Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jacques Brel

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeSam 10 Fév 2007 - 13:36

Jacques Brel Jacquesbrel3db1Jacques Brel, l’écorché vif…

Ces poèmes/chansons touchent parce qu’ils sont sincères et passionnés. Quelle énergie déployée lorsqu’il chantait, notamment en public…
Excellent compositeur et surtout un grand « lecteur » de ces textes, sans compter ses talents d’acteur.

Bien sûr, il n’était pas sans défauts et ses jugements étaient souvent tranchés, du moins en apparence, mais cette explosion d’émotions qu’il savait si bien nous faire entendre manque cruellement sur la scène de la chanson francophone actuellement…

Sa chanson que je préfère est « Orly », tant de douleur visible et tant d’impuissance à y remédier ou même à l’atténuer…


Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
La pluie les a soudés
Semble-t-il l'un à l'autre
Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et je les sais qui parlent
Il doit lui dire: je t'aime
Elle doit lui dire: je t'aime
Je crois qu'ils sont en train
De ne rien se promettre
C'est deux-là sont trop maigres
Pour être malhonnêtes

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et brusquement il pleure
Il pleure à gros bouillons
Tout entourés qu'ils sont
D'adipeux en sueur
Et de bouffeurs d'espoir
Qui les montrent du nez
Mais ces deux déchirés
Superbes de chagrin
Abandonnent aux chiens
L'exploit de les juger

Mais la vie ne fait pas de cadeau!
Et nom de dieu c'est triste Orly
Le dimanche
Avec ou sans Bécaud

Et maintenant ils pleurent
Je veux dire tous les deux
Tout à l'heure c'était lui
Lorsque je disais "il"
Tout encastrés qu'ils sont
Ils n'entendent plus rien
Que les sanglots de l'autre
Et puis,
Et puis infiniment
Comme deux corps qui prient
Infiniment lentement
Ces deux corps se séparent
Et en se séparant
Ces deux corps se déchirent
Et je vous jure qu'ils crient
Et puis ils se reprennent
Redeviennent un seul
Redeviennent le feu
Et puis se redéchirent
Se tiennent par les yeux
Et puis en reculant
Comme la mer se retire
Il consomme l'adieu
Il bave quelques mots
Agite une vague main
Et brusquement il fuit
Fuit sans se retourner
Et puis il disparaît
Bouffé par l'escalier

La vie ne fait pas de cadeau!
Et nom de dieu c'est triste Orly
Le dimanche
Avec ou sans Bécaud

Et puis il disparaît
Bouffé par l'escalier
Et elle, elle reste là
Cœur en croix, bouche ouverte
Sans un cri sans un mot
Elle connaît sa mort
Elle vient de la croiser
Voilà qu'elle se retourne
Et se retourne encore
Ses bras vont jusqu'a terre
Ça y est elle a mille ans
La porte est refermée
La voilà sans lumière
Elle tourne sur elle-même
Et déjà elle sait
Qu'elle tournera toujours
Elle a perdu des hommes
Mais là elle perd un amour
L'amour le lui a dit
Revoilà l'inutile
Elle vivra de projets
Qui ne feront qu'attendre
La revoilà fragile
Avant que d'être à vendre

Je suis là je la suis
Je n'ose rien pour elle
Que la foule grignote
Comme un quelconque fruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeSam 10 Fév 2007 - 14:11

Jacques Brel était acteur jusque dans l'interprétation de ses chansons.
Non pas en jouant artificiellement à "faire l'acteur"...mais en allant chercher au fond de lui et en les exprimant les émotions que seul un grand acteur peut trouver...

L'écouter est déjà un grand bonheur mais le voir chanter... drunken
Son chant me traverse...

Orly est pour moi une de ses plus belles chansons...

J'essaie de faire le choix (difficile!) d'une autre...
Ce sera celle-ci:

La chanson des vieux amants

Bien sûr, nous eûmes des orages
Vingt ans d'amour, c'est l'amour fol
Mille fois tu pris ton bagage
Mille fois je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l'eau
Et moi celui de la conquête

{Refrain:}
Mais mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime

Moi, je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m'as gardé de pièges en pièges
Je t'ai perdue de temps en temps
Bien sûr tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

{Refrain}

Oh, mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore, tu sais, je t'aime

Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
Mais n'est-ce pas le pire piège
Que vivre en paix pour des amants
Bien sûr tu pleures un peu moins tôt
Je me déchire un peu plus tard
Nous protégeons moins nos mystères
On laisse moins faire le hasard
On se méfie du fil de l'eau
Mais c'est toujours la tendre guerre

{Refrain}

Oh, mon amour...
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'ai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeSam 10 Fév 2007 - 14:24

sousmarin a écrit:
Jacques Brel, l’écorché vif…
Ces poèmes/chansons touchent parce qu’ils sont sincères et passionnés. Quelle énergie déployée lorsqu’il chantait, notamment en public…
Excellent compositeur et surtout un grand « lecteur » de ces textes, sans compter ses talents d’acteur.

Pour moi , Ne me quitte pas est une des plus belles chansons jamais écrites et surtout jamais interprétées .
Chaque fois que je l'écoute l'émotion est la même ...

Voilà quelqu'un qui se donnait corps et âme , dont la sensibilité exacerbée était à fleur de peau , au bout des mots : Un immense artiste qui nous manque terriblement comme tu le dis Sousmarin .Like a Star
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alaska
Envolée postale
alaska

Messages : 203
Inscription le : 25/03/2007
Age : 28
Localisation : espagne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeSam 26 Mai 2007 - 11:23

Il faut tout de même que j'écrive quelques mots sur l'homme qui est pour moi le plus grand artiste que le monde ait porté. L'homme qui provoquait les orages en découpant ses états d'âme en trois phrases, qui continue de montrer les crampes des portraits qu'il a dressés, d'habiter chacune de ses chansons, d'être Amsterdam, Vesoul et Varsovie à la fois. Le Grand Jacques possédé par chaque phrase, chaque mot, chaque geste, chaque prestation vers le vide du beau, l'immense. La voix profonde, le conquérant.

Et surtout l'homme vivant.

Ecouter brel à l'infini. On pose ses préférences, on écoute tout ce qu'il a fait avec un plaisir grandissant, jusqu'à ce que chacune d'entre elles devienne perfection, qu'il soit presque impossible de préférer l'une à l'autre. Les moins folles deviennent les plus puissantes. Il a touché la beauté vraie du bord du pouce et puis il l'a avalée.


La chanson de Jacky.

Même si un jour à Knocke-le-Zoute
Je deviens comme je le redoute
Chanteur pour femmes finissantes
Même si je leur chante "Mi Corazon"
Avec la voix bandonéante
D'un Argentin de Carcassonne
Même si on m'appelle Antonio
Que je brûle mes derniers feux
En échange de quelques cadeaux
Madame je fais ce que je peux
Même si je me saoule à l'hydromel
Pour mieux parler de virilité
A des mémères décorées
Comme des arbres de Noël
Je sais que dans ma saoulographie
Chaque nuit pour des éléphants roses
Je chanterai la chanson morose
Celle du temps où je m'appelais Jacky

Être une heure une heure seulement
Être une heure une heure quelquefois
Être une heure rien qu'une heure durant
Beau beau beau et con à la fois

Même si un jour à Macao
Je deviens gouverneur de tripot
Cerclé de femmes languissantes
Même si lassé d'être chanteur
J'y sois devenu maître chanteur
Et que ce soit les autres qui chantent
Même si on m'appelle le beau Serge
Que je vende des bateaux d'opium
Du whisky de Clermont-Ferrand
De vrais pédés de fausses vierges
Que j'aie une banque à chaque doigt
Et un doigt dans chaque pays
Et que chaque pays soit à moi
Je sais quand même que chaque nuit
Tout seul au fond de ma fumerie
Pour un public de vieux Chinois
Je rechanterai ma chanson à moi
Celle du temps où je m'appelais Jacky

Être une heure une heure seulement
Être une heure une heure quelquefois
Être une heure rien qu'une heure durant
Beau beau beau et con à la fois

Même si un jour au paradis
Je deviens comme j'en serais surpris
Chanteur pour femmes à ailes blanches
Même si je leur chante alléluia
En regrettant le temps d'en bas
Où c'est pas tous les jours dimanche
Même si on m'appelle Dieu le Père
Celui qui est dans l'annuaire
Entre Dieulefit et Dieu vous garde
Même si je me laisse pousser la barbe
Même si toujours trop bonne pomme
Je me crève le coeur et le pur esprit
A vouloir consoler les hommes
Je sais quand même que chaque nuit
J'entendrai dans mon paradis
Les anges les saints et Lucifer
Me chanter la chanson de naguère
Celle du temps où je m'appelais Jacky.

Être une heure une heure seulement
Être une heure une heure quelquefois
Être une heure rien qu'une heure durant
Beau beau beau et con à la fois









Seul

On est deux mon amour
Et l'amour chante et rit
Mais à la mort du jour
Dans les draps de l'ennui
On se retrouve seul

On est dix à défendre
Les vivants par des morts
Mais cloué par leurs cendres
Au poteau du remords
On se retrouve seul

On est cent qui dansons
Au bal des bons copains
Mais au dernier lampion
Mais au premier chagrin
On se retrouve seul

On est mille contre mille
A se croire les plus forts
Mais à l'heure imbécile
Où ça fait deux mille morts
On se retrouve seul

on est million à rire
Du million qui est en face
Mais deux millions de rires
N'empêchent que dans la glace
On se retrouve seul

On est mille à s'asseoir
Au sommet de la fortune
Mais dans la peur de voir
Tout fondre sous la lune
On se retrouve seul

On est cent que la gloire
Invite sans raison
Mais quand meurt le hasard
Quand finit la chanson
On se retrouve seul

On est dix à coucher
Dans le lit de la puissance
Mais devant ces armées
Qui s'enterrent en silence
On se retrouve seul

On est deux à vieillir
Contre le temps qui cogne
Mais lorsqu'on voit venir
En riant la charogne
On se retrouve seul.











"J'écoute pousser mes cheveux."
car il me rend muette.








La ville s'endormait.

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom

Et la nuit peu à peu
Et le temps arrêté
Et mon cheval boueux
Et mon corps fatigué
Et la nuit bleu à bleu
Et l'eau d'une fontaine
Et quelques cris de haine
Versés par quelques vieux
Sur de plus vieilles qu'eux
Dont le corps s'ensommeille

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom

Et mon cheval qui boit
Et moi qui le regarde
Et ma soif qui prend garde
Qu'elle ne se voie pas
Et la fontaine chante
Et la fatigue plante
Son couteau dans mes reins
Et je fais celui-là
Qui est son souverain
On m'attend quelque part
Comme on attend le roi
Mais on ne m'attend point
Je sais depuis déjà
Que l'on meurt de hasard
En allongeant le pas

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom

Il est vrai que parfois
Près du soir les oiseaux
Ressemblent à des vagues
Et les vagues aux oiseaux
Et les hommes aux rires
Et les rires aux sanglots
Il est vrai que souvent
La mer se désenchante
Je veux dire en cela
Qu'elle chante d'autres chants
Que ceux que la mer chante
Dans les livres d'enfants
Mais les femmes toujours
Ne ressemblent qu'aux femmes
Et d'entre elles les connes
Ne ressemblent qu'aux connes
Et je ne suis pas bien sûr
Comme chante un certain
Qu'elles soient l'avenir de l'homme

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom

Et vous êtes passée
Demoiselle inconnue
A deux doigts d'être nue
Sous le lin qui dansait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cf.geocities.com/baharbara
De la Mancha
Espoir postal
De la Mancha

Messages : 25
Inscription le : 30/07/2007
Age : 53
Localisation : Chevalier errant du net

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeMer 1 Aoû 2007 - 22:57

Difficile d'évoquer Jacques Brel, sans vous infliger "la quête", tirée de sa comédie musicale "L'homme de la Mancha".



Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l'inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
bertrand-môgendre

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 64
Localisation : ici et là

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeMer 1 Aoû 2007 - 23:27

merci de la mancha, c'est celle qui m'a fait frissonné lorsque je l'ai chanté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeMer 1 Aoû 2007 - 23:30

bertrand-môgendre a écrit:
merci de la mancha, c'est celle qui m'a fait frissonné lorsque je l'ai chanté

Et moi c'est une de mes préférées parmi les chansons de Brel...Elle me fait le même effet qu'à toi Bertrand...
Nous la chanterons un jour ensemble... :)

L'écouter :
ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
bertrand-môgendre

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 64
Localisation : ici et là

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeMer 1 Aoû 2007 - 23:42

ah coline, depuis le temps, j'ai plaisir à l'entendre !
Nous la chanterons ensemble, est moins sur, je suis du genre casserole fêlée, fausse basse, mauvais baryton, bref, j'ai arrêté très vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeMer 1 Aoû 2007 - 23:52

bertrand-môgendre a écrit:
je suis du genre casserole fêlée, fausse basse, mauvais baryton, bref, j'ai arrêté très vite.

Suspect Ah bon?...Et c'est une des plus difficiles à chanter!
Je sens que tu te dégonfles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
De la Mancha
Espoir postal
De la Mancha

Messages : 25
Inscription le : 30/07/2007
Age : 53
Localisation : Chevalier errant du net

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeJeu 2 Aoû 2007 - 0:08

Voyons mes amis... Brel ne se chante pas, il se joue. Celui qui tente de le chanter est condamner à chanter faux. Une chanson de Brel, c'est une vie entière à interpréter en trois minutes. Il faut être chanteur, comédien, cabot, mégalo, amoureux, et avoir le coeur qui saigne en permanence... Et alors, on a une petite chance de n'être pas trop ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeJeu 2 Aoû 2007 - 1:09

De la Mancha a écrit:
Voyons mes amis... Brel ne se chante pas, il se joue. Celui qui tente de le chanter est condamner à chanter faux. Une chanson de Brel, c'est une vie entière à interpréter en trois minutes. Il faut être chanteur, comédien, cabot, mégalo, amoureux, et avoir le coeur qui saigne en permanence... Et alors, on a une petite chance de n'être pas trop ridicule.

Ben dis donc...comment tu nous casses nos illusions toi! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeJeu 2 Aoû 2007 - 4:07

Le lien ne marche pas, chez moi, Coline!! C'est quelle chanson?
J'aime beaucoup La chanson des vieux amants, bien sûr, mais aussi Fernand, que je ne trouve pas...
Le texte:

Dire que Fernand est mort
Dire qu'il est mort Fernand
Dire que je suis seul derrière
Dire qu'il est seul devant
Lui dans sa dernière bière
Moi dans mon brouillard
Lui dans son corbillard
Moi dans mon désert
Devant y a qu'un cheval blanc
Derrière y a que moi qui pleure
Dire qu' a même pas de vent
Pour agiter mes fleurs
Moi si j'étais l'Bon Dieu
Je crois qu'j'aurais des remords
Dire que maintenant il pleut
Dire que Fernand est mort

Dire qu'on traverse Paris
Dans le tout p'tit matin
Dire qu'on traverse paris
Et qu'on dirait Berlin
Toi, toi, toi tu sais pas
Tu dors mais c'est triste à mourir
D'être obligé d'partir
Quand Paris dort encore
Moi je crève d'envie
De réveiller des gens
J't'inventerai une famille
Juste pour ton enterrement
Et puis si j'étais l'Bon Dieu
Je crois que je ne serais pas fier
Je sais on fait ce qu'on peut
Mais il y a la manière

Tu sais je reviendrai
Je reviendrai souvent
Dans ce putain de champ
Où tu dois te reposer
L'été je ferai de l'ombre
On boira du silence
À la santé d'Constance
Qui se fout bien d'ton ombre
Et puis les adultes sont tellement cons
Qu'ils nous feront bien une guerre
Alors je viendrai pour de bon
Dormir dans ton cimetière
Et maintenant bon Dieu
Tu as bien rigolé
Et maintenant bon Dieu
Et maintenant j'vais pleurer


Je suis allée voir la tombe de Jacques Brel ( celle de Brassens aussi, d'ailleurs..). Il est à côté de Gauguin, c'est un joli petit cimetière marquisien..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeJeu 2 Aoû 2007 - 12:12

Marie a écrit:
Le lien ne marche pas, chez moi, Coline!! C'est quelle chanson?

Le lien ne mène qu'à BlogMusik, après il faut taper Jacques Brel et chercher La Quête.
Je ne suis pas arrivée à mettre un lien direct vers la chanson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeJeu 2 Aoû 2007 - 12:17

Celle-ci me bouleversera toujours...ce que l'on est capable de dire...les promesses d'amour magnifiques bien sûr...mais aussi l'état dans lequel on peut se mettre pour tenter de retenir l'aimé(e) qui a décidé de partir...

NE ME QUITTE PAS (1959)

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s'oublier
Qui s'enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le coeur du bonheur
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Moi je t'offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Je creuserai la terre
Jusqu'après ma mort
Pour couvrir ton corps
D'or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l'amour sera roi
Où l'amour sera loi
Où tu seras reine
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je t'inventerai
Des mots insensés
Que tu comprendras
Je te parlerai
De ces amants là
Qui ont vu deux fois
Leurs coeurs s'embraser
Je te raconterai
L'histoire de ce roi
Mort de n'avoir pas
Pu te rencontrer
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

On a vu souvent
Rejaillir le feu
D'un ancien volcan
Qu'on croyait trop vieux
Il est paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Qu'un meilleur avril
Et quand vient le soir
Pour qu'un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s'épousent-ils pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je ne vais plus pleurer
Je ne vais plus parler
Je me cacherai là
A te regarder
Danser et sourire
Et à t'écouter
Chanter et puis rire
Laisse-moi devenir
L'ombre de ton ombre
L'ombre de ta main
L'ombre de ton chien
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitimeVen 3 Aoû 2007 - 0:39

La quête. (Essai )
ici

Ca marche! Merci Queenie! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Jacques Brel Empty
MessageSujet: Re: Jacques Brel   Jacques Brel Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Brel
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» bateau du grand Jacques
» bible du roi Jacques.
» Jacques MAILHOT DSK
» coquille st jacques mariniére de légumes
» Chaussons à la coquille St Jacques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Musique, maestro… :: Chanson/Variété française-
Sauter vers: