Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Charles Baudelaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
LacrimaD
Plume timide
avatar

Messages : 11
Inscription le : 14/08/2010
Age : 22
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Dim 15 Aoû 2010 - 2:20

Je n'aime pas l'Albatros... mais vraiment pas. Trop raconter, je ne sais pas. Mais j'aime Baudelaire, vraiment énormément. Ces poèmes comme Le Poison, Le revenant, Une Charogne, Les Plaintes d'un Icare, La Fontaine de Sang, L'héautontimorouménos...

(en gras mes vers préférés, cliquez sur pour faire apparaitre le texte)

Le poison
Spoiler:
 

Le revenant
Spoiler:
 


Les Plaintes d'un Icare
Spoiler:
 

La fontaine de sang
Spoiler:
 

L'héautontimorouménos
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aden
Posteur en quête
avatar

Messages : 83
Inscription le : 25/06/2011
Localisation : Londres - Paris

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 2 Nov 2011 - 19:01

Un poème que je trouve intéressant et très "symbolique", c'est le cas de le dire:

Alchimie de la douleur

Citation :
L'un t'éclaire avec son ardeur,
L'autre en toi met son deuil, Nature !
Ce qui dit à l'un : Sépulture !
Dit à l'autre : Vie et splendeur !

Hermès inconnu qui m'assistes
Et qui toujours m'intimidas,
Tu me rends l'égal de Midas,
Le plus triste des alchimistes ;

Par toi je change l'or en fer
Et le paradis en enfer ;
Dans le suaire des nuages

Je découvre un cadavre cher,
Et sur les célestes rivages
Je bâtis de grands sarcophages.

Voilà un poème d'une rare puissance, car il résume en 14 vers seulement tout le drame du genre humain. La phrase clé est probablement « Par toi (Hermès) je change l'or en fer Et le paradis en enfer ». Nous parlons bien ici du thème si cher à Baudelaire qu'est celui de la déchéance, puisque nous voyons l'homme procéder à une sorte d'alchimie inversée. Si la transformation du fer en or est le symbole de l'élévation spirituelle, l'inverse ne peut signifier que la chute. La référence à Midas, plus tôt dans le poème, est très symbolique, car c'est le personnage de la mythologie grecque qui transformait tout ce qu'il touchait en or, devenant ainsi le symbole de la cupidité. Nous n'avons qu'à regarder notre monde contemporain pour constater à quel point Baudelaire avait raison : la cupidité de l'homme est bien capable de transformer n'importe quel paradis en enfer.

Parfois, celui qui croit s'élever s'engage en réalité sur le chemin de la déchéance, à l'instar du légendaire Docteur Faust. Celui qui cherche à bâtir devient le plus grand des destructeurs. Celui qui promet le paradis apporte l'enfer. La conséquence de l'acte destructeur de l'homme est claire :

Dans le suaire des nuages
Je découvre un cadavre cher,
Et sur les célestes rivages
Je bâtis de grands sarcophages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/pages/Aden-Alastair-author/3037044930638
SCOman
Envolée postale
avatar

Messages : 102
Inscription le : 08/06/2012
Age : 31
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Jeu 23 Aoû 2012 - 10:40

Les Fleurs du Mal


Les Fleurs du Mal, au même titre que Les Trophées de Heredia, sont un des plus grands chefs-d’œuvre de la poésie. Charles Baudelaire, en cherchant à extraire la beauté du mal, nous livre des vers à jamais ancrés dans la mémoire collective. Il serait trop facile de citer pour exemple L’Albatros, appris par cœur par plusieurs générations d’écoliers, tant les poèmes qui composent ce recueil s’avèrent plus éblouissants et émouvants les uns que les autres.

De prime abord, ce livre peut surprendre par le côté extrêmement sombre des sphères explorées. Il n’y est pas question d’amour parfait, mais de femmes fatales, de monstruosités, de mort, de putréfaction des corps et des âmes. Certains passages, tels Les métamorphoses du vampire (p. 197), convoquent même un registre des plus horrifiques :

« Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d’amour, je ne vis plus
Qu’une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus ! »


Ce n’est pas pour rien que Baudelaire fut en son temps traîné devant les tribunaux – et condamné ! – pour outrages aux bonnes mœurs, comme le fut Flaubert pour Salammbô. Mais la puissance d’écriture de l’auteur ne se complaît jamais dans l’abject ou le laid, restituant le malaise de la condition du poète grâce à un lyrisme poignant, nullement éthéré. Si la menace de la damnation sourde à chaque rime, son talent de peintre n’est jamais aussi évocateur que lorsqu’il saisit le choc des épées (Duellum p. 69) :

« Deux guerriers ont couru l’un sur l’autre ; leurs armes
Ont éclaboussé l’air de lueurs et de sang.
Ces jeux, ces cliquetis du fer sont les vacarmes
D’une jeunesse en proie à l’amour vagissant.

Les glaives sont brisés ! Comme notre jeunesse,
Ma chère ! Mais les dents, les ongles acérés,
Vengent bientôt l’épée et la dague traîtresse. »


Un talent de peintre qui lui permet également de restituer la couleur et la lumière des lieux les plus anodins :

« Et le soleil, le soir, ruisselant et superbe,
Qui, derrière la vitre où se brisait sa gerbe,
Semblait, grand œil ouvert dans le ciel curieux,
Contempler nos dîners longs et silencieux,
Répandant largement ses beaux reflets de cierge
Sur la nappe frugale et les rideaux de serge. »


Les Fleurs du Mal se respirent sans modération ; leur scansion envoûtante exhale un parfum capiteux qui ne peut laisser indifférent. Grisé par le rythme et la mélancolie irrépressible du spleen, le lecteur ne peut que s’incliner devant la geste poétique du poète maudit. À plusieurs reprises je me suis retrouvé à en débiter les vers intérieurement, sans chercher à en comprendre le sens, pour le pur plaisir de voir l’harmonie jaillir de leurs rimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdares.over-blog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 8 Oct 2013 - 19:19

Merci pour l'analyse de Alchimie de la douleur. C'est un poème très fort de sens.

Un de mes préférés pour ma part :

Le balcon

Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses,
Ô toi, tous mes plaisirs ! ô toi, tous mes devoirs !
Tu te rappelleras la beauté des caresses,
La douceur du foyer et le charme des soirs,
Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses !

Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon,
Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses.
Que ton sein m'était doux ! que ton coeur m'était bon !
Nous avons dit souvent d'impérissables choses
Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon.

Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !
Que l'espace est profond ! que le coeur est puissant !
En me penchant vers toi, reine des adorées,
Je croyais respirer le parfum de ton sang.
Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !

La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison,
Et mes yeux dans le noir devinaient tes prunelles,
Et je buvais ton souffle, ô douceur ! ô poison !
Et tes pieds s'endormaient dans mes mains fraternelles.
La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison.

Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses,
Et revis mon passé blotti dans tes genoux.
Car à quoi bon chercher tes beautés langoureuses
Ailleurs qu'en ton cher corps et qu'en ton coeur si doux ?
Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses !

Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis,
Renaîtront-il d'un gouffre interdit à nos sondes,
Comme montent au ciel les soleils rajeunis
Après s'être lavés au fond des mers profondes ?
- Ô serments ! ô parfums ! ô baisers infinis !
Revenir en haut Aller en bas
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 8 Oct 2013 - 19:26

@Antoine. merci pour le partage! Riche idée que tu poursuivras j'espère par de larges extraits ou passages selon ton humeur du moment dentsblanches 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 8 Oct 2013 - 19:36

Tout à fait. Et j'ai même envie de partager ce qui n'est pas de la poésie également. Les journaux intimes de Baudelaire sont assez délicieux à lire.
Revenir en haut Aller en bas
marc et cie
Main aguerrie
avatar

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 51
Localisation : lyon

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 3 Déc 2013 - 20:10

quand j'étais plus jeune j'ai écrit quelques poèmes l'un d'eux disait:

J'ai plongé en héros au fond des gouffres noirs
j'étais jeune et confiant je me jouait de la peur
j'ai raillé mes amis certain de ma victoire
vous me traitez de fou je vous parle d'honneur
etc...

j'ai présenté cela comme un poème de Baudelaire, personne ne m'a cru. J'en suis encore vexé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contespourleslutins.blogspot.fr/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 4 Déc 2013 - 12:30

Peut-être à cause de la faute d'orthographe...

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 4 Déc 2013 - 12:43

Queenie a écrit:
Peut-être à cause de la faute d'orthographe...

Laughing

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc et cie
Main aguerrie
avatar

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 51
Localisation : lyon

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 4 Déc 2013 - 19:11

je cherche et je ne trouve pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contespourleslutins.blogspot.fr/
Sullien
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 4 Déc 2013 - 19:25

marc et cie a écrit:
j'étais jeune et confiant je me jouait de la peur
sourire 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc et cie
Main aguerrie
avatar

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 51
Localisation : lyon

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mer 4 Déc 2013 - 21:43

j'ai bien fait de devenir technicien. poète, c'est finalement assez difficile comme métier.Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contespourleslutins.blogspot.fr/
Thierry Cabot
Envolée postale


Messages : 103
Inscription le : 10/10/2013
Age : 59

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 7 Jan 2014 - 18:33

Voilà un sonnet que j'apprécie particulièrement :

Remords posthume

Lorsque tu dormiras, ma belle ténébreuse,
Au fond d'un monument construit en marbre noir,
Et lorsque tu n'auras pour alcôve et manoir
Qu'un caveau pluvieux et qu'une fosse creuse;

Quand la pierre, opprimant ta poitrine peureuse
Et tes flancs qu'assouplit un charmant nonchaloir,
Empêchera ton coeur de battre et de vouloir,
Et tes pieds de courir leur course aventureuse,

Le tombeau, confident de mon rêve infini
(Car le tombeau toujours comprendra le poète),
Durant ces grandes nuits d'où le somme est banni,

Te dira: "Que vous sert, courtisane imparfaite,
De n'avoir pas connu ce que pleurent les morts?"
— Et le vers rongera ta peau comme un remords.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.p-o-s-i-e.over-blog.net
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 7 Jan 2014 - 19:22

Merci Thierry ! Beau mais ...
cela m'a complètement plombé ....  hs 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Mar 7 Jan 2014 - 19:59

GrandGousierGuerin a écrit:
Merci Thierry ! Beau mais ...
cela m'a complètement plombé ....  hs 

Pareil...

Mais merci quand même Thierry.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Baudelaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» CHARLES BAUDELAIRE
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» Charles Théophile FERET
» Charles Frémine
» Lintot - Message à Charles Chevallier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: