


Chatperlipopette a écrit:


C'est le premier volet de la trilogie Wink

Ce roman montre combien il est difficile pour toute dictature d'étouffer à jamais les velléités de vivre des hommes.
Le souffle de la liberté apparaît inexorablement car le temps n'est jamais en faveur des dictatures.

mimi54 a écrit:
Les hirondelles de Kaboul


Citation :
« De plus aucun homme ne doit quoi que ce soit à une femme. Le malheur du monde vient de ce malentendu » p25
Citation :
« Avec ce voile maudit, je ne suis ni un être humain ni une bête, juste un affront ou une opprobre que l’on doit cacher telle une infirmité. C’est trop dur à assumer » p62

Citation :
« C’est toi qui a besoin d’attention, pas elle. (…).Résultat, ça t’a fragilisé, et il a suffit à une chienne mal odorante de gémir pour te fendre l’âme. Laisse-la crever. Je t’assure qu’elle est à sa place là où elle est. Après tout ce n’est qu’une femme. » p121

Trois phrases qui m’ont marquée, tout comme hier matin j’ai été confrontée de près, à une ombre en noir, un fantôme dans les rues de ma ville.
Un livre puissant, bouleversant, dont les mots donnent parfois la nausée tant ils sont durs. C’est hélas une vérité ; une vérité qui doit être dite, criée même.

Kaboul, l’armée russe est partie, les talibans ont pris le relai, et instaure un régime de terreur au nom d’un Dieu et d’une foi, d’une « vérité » qu’ils pensent détenir. La ville est anéantie, les Hommes aussi, les Femmes sont emmurées chez elles, ou engrillagées dans un linceul bleu qui les isole du monde telles des pestiférées,  des encore moins que rien.
Chacun résiste à sa façon, mais pour combien de temps ?

Mesdames, Messieurs, mettons nos petites querelles politiciennes de côté pour refuser haut et fort chez nous, ce qui nous apparaît comme inacceptable ailleurs.

Je ne savais pas que ce roman faisait partie d'une trilogie. Je me souviens avoir lu l'attentat qui m'avait déjà profondément secouée. Il en est de même avec Les hirondelles de Kaboul.
Yasmina Khadra réussit à nous dépeindre les changements de vie à Kaboul depuis l'arrivée des taliban. D'ailleurs peut-on appeler cela une vie quand on ne peut plus penser par soi-même, quand il faut suivre les idées religieuses imposées, quand on ne peut plus exercer son métier, quand il faut se cacher chez soi pour tenter d'être soi-même, quand on n'ose plus faire confiance aux autres même à ses proches ?
Une histoire bouleversante,angoissante, révoltante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 68
Localisation : Nouvelle calédonie

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Yasmina Khadra   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeLun 26 Jan 2015 - 4:56

Ce que le jour doit à la nuit

Ca ne m'a pas passionnée, sans doute les personnes ayant vécu les heures difficiles de l'indépendance algérienne seront-elles davantage intéressées....à la fois par la vie quotidienne des uns et des autres bien décrite, la montée du climat d'insécurité, des relations difficiles entre les colons et les algériens, etc...

L'histoire d'amour entre Jonas et Emilie qui n'aboutit à rien, une espèce d'obsession de la part d'Emilie...nourrie de rien....quant à Jonas, sa personnalité relativement veule...m'a quelque peu agacée...

Bref, il n'y a pas vraiment de personnage sympathique dans ce roman, hormis ses oncle et tante qui l'ont adopté et lui ont permis de sortir de la misère où vit sa famille qui disparaît sans que cela ne l'émeuve trop au fond Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeVen 19 Juin 2015 - 10:27

L’Attentat




Amine Jaafari est un éminent chirurgien. Arabe d’origine palestinienne, il a été naturalisé israélien et vit avec sa femme dans une somptueuse demeure d’un quartier huppé de Tel-Aviv. Il a réussi. Parti de rien et après avoir vécu la misère, il est aujourd’hui intégré, à son aise financièrement et considéré.

Lorsqu’un attentat est commis. Une femme kamikaze s’est faite exploser dans une restaurant bondé, tout près de l’hôpital dans lequel exerce Amine. Tout le personnel se met immédiatement sur le pied de guerre et s’apprête à recevoir les blessés. Il en arrive tant qu’Amine passe la journée et une partie de la nuit en salle d’opération. Plusieurs victimes meurent avant qu’il n’ait pu les sauver. Ce qu’un médecin – même de son expérience – ne parvient pas à accepter.

Dans la nuit, alors qu’il est rentré chez lui prendre un peu de repos, Amine est réveillé par le téléphone. Il doit revenir à l’hôpital de toute urgence. Là, un officier de police lui révèle que le kamikaze est sa propre épouse. Amine refuse d’y croire. Sa femme est étrangère à cette horreur. Terrassé de douleur, il finit tout de même par admettre l’évidence : il ignorait une grande partie de la vie de Sihem. Il n’a dès lors plus d’autre souhait que de connaître la vérité. Pourquoi n’a-t-il rien deviné ? Pourquoi ne lui a-t-elle rien dit ? Lui a-t-elle envoyé un signe de détresse ? Aurait-il pu la sauver de la folie ? Quand, comment et pourquoi son épouse tant aimée a basculé dans l’extrémisme ?

Une quête dangereuse et qui menace de le rendre fou dans un monde qui n’est pas le sien et qu’il ne comprend pas. Un monde qui ne veut d’ailleurs pas de lui.

Un récit fabuleux qui m’a rappelé la plume de Boualem Sansal. Comme lui, Yasmina Khadra excelle à décrire les mouvements radicaux, leur lutte quotidienne, les attentats aveugles. Mais Khadra sort également de ce cadre islamique qu’il n’a au final abordé que pour le différencier du conflit fratricide israélo-palestinien. Le refus de l’autre, les éternelles représailles qui ensanglantent le pays, l’édification du Mur de la honte auquel l’auteur accorde un « M » majuscule, les vœux pieu de paix que tout le monde souhaite sans personne ne veuille faire le premier pas. Khadra m’a également évoqué Sorj Chalandon et le talent de celui-ci à décrire la guerre et ses horreurs.

Un récit bouleversant et magnifiquement écrit dans lequel Amine se débat entre ses convictions, sa vocation de guérir, la tension des israéliens parmi lesquels il vit et les souffrances du peuple palestinien dont il est issu.

Superbe !

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Invité
Invité



Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeVen 19 Juin 2015 - 13:56

Ma lecture est trop ancienne pour en parler vraiment, je me souviens néanmoins que l'Attentat m'avait laissé un goût d'inachevé, notamment parce que j'aurais aimé que le cheminement intime de la femme kamikaze soit plus exploré.

Peut-être cette lecture arriva-t'elle trop rapidement après celle des hirondelles de Kaboul, que j'avais trouvé absolument magnifique et qui m'avait durablement marquée. L'attentat avait forcément souffert de la comparaison, difficile de passer après un coup de coeur.
En tout cas, je te conseille vivement Les hirondelles de Kaboul.

Et depuis le temps que je dis que je dois lire Boualem Sensal...
Revenir en haut Aller en bas
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeDim 30 Aoû 2015 - 18:36

Aujourd'hui on m'a donné un Khadra, par curiosité j'ai voulu savoir si on en parlait ici et j'ai lu en diagonale les commentaires, j'ai fait une lecture rapide en survolant le sujet, il commence bien pour l'auteur et ensuite c'est l'orage. J'ai cessé la lecture j'y reviendrai quand mon commentaire sera posé je ne veux pas l'orienter selon vos dires. Donc à bientôt... Very Happy
Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Liregf10

P.s : comprenons nous "je ne veux pas l'orienter selon vos dires." veut dire que je vais essayer de faire un commentaire personnel..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeMer 2 Sep 2015 - 15:29

Ce que le Jour doit à la Nuit





En Algérie, dans la seconde moitié des années 1930. Alors que la guerre fait rage en Espagne, Younes et sa famille entasse ce qu’il reste de leur vie partie en fumée et gagne la grande ville – Oran. Ils ont tout perdu, leurs terres, leurs richesses, leurs joies et leurs illusions.

Tenter de se reconstruire. Ailleurs. Se retrousser les manches et tout recommencer à zéro pour sortir de la misère. Le jeune Younes, neuf ans, voit son père trimer. Celui-ci refuse toute aide. Son honneur lui ordonne de relever les siens à la seule force de ses bras vigoureux.

Pourtant, la tâche est telle que l’homme vacille. Il doit bientôt confier Younes à son frère aîné, pharmacien aisé à Oran. L’oncle est aux anges. Lui qui rêvait d’avoir un fils. L’enfant est donc élevé par son oncle et sa tante, désormais à l’abri du besoin. Il va à l’école et mange à sa fin. Il est gâté au-delà de l’imaginable. Les années passent. Younes grandit. L’oncle, un humaniste d’une droiture absolue, est subitement arrêté par la police coloniale en raison de ses sympathies pour les nationalistes. Relâché, il ne se remettra pas. Exilé dans un village de l’Oranais, il tente d’oublier et de refaire sa vie. Younes, lui, retrouve la campagne de son enfance avec délice. Les oliviers, les vignes, la liberté.

Avec trois amis insérables, il vit la seconde Guerre Mondiale de loin en loin. Puis, ce sont les prémices des révoltes autochtones qui préfigurent la guerre qui endeuillera le pays de novembre 1954 jusqu’aux accords d’Evian en mars 1962.

A travers le personnage de Younes, c’est toute l’histoire de l’Algérie des années 30 à l’indépendance du pays que le lecteur suit avec passion. L’Histoire avec un grand « H » écrite dans les livres scolaires, mais aussi les innombrables petits épisodes qui font un pays et un peuple. Les premières voitures à atteindre le village, les soldats américains basés à Oran à partir de 1942, les français qui ont bâti le pays et qu’on n’appelait pas encore « pied-noir », les algériens survivants pour nombre d’entre eux dans la misère et attendant leur heure, les autres algériens qui auraient préféré que l’Algérie reste française, et le grand amour de Younes réduit à néant à cause d’une simple rafale de vent…

Une grande fresque merveilleusement écrite par un écrivain de talent. De la joie, de la souffrance, des promesses faites un peu vite et qu’on regrettera sa vie durant, des actes manqués pesant lourds sur le cœur, de la violence, le camp que la vie choisit parfois à notre place, les figues et les olives mûrissant au son des cigales, le petit vin de pays dont on aura encore le goût sur les lèvres lorsqu’on sera exilé en terre provençale – juste en face. Et Emilie, si belle, si aimante et pourtant si inaccessible.

Quel livre magnifique !

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeMer 2 Sep 2015 - 20:18

Harelde a écrit:
Il va à l’école et mange à sa fin.
Peut-être une coquille mais j'applaudis à cette trouvaille riche en sens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeMar 8 Sep 2015 - 9:16

GrandGousierGuerin a écrit:
Harelde a écrit:
Il va à l’école et mange à sa fin.
Peut-être une coquille mais j'applaudis à cette trouvaille riche en sens !

Une coquille, oui. Je viens de la corriger dans mes petits papiers personnels. Merci à toi !
bonjour

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitimeLun 21 Nov 2016 - 0:24

vu en librairie :

DIEU N’HABITE PAS LA HAVANE


Yasmina KHADRA

"À l'heure ou le régime castriste s'essouffle, « Don Fuego » chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Aujourd'hui, les temps ont changé et le roi de la rumba doit céder la place. Livré à lui-même, il rencontre Mayensi, une jeune fille « rousse et belle comme une flamme », dont il tombe éperdument amoureux. Mais le mystère qui entoure cette beauté fascinante menace leur improbable idylle.
Chant dédié aux fabuleuses destinées contrariées par le sort, Dieu n'habite pas La Havane est aussi un voyage au pays de tous les paradoxes et de tous les rêves. Alliant la maîtrise et le souffle d'un Steinbeck contemporain, Yasmina Khadra mène une réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue, sans cesse contrebalancée par la jubilation de chanter, de danser et de croire en des lendemains heureux."
Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 97822610

je ne pouvais pas passer à côté, par contre le prix du livre refroidit, alors, quelqu'un l'a t'il lu...? car si c'est bon je delierai le cordon de ma bourse sinon j'économiserai 20 euros....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Contenu sponsorisé




Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Yasmina Khadra [Algérie]   Yasmina Khadra [Algérie] - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Yasmina Khadra [Algérie]
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» yasmina khadra
» Yasmina Khadra: L'ambition de mieux faire
» De Camus à Yasmina Khadra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature africaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: