Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Charles Baudelaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Perséphone
Espoir postal
avatar

Messages : 30
Inscription le : 20/12/2007
Age : 34
Localisation : Au pays des Mirabelles

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 4 Mar 2008 - 11:01

Steven a écrit:
C'est drôle j'aurais aussi employé l'expression "Chemin de croix" pour définir la poésie de Baudelaire ! Mais sauf que j'aime bien cet auteur et le chemin qu'il nous fait parcourir au travers de sa poésie.

et pourquoi cette expression ?


Pour ma part j'aime beaucoup Baudelaire, mais je crois qu'il a été trop étudié, et de façon trop shématique. Il a été galvaudé en quelque sorte... L'année dernière, mon prof nous disait, en gros, qu'il suffisait d'appliquer le calque de "relation entre Spleen et Idéal" sur tous ses poèmes pour les analyser et les comprendre (si tant est qu'il faille comprendre de la poésie bien sur ...)
Je pense que son oeuvre mérite qu'on l'oublie quelques temps et qu'on la ressorte plus tard, histoire de retrouver un regard neuf et de l'apprécier à nouveau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia
Envolée postale
avatar

Messages : 128
Inscription le : 02/03/2008
Localisation : Quelque part dans l'univers

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 4 Mar 2008 - 12:05

Portouverte a écrit:
Julia a écrit:
Alors, je ne sais pas si je devais mettre ce "fil" dans "poèmes revisités en chansons" ou bien ici. Merci de votre indulgence (je ne suis pas encore très habituée à l'agencement du site).
Tu parles sûrement du post (ton dernier message) et non du fil (l’ensemble du sujet : Charles Baudelaire dans ce cas). Wink
Sinon, à partir du moment où ce que tu dis concerne le sujet du fil, tu postes à ton gré… Cool

Oui, oui, c'est bien du "post" que je parlais Portouverte ... innocent Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 4 Mar 2008 - 15:06

Perséphone a écrit:
Steven a écrit:
C'est drôle j'aurais aussi employé l'expression "Chemin de croix" pour définir la poésie de Baudelaire ! Mais sauf que j'aime bien cet auteur et le chemin qu'il nous fait parcourir au travers de sa poésie.

et pourquoi cette expression ?


Pour ma part j'aime beaucoup Baudelaire, mais je crois qu'il a été trop étudié, et de façon trop shématique. Il a été galvaudé en quelque sorte... L'année dernière, mon prof nous disait, en gros, qu'il suffisait d'appliquer le calque de "relation entre Spleen et Idéal" sur tous ses poèmes pour les analyser et les comprendre (si tant est qu'il faille comprendre de la poésie bien sur ...)
Je pense que son oeuvre mérite qu'on l'oublie quelques temps et qu'on la ressorte plus tard, histoire de retrouver un regard neuf et de l'apprécier à nouveau !

Cette expression en rapport au véritable "chemin de croix" qu'a été la vie du poète. Et ce vécu, il nous le fait partager dans ses poèmes, dans la douleur et l'espoir qu'on y décèle. L'expression ne visait pas la lecture des écrits de Baudelaire. J'aime beaucoup ce poète et lis avec beaucoup de plaisir ses oeuvres, en vers comme en prose.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Espoir postal
avatar

Messages : 30
Inscription le : 20/12/2007
Age : 34
Localisation : Au pays des Mirabelles

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Ven 7 Mar 2008 - 17:08

ha d'accord. je me demandais si tu utilisais cette expression pour parler de l'effet que te faisaient ses poèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Sam 8 Mar 2008 - 9:37

Voilà l'un des poèmes de Baudelaire qui évoque « le spleen » (il y en a 4 portant ce titre je crois), cette mélancolie ou légère depression qui étreint le poète parfois quand le temps dehors n'est que désolation et apporte ainsi à ses états d'âme une forte résonnance. Le choix des mots est tellement juste que je me récite parfois le premier quatrain quand le temps est déprimant...pour l'ambiance !

Citation :
Spleen


Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits;


Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris;


Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,


Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.


— Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.


Charles Baudelaire

Les nuages noirs comme longs corbillards, c' est une image géniale, non ?
Et l'angoisse qui plante son drapeau noir dans le crâne du poète ?
J'adore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Sam 8 Mar 2008 - 9:46

Moi aussi j'adore. Merci Cachemire sunny
l'image des nuages associés au long corbillards noirs....une spendide trouvaille dont on ne se lasse pas flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
JDP
Main aguerrie


Messages : 301
Inscription le : 04/09/2007
Localisation : Belgique

MessageSujet: Baudelaire   Mer 12 Mar 2008 - 14:42

Anecdote...
Après la publication des "Fleurs du Mal", Baudelaire a été condamné en 1857 pour atteinte à la morale religieuse et pour atteinte à la morale publique.
La morale publique était défendue par Ernest Pinard qui a déjà requis contre Flaubert.
La Cour de Cassation rehabilitera Baudelaire en le 31 MAI 1949
Autre anecdote...
Le premier titre des "Fleurs du Mal" (après celui des "Limbes" vite abandonné) était "les Lesbiennes". Le mot n'avait pas encore de connotation sexuelle marquée. On disait "tribades"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quenovel.be/pageactujuin.htm#Unpremierroman
mimi
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Dim 20 Avr 2008 - 1:33

http://fr.youtube.com/watch?v=TE1rcGk4NvU

"Avons-nous donc commis une action étrange?
Explique, si tu peux, mon trouble et mon effroi:
Je frissonne de peur quand tu me dis: 'Mon ange!'
Et cependant je sens ma bouche aller vers toi.

"Ne me regarde pas ainsi, toi, ma pensée!
Toi que j'aime à jamais, ma soeur d'élection,
Quand même tu serais une embûche dressée

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Dim 20 Avr 2008 - 1:55



http://fr.youtube.com/watch?v=jDRpmM9ttMI&feature=related

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble ;
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Dim 20 Avr 2008 - 2:06

Ce soir, je me fais un festival Very Happy

http://fr.youtube.com/watch?v=28aouI1OWsU



Que j'aime voir, chère indolente,
De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
Miroiter la peau !

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
Aux flots bleus et bruns,

Comme un navire qui s'éveille
Au vent du matin,
Mon âme rêveuse appareille
Pour un ciel lointain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 6 Mai 2008 - 1:25

L'Etranger chanté par Ferré

Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d’une parole dont le sens m'est restée jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L’or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Ven 9 Mai 2008 - 1:58

J'aime le souvenir...

Citation :
J'aime le souvenir de ces époques nues,
Dont Phoebus se plaisait à dorer les statues.
Alors l'homme et la femme en leur agilité
Jouissaient sans mensonge et sans anxiété,
Et, le ciel amoureux leur caressant l'échine,
Exerçaient la santé de leur noble machine.
Cybèle alors, fertile en produits généreux,
Ne trouvait point ses fils un poids trop onéreux,
Mais, louve au cœur gonflé de tendresses communes,
Abreuvait l'univers à ses tétines brunes.
L'homme, élégant, robuste et fort, avait le droit
D'être fier des beautés qui le nommaient leur roi ;
Fruits purs de tout outrage et vierges de gerçures,
Dont la chair lisse et ferme appelait les morsures !

Le Poète aujourd'hui, quand il veut concevoir
Ces natives grandeurs, aux lieux où se font voir
La nudité de l'homme et celle de la femme,
Sent un froid ténébreux envelopper son âme
Devant ce noir tableau plein d'épouvantement.
O monstruosités pleurant leur vêtement !
O ridicules troncs ! torses dignes des masques !
O pauvres corps tordus, maigres, ventrus ou flasques,
Que le dieu de l'Utile, implacable et serein,
Enfants, emmaillota dans ses langes d'airain !
Et vous, femmes, hélas ! pâles comme des cierges,
Que ronge et que nourrit la débauche, et vous, vierges,
Du vice maternel traînant l'hérédité
Et toutes les hideurs de la fécondité !

Nous avons, il est vrai, nations corrompues,
Aux peuples anciens des beautés inconnues :
Des visages rongés par les chancres du cœur,
Et comme qui dirait des beautés de langueur ;
Mais ces inventions de nos muses tardives
N'empêcheront jamais les races maladives
De rendre à la jeunesse un hommage profond,
– A la sainte jeunesse, à l'air simple, au doux front,
A l'œil limpide et clair ainsi qu'une eau courante,
Et qui va répandant sur tout, insouciante
Comme l'azur du ciel, les oiseaux et les fleurs,
Ses parfums, ses chansons et ses douces chaleurs !

Spleen et Idéal, V

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alberte
Espoir postal
avatar

Messages : 32
Inscription le : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Ven 25 Juil 2008 - 22:32

Ah ! Baudelaire ! Pour moi c'est le plus doué de tous (mais je suis loin d'être spécialiste du genre). ses poèmes (et quelques autres de Rimbaud) sont les seuls qui me font trembler, ressentir les mots.
Je l'avais étudié pour mon bac de français et je n'avais qu'une envie, tomber sur un de ses poèmes le jour de l'examen. Mais non, zut !

En voici un, superbe:

Citation :
Harmonie du soir

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir;
Valse mélancolique et langoureux vertige!

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige!
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir!

C'est lancinant à souhait, ça tourne comme une valse, c'est maîtrisé, bref : du grand art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Lun 25 Aoû 2008 - 14:40

Mon poète préféré, même s'il est sombre. "L'albatros", sublime. J'aime également beaucoup celui-ci intitulé "Elévation" :

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par-delà le soleil, par-delà les éthers,
Par-delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
– Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !


Récemment, les 148 poèmes, dont ceux qui furent censurés à la parution, ont été illustrés un à un par le grand peintre Ulrich Mertens qui a consacré 5 ans de sa vie à ce travail d'orfèvre. Le livre est disponible uniquement chez France Loisirs. Il vaut l'investissement. aime

Je vous mets plusieurs illustrations (vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir) :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bélanger
Espoir postal
avatar

Messages : 26
Inscription le : 07/12/2008
Age : 41

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Lun 9 Fév 2009 - 19:42

lekhan a écrit:
Ah voilà un poète que je n'aime pas énormément.
Ne trouvez vous pas qu'on s'en étouffe. Tous ces mots, il y en a trop, on en a plein la bouche.
Chez Rimbaud aussi j'ai parfois cette sensation. Moins je dois le dire.
Mais chez Baudelaire je trouve que le style est un véritable chemin de croix, je me répète on en étouffe.

Quelque fois, outre le vocabulaire, c'est la forme de l'alexandrin qui pèse. Moi qui adore la douceur d'un pentamètre pour suggérer la finitude (un nombre impair donne cette sensation d'achèvement) je ne renierai pas ces vers de Paul Verlaine.

Dans l'interminable
Ennui de la plaine
La neige incertaine
Luit comme du sable.

Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune.
On croirait voir vivre
Et mourir la lune.


Sinon il me semble que Luchini nous a offert une très belle déclamation du voyage (ça doit se trouver en dvd). Un régal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Baudelaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» CHARLES BAUDELAIRE
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» Charles Théophile FERET
» Charles Frémine
» Lintot - Message à Charles Chevallier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: