Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Christian Bobin

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: La dame blanche   Christian Bobin - Page 5 EmptyDim 10 Fév 2008 - 11:58

La dame blanche

Il s'agit de mon premier roman de l'auteur Christian Bobin.
La dame blanche nous conte la vie recluse de la poétesse américaine Emily Dickinson. Nous sentons une grande admiration de l'auteur à l'égard de sa muse.
La plume se fait légère, poétique, lyrique… mais cette légèreté finit par conduire à un manque de profondeur et un certain ennui en ce qui me concerne.
Heureusement que ce roman soit court car je me suis éloignée du sujet au fur et à mesure de la lecture et j'aurais certainement abandonné le récit s'il comportait une cinquantaine de pages supplémentaires.

Je suis donc très mitigée quant à cette lecture et je n'ai pas l'impression d'avoir vraiment appris grand-chose sur Emily Dickinson. Il manque un je ne sais quoi de "substance" dans ce roman, Emily Dickinson n'a jamais vraiment pris corps dans ma tête.


Toutefois, je ne parlerai pas d'écriture sucrée ou mièvre mais plutôt d'écriture éthérée dans le sens tellement angélique… on a l'impression que Emily Dickinson est une sorte de sainte qui nous demeurera à jamais inaccessible.


Merci à Aériale d'avoir proposé ce livre au cerclage, j'ai pu ainsi forger ma propre opinion sur ce roman qui a fait beaucoup parlé de lui sur ce fil Wink
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 13:43

sentinelle a écrit:
La plume se fait légère, poétique, lyrique… mais cette légèreté finit par conduire à un manque de profondeur et un certain ennui en ce qui me concerne.
Ta remarque est judicieuse Sentinelle. J'ai été emballée par les tournures lyriques et passionnées de Bobin dans la première partie du roman. Puis, j'avoue que ce côté ethéré m'a un peu laissée sur le bord du chemin, au point de ne pas en faire la critique finale. A force de lecture légère on finit par rester en suspension... détaché oui, un peu!
Bien loin de mes coups de coeur habituels en tout cas! (Chalandon, Adam, Garnier, Selby Junior, etc ) où l'on est au plus près des sensations, de la vie en général...
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 17:36

J'avais cru comprendre Aériale que ton impression était plus favorable...

Mais cela ne me surprend pas tant que ça...Je crois que l'on peut être, à chaud, sous le charme des jolies phrases...
Cependant un livre ne prend sa valeur que par ce qu'il laisse de durable dans notre souvenir...
La dame blanche...c'est du vent...une brise douce et légère oui...mais du vent...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 18:26

J'ai une petite question : c'est toujours comme ça avec Bobin ? Dans l'affirmative, je pense que je n'irai pas beaucoup plus loin dans ma découverte de cet auteur innocent
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 19:05

coline a écrit:
J'avais cru comprendre Aériale que ton impression était plus favorable...
Mais cela ne me surprend pas tant que ça...Je crois que l'on peut être, à chaud, sous le charme des jolies phrases...
Cependant un livre ne prend sa valeur que par ce qu'il laisse de durable dans notre souvenir...
La dame blanche...c'est du vent...une brise douce et légère oui...mais du vent...
L'impression à chaud du début était plus que favorable, oui Coline! ...Et puis elle est retombée comme un soufflé!
Une amie qui me questionnait à ce sujet me demandait "alors? le Bobin? raconte.."eh...pfft...la panne! plus de souvenirs 15 jours après, alors qu'elle m'avait croisée emballée les premiers jours de lecture Razz
C'est là que je me suis dit :"il y a problème" jemetate
Je pense que ce livre est tombé à point à la suite d'un autre beaucoup plus acide, comme je le disais...mais une brise douce et légère oui... moi qui aime les grandes bourrasques dévastatrices...sourire


Dernière édition par le Lun 11 Fév 2008 - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 19:32

sentinelle a écrit:
J'ai une petite question : c'est toujours comme ça avec Bobin ? Dans l'affirmative, je pense que je n'irai pas beaucoup plus loin dans ma découverte de cet auteur innocent

Pauvre Bobin...Je ne devrais pas mais...j'ai envie de dire "Hélas oui!"...
Je crois cependant qu'il ne faut pas que tu accordes trop de crédit à ce que je dis là parce que je sais qu'il a aussi ses admirateurs...
En plus, on a envie de l'aimer Bobin...(surtout moi, c'est le cousin de ma belle-soeur:oops: )...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Envolée postale
Romane

Messages : 111
Inscription le : 02/02/2008
Age : 32

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 19:54

Moi je l'aime aime

Mais comme vous si on me demande de "résumer" ou dire ce qu'il en reste, par exemple pour Autoportrait au radiateur pas grand chose. Mais Bobin je le déguste à l'instant et pas pour ce qu'il m'en restera.
Revenir en haut Aller en bas
http://melle-pauline.tk/
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 20:09

Romane a écrit:
Moi je l'aime aime

Mais comme vous si on me demande de "résumer" ou dire ce qu'il en reste, par exemple pour Autoportrait au radiateur pas grand chose. Mais Bobin je le déguste à l'instant et pas pour ce qu'il m'en restera.

Défends-le Romane...Je suis sévère avec lui...content
Revenir en haut Aller en bas
monilet
Sage de la littérature
monilet

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 70
Localisation : Essonne- France

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 20:19

Oui , on l'aime sur l'instant , puis on se lasse de ce style éthéré.
Même que la diablotin aériale a cru qu'elle devenait un ange, qu'elle dit !! laugh

Senti, je crains que ce soit toujours ainsi dans ses livres. J'avais beaucoup aimé son premier roman, longtemps le seul, peut-être encore - je ne sais, La folle allure.
Revenir en haut Aller en bas
https://claudecolson.wordpress.com/
Invité
Invité



Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyLun 11 Fév 2008 - 21:04

Et bien je crains que Bobin ne soit point fait pour moi jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyVen 2 Mai 2008 - 23:22

Babelle a écrit:
Je suis entrée chez Christian Bobin il y a bien des années
(si ça me semble loin, c'est sans doute parce que, comme vous, je n'y suis pas retournée en lecture depuis longtemps),
j'y suis entrée suite à un moment rempli d'émotion au cours duquel Daniel Pennac l'avait présenté très intelligemment (non pas en parlant de lui, mais en faisant la lecture d'un extrait d'un de ses textes).
Peut-être, cela se passait-il encore sur un plateau d'Apostrophe?
Le lendemain, je courais à la Fnac. J'entrai chez Christian Bobin.
En 1993 au stand Lettres Vives du Salon du Livre j'achetai l'Eloignement du Monde : les pages assemblées en feuillets n'avaient pas été massicotées et c'est avec une clef plate que j'en lascérais la hauteur, parfois la longueur, sur un strapontin du métro qui me ramenait.
Christian Bobin - Page 5 Bobin0107gh4
L'Eloignement du monde, il est encore là, quelque part, pas très loin.
Je vous livre mon émotion.
Tout d'abord, on y entrait comme ça :
Christian Bobin - Page 5 Bobin0102at0
Dessin à l'encre de Chine (Bénédicte Caillot)
Et puis comme ça :
Citation :
Une longue épée de silence s'enfonçait parfois dans mon coeur, et je ne pouvais l'enlever sans aussitôt provoquer une hémorragie : je choisissais de me taire et d'écrire ce genre de phrases gouvernées par le blanc. Chacune m'était délivrante au temps où elle venait. Je n'ai jamais écrit que pour résoudre une crise, traverser une forêt, rejoindre le temps limpide dessous le temps obscure. Je n'ai jamais écrit que pour vous et pour moi, pour un "vous" et un "moi" à venir, non encore apparus en ce monde où il n'y a jamais eu personne.
Christian Bobin - Page 5 Bobin0101md0

Je viens d'entrer chez Bobin à mon tour, comme ça au détour d'un chemin et j'ai trouvé la même émotion, la même profondeur des mots... Il m'a illuminé avec tout ce qu'il m'a apporté au moment de la lecture d'Autoportrait au radiateur. Alors, peut-être que ça ne dure qu'un temps, mais tant pis et ce temps-là vaut le détour ! J'irai à nouveau chez lui, au risque d'être déçu, mais il en mérite le risque !
Citation :
Rien, sinon la pluie - mais la pluie, ce n'est pas rien, elle éloigne le ciel comme on repousse un meuble pour faire le ménage, elle chante en nettoyant les vitres, les visages et les pensées, elle prépare la venue de quelqu'un qui arrivera juste après elle, quelqu'un qui aime ce qui brille et sent le neuf - une fée ou le Christ enfant.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyVen 2 Mai 2008 - 23:29

Steven a écrit:
Je viens d'entrer chez Bobin à mon tour, comme ça au détour d'un chemin et j'ai trouvé la même émotion, la même profondeur des mots... Il m'a illuminé avec tout ce qu'il m'a apporté au moment de la lecture d'Autoportrait au radiateur. Alors, peut-être que ça ne dure qu'un temps, mais tant pis et ce temps-là vaut le détour ! J'irai à nouveau chez lui, au risque d'être déçu, mais il en mérite le risque !

Peut-être faut-il laisser du temps entre deux ouvrages de Bobin pour retrouver cette émotion... La retrouver comme neuve...
Ce n'est pas ce que j'ai fait, j'ai enchaîné, comme il m'arrive souvent de le faire lorsque j'ai un coup de coeur littéraire...Et je me suis lassée...
Revenir en haut Aller en bas
monilet
Sage de la littérature
monilet

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 70
Localisation : Essonne- France

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptySam 3 Mai 2008 - 8:43

Je crois que malgré le temps finalement on retrouve toujours la même "eau", d'où la lassitude au bout de quelques livres.
Revenir en haut Aller en bas
https://claudecolson.wordpress.com/
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyMar 6 Mai 2008 - 23:29

Je reviens sur Autoportrait au radiateur. Je l'ai lu dans une sorte d'empressement, les mots bousculant les mots, les jours se succédant dans ce journal, amenant chacun un éclairage particulier. Oui, c'est éthéré (mais contrairement à Aériale, je ne suis pas resté en suspension diablotin ). Beaucoup d'allusions au seigneur, au Christ, aux églises qui n'auraient pas manqué de me déranger mais qui, bizarrement passe sans alourdir le style ; bizarrement ! Qu'est-ce que ce livre ? Le journal d'une après-vie, d'une vie sans l'autre, sans la personne aimée. Je ne l'ai pas trouvé mièvre. Avec un peu de recul, c'est vrai que ce n'est pas très consistant. Mais le tout est parsemé de phrases, quasiment d'aphorismes qui rehaussent le tout et peuvent l'amener très haut !
Citation :
Ce n'est pas un journal que je tiens, c'est un feu que j'allume dans le noir. Ce n'est pas un feu que j'allume dans le noir, c'est un animal que je nourris. Ce n'est pas un animal que je nourris, c'est le sang que j'écoute à mes tempes, comme il bat - un volet ensauvagé contre le mur d'une petite maison.

Voilà ce que nous en dit l'auteur, et j'ai envie de le croire et de le suivre. Et quelques fois, une phrase, une ligne justifie l'achat d'un livre. Celle-ci :
Citation :
L'écriture est la soeur cadette de la parole. L'écriture est la soeur tardive de la parole où un individu, voyageant de sa solitude à la solitude de l'autre, peuple l'espace entre les deux solitudes d'une voie lactée de mots.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 EmptyVen 9 Mai 2008 - 21:54

Je suis une débutante dans la lecture de Bobin (que je ne connaissais pas avant de venir sur Parfums).
J'aime son écriture, légère, une brise, mais qui ne se transforme pas en vent. Je retiens de ma lecture une ambiance, une atmosphère qui m'offre de la poésie en prose.
J'ai lu "La dame blanche" et j'ai aimé, beaucoup aimé même!

Christian Bobin livre ici une biographie romancée très poétique sur la poétesse Emily Dickinson. Emily qui eut une vie très particulière: elle vécut en recluse, dans sa maison du Massachussets, au milieu de ses fleurs et de la nature qu'elle aimait tant. Emily apparaît comme un elfe ethéré, un ange parmi les hommes que rien de fâche, que rien ne trouble. Elle écrit, écrit et écrit encore mais seulement pour elle, malgré quelques tentatives de diffusion de ses poèmes dans un journal. Elle a sa Bible, sa "cinquième fenêtre" sur le monde, toujours à portée de main, elle pétrit et cuit le pain pour la maisonnée, elle prie et contemple le monde qui l'entoure avec son regard de fillette, de jeune fille, de jeune femme puis de femme d'une sensibilité extrême voire exacerbée malgré son silence et son invisibilité. Emily vit intensément dans son univers intérieur et il est saisissant de lire les sublimes vers qu'elle a écrits, reflets du monde et de la nature humaine, alors qu'elle n'a quasiment jamais quitté sa petite ville d'Amherst.
Emily grandit dans l'ombre imposante de son juriste de père et celle de la mélancolie de sa mère "On ne remerciera jamais assez les mères mélancoliques. Leur trône est au milieu du ciel. Elles ont jeté leur châle sur le soleil. Il sort de leurs yeux une nuit si grande que leurs enfants s'émerveillent du plus petit brin de lumière. Emily s'en va chercher le jour là où il se trouve, un peu plus loin que le royaume des mères." (p 37) De cette enfance solitaire et tournée vers l'intériorité, Emily va trouver un chemin illuminé, celui de la poésie "Bien avant d'être une manière d'écrire, la poésie est une façon d'orienter sa vie, de la tourner vers le soleil levant de l'invisible. Le pain d'épice qu'elle cuit et fait descendre dans un panier au bout d'une corde, de sa chambre à la rue où les enfants le mangent, le soin têtu qu'elle prend de ses rosiers et sa patience ailée devant la tyrannique langueur de sa mère - tout est pour Emily une occasion d'exercer cette empathie qui est la source claire du génie." (p 55)
«L'âme d'Emily tient dans une goutte de rosée. L'infime est son royaume. Elle contemple le ciel à travers le vitrail des ailes d'une libellule, et s'aménage un béguinage à l'intérieur d'une clochette de muguet. Une cheminée dans l'âtre de laquelle tombent les étoiles du ciel, un lit couvert de neige et une table en bois de cerisier: sa chambre a le dépouillement princier d'une cellule de moine, et elle est plus belle de ne pas l'afficher.» Tout est dit dans ces quelques images à la suite desquelles on imagine, sans difficulté aucune, la frêle silhouette blanche d'Emily Dickinson, une âme discrète, silencieuse mais à l'intense activité intérieure. L'écriture de Bobin magnifie le portrait d'Emily Dickinson telle un écho de ses poèmes: est-ce une rencontre avec Emily Dickinson ou un prolongement du monde de Bobin? Parfois, on a l'impression que les deux univers, si proches, se confondent et se mêlent: Bobin et Emily deviennent deux voix d'un même poème.

"Pour faire une prairie il faut du trèfle et une abeille,
Un trèfle, et l'abeille,
La rêverie.
Si les abeilles sont rares,
La rêverie suffit."



Emily Dickinson

(écrit en 1779 in "Car l'adieu, c'est la nuit")



"La dame blanche" de Bobin a guidé mes mains vers un recueil de poèmes d'Emily Dickinson "Car l'adieu, c'est la nuit" que je ne me lasse pas de feuilleter. Merci Monsieur Bobin d'avoir raconté le monde d'Emily avec vos mots poétiquement minimalistes!
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
Contenu sponsorisé




Christian Bobin - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Christian Bobin
Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» demande permission de monter a bord
» Christian Vanneste sur l’UMP: «Qu’ils aillent se faire foutre»
» présentation
» Aide à la lecture 8 mi 1890
» Le Groupe des Écoles d'Armes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: