Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 John Le Carré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: John Le Carré   Lun 26 Nov 2007 - 0:52


John le Carré, de son vrai nom David John Moore Cornwell, est un romancier britannique, né le 19 octobre 1931 à Poole (Royaume-Uni).

Il a étudié à l'Université de Berne en Suisse et à l'Université d'Oxford au Royaume-Uni, puis enseigna quelque temps au collège d'Eton avant de rejoindre le Foreign Office pendant cinq ans. Il a été recruté par le MI6 alors qu'il était en poste à Hambourg, il écrivit sa première nouvelle en 1961, étant toujours en service actif. Sa carrière au sein du service de renseignement Brittanique prit fin après que sa couverture fut compromise par un agent double, Kim Philby, oeuvrant pour le KGB.

John le Carré est l'auteur de nombreux romans d'espionnage se déroulant dans le contexte de la Guerre froide, en particulier ceux mettant en scène George Smiley dans la trilogie Karla. Son œuvre est à l'opposé de la mythologie traditionnelle de l'espion à la James Bond : ses héros sont bien plus complexes et beaucoup plus discrets. La structure de ses romans est très élaborée et l'action n'y tient qu'une place réduite. Le Carré a trouvé, après la fin de la Guerre Froide, à élargir son inspiration vers des sujets plus contemporains.

Il vit actuellement en Cornouailles.

Depuis La Maison Russie (1989), ses ouvrages sont traduits en français "à quatre mains" par l'ancienne chanteuse de jazz Mimi Perrin, qui fonda le groupe vocal les Double-Six, et sa fille, Isabelle.

* L'Appel du mort (Call for the Dead) - (1961)
* Chandelles noires (A Murder of Quality) - (1962)
* L'Espion qui venait du froid (The Spy who Came in from the Cold) - (1963)
* Le Miroir aux espions (The Looking-Glass War) - (1965)
* Une petite ville en Allemagne (A Small Town in Germany) - (1968)
* Un amant naïf et sentimental (The Naive and Sentimental Lover) - (1971)
* La Taupe (Tinker, Tailor, Soldier, Spy) - (1974)
* Comme un collégien (The Honourable Schoolboy) - (1977)
* Les Gens de Smiley (Smiley's People) - (1980)
* La Petite Fille au tambour (The Little Drummmer Girl) - (1983)
* Un pur espion (A Perfect Spy) - (1986)
* Le Bout du voyage, théâtre
* La Maison Russie (The Russia House) - (1989)
* Le Voyageur secret (The Secret Pilgrim) - (1991)
* Une paix insoutenable, essai
* Le Directeur de nuit (The Night Manager) - (1993)
* Notre jeu (Our Game) - (1995)
* Le Tailleur de Panama (The Tailor of Panama) - (1996)
* Single & Single (Single & Single) - (1999)
* La Constance du jardinier (The Constant Gardener) - (2001)
* Une amitié absolue (Absolute Friends) - (2003)
* Le Chant de la mission (The Mission Song) - (2006)

Merci Wikipedia!

Index des livres chroniqués - Bédoulène - Cliquez sur les chiffres

Le chant de la mission : pages 1, 2

La constance du jardinier : pages 1

Un homme très recherché : pages 1

Trilogie :

La Taupe : pages 2

Comme un collégien : pages 2

Les gens de smiley : pages 2

arrêté le 29/12/2011 page 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: John Le Carré   Lun 26 Nov 2007 - 1:40

Le chant de la mission
traduit de l'anglais par Mimi et Isabelle Perrin
Editions du Seuil

Avec, en exergue, ces mots de Joseph Conrad dans Au coeur des Ténèbres
" La conquête de la terre , qui consiste principalement à l'arracher à ceux dont le teint est différent du nôtre ou le nez légèrement pls aplati, n'est pas une fort jolie chose, lorsqu'on y regarde de trop près"

L'intrigue de ce nouveau roman de John Le Carré est celle d'un projet destiné à « apporter la démocratie et le développement au Congo oriental ». Et là, vous traduisez naturellement, un projet qui vise à s'en approprier les ressources minières.
Y participent à Londres des capitalistes, un conseiller New Labour, un ancien ministre africain et un vénérable lord. Mais pour réussir, ce projet-complot nécessite sur place l'aide de nobles seigneurs locaux , tous d'ethnies différentes, mais dont le point commun est la haine respective qu'ils se témoignent.
Et, pour la traduction, il est fait appel aux services de Bruno Salvador, dit Salvo .
Qui est donc ce Salvo? Une brillante réussite de la Grande Bretagne multi culturelle...
. Il est né dans un couvent où sa mère l'abandonna après avoir vécu « trois mois d'amour vache entre les mains des carmélites ».Son père était missionnaire blanc et sa mère congolaise.( l'union furtive d'un bouseux irlandais missionnaire catholique » et d'une villageoise congolaise du Kivu). Shocking! Il a été élevé en Angleterre, dans un sanctuaire du Sacré-Coeur, où un Frère Michael l'a initié- entre autre- à la sodomie et a exploité son « oreille de mainate » et sa « mémoire d'éléphant » en lui faisant apprendre le français et un grand nombre de langues africaines. Brillant interprète, marié, par hasard, à une Pénélope blanche, riche et journaliste à succès, pour remercier le sort et Sa Gracieuse Majesté qui lui ont permis d'échapper à un destin de pauvre africain, il met ses dons linguistiques au service de son pays..Je vous recommande le début de ce livre, le récit de la jeunesse de Salvo est un régal de cet humour anglais que j'adore. Peu de mots, mais ils atteignent leur but!

Gentil , Salvo, et reconnaissant. Persuadé également d'agir pour la bonne cause.. Ce qu'il va découvrir va le faire progressivement changer d'avis.
Car ce qu'ils ont oublié , ces bienfaiteurs des peuples africains, c'est que Salvo est lui-même un Africain.
Et c'est là que j'aime John Le Carré qui toujours donne à ses personnages une dimension complexe liée à leurs racines. Comme il est lui-même un homme complexe de par son histoire personnelle, telle qu'il l'a un peu dévoilée dans Un pur espion.

L'oeuvre de John Le Carré , toujours de nature politique, évolue...
Mais dans ses premiers livres, dont le thème central était la guerre froide, la politique avait un sens, même si elle n'était pas toujours glorieuse.
Puis il est passé à l'accusation , la dénonciation comme dans La constance du jardinier. Il persistait quand même des causes pour lesquelles lutter.
Ici...la politique elle même est fiction, il n'existe plus d'autres valeurs que les valeurs individuelles , et c'est bien peu pour lutter contre de tels personnages corrompus....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la-lune-et-le-miroir
Envolée postale
avatar

Messages : 287
Inscription le : 24/07/2008
Age : 49
Localisation : Dordogne

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mer 10 Sep 2008 - 11:16

J'ai lu la constance du jardinier, un vrai régal :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-lune-et-le-miroir.skyrock.com/
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mer 10 Sep 2008 - 12:43

Je l'ai acheté pour un prix dérisoire (0,50€) en broché mais je n'ai pas encore mis mon nez dedans. Il faut dire que j'ai vu le film et j'attends que les images deviennent floues pour ne pas être parasitée cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mer 10 Sep 2008 - 17:09

La Constance du jardinier symbolise parfaitement l’évolution de John le Carré, où l’ennemi n’est plus le pays voisin mais celui qui veut toujours gagner plus, quitte à travailler plus innocent …du couteau… Twisted Evil

L’industrie pharmaceutique va très loin dans ce roman mais va-t-elle vraiment moins loin dans la réalité ?
Une très belle reconversion d’un écrivain spécialisé dans l’espionnage politique mais qui a su évolué avec son temps…dans ce nouvel environnement, les valeurs se mesurent au nombre de zéro apparaissant sur son compte en banque. attentif

Peut être le roman idéal pour réduire le déficit de la Sécurité Sociale… sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: La constance du jardinier   Mer 10 Sep 2008 - 19:47

C´est aussi une très belle histoire d´amour. Le jardinier ( élegant diplomate aux allures un peu effacées) veut connaître la vérité sur la disparition de sa femme. Il croit en elle, il ne l´abandonnera jamais, même morte.
Il fera fi des explications officielles, des racontars ( sa femme l´aurait trompé). Il remonte la filière. Il découvrira la vérité, il en mourra, executé exactement au même endroit où Tessa fut massacrée par les mêmes sbires du lobby pharmaceutique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mer 10 Sep 2008 - 20:08

Citation :
C´est aussi une très belle histoire d´amour.
et c'est une histoire vraie...

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: John Le Carré   Jeu 11 Sep 2008 - 10:08

Une histoire vraie? je ne savais pas. Donc encore plus dramatique... Merci Marie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: John Le Carré   Jeu 11 Sep 2008 - 10:24

swallow a écrit:
Une histoire vraie? je ne savais pas. Donc encore plus dramatique... Merci Marie.
Basé sur une histoire vraie serait plus juste...libre au lecteur d’y voir la réalité ou une construction imaginaire. En tout cas, un bon roman sur l’aboutissement logique, in fine, du libéralisme économique. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mar 16 Sep 2008 - 12:57

On a beau nous cacher le terrorisme sournois et silencieux de l´industrie pharmaceutique : il existe, même dans nos pays ( médicaments subitement retirés de la circulation par le laboratoire, après un dérapage ou accident de route observé dans la clientèle.
Les personnages de John le Carré sortent tout droit de son expérience de plusieurs années, quand il travaillait comme agent pour les services secrets britanniques. ( exemple: Justin, le jardinier/diplomate).
Reste l´histoire d´amour du jardinier et de la belle Tessa. Elle aussi est réelle, Marie? "Arrangée", Sousm?
Je n´arrive pas à comprendre si vous parlez des pratiques médico-pharmaceutiques ou de l´histoire " privée" du couple.
D´autre part, j´aimerais savoir s´il est possible d´être amoureux ( et confiant) à ce point?
Si l´amour peut rendre un homme à ce point hermétique aux ragots, aux mensonges et à la calomnie, quand sa moitié n´est plus de ce monde et que plus personne ne pourra desormais la défendre ?
Car la CONSTANCE du jardinier, c´est aussi cette fermeté, cette persistance à croire seul et contre tous que la vérité est autre, et que tous les autres mentent.
L´acharnement de Justin me semble malheureusement provenir de la littérature. Mais c´est très beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la-lune-et-le-miroir
Envolée postale
avatar

Messages : 287
Inscription le : 24/07/2008
Age : 49
Localisation : Dordogne

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mar 16 Sep 2008 - 14:22

Même dans la vie il y a des gens qui ont une capacité énorme à se cacher la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-lune-et-le-miroir.skyrock.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mar 16 Sep 2008 - 21:01

Je ne retrouve pas, Swallow, le long entretien accordé par John Le Carré à l'occasion de la sortie de ce livre.. écrit en la mémoire d'Yvette Pierpaoli, une de ses amies, retrouvée morte avec deux autres humanitaires en Albanie soit disant dans un accident de voiture.
C'est loin, mais je me souviens qu'il racontait ( et il ne l'a fait qu'une fois) l'histoire de son amie, histoire qui différait bien peu de celle racontée dans ce livre!
Bien sûr, il y a des éléments romancés , certainement, mais John Le Carré parlait justement du silence d'Yvette Pierpaoli avec ses proches, de ce qui avait été découvert par la suite, etc.
Je vais rechercher si par miracle je ne l'ai pas jeté...

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: John Le Carré   Mar 1 Déc 2009 - 3:27

Un homme très recherché ( A most wanted man)
tradit de l'anglais par Mimi et Isabelle Perrin
Editions du Seuil

J’aime beaucoup John Le Carré. Le personnage. Celui qui navigue tout le temps dans le trouble et l’ambigu. Sans doute, il en a beaucoup parlé, et il y a des allusions dans chacun de ses romans, parce que son père était quelqu' un de trouble et ambigu.
Et puis le ton. Et l’écriture.A distance, un peu caustique, mais avec ,par moments, une sorte de rage très rentrée, très intériorisée. Mais que l’on sent.
Dans ses derniers romans, le propos était dans doute plus lourd. Trop, à mon goût, il est très bon dans la demi mesure, moins dans le procès. Il sait si bien que tout est un peu grisaillant..

Là, j’ai retrouvé le John Le Carré que j’aimais.L'écrivain des causes qu'il sait perdues d'avance. L’histoire qu’il raconte est celle d’un jeune Tchétchène qui débarque clandestinement à Hambourg, à un moment où les services secrets de tous les pays viennent de réaliser qu’ils ont vraiment été assez lamentables, en laissant tranquillement s’entraîner en Allemagne quelques charmants jeunes hommes qui ont fini tranquillement par aller accomplir leur mission divine un certain 11 septembre 2001. Celui-là va servir d‘appât et payer pour les autres, ils ne vont pas le louper.

Pourtant,je n’aime pas beaucoup les histoires d’espionnage, d’ailleurs je n’y comprends souvent pas grand-chose, faute de culture géopolitique approfondie. Mais l’essentiel n’est pas là. Il est dans le portrait de ces personnages, d’un bord ou d’un autre, dans le mélange de valeurs si complexes, et surtout dans la réflexion sur ce qu’est la justice . Ce qu’elle pourrait être, et ce que l’on peut en faire ,comme dans ce roman. une justice à la Guantanamo,
Citation :
la justice où il n'y a pas de putain d'avocats pour tout embrouiller.

En exergue:
La règle d'or est d'aider ceux que nous aimons à nous échapper
Friedrich von Hügel

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirabelle
Envolée postale
avatar

Messages : 107
Inscription le : 06/04/2010
Age : 34
Localisation : Vers l'infini et au-delà

MessageSujet: Re: John Le Carré   Dim 10 Oct 2010 - 17:48

J'adore la Trilogie des Smiley : La taupe, Comme un collégien et les gens de Smiley.
C'est ce que Le Carré a écrit de plus fin et de plus prenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: John Le Carré   Jeu 7 Avr 2011 - 23:01

John Le Carré : Un traitre à notre gout. - Ed. du Seuil

"Les désordres mafieux du monde actuel, l' écrivain britannique John Le Carré en fait son affaire. Il pointe
avec une acuité toute malicieuse les dérives de notre société." Télérama

J' ajoute que pour ceux qui ne connaissent pas Le Carré, ils peuvent lire La Constance du jardinier,
qui, sous une forme romanesque passionnante,nous en apprend beacoup sur le monde dans lequel nous vivons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Le Carré   

Revenir en haut Aller en bas
 
John Le Carré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Carrés guimauve et beurre d'arachides - Chanm
» carré aux dates aide
» Où trouver de la soie ou un carré de soie?
» carré de sable tortue
» carrés à la vanille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: