Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Frédéric Dard ou...San Antonio

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Eve Lyne
Sage de la littérature
Eve Lyne

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeLun 20 Avr 2009 - 11:52

rivela a écrit:
Et il n'y a pas de honte à lire des San-Antonio, ça parle juste de nous avec vérité, pauvres être humains que nous sommes.

enthousiaste Tout à fait d'accord avec toi. On ne doit pas avoir honte de certaines de nos lectures. Les livres sont là pour offrir un large éventail de styles, et à chacun d'y trouver son bonheur. J'ai eu un prof de français qui disait toujours que l'essentiel était de lire et qu'on pouvait lire tout et n'importe quoi. Il y a toujours un acquis, même si on ne le voit pas sur le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeMer 12 Mai 2010 - 11:40

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 51h5bcXhqXL._SS500_Pour les 10 ans de sa disparition il y a des rééditions qui valent la coup comme l'histoire de France
Si vous voulez passez un excellent moment à rafraichir votre mémoire sur la France laissez vous tentez

Si vous voulez faire connaissance avec Frédéric Dard et ses livres plus sérieux il y a aussi par ex.

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 41dawLs4WYL._SL500_AA300_
Et encore tant d'autres livres
Frédéric Dard est mort il y a dix ans. Le romancier Didier van Cauwelaert, qui fut son ami, lui rend hommage.
Hommage

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Coeur-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
Constance

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeJeu 13 Mai 2010 - 11:26

Plus haut, j'ai lu que les San Antonio était une littérature pour hommes ... frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_scratch ... la littérature est asexuée, il n'existe que des écrivains et des lecteurs, quel que soit le sexe ...

En tant qu'aficionado, je possède la quasi totalité de l'oeuvre de Dard d'ailleurs, toujours en quête des éditions d'origine pour leurs couvertures marquées années 50, je détiens plusieurs exemplaires de San Antonio en double ...

Je ne pense pas avoir vu citer "L'ange noir", dont les aventures se situent pour la plupart aux US ... l'écriture fleurie de Dard y est déjà présente, mais il ne s'est pas encore dégagé de l'influence du polar américain ...


frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 4557189-San-antonio-l-ange-noir---165x123-ehf

Super Poche (Fleuve noir) , quatre romans en un volume : "Le boulevard des allongés", "Le ventre en l'air", "Le bouillon d'onze heures", et "Un cinzano pour l'Ange noir", le dernier se situant en France ...


Extrait du prologue :

"Si vous ne craignez pas le vertige et si vous aimez les spectacles impressionnants, allez donc faire un tour dans les sommiers de la Criminelle. Vous demanderez au tordu de service la permission de jeter un coup d'oeil sur le casier judiciaire de l"Ange noir" , et alors vous sentirez votre cerveau se ratatiner et devenir à peine plus gros qu'une larme de fourmi; si vous avez encore des tifs sur le dôme - ce que je vous souhaite de bon coeur - ils se lèveront tout droit comme si on leur jouait la "Bannière étoilée". Et les bonshommes sentiront une certaine partie de leur individu se friper comme de la chicorée d'automne ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeJeu 13 Mai 2010 - 15:14

A 10 près les San-Antonio je les aient tous lu.
Constance, L'ange noir j'ai du en lire 2 ou 3 il y a aussi Kaput je pense que tu as du aussi en lire à mon avis. C'est ambiance gangster année 50 d'inspiration cinéma américain

Constance on trouve dans les Emmaüs beaucoup de vieux San-Antonio si tu en cherche en édition original
des fois on tombe sur de bonnes surprises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeJeu 13 Mai 2010 - 15:30

San Antonio est au carrefour de la littérature, du bazar, du livre de genre. Difficile de rester indifférent. Poour ma part j'envisage de tous les lire.Je fais cela en vacances quand je veux me détendre et passer un bon moment. Je ne me lasse jamais de ses bons mots et de son athmosphère. Ma compagne est incapable de lire Sana, trop masculin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeMer 19 Mai 2010 - 9:07

Concernant " Des dragées sans baptême "

Notre bon commissaire Sana se retrouve dans de beaux draps. Pensez, contraint bon an mal an, par sa hiérarchie de faire disparaître un de ses collègues jouant les agents double au service de la pègre. Sana s'exécute en exécutant le traître. Avant de passer l'arme à gauche, le renégat dans un sursaut de dignité et désirant soulager sa conscience, balbutie quelques mots au commissaire, qui à partir d'un mot va se lancer corps et âmes dans une enquête semée de quiproquos les plus invraisemblables. Plonger dans le climat de la pègre des années cinquante, au siècle dernier, reste jubilatoire. Les codes de l'époque, l'ambiance des estaminets, les rapports hommes femmes. Cependant, c'est avec ce genre de bouquin que Dard a été catalogué " Roman de gare". Les bons mots ne fusent pas encore comme dans les autres Sana. Absence de Béru et de Pinaud, on est dans la première mouture des légendaires aventures du commissaire. Sana est très violents dans cet ouvrage, pensez, il égorge de ses dents un malfrat ayant ficelé le commissaire comme un vulgaire rôti. Pour les fans, évidement. En revanche pour iceux qui ne connaissent pas les aventures, je ne conseillerai pas de commencer par ce titre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeLun 7 Juin 2010 - 9:11

Hier cela faisait dix ans qu'il a rendu l'âme, Requiescat in pace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
Constance

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeLun 7 Juin 2010 - 9:20

Hexagone a écrit:
Hier cela faisait dix ans qu'il a rendu l'âme, Requiescat in pace.


La seule chose qui m'ennuie dans la mort, c'est d'être absent.

Fréderic Dard

(Pensées de San-Antonio)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeVen 30 Juil 2010 - 10:29

Le monte charge

C'est l'histoire d'un type qui revient habiter dans sa ville natale après avoir fait 6 ans de prison, il retourne vivre dans l'appartement de sa mère qui est morte entre temps.
Le premier soir de son retour il va en ville au restaurant, rencontre une femme qui est avec son enfant, elles sont seule, lui est seul, ils vont au cinéma pour lui c'est le coup de foudre ils s'embrassent. La femme prpose à l'homme de l'accompagner chez elle.
Arrivés dans l'appartement ils découvrent le mari de la femme mort.....

A partir de la commence toute une série de rebondissements, en l'espace d'une nuit nous voyons le scénario d'un crime qui devrait être parfait si il n'y avait pas à chaque instant un problème qui surgit pour enrayer la mécanique. Cet homme regrettera toute sa vie d'avoir rencontré cette femme.

Polar de Frederic Dard écrit en 61 , il fait partie des roman dit sérieux et pessimistes.
180 pages qui se lisent d'une traite tant l'intrigue nous tient en haleine du début à la fin.
j'adore ce genre de littérature simple et efficace avec un scénario très bien construit.

le monte charge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeVen 30 Juil 2010 - 10:36

"San-Antonio", de Frédéric Dard : San-Antonio remet le paquet

Paul Fournel
LE MONDE DES LIVRES | 29.07.10 |


Pour arroser le 10e anniversaire de la mort de Frédéric Dard, "Bouquins" publie les oeuvres complètes de San-Antonio. Ce n'est pas encore "la Pléiade", mais tout de même, c'est du solide : 175 romans, parus entre 1949 et 1999, à la queue leu leu en seize volumes de papier bible, à paraître sur trois ans.

Une décennie après la mort de son géniteur, le commissaire reste controversé : génie pour certains, il est également l'intolérable bouffon de beaucoup. Ceux-là savent. Ce sont ceux qui n'y pensaient plus que cette édition vise. Manière d'ajouter quelques retardataires aux 220 millions de lecteurs déjà répertoriés.

Que découvre-t-on de plus à lire les quarante premiers romans à la suite ? On découvre que Frédéric Dard est de son temps et que San-Antonio ne s'est pas fait en un jour. Dard est entré en écriture au moment où tous les romanciers voulaient écrire comme les Américains. C'est sur la carte des Etats-Unis qu'il a pointé un doigt au hasard pour trouver le nom de son héros. Côté narration, bondir sera toujours plus essentiel que construire et c'est sur cet élan qu'il tiendra (ou perdra) son lecteur. Contrairement aux Anglais (Chase et Cheyney), il n'américanisera pas ses intrigues et restera en France.

La première période, celle des années 1950, est noire. Même si SA est déjà plein de folie, les cadavres abondent, l'ombre d'Albert Simonin plane, les intrigues sont sous le signe de la menace planétaire. Dès le début, cependant, sont figées quelques règles qui ne changeront plus : SA s'adresse directement et sans ménagement à ses lecteurs pour les enjoindre de suivre : "Si vous aviez été là, bande de gnoufs, vous auriez pu constater qu'entre moi et la statue de l'ahurissement, il n'y avait pas plus de différence qu'entre un dictateur de droite et un dictateur de gauche" (Passez-moi la Joconde). Dès le début aussi, il excelle dans les descriptions de ses fameuses parties de jambes en l'air : "S'il fallait répertorier toutes les frangines transformées par ma flamme en Stromboli, ça donnerait un catalogue à côté duquel celui de la Manu de Saint-Etienne aurait l'air d'une plaquette de poèmes" (Entre la vie et la morgue). Ses têtes de Turc se mettent en place également dès les premiers titres : Claudel, Jean Nohain, l'Académie française, avec un sens de la répétition qui frise l'acharnement.

Toute l'évolution, ensuite, consiste à se libérer des chaînes du réalisme pour aller vers la fantaisie. Dans cette entreprise, deux éléments entrent en jeu : une invention verbale grandissante et la montée en puissance de Bérurier qui, dans ces premiers volumes, n'est pas encore le trop envahissant comparse qu'il deviendra.

Dard devient parfois irritant avec son mépris feint et répété pour l'institution littéraire et la correction de la langue : "Je me fous de la grammaire comme de ma première culotte Bateau, vous avez dû vous en apercevoir déjà ! Que ceux qui sont contre la syntaxe à la production me contactent. L'avenir du langage, c'est moi ! Je suis le Jules Verne du vocabulaire" (En long, en large et en travers). Ce qui est manifestement faux. Si son vocabulaire est créatif, sa syntaxe est irréprochable. Dard n'aurait pas du tout détonné à l'Académie et on peut être surpris que personne n'ait songé à l'y convier. Lui qui nouait une cravate et enfilait un veston le matin, avant de s'asseoir devant son IBM à boule, aurait écrit en bicorne et sabre au clair.

Anarchisme de droite

Le sexisme est partout présent, il fait certes partie du genre, mais il est manifeste, tout comme une forme de racisme social qui, martelé, devient pesant : "Les zigs pleins aux as donnent un sens à la vie de ceux qui sont raides." Tout cela est à placer dans un décor d'anarchisme de droite, mais il existe au moins dix façons plus gracieuses d'être politiquement incorrect.

Ce qui frappe aussi, à la lecture de cette première salve, c'est à quel point Dard est marqué de culture lyonnaise. La nourriture préférée du commissaire ne laisse planer aucun doute sur ses origines : rôti de porc aux marrons, poularde, haricot de mouton, gratin, gigot, blanquette (avec os à moelle), juliénas, brouilly, pommard, verveine...

En bon Lyonnais, SA se dit, parmi ses frasques, "respectueux de la religion", et plus d'un de ses aphorismes portent la marque de la "plaisante sagesse lyonnaise" de Catherin Bugnard. Ceci pour ne rien dire du couple Guignol et Gnafron : le petit malin à l'esprit juste, flanqué de son gros ivrogne calembourdeur, qui est une des matrices du couple San-Antonio-Bérurier.

Mine de rien, perché sur ses bientôt seize volumes, le commissaire San-Antonio se trouve maintenant sur un piédestal. Sa statue tremble encore un peu mais elle est érigée. Une fois encore, ce seront les chiffres qui trancheront et décideront de la gloire de ces quelque 20 000 pages. On n'échappe pas à son destin, commissaire.

source

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 A37 frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 A38 frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 A39 frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 A40


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeVen 30 Juil 2010 - 10:44

ça fait beaucoup trop pour moi cette intégrale, 16 volumes quand même.
Ou alors prendre certains de certaines années comme 67-69, 78-82. Choix difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeVen 30 Juil 2010 - 21:59

Je trouve que les couvertures ne reflétent pas du tout l'esprit du commissaire. Poour ma part je ne collectionne que ceux avec les femmes concupiscentes, con cul pissante aurait dit Béru frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 325962 .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeMar 3 Aoû 2010 - 16:32

Beau livre hommage de la fille au père.
Témoignage des proches, biographie compléte, photos de famille inédites, correspondance entre Dard, famille, amis et écrivains.
Quelques extraits de textes au hasard du livre.

Citation :
L’Intelligence
L’intelligence, c’est ce qui permet à un individu de communiquer avec tous les autres. Elle implique, non seulement la compréhension, mais également la bonté. Partant de là, l’affirme, je clame, qu’il n’existe pas de salaud intelligent.
L’intelligence, c’est la tolérance. Elle ne doit s’insurger que contre la connerie, lorsque la connerie atteint ses points culminants ; qu’elle devient tyrannique, répressive, contraignante.
L’intelligence, c’est la main tendue, le sourire tendu, le cœur tendu. Elle se nourrit davantage d’amour que de culture.
L’intelligence, c’est la fantaisie. C’est le grain de folie qui ne doit jamais germer, mais qui pimente si bien la grisaille quotidienne.
L’intelligence, c’est la modestie foncière, la permanence de la notion de fin dans l’esprit d’un homme.
L’intelligence, c’est la charité, c’est faire sienne la douleur des autres.
L’intelligence, c’est le respect de la paix sous toutes ses formes, c’est l’amour de ce qui est juste.
L’intelligence, c’est la mémoire d’un bonheur qu’on n’a jamais connu, mais qui vous sert d’espoir.
L’intelligence, c’est de dominer ses bassesses pour rester disponible.
L’intelligence, c’est regarder, entendre, toucher, humer. Goûter le monde en tentant d’affiner ses sens au maximum pour en avoir une plus délicate perception.


Citation :
Joséphine (…) c’est l’aventure fabuleuse. Je veux être gâteux devant elle. Papa gâteau pépé gâteux ! un père dingue, fasciné, hypnotisé : de ces pères qui font hausser les épaules avec un sourire mi- ironique, mi- attendri. Je m’en fous. Cela m’aide, au contraire, à affirmer ce sentiment de possession que je ressens vis-à-vis de mes enfants. Ils sont à moi et c’est comme ça. »

Citation :
Mon ambition secrète serait de créer la profession de gifleur. Gifleur diplômé de l’État. Flanqueur de beignes patenté. Un apostolat, pour moi. Je déambulerais de par la vie, avec un gantelet de cuir pour me préserver les paumes. J’entends une connerie ? Vlan ! un chtard dans le museau du débloqueur. J’aperçois un ahuri qui simagrée en dansant, je lui interromps le couple, et plaof ! il déguste sa momifie. Un enfoiré qui crie « Vive Machin ! » ? Une baffe ! Tout ça pas méchamment, oh non. Pas vengeur non plus. Sanctionneur seulement ! Simple question de mise au point. J’abuserais pas, juré ! J’appuierais pas Je serais gifleur comme on est donneur de sang, Je constituerais des équipes, des brigades de gifleurs assermentés. On développerait la corporation. On irait gifler à domicile. Gifler les parents qui giflent ou qui connifient leurs chérubins par contamination spontanée. On giflerait les gardiens de la paix qu’aboiraient après des pauvres tomobilistes. On giflerait les tomobilistes invectiveurs. On giflerait à la tévé, en cours d’émissions. On irait gifler au Palais-Bourbon, pour réveiller les endormis

Citation :
Vous verrez que lorsque l’homme aura conquis le cosmos, il y foutra la merde comme partout où il passe.
On assistera à du chabanais sur les planètes. Le Soleil exigera son jour de relâche, les Martiens se fileront des piles de soucoupes à travers la pipe, Vénus se voilera d’une feuille de vigne et la Lune mettra un slip. Partout où il va, l’homme « cononise ». Dans ses bagages, il emporte toujours des paquets de révolte, des boîtes d’hypocrisie, des flacons de bêtise ; sans parler de ce qu’il sécrète, de ce qui dégouline de lui

Citation :
Le besoin de s’épancher ?
Vous croyez que ça aide ?
Une illusion ! Sur le moment,
on se dit que ça soulage. Et puis
après, on sent sa peine intacte et,
en plus, on a l’impression de s’être couilloné soi-même.

Citation :
Depuis que je suis au monde, je me noie. Ce qui m’étonne toujours, c’est que les gens l’aient pas, eux aussi, l’impression de se noyer. Je suis comme le type éveillé qui verrait des somnambules déambuler sur le toit et leur dirait : « Mais vous n’avez pas peur ? » Ils sont au bord de la gouttière et ils répondent « Peur de quoi ? »

Citation :
L’autre jour, dans une émission de télévision où j’étais invité, l’animateur a présenté Les Soupers du prince. Bon, très bien, puis un San-Antonio (Faites chauffer la colle) en me disant : « Celui-là, je ne vous en parle pas. C’est un de vos livres écrits à la va-vite.’ J’en étais malade. Ah ! l’espèce de con ! Mais il ne sait pas que j’en chie pour écrire ça ! Il n’a pas compris que c’est beaucoup plus difficile à faire que Les soupers du prince.’
Celui-là, tout le monde en est capable à condition de savoir écrire un roman. Des Soupers du prince, je vous en fais tous les jours. Mais des San-Antonio, je vous jure que c’est dur. Ça me prend là, je suis sans arrêt plongé dans les dictionnaires pour faire des jeux de mots, vérifier un point d’histoire. C’est quelque chose qui me mobilise totalement. Ça me fait suer qu’on traite ça par-dessus la jambe. Et je ne vous parle pas de tous ceux qui me disent d’un ton complice : « J’aimais bien vos Frédéric Dard… Mieux que les San-Antonio. »


Mon cher commissaire
Si vous croyez que je ne devine pas votre cœur enfantin entre vos lignes, vous vous trompez. Je vous aime beaucoup et votre vermotisme est une merveille de grâce. Ne l’abandonnez pas. Je vous embrasse,
Jean Cocteau


Mon cher ami je vous remercie de ce beau message immérité. Il n’y a pas d’humain qui gardent, au-delà de l’enfance, un cœur tel que le vôtre.
À bientôt,
Albert Cohen


frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Images?q=tbn:ANd9GcRO4KRF18eQBdzbV5R7jgnYffPr9FDXaDTyc6Pzw9EDqea2QmE&t=1&usg=__ZAtrOpp7EBRbGi2bX3T79yn9K1g=
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: La vie privée de Walter Kloset   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeVen 19 Nov 2010 - 9:34


Amie lectrice, amie lecteur,
Si les aventures du plus célèbre et désopilant commissaire de France ne te dit rien, tu vas être déconcerté. D'ailleurs même ceux qui connaissent les aventures débridées de Sana vont l'être. Pensez donc, non content de filer un ex taulard ( Walter Kloset) qui a endossé le crime de son frère, les deux compères Sana et Béru vont être victime d'un accident de la route. De cet accrochage, la pelote de laine du livre va se déballer et devenir un écheveau inestricable pour le commissaire. Rendu impotent, alité, il va néanmoins se retrouver au coeur du désert Lybien, embrigadé dans un combat qu'il devra mené lui même contre lui même sans l'aide de personne. Victime d'une aliénation malgré lui, Sana ne pourra retrouver sa santé mentale et résoudre cette affaire " Kloset" que grâce à l'amitié indéflectible de Béru. C'est la première fois que Dard emmène son héros aussi loin dans les affres de l'esprit et toujours avec ses bons mots contre les mauvaus maux. Brefs, 250 pages d'aventures frenchy, sexy, et de franches rigolades. A recommander aux déprimés du métro, aux neurasthéniques du boulot, aux déglingués du dodo. Y a bon San-Antonio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitimeVen 19 Nov 2010 - 10:12

La vie privée de Walter Klozett c'est un tout bon ça
et la période des années 75-80 est peut-être la meilleur de Dard

En parlant de couverture j'aime bien les dessins c'est assez poilant
frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 9782265000261FSfrédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 368336730_L
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Frédéric Dard ou...San Antonio   frédéric dard - Frédéric Dard ou...San Antonio - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Frédéric Dard ou...San Antonio
Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Daniel Bédard,père de Mélissa "Le sacrifice de Mélissa..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: