Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Christian Bobin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Babelle
Zen littéraire


Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Jeu 29 Nov 2007 - 17:37

Extrait du Monde des livres du 22/11/07 donné par Coline sur le fil dédié à Emily Dickinson :
Citation :
"Quant au portrait que Christian Bobin trace de la recluse d'Amherst, il faut reconnaître souvent la justesse de ses intuitions. La ferveur, dont Bobin n'est pas avare, n'est pas ici une entrave, un aveuglement. C'est au contraire la seule voie praticable face à la pure intensité et à cette spectaculaire invisibilité (dont parle Bobin) qui a nom Dickinson. La poésie qui correspond à ce nom - et donc à cette existence - est bien "apothéose de toutes les lucidités".
Les mots d'Emily D, la Dame blanche, recluse d'Amherst :
"L'éloignement fonde la douceur"
"Loin est proche ce soir"
"Dieu de silex"
"La guerre me fait l'effet d'un lieu oblique"

... me font penser à l'auteur de L'Eloignement du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 5 Déc 2007 - 9:46

Eh bien pour commencer à vous parler de ce très joli livre que j'ai découvert grâce à vous et principalement à Babelle sans doute, je vais poster simplement ces quelques phrases qui parlent d'elle-même ...

Extrait de La dame blanche-

Citation :

"Mon père ne voit rien de mieux que "la vie réelle"_et sa vie réelle et la mienne entrent parfois en collision" Qu'est-ce que la vie "réelle"? Le père et la fille ont là dessus deux visions très différentes. Pour le père, la vie réelle est horizontale: on fait venir le train et le télégraphe à Amherst, on signe des contrats on relie les hommes les uns aux autres, ce qui permet à la richesse de grandir au rythme des échanges. Pour la fille, la vie réelle est verticale: on va de l'âme au maître de l'âme_et pour ça, nul besoin de chemin de fer. On ne commerce qu'avec le ciel, celui qui brille au dessus de nos têtes comme au fond de nos pudeurs. Dans ce commerce, rien n'est à gagner, juste une sensibilité accrue au sang caillé du Christ sur le portail des rouge-gorges, ainsi qu'une compréhension de plus n plus fine donc douloureuse, des conduites de chacun.
Un jour arrive où plus personne ne voue est étranger. Ce jour là, terrible, signe votre entrée dands la vie réelle.

Un portrait d'Emily Dickinson tout en finesse. Des phrases lumineuses, simples et légères, toutes en pudeur et qui semblent^presque chuchotées, caressent notre esprit et s'impriment en nous.

Un autre extrait, un peu plus loin...
Citation :
Les parents voient leurs enfants, jamais leurs âmes. Celle d'Emily tient dans une goutte de rosée. L'infime est son royaume. Elle contemple le ciel à travers le vitrail des ailes d'une libéllule, et s'aménage un béguinage à l'intérieur d'une clochette de muguet. Une cheminée dans l'âtre de laquelle tombent les étoiles du ciel, un lit couvert de neige et une table en bois de cerisier: sa chambre a le dépouillement princier d'une cellule de moine, et elle est plus belle de ne pas l'afficher.
Quand autour d'elle les ambitions se déclarent et que chacun veut être quelque chose, elle fait le rêve souverain de n'être rien et de mourir inconnue. L'humilité est son orgueil, l'effacement son triomphe.


On ressent une profonde empathie et une grande admiration tout au long de ce récit à l'égard de la poétesse dont Bobin semble particulièrement proche. La même humilité dont vous parliez plus haut, l'effacement de soi et cette quête de l'âme pas si éloignée du mystique.

Lu dans LIRE:
Citation :
Sur le mur derrière lui, un tableau préraphaélite fait penser à Emily Dickinson dont il vient d'achever le portrait dans la collection L'un et l'autre chez Gallimard. «J'aimais tellement cette fille que j'ai eu envie de la voir», résume-t-il en souriant. Déjà, dans son précédent récit, Prisonnier au berceau, elle était dans son ombre, comme une soeur d'écriture. Il réfute le mot «soeur»: «Pour moi, elle est épaule à épaule avec Rimbaud, je ne peux pas me mettre à ce niveau.» Donc, pour mieux rencontrer «cette fille», Christian Bobin a fait venir des Etats-Unis de nombreux ouvrages, des images, des photos et même un film sur sa maison, des vues de son jardin. Il a lu et relu ses poèmes et sa correspondance. «J'ai cru la comprendre, ce qu'elle disait et ne disait pas, son isolement, sa douceur, le bruit de la neige sur sa ville natale... Comme je l'entends sur ma ville.» C'est dans cet état d'empathie et de bouleversement calme que l'inspiration de ce merveilleux livre lui est venue. Un texte d'une grâce lumineuse et intuitive sur la poétesse qui murmurait: «Disparaître est un mieux», en remisant ses poèmes dans ses tiroirs jusqu'à sa mort


Dernière édition par aeriale le Mer 2 Mar 2011 - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 5 Déc 2007 - 11:14

Tu ne fais que conforter ce dont je me doutais: c'est un très beau livre que Bobin livre là! Ne serait-ce que l'entendre parler de celui-ci était alléchant alors là, je craque! miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 5 Déc 2007 - 20:10

Il y a longtemps que je n'ai pas lu du Bobin...Celui-ci je vais le lire...Merci Aériale!Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 30 Jan 2008 - 12:23

La dame blanche

Ohlala...Je regrette Aériale et les autres amis de Bobin...
Je vais apporter une note très discordante ...
Je n'ai pas été le moins du monde touchée par ce portrait d'Emily Dickinson écrit d'une plume qui se veut poétique à l'excès et sans aucun naturel...Prose sucrée jusqu'à l' écoeurement de comparaisons et de métaphores (à la fin, je me trouvais entre l'agacement total et le rire tant ce style qui se veut poétique est exagéré, surfait...)...
Bobin s'est fait plaisir...mais il est lassant...
Il saupoudre son texte de citations d'Emily Dickinson qui ne permettent d'accéder ni à l'essence de sa poésie ni à la profondeur de son être...

Un bonbon trop sucré...Et quand il est fini, très vite il n'en reste plus rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire


Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 30 Jan 2008 - 19:57

Heureusement que l'on exprime aussi notre déception Coline, ne t'excuse pas! Moi je n'ai pas lu ce livre car je ne connais pas les textes d'Emily Dickinson, ni même son histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 30 Jan 2008 - 20:00

Babelle a écrit:
Heureusement que l'on exprime aussi notre déception Coline, ne t'excuse pas! Moi je n'ai pas lu ce livre car je ne connais pas les textes d'Emily Dickinson, ni même son histoire.

Je pensais que ce serait un bon début pour l'aborder...ce que j'ai un peu fait d'ailleurs...Mais Bobin ne m'a rien apporté, rien appris sur Emily Dickinson...ou presque rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire


Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 30 Jan 2008 - 20:03

J'aimerais avoir l'avis des lecteurs d'ED!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 30 Jan 2008 - 20:13

Babelle a écrit:
J'aimerais avoir l'avis des lecteurs d'ED!

Ce qu'il écrit n'est sans doute pas erronné car je crois savoir qu'il est un fervent admirateur d'ED (comme tu dis)...mais celane va pas bien loin...Il s'est fait plaisir à écrire des jolies phrases...Mais trop c'est trop...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Mer 30 Jan 2008 - 21:45

J'ai eu moi aussi il y a quelques années une overdose du style sucré de Bobin, après que je l'ai beaucoup aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Jeu 31 Jan 2008 - 10:25

Je ne connais pas la vie de Emily Dickinson, et je ne sais pas si elle était aussi "habitée" , mais ce portrait m'en a donné une image assez palpable, en tout cas assez touchante.
Ce que j'ai aimé , pour ma première lecture de Bobin, c'est ce ton passionné. Lui, il habite en tout cas complètement son héroïne et celà ne m'a pas paru insincère ou surfait. C'est vrai que c'est très sucré, et c'est vrai aussi que j'ai un peu moins accroché dans la seconde partie. (d'ailleurs je n'ai pas fini mon com' Wink ) Alors je veux bien admettre que l'on puisse s'en lasser à fortes doses. Mais sa prose particulière m'a séduite! ( je devais être en état d'hypoglycémie grave après Arlington park, carrément trop acide Laughing )
Ceci dit, c'est un peu comme pour Le canapé rouge : une belle prose qui me séduit...Et puis au final, il ne me reste plus grand chose de l'histoire jemetate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Jeu 31 Jan 2008 - 10:27

aériale a écrit:
je veux bien admettre que l'on puisse s'en lasser à fortes doses. Mais sa prose particulière m'a séduite! ( je devais être en état d'hypoglycémie grave après Arlington park, carrément trop acide Laughing )

laugh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Jeu 31 Jan 2008 - 10:46

La dame blanche

Petit échantillon, tout le récit est écrit comme cela...Si l'on ne prend qu'une seule image, c'est acceptable mais tout le récit...non!


"Emily vient de tourner son visage vers l’invisible soleil qui consume son âme comme un papier d’Arménie."

"La vive blancheur du visage d’Emily, semblable à la lumière qui sort à flots d’une fleur de lys."

"Les abeilles dorées, qu’Emily arrachait à leur destin d’esclaves en les couronnant dans ses poèmes, bourdonnent pour elle un requiem."

"Il y achez Tante Lavinia un piano. Les notes qui en sortent sont comme des pétales de fleurs de cerisier : des atomes de lumière qui rincent l’air et le cœur."

"La passerelle de la vie grince sous les pieds de la jeune Emily."

"La mort braconne autour d’elle beaucoup d’âmes, leur donne un coup sur la nuque puis les fourre, encore chaudes, dans sa gibecière."

"Soudain la voix du père, comme un aigle royal, prend son envol."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Jeu 31 Jan 2008 - 11:39

aériale a écrit:
C'est vrai que c'est très sucré, et c'est vrai aussi que j'ai un peu moins accroché dans la seconde partie. (d'ailleurs je n'ai pas fini mon com' Wink ) Alors je veux bien admettre que l'on puisse s'en lasser à fortes doses. Mais sa prose particulière m'a séduite! ( je devais être en état d'hypoglycémie grave après Arlington park, carrément trop acide Laughing )

Je dois aimer le salé-sucré jypeurien
En cuisine pas trop conciliabule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
swallow
Sage de la littérature


Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Christian Bobin   Jeu 31 Jan 2008 - 17:00

Moi non plus, je n´ai pas trop aimé le portrait que Bobin dresse d´Emily Dickinson.
Je la trouve plus solide, plus terrestre. Je ne vois pas sa poésie, comme le dit Bobin: "telle une fleur unique, dont on ne connaîtrait que le parfum."
http://www.gallimard.fr/ Voir: Les entretiens, Christian BOBIN.

Deux exemples de sa poésie:
. A Book

"THERE is no frigate like a book
To take us lands away,
Nor any coursers like a page
Of prancing poetry.
This traverse may the poorest take
Without oppress of toll;
How frugal is the chariot
That bears a human soul! "


SURGEONS:
Surgeons must be very careful
When they take the knife.
underneath their fine incisions
Stirs the culprit, life
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Christian Bobin   Aujourd'hui à 0:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Christian Bobin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Christian Bobin
» Votez pour notre ami Christian De Mitri ce chanteur talentueux !
» MémoArt de Quais de Christian AFFAGARD
» creation museum - christian fundamentalists' new project
» Bon anniversaire CHRISTIAN S

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: