Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Charles Baudelaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Hellois
Posteur en quête


Messages : 78
Inscription le : 18/01/2009
Age : 35
Localisation : Italie - Venise

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Ven 13 Fév 2009 - 17:25

sousmarin a écrit:

Une Charogne.

Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux :
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint ;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l'herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'ou sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague,
Ou s'élançait en pétillant ;
On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve
Une ébauche lente à venir,
Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d'un oeil fâché,
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait lâché.

Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion !

Oui ! telle vous serez, ô reine des grâces,
Après les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposées !

J'adore ce poème de Baudelaire! Il est simplement merveilleux!
Dans ce poème il n'y a certainement pas d'oiseaux et de petits fleurs... (pour en revenir à notre discussion sur le romantisme à l'eau de rose..)

Baudelaire est un vrai maitre, qui a dépassé mille fois le romantisme, pour ouvrir le chemin du symbolisme et de la poésie contemporaine! (si tous ces mots ont un sens...)
Je ne suis pas d'accord avec cette "abondance exagérée des mots" chez Baudelaire. Je pense que sa poésie peut etre définie "riche", "luxueuse", "édoniste", "aristocrate", quelques fois "morbide", toujours "troublante" et "très érotique", mais jamais étouffante... et pour Rimbaud (... l'amour de ma vie...) loin de là!!! Il est souvent appelé le poète de l' éloquence dans la concision!
plus sourd que les cerveaux d'enfant :qui a trouvé une expression plus immédiate, plus simple, plus émouvante pour décrire l'obstination, l'envie de faire, l'urgence de réaliser, l'ingénuité dans l'adventure??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature


Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Ven 7 Aoû 2009 - 11:21

MUSICSGOOD: Comme tu disais des choses très intéressantes sur le fil de M. Levy à propos de la littérature contemporaine, je suis allée découvrir ton Blog ("Trompe le monde"), et j´ai lu le très beau texte que tu publies de Baudelaire " Un hemisphère dans ta chevelure".
Puisque ( fil "avatars" ) la nouvelle coiffure de Marie nous intrigue, ce serait peut-être le moment IDÉAL de mettre ce texte de Baudelaire sur notre forum.afro et de terminer en poésie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noue
Espoir postal


Messages : 34
Inscription le : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Ven 28 Aoû 2009 - 0:12

Je n'aime pas la poésie, enfin, j'ai du mal avec cet art. Mais j'ai découvert par l'intermédiaire de la chanson Ebauche n°2 de Saez ( qui lui rend parfaitement hommage) le poème Femmes damnées 2, qui, selon ma faible connaissance de cet art, est une pure merveille. cheers Le seul poème qui m'a vraiment accroché avec celui de Bobovian, Tout a été fait cent fois. Mais c'est un autre registre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tango
Espoir postal


Messages : 41
Inscription le : 25/08/2009
Age : 25
Localisation : dans le château ambulant *paf*

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Ven 28 Aoû 2009 - 20:51

Oh Baudelaire, je lui voue un culte sourire

Je ne le connais à fond, je ne prétends pas le comprendre, mais il y a quelque chose dans sa poésie à laquelle je ne peux absolument pas résister.

Lire du Baudelaire pour moi, c'est comme voir un cours d'eau fracasser un barrage. Je trouve dans ces poèmes le feu, la violence de la passion poussée aussi loin que possible, comme quelque chose de tapis au fond de l'être et qui a un mal fou à sortir, et que seul lui, le poète, peut extirper non sans difficulté (celui qui a compris là, je lui offre la palme de la traduction What a Face ). J'aime l'emploie de termes et métaphores fortes avec des mots qui dans la réalité seraient moches, mais qui, mis dans ses poèmes se transforment en pierres préciseuses , c'est en cela que j'aime le style de ce poète

Sinon j'aime beaucoup aussi la chanson de Saez sur Les Femmes Damnées (Delphine et Hippolyte), mais je regrette que ce ne soit qu'un petit extrait, trop petit pour saisir l'essence et le but premier du poème d'origine je trouve (ce qui n'empêche pas le texte d'être magnifique sourire )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature


Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Jeu 3 Sep 2009 - 18:42

Entretemps Marie a changé de coiffure, et comme Musicsgood ne nous fait pas de visite ici, voici le poème en prose dont je vous parlais ( trouvé sur le blog de Musicsgood), pour complèter "la chevelure" que Chatperlipopette nous avait offert il y a quelque temps.

UN HÉMISPHÈRE DANS UNE CHEVELURE:

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air.
Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes cheveux! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique.
Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.
Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.
Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco.
Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs. (Le Spleen de Paris).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bulle
Zen littéraire


Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 60
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Lun 7 Sep 2009 - 15:44

Recueillement
Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l'Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

J'aime bien celui-çi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 6 Oct 2009 - 15:33

Lettre de Baudelaire à Richard Wagner à l'époque où l'ouverture de Tannhäuser a été présentée à Paris, à la salle Ventadour, et fortement critiquée.



Vendredi, l7 férrier 1860

Monsieur,

Je me suis toujours figuré que si accoutumé à la gloire que fut un grand artiste, il n'était pas insensible à un compliment sincère, quand ce compliment était comme un cri de reconnais*sance, et enfin que ce cri pouvait avoir une valeur d'un genre singulier, quand il venait d'un français, c'est-à-dire d'un homme peu fait pour l'enthousiasme et né dans un pays où l'on ne s’ entend guères plus à la poésie et à la peinture qu'à la musique. Avant tout, je veux vous dire que je vous dois la plus grande jouissance musicale que j'aie jamais éprouvée. Je suis d'un âge où on ne s'amuse plus guères à écrire aux hommes célèbres, et j'aurais hésité longtemps encore à vous témoigner par lettre mon admiration, si tous les jours mes yeux ne tombaient sur des articles indignes, ridicules, ou on fait tous les efforts possibles pour diffamer votre génie. Vous n'êtes pas le premier homme, Monsieur, à l’occasion duquel j'ai eu à souffrir et à rougir de mon pays. Enfin l'indignation m'a poussé à vous témoigner ma reconnaissance; je me suis dit: Je veux être distingué de tous ces imbéciles.

La première fois que je suis allé aux Italiens, pour entendre vos ouvrages, j'étais assez mal disposé, et même, je l'avouerai, plein de mauvais préjugés; mais je suis excusable; j'ai été si souvent dupe; j'ai entendu tant de musique de charlatans à grandes prétentions. Par vous j'ai été vaincu tout de suite. Ce que j'ai éprouvé est indescriptible, et si vous daignez ne pas rire, j'essaierai de vous le traduire. D'abord il m'a semblé que je connaissais cette musique, et plus tard en y réfléchissant, j'ai compris d'où venait ce mirage; il me semblait que cette musique était la mienne, et je la reconnaissais comme tout homme reconnaît les choses qu'il est destiné à aimer. Pour tout autre que pour un homme d'esprit, cette phrase serait immensément ridicule, surtout écrite par quelqu'un qui, comme moi, ne sait pas la musique, et dont toute l'éducation se borne à avoir entendu (avec grand plaisir, il est vrai) quelques beaux morceaux de Weber et de Beethoven.

Ensuite le caractère qui m'a principalement frappé, ç'a été la grandeur. Cela représente le grand, et cela pousse au grand. J'ai retrouvé partout dans vos ouvrages la solennité des grands bruits, des grands aspects de la Nature, et la solennité des grandes passions de l'homme. On se sent tout de suite enlevé et subjugué. L'un des morceaux les plus étranges et qui m'ont apporté une sensation musicale nouvelle est celui qui est destiné à peindre une extase religieuse. L'effet produit par l'Introduc*tion des invités et par la Fête nuptiale est immense J'ai senti toute la majesté d'une vie plus large que la nôtre. Autre chose encore : j'ai éprouvé souvent un sentiment d'une nature assez bizarre, c'est l'orgueil et la jouissance de comprendre, de me laisser pénétrer, envahir, volupté vraiment sensuelle, et qui ressemble à celle de monter dans l'air ou de rouler sur la mer. Et la musique en même temps respirait quelquefois l'orgueil de la vie. Généralement ces profondes harmonies me paraissaient ressembler à ces excitants qui accélèrent le pouls de l'imagina*tion. Enfin, j'ai éprouvé aussi, et je vous supplie de ne pas rire, des sensations qui dérivent probablement de la tournure de mon esprit et de mes préoccupations fréquentes. Il y a partout quelque chose d'enlevé et d'enlevant, quelque chose aspirant à monter plus haut, quelque chose d'excessif et de superlatif. Par exemple, pour me servir de comparaisons empruntées à la peinture, je suppose devant mes yeux une vaste étendue d'un rouge sombre. Si ce rouge représente la passion, je le vois arriver graduellement, par toutes les transitions de rouge et de rose, à l'incandescence de la fournaise. Il semblerait difficile, impossible même d'arriver à quelque chose de plus ardent; et cependant une dernière fusée vient tracer un sillon plus blanc sur le blanc qui lui sert de fond. Ce sera, si vous voulez, le cri suprême de l'âme montée à son paroxysme.

J'avais commencé à écrire quelques méditations sur les morceaux de Tannhنuser et de Lohengrin que nous avons entendus; mais j'ai reconnu l'impossibilité de tout dire.

Ainsi je pourrais continuer cette lettre interminablement Si vous avez pu me lire, je vous en remercie. Il ne me reste plus qu'à ajouter que quelques mots. Depuis le jour où j'ai entendu votre musique, je me dis sans cesse, surtout dans les mauvaises heures: Si, au moins, je pouvais entendre ce soir un peu de Wagner! Il y a sans doute d'autres hommes faits comme moi. En somme vous avez dû être satisfait du public dont l'instinct a été bien supérieur à la mauvaise science des journalistes. Pourquoi ne donneriez-vous pas quelques concerts encore en y ajoutant des morceaux nouveaux? Vous nous avez fait connaître un avant-goût de jouissances nouvelles; avez-vous le droit de nous priver du reste? Une fois encore, Monsieur, je vous remercie; vous m'avez rappelé à moi-même et au grand, dans de mauvaises heures.

CH. BAUDELAIRE.

Je n 'ajoute pas mon adresse, parce que vous croiriez peut-être que j'ai quelque chose à vous demander.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moinonplus
Envolée postale


Messages : 225
Inscription le : 15/09/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 6 Oct 2009 - 20:45

« Ce que je sens est un immense découragement, une sensation d’isolement insupportable, une peur perpétuelle d’un malheur vague, une défiance complète de mes forces, une absence totale de désirs. Une impossibilité de trouver un amusement quelconque…Je me demande sans cesse à quoi bon ceci ? À quoi bon cela ? C’est le véritable esprit de spleen » Lettre à sa mère, 1857.

Poète du spleen, mais aussi de la douleur, de la souffrance morale. Entre Madame Sabatier, et Jeanne Duval, le poète vacille entre extase et remord, évasion et tourments. Il retrouve chez l’une tout le charme sensuel, et chez l’autre, une pureté spirituelle. Peu à peu à travers ses nombreux poèmes –Fleurs du mal- il est comme hanté de l’amertume de la débauche ; mais possédé par le spleen, il part à la quête de l’idéal…

TOUT ENTIERE

Le démon, dans ma chambre haute,
Ce matin est venu me voir
Et, tachant à me prendre en faute,
Me dit : « je voudrais bien savoir,

Parmi toutes les belles choses
Dont est fait son enchantement,
Parmi les objets noirs ou roses
Qui composent son corps charmant,

Quel est le plus doux. »-O mon âme !
Tu répondis à l’Abhorré :
« Puisqu’en elle tout est dictame,
Rien ne peut être préféré.

Lorsque tout me ravit, j’ignore
Si quelque chose me séduit.
Elle éblouit comme l’Aurore
Et console comme la Nuit.

Et l’harmonie est trop exquise,
Qui gouverne tout son beau corps,
Pour que l’impuissante analyse
En note les nombreux accords.

O métamorphoses mystique
De tous mes sens fendus en un !
Son haleine fait la musique.
Comme sa voix fait le parfum !


REVERSIBILITÉ

Ange plein de gaieté, connaissez-vous l’angoisse,
La honte, les remords, les sanglots, les ennuis,
Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits
Qui compriment le cœur comme un papier qu’on
Froisse ? Ange plein de gaieté, connaissez vous l’angoisse ?

Ange plein de bonté, connaissez vous la haine,
Les poings crispés dans l’ombre et les larmes de fiel,
Quand la Vengeance bat son infernal rappel,
Et de nos facultés se fait le capitaine ?
Ange plein de bonté, connaissez vous la haine ?

Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres,
Qui, le long des grands murs de l’hospice blafard,
Comme des exilés, s’en vont d’un pied traînard
Cherchent le soleil rare et remuant les lèvres ?
Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres ?
(…)

Malade, tourmenté, prématurément vieilli ; Baudelaire est aussi le poète des souvenirs (J’ai plus de souvenirs) ; de la mort (La Charogne), des rêves (le Rêve d’un curieux), et tant d’autres thèmes qui montrent que dans sa solitude et sa mélancolie, il partait en voyage « trébuchant sur les mots comme sur les pavés » pour enfin revenir à son ennui. C’est une soif insatiable de tout ce qui relève de l’au-delà, des rêves, de la musique de l’âme, de la poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DorianG
Invité



MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 18 Nov 2009 - 17:22

Moi les poèmes qui me font le plus de sensations quand je les lis sont :

X L'ENNEMI

Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

LXI SPLEEN

Je suis comme le roi d'un pays pluvieux,
Riche, mais impuissant, jeune et pourtant très-vieux,
Qui de ses précepteurs méprisant les courbettes,
S'ennuie avec ses chiens comme avec d'autres bêtes.
Rien ne peut l'égayer, ni gibier, ni faucon,
Ni son peuple mourant en face du balcon.
Du bouffon favori la grotesque ballade
Ne distrait plus le front de ce cruel malade ;
Son lit fleurdelisé se transforme en tombeau,
Et les dames d'atour, pour qui tout prince est beau,

Ne savent plus trouver d'impudique toilette
Pour tirer un souris de ce jeune squelette.
Le savant qui lui fait de l'or n'a jamais pu
De son être extirper l'élément corrompu,
Et dans ces bains de sang qui des Romains nous viennent,
Et dont sur leurs vieux jours les puissants se souviennent,
Il n'a pas réchauffé ce cadavre hébété
Où coule au lieu de sang l'eau verte du Léthé.
Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?

—O douleur ! ô douleur ! Le Temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !
Revenir en haut Aller en bas
Nancy
Posteur en quête


Messages : 53
Inscription le : 28/11/2009
Age : 23
Localisation : Bordeaux - France

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Dim 29 Nov 2009 - 21:26

Delphine et Hippolyte



À la pâle clarté des lampes languissantes,
Sur de profonds coussins tout imprégnés d'odeur,
Hippolyte rêvait aux caresses puissantes
Qui levaient le rideau de sa jeune candeur.

Elle cherchait, d'un oeil troublé par la tempête,
De sa naïveté le ciel déjà lointain,
Ainsi qu'un voyageur qui retourne la tête
Vers les horizons bleus dépassés le matin.

De ses yeux amortis les paresseuses larmes,
L'air brisé, la stupeur, la morne volupté,
Ses bras vaincus, jetés comme de vaines armes,
Tout servait, tout parait sa fragile beauté.

Étendue à ses pieds, calme et pleine de joie,
Delphine la couvait avec des yeux ardents,
Comme un animal fort qui surveille une proie,
Après l'avoir d'abord marquée avec les dents.

Beauté forte à genoux devant la beauté frêle,
Superbe, elle humait voluptueusement
Le vin de son triomphe, et s'allongeait vers elle,
Comme pour recueillir un doux remercîment.

Elle cherchait dans l'oeil de sa pâle victime
Le cantique muet que chante le plaisir,
Et cette gratitude infinie et sublime
Qui sort de la paupière ainsi qu'un long soupir.

- "Hippolyte, cher coeur, que dis-tu de ces choses?
Comprends-tu maintenant qu'il ne faut pas offrir
L'holocauste sacré de tes premières roses
Aux souffles violents qui pourraient les flétrir?

"Mes baisers sont légers comme ces éphémères
Qui caressent le soir les grands lacs transparents,
Et ceux de ton amant creuseront leurs ornières
Comme des chariots ou des socs déchirants;

"Ils passeront sur toi comme un lourd attelage
De chevaux et de boeufs aux sabots sans pitié...
Hippolyte, ô ma soeur! tourne donc ton visage,
Toi, mon âme et mon coeur, mon tout et ma moitié,

"Tourne vers moi tes yeux pleins d'azur et d'étoiles!
Pour un de ces regards charmants, baume divin,
Des plaisirs plus obscurs je lèverai les voiles
Et je t'endormirai dans un rêve sans fin!"

Mais Hippolyte alors, levant sa jeune tête:
- "Je ne suis point ingrate et ne me repens pas,
Ma Delphine, je souffre et je suis inquiète,
Comme après un nocturne et terrible repas.

"Je sens fondre sur moi de lourdes épouvantes
Et de noirs bataillons de fantômes épars,
Qui veulent me conduire en des routes mouvantes
Qu'un horizon sanglant ferme de toutes parts.

"Avons-nous donc commis une action étrange?
Explique, si tu peux, mon trouble et mon effroi:
Je frissonne de peur quand tu me dis: 'Mon ange!'
Et cependant je sens ma bouche aller vers toi.

"Ne me regarde pas ainsi, toi, ma pensée!
Toi que j'aime à jamais, ma soeur d'élection,
Quand même tu serais une embûche dressée
Et le commencement de ma perdition!"

Delphine secouant sa crinière tragique,
Et comme trépignant sur le trépied de fer,
L'oeil fatal, répondit d'une voix despotique:
- "Qui donc devant l'amour ose parler d'enfer?

"Maudit soit à jamais le rêveur inutile
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S'éprenant d'un problème insoluble et stérile,
Aux choses de l'amour mêler l'honnêteté!

"Celui qui veut unir dans un accord mystique
L'ombre avec la chaleur, la nuit avec le jour,
Ne chauffera jamais son corps paralytique
À ce rouge soleil que l'on nomme l'amour!

"Va, si tu veux, chercher un fiancé stupide;
Cours offrir un coeur vierge à ses cruels baisers;
Et, pleine de remords et d'horreur, et livide,
Tu me rapporteras tes seins stigmatisés...

"On ne peut ici-bas contenter qu'un seul maître!"
Mais l'enfant, épanchant une immense douleur,
Cria soudain: "Je sens s'élargir dans mon être
Un abîme béant; cet abîme est mon coeur!

"Brûlant comme un volcan, profond comme le vide!
Rien ne rassasiera ce monstre gémissant
Et ne rafraîchira la soif de l'Euménide
Qui, la torche à la main, le brûle jusqu'au sang.

"Que nos rideaux fermés nous séparent du monde,
Et que la lassitude amène le repos!
Je veux m'anéantir dans ta gorge profonde
Et trouver sur ton sein la fraîcheur des tombeaux!"

- Descendez, descendez, lamentables victimes,
Descendez le chemin de l'enfer éternel!
Plongez au plus profond du gouffre, où tous les crimes,
Flagellés par un vent qui ne vient pas du ciel,

Bouillonnent pêle-mêle avec un bruit d'orage.
Ombres folles, courez au but de vos désirs;
Jamais vous ne pourrez assouvir votre rage,
Et votre châtiment naîtra de vos plaisirs.

Jamais un rayon frais n'éclaira vos cavernes;
Par les fentes des murs des miasmes fiévreux
Filtrent en s'enflammant ainsi que des lanternes
Et pénètrent vos corps de leurs parfums affreux.

L'âpre stérilité de votre jouissance
Altère votre soif et roidit votre peau,
Et le vent furibond de la concupiscence
Fait claquer votre chair ainsi qu'un vieux drapeau.

Loin des peuples vivants, errantes, condamnées,
À travers les déserts courez comme les loups;
Faites votre destin, âmes désordonnées,
Et fuyez l'infini que vous portez en vous!




Je suis étonnée que plusieurs personnes fassent allusion à ce poème - repris par Saez - sans le poster en entier. Je le trouve magnifique, personnellement.
Au passage, comme beaucoup le savent sûrement, c'est un des six poèmes qui ont fait particulièrement scandale en 1857, et qui ont provoqué le procès en moralité de Baudelaire.

DorianG, j'aime vraiment beaucoup Spleen (LXI). Merci de l'avoir rappelé à ma mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DorianG
Invité



MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Lun 30 Nov 2009 - 18:32

Oh De rien ! C'est avec plaisir que je parle de ces poèmes. Mais je me suis toujours demandé : Pourquoi aime ton Le roi des poètes ? Qu'est ce qui nous touche ? La souffrance ? La douleur ? La noirceur ? L'intelligence même ? lire Et peut on aimer Baudelaire sans être mélancolique ?

PS: je sais que j'ai pas à poser ces questions mais c'est juste pour répondre . pale
Revenir en haut Aller en bas
Nancy
Posteur en quête


Messages : 53
Inscription le : 28/11/2009
Age : 23
Localisation : Bordeaux - France

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Lun 30 Nov 2009 - 22:00

Je ne considère pas Baudelaire comme le roi des poètes. C'est un poète, et c'est Baudelaire, c'est sûrement tout ce qui importe.

Beaucoup de ses poèmes ne sont pas noirs, et pourtant on les aime quand même (je pense notamment à "L'invitation au voyage", qui ne reflète "qu'une" vision de l'idéal par Baudelaire, et qui est pourtant très très apprécié). Mais moi personnellement, j'aime ce poète pour l'harmonie et la profondeur de ses textes (je ne sais pas exactement ce que je veux dire moi-même par là, mais c'est l'idée). Par leur modernité, aussi (il faut situer dans l'époque, bien sûr).

Citation :
Et peut on aimer Baudelaire sans être mélancolique ?

Je crois que là est l'erreur de beaucoup : Baudelaire n'est pas seulement la partie "Spleen et Idéal" des Fleurs du mal. Certes, c'était quelqu'un de particulièrement torturé, mais je ne crois pas me tromper en disant qu'il ne se définissait pas uniquement par ses tendances mélancoliques (pas sûre de la tournure de la phrase, mais là encore : c'est l'idée). Donc ses poèmes ne se définissent pas uniquement par leur mélancolie non plus.
Je crois que cela réponds à la question. Ou plus ou moins.

De plus, je crois qu'il est judicieux, pour saisir tous les sens d'un poème, de ne pas hésiter à le lire dans des états d'âmes différents. Cela peut changer complétement le regard que l'on a dessus.


Enfin bref, j'espère qu'on comprends ce que j'ai voulu dire Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille19
Main aguerrie


Messages : 484
Inscription le : 24/06/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Lun 30 Nov 2009 - 22:46

Tout à fait claire Nancy Very Happy (enfin je crois avoir compris en tout cas!)

C'est ça entre autres qui pour moi définit un bon texte : il est riche de mille possibilités de sens, chacun peut y découvrir des choses différentes et de nouvelles choses à chaque relecture. Je crois que c'est Umberto Eco qui appelait ça des oeuvres "ouvertes".

J'aime beaucoup certains poèmes de Baudelaire mais je trouve justement que cet aspect là lui manque un peu. Je trouve les poèmes de Rimbaud ou d'Apollinaire par exemple, beaucoup plus riches si l'on prend en compte cette dimension.

Mais après chacun à ses auteurs favoris, qui lui parlent plus ou moins ! Et ça n'empêche pas Baudelaire d'avoir écrit des choses magnifiques. Mais comme c'est dit en haut de cette page, parfois je trouve le style un peu lourd, un peu "plombé" et c'est ça qui pour moi enlève un peu aux poèmes de Baudelaire une richesse d'interprétations possibles.

Du coup c'est moi qui ne sais plus si je suis très claire Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcelin Hogier
Espoir postal


Messages : 41
Inscription le : 30/09/2009

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 1 Déc 2009 - 10:05

Pour le plaisir des yeux et rêver un peu... aujourd'hui à Drouot sera vendu le fonds Aupick-Ancelle, conservé par Narcisse Ancelle, le notaire de Baudelaire et de sa mère qui devint par la suite le conseiller judiciaire du poète. Parmi les pièces maîtresses, la Lettre du suicide, un exemplaire des Fleurs du Mal dédicacé à Ancelle, le dictionnaire anglais-français que Baudelaire utilisa pour ses traductions de Poe. Et aussi plusieurs correspondances, notamment 8 lettres de Barbey d'Aurevilly.

Ici les photographies de l'exposition publique avant la vente : http://catalogue.gazette-drouot.com/visitesdesalles/visite.jsp?id=5954&lng=0

Là et là le catalogue en ligne (premier affichage classique et second affichage feuilletable)

http://www.gros-delettrez.com/lots-vente-gros-delettrez.jsp?vente=214
http://catalogue.drouot.com/indexDrouot.jsp?id=5954&lng=fr

Un article présentant la vente sur le blog de Thierry Savatier : http://savatier.blog.lemonde.fr/2009/11/28/baudelaire-vente-aux-encheres-historique/

Comme toujours, il faut espérer que l'État préemptera le maximum de documents pour éviter leur dispersion.

bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nestat
Envolée postale


Messages : 117
Inscription le : 13/04/2010
Age : 26
Localisation : variable

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 14 Avr 2010 - 16:45

Un poème magnifique, que je connais par coeur :

Le Vampire


Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon cœur plaintif est entrée,
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vint, folle et parée,

De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine,
— Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,

Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
— Maudite, maudite sois-tu !

J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.

Hélas ! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit :
« Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,

Imbécile ! — de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire ! »

Toujours la vampire est une femme fatale qui fait souffrir les hommes et mourir de chagrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Baudelaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» CHARLES BAUDELAIRE
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» Charles Théophile FERET
» Charles Frémine
» Lintot - Message à Charles Chevallier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: