Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Christian Bobin

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Bibi
Espoir postal


Messages : 16
Inscription le : 18/04/2008
Localisation : Rhone-Alpes

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeVen 24 Oct 2008 - 13:14

coline a écrit:
Est-ce que quelqu'un peut me faire un résumé?...
Qui est Alexandra Paressant ?
Quel rapport avec Bobin?...
________________________________________________

Ils sont tous les deux du Creusot.(Saone & Loire)

Alexandra est cette pauvre jeune femme qui (se) racontait des histoires et que la Presse a pris au sérieux avant de la descendre en flammes.

Le rapport entre Christian et Alexandra...? BiBi aurait aimé qu'ils se rencontrent. Cela aurait donné du punch à C Bobin !!!
BiBi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pensezbibi.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeVen 24 Oct 2008 - 13:26

Bon...Merci Bibi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeVen 24 Oct 2008 - 13:46

Bibi a écrit:
Cela aurait donné du punch à C Bobin !!!
BiBi

Un peu de rhum, de jus d'orange, d'ananas, et de sirop de canne... aussi ça peut donner du Punch.

... Hum.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Espoir postal


Messages : 16
Inscription le : 18/04/2008
Localisation : Rhone-Alpes

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: La Bobine à Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeVen 24 Oct 2008 - 18:28

Oui du punch, Coline... surtout la nana !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pensezbibi.com
bulle
Zen littéraire
bulle

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 62
Localisation : Quelque part!

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeLun 7 Sep 2009 - 17:13

Christian Bobin en entrevue (archives)

http://www.radio-canada.ca/actualite/V2/secondregard/archive152_200812.shtml#

Belle entrevue en passant

Je vais découvrir très bientôt cet auteur .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeSam 5 Déc 2009 - 15:52

L'inespérée


Christian Bobin est un écrivain de l'intime, des émotions les plus délicates, des petits riens du quotidien qu'il tamise d'une lumière évanescente, celle du regard par-dessus l'épaule, celle de l'hier ou celle des sentiments que l'on tait aux autres.



Dans "L'inespérée", il livre à son lecteur des textes d'une intériorité qui tend à la pureté des émotions, des sentiments: il y parle, toujours avec délicatesse, même lorsqu'il s'insurge, de l'amour (celui éprouvé pour une passante, un jour de pluie, celui d'une femme partagée entre son amant et son mari, celui de l'homme qui aime la distance pour écrire son amour à la femme de sa vie, l'écrit permettant, sans doute, ce que la conversation intime refuse à la pudeur), de l'amitié, de la banalité de la vie qui peut receler, de manière très inattendue, des joyaux que l'on espérait plus. Cependant, il ne reste pas sans réaction face à ce qui lui déplaît: son regard sur la société telle qu'elle est devenue est celui de la déconsidération, celui de l'amertume inacceptée. Les tranches de vie, entre deux images d'une grande poésie, cachent un aspect peu engageant de notre monde qui devient la proie d'une télévision à la trop grande place. Du coup, elle pervertit la pureté à laquelle Bobin aspire...d'ailleurs, il n'hésite pas à en faire le personnage central d'un texte au titre extrême "Le mal" (c'est dire son aversion pour cet écran qui rend captif): elle captive sans être captivante, elle est la nouvelle "nurse" des mondes clos, ceux de l'enfermement pénal, psychiatrique ou de la vieillesse, elle est partout et s'en fiche qu'on ne la regarde pas...elle est là et captera, à un moment où à un autre, un regard même morne. "Le mal" est un texte dont la violence des propos affleurent sous une écriture ciselée, décapante derrière sa richesse; il surprend, il interpelle et peut mettre mal à l'aise car Bobin ne fait aucune concession.

"L'inespérée" est un recueil qu'il est difficile de résumer tant les sensations, les émotions qu'il met en mots sont saisissantes, poétiques et entraînent le lecteur dans un monde à l'écart du monde, d'où seules des rumeurs lointaines des bruits du quotidien viennent troubler le recueillement dans lequel il s'est plongé; un recueillement sur la part d'ombre intime que chacun porte en soi. "L'inespérée" amorce une subtile méditation sur l'accomodement du monde avec les êtres et les choses, pose les jalons d'un voyage intérieur au long court balisé par images sensibles de l'écriture de Bobin.

Il est facile de rapprocher Christian Bobin de Philippe Delerm, mais là où le second utilise l'encre de la nostalgie pour dessiner les volutes des souvenirs, le premier puise à la source de la mélancolie pour appréhender les illusions du monde. Toujours est-il que l'on ne quitte pas, comme on quitte un manteau, l'écriture ni l'ambiance étrange des textes de Bobin: elles s'installent durablement dans la mémoire de nos émotions, distillant le besoin de les feuilleter et de les ressentir à nouveau, au gré des envies. Les recueils de Bobin, comme ceux de Delerm, sont de ceux vers lesquels toujours on revient pour picorer des sensations, glaner des émotions et repartir avec une nouvelle énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeLun 23 Mai 2011 - 22:07

Je retrouve Christain Bobin, écrivain de l'intime, avec La folle allure

Elle n'est pas si folle que ça cette allure ; souvent même, elle est dans l'immobilité totale. Dans ces moments, dans sa chambre d'hôtel où elle a trouvé refuge, la narratrice, actrice débutante qui vient de refuser un rôle, nous emmène dans son passé. Fragments par fragments, elle nous montre comment elle s'est construit. L'enfance, ......, l'adolescence, ......, l'entrée dans la vie adulte... ça défile, à une folle allure. Pourtant chaque tableau semble immobile, éternellement figé sous nos yeux et dans l'esprit de la narratrice.
La narratrice ? Maryline ? Aurore ? Prune ? Marie ? Belladone ? Catherine ? Blanche ? Autant d'identités prises au fil de ses fugues. La raison des fugues ? Elles ont commencé jeune, quand à deux ans elle se réfugiait contre un loup dans le cirque où sa famille vivait. Puis le loup est mort, et elle est partie à la recherche, à la rencontre. Au fil des fuites, elle a rencontré des gens, tous ont laissé une trace ; elle a rencontré "Le gros", musicien de génie (J-S BAch).
La folle allure l'entraîne toujours vers l'avant. En contraste, elle s'enferme dans une immobilité, une absence voulue, lui permettant de se retourner, de prendre appui sur ce passé de se projeter vers l'avenir.
Comme toujours, avec Bobin, les moments de grâce se succèdent.
Citation :
Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos coeurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre village, et parfois la beauté nous mord, comme un loup merveilleux sautant notre gorge.
Ca ne mène pas bien loin, ça semble difficile à finir, puis naturellement, un acte insensé, d'amour, mais insensé, finit ce livre. Comme une juste chose.

Citation :
Je dévore des livres choisis pour leur taille - pas moins de sept ou huit cents pages. Le temps passé à lire n'est pas vraiment du temps. Allant d'une page à l'autre, je passe des frontières, j'entre dans des maisons endormies, c'ets la fugueuse en moi qui lit et aucun gendarme ne peut la retrouver avant qu'elle ait atteint la dernière phrase, levé la tête sur un ciel qui était bleu au début du premier chapitre et qui maintenant est noir. J'ai vingt-sept ans mais les lecteurs n'ont pas d'âge. Devant le livre ouvert il n'y a qu'une enfance laissée à ses jeux dans la rue, bien après dix heures du soir.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MezzaVoce
Envolée postale
MezzaVoce

Messages : 290
Inscription le : 13/07/2012
Age : 54
Localisation : Lyon

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeSam 14 Juil 2012 - 19:32

J'ai découvert Bobin avec Geai, un de ses rares vrais romans : une histoire entre Albain, enfant solitaire qui ne connaît pas la solitude, un instituteur tendre et malin, et Geai, dame du lac de son état.

« Geai était morte depuis deux mille trois cent quarante-deux jours quand elle commença à sourire. Ce sourire, au début, personne pour le voir. Que deviennent les choses que personne ne voit ? Elles grandissent. Tout ce qui grandit grandit dans l'invisible et prend, avec le temps, de plus en plus de force, de plus en plus de place. Donc le sourire de Geai, noyée depuis deux mille trois cent quarante-deux jours dans le lac de Saint-Sixte, en Isère, commença à donner de plus en plus de lumière. »


Lecture fraiche (sans mauvais jeu de mots) et gourmande.

Alors j'ai emprunté Le Très-Bas à la bibliothèque. Par un curieux hasard, j'avais aussi emprunté les CD de Matthäuspassion, La Passion selon Saint-Matthieu, version dirigée par Otto Klemperer (détail importantissime). Je commençai donc ma lecture, la musique de Bach dans les oreilles. Mais voilà... dès les premières pages : la Bible et François d'Assise. "Holà, kessèksa ???", me dis-je : je suis une quiche question religion et je n'ai pas particulièrement envie de combler les lacunes. Pourtant, encouragée par le plaisir que Geai m'avait procuré, je m'accrochai. Mes yeux ne furent rapidement plus capables de se détacher des lignes, ni mon cœur des mots. Les muscles bandés, le souffle court, la bouche entrouverte (et totalement indifférente au risque de gobage de mouche), je touchais à quelque chose de totalement inconnu. La beauté ? La grâce ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c'est qu'arrivée au dernier mot, je suis retournée fébrilement au premier pour relire le livre du début. Là, tout de suite.

Depuis, il y a toujours un Bobin à mes côtés. Et Bach.

Alors je suis bien d'accord, parfois je suis lassée et je ne le lis plus ; mais j'y reviens toujours. Je suis incapable de résumer ces livres de mémoire ; mais pour moi, ils tiennent plus de la poésie que du roman et je connais très peu de poèmes par cœur. En revanche, je pourrais citer des dizaines de passages de Bobin qui me touchent profondément et me font réfléchir...

Et puis, la religion de Bobin n'a vraiment rien à voir avec la Religion : « La religion c'est ce qui relie et rien n'est plus religieux que la haine : elle rassemble les hommes en foule sous la puissance d'une idée ou d'un nom quand l'amour les délivre un à un par la faiblesse d'un visage ou d'une voix. (...) Il n'y a pas de terre sainte. C'est toute la terre qui est sainte, ou bien rien d'elle. »


Dernière édition par MezzaVoce le Jeu 19 Juil 2012 - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anagramme
Agilité postale
anagramme

Messages : 909
Inscription le : 29/08/2008

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeSam 14 Juil 2012 - 19:52

Le très bas, une merveille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeMer 8 Aoû 2012 - 9:41

Les ruines du ciel

Autour d'un événement, la destruction de Port Royal, foyer du Jansénisme par Louis XIV, Christian Bobin part en recherche, en recherche intérieure. Il croise les portraits de personnalité du XVII et du XX siècle. Au fil des croisements qu'il crée l'auteur tisse lentement une vision de notre société et de notre époque.
Dans ce court écrit, on retrouve les fulgurances de Bobin, qui en une phrase synthétise à merveille son état d'esprit et donne une permanence, une éternité à une seconde. Mais, hélas, beaucoup de ces "fulgurances" se référent à des concepts religieux et paradisiaques ( au sens biblique) qui n'évoquent aucun écho en moi, qui ne me touchent pas et ont fini par me lasser.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SCOman
Envolée postale
SCOman

Messages : 102
Inscription le : 08/06/2012
Age : 33
Localisation : Tours

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeJeu 23 Aoû 2012 - 10:00

La présence pure et autres textes


J'étais tombé sur La Présence pure et autres textes au détour des rayons d’une librairie, et les deux ou trois extraits parcourus m’ont tout de suite semblés porteurs des plus belles promesses. Acquisition coup de cœur en forme de coup de poker gagnant, puisque la lecture de ce recueil de prose poétique m’a transporté dans les limbes de la félicité littéraire.

Cet ouvrage regroupe dix textes différents, qui confrontent tous l’homme à sa propre finitude : L’Autre Visage, Lettre pourpre, Le feu des chambres, Le baiser de marbre noir, Dame, roi, valet, Mozart et la pluie, Un désordre de pétales rouges, L’Équilibriste, La Présence pure, et Le Christ aux coquelicots. L’étendue du champ d’investigation de ces textes-poèmes est tellement vaste qu’il ne pourrait se résumer en quelques phrases. Sachez juste que l’écriture de Christian Bobin est forte, d’une force à la fois sensible et juste, puissamment mélancolique. Cette sensibilité à fleur de peau, ou devrais-je dire à fleur de prose, est si magnifique qu’elle m’a à plusieurs reprises amené les larmes aux yeux. La beauté de son écriture n’est pas descriptible, elle se vit au fil des mots qui inondent l’esprit du lecteur pour l’emmener vers une lucidité parfois triste mais jamais morose. Car on le comprend assez vite, l'auteur est un amoureux des hommes et de la nature, dont il raccroche la vie à l’immanence de Dieu.
Ce sont L’Autre Visage et La Présence pure qui m’ont le plus bouleversé, ces deux chef-D’œuvres méritant à eux seuls le détour. L’Autre Visage énonce ce que l’Homme tel qu’il aurait pu devenir adresse à l’humanité d’aujourd’hui : « Chez vous le temps s’entasse – et puis se fane. / Chez nous le temps se perd – et puis fleurit. » En trente pages le poète nous offre un panoptique mystérieux et universel, où « la parole est plus que le monde, plus que le ciel et le soleil ». Quant à La Présence pure, qui constitue sans doute le texte le plus émouvant du recueil, Christian Bobin y dresse un parallèle entre un arbre et son père, gravement touché par la maladie d’Alzheimer. Cette réflexion poignante sur la mort qui nous guette tous lui permet d’isoler la joie et la bouleversante humanité qui réside en chacun de nous. Les sens et la poésie ont alors ceci de magique qu’ils nous nous conduisent à voir au-delà des apparences. Car au final « à quoi cela sert-il de demander ce qu’est la mort, puisque la porte qui s’ouvrira alors est magnifique, même si elle donne sur un terrain vague ? »

La Présence pure et autres textes m’ont remué au plus profond de moi comme rarement. Ce livre m’accompagnera sans doute encore longtemps, tellement sa lecture bouleverse et questionne. Dans Le baiser de marbre noir on peut lire : « Je m’allongerai sous tes paupières. Lorsque tu les baisseras pour t’endormir, je lancerai de l’or dans ton sommeil. De l’or et des songes pareils à des nuages. » (p.68). En effet, c’est bel et bien d’or et de songes pareils à des nuages que l’auteur nous gratifie au fil de ces pages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdares.over-blog.com
Helios
Posteur en quête
Helios

Messages : 62
Inscription le : 29/06/2012
Age : 52
Localisation : Hautes Alpes

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeJeu 23 Aoû 2012 - 12:10

Son nouveau livre, l'homme-joie" sort la semaine prochaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeVen 14 Fév 2014 - 19:16

Je viens de me régaler de "la grande vie". Une pure merveille! J'ai tellement aimé que je n'ai plus de mots pour en parler, ils se sont enfuis dans mon ravissement.
 bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeVen 14 Fév 2014 - 19:27

Je me suis un peu éloignée de cet écrivain .....un peu de la même manière que pour Sylvain Tesson .... jypeurien

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitimeVen 14 Fév 2014 - 20:27

églantine a écrit:
Je me suis un peu éloignée de cet écrivain .....un peu de la même manière que pour Sylvain Tesson .... jypeurien
Peut-être as -tu trop lu de lui? Le dernier Bobin lu remonte à 5 ou 6 ans pour moi et je ne pourrais pas lire trop en même     temps, justement pour ne pas rompre le charme.
 Je vais découvrir Sylvain Tesson...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Christian Bobin - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Christian Bobin   Christian Bobin - Page 7 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Christian Bobin
Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Presentation de Lothe (Christian )
» demande permission de monter a bord
» Christian Vanneste sur l’UMP: «Qu’ils aillent se faire foutre»
» présentation
» Aide à la lecture 8 mi 1890

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: