Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Graham Greene

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 11:33


Le fond du problème
Citation :
Présentation de l’éditeur
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Scobie vit dans un petit comptoir colonial de la Sierra Leone avec sa femme Louise. Mais tant d'années de mariage ont eu raison de la passion et la perte de leur fille âgée de neuf ans a laissé Louise inconsolable. Lorsque celle-ci décide de partir pour l'Afrique du sud, Scobie se retrouve seul et fait la rencontre de la jeune Helen : il en tombe aussitôt éperdument amoureux. Quel sera le choix de cet homme tiraillé entre la passion et le devoir ? Dans un décor inspiré d'un de ses voyages en Afrique, Graham Greene, un des plus grands auteurs britanniques du XXe siècle, nous offre une variation subtile sur les thèmes de l'amour, de la trahison et de la culpabilité.

Dans ce livre, on trouve tous les thèmes dont Graham Greene aimait bien parler dans ses romans : le rapport avec la religion catholique, la culpabilité, la souffrance intérieure, le sentiment du péché, l’amour impossible.

Et le tout est si bien raconté, je me suis encore une fois régalée avec cet auteur. Même si je ne peux pas le suivre dans la plupart de ses sentiments (surtout la culpabilité), je peux quand même garder une certaine objectivité envers ses avis.

Scobie doit être un des héros les plus tragiques que j’ai jamais rencontré. On peut lui reprocher qu’il « se laisse vivre » par les gens autour, surtout sa femme, et qu’il se laisse porter par les différentes situations. Mais il m’a touché beaucoup et j’ai une grande tendresse pour son destin…

C’est dû à mon voyage autour du monde en livres et l’impossibilité de trouver un autre récit qui se retrouve en Sierra Leone qui m’a reconduit vers lui !

Je ne pourrais pas dire que j’ai appris plus sur ce pays à part le climat et la multitude des bestioles, plus ou moins grandes, qui cohabitent dans les maisons (aucun des deux aspects me donne envie de prévoir de m’y rendre un de ces jours), mais du côté littéraire, c’était un très bon moment ! Sublime même !

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 12:34

ce livre est quelque part dans ma bibliothèque ! un voyage que je tenterai peut-être un de ces jours car ton commentaire donne envie kena !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 12:36

shanidar a écrit:
car ton commentaire donne envie kena !
Tout à fait !  Very Happy

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 15:20

ah oui, un voyage que je peux vraiment recommander
en tout cas je suis contente que j'ai trouvé ce livre dans ma PAL et qui m'a donné envie de retenter de temps un temps un livre de cet auteur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 16:09

J' ai lu Le fond du problème il y a très longtemps...

L' occasion quand meme de recommander La fin d' une liaison, lu récemment.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 16:31

bix229 a écrit:
L' occasion quand meme de recommander La fin d' une liaison, lu récemment.

même livre, lecteurs différents, donc, aussi appréciations différentes.
En ce qui concerne ce livre, définitivement. Il m’a tellement horripilé avec sa vision de culpabilité, pour moi le moment d’abandonner cet auteur à tout jamais…

Le fond du problème revient avec quelques-uns de ses démons dont il n’arrive pas à se libérer… mais ce n’est pas aussi poussé que dans La fin d’une liaison. (Bien qu’on pourrait me dire que la fin du livre est beaucoup plus radicale que dans l’autre, mais au moins là, c'est l'homme qui prend la décision, dans La fin d'une liaison il fait du bon Dieu le coupable)

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 16:36

"même livre, lecteurs différents, donc, aussi appréciations différentes."

Tout à fait !
 Une simple relecture peut nous faire changer d' avis. Ou le lieu et le moment...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 17:36

Merci beaucoup kenavo pour ce commentaire sur "le fond du problème"  content 

J'adore cet auteur.
D'abord comme tout le monde (?) le film "The third man" (Le Troisième homme / 1949) de Carol Reed m'a impressionnée quand j'étais encore très jeune (j'avais peut-être 10 ou 11 ans). Et j'y ai appris le nom Graham Greene. Puis, un peu plus tard, un autre film du même réalisateur et du même écrivain, "The Follen Idol" (1948) m'a fort impressionnée (c'était très subtil, pourtant il est beaucoup moins connu que "le troisième homme"). Et le nom "Graham Greene" a été bien bien imprimé dans ma tête comme un auteur très doué pour fabriquer l'intrigue et les personnages complexes.

J'ai donc lu "La puissance et la gloire" quand j'étais adolescente. C'était un coup très fort pour moi.
Puis j'ai continué "The Human Factor" "La fin d'une liaison" "The Tenth man" "The Quiet American" et quelques autres. J'ai été rarement déçue avec cet auteur.
Alors que je voulais lire célèbres "Brighton Rock" et "The Heart of the Matter" depuis longtemps, je n'avais pas d'occasion.
Et l'année dernière, j'ai enfin pris "le fond du problème" dans les mains. Bien que je n'aie jamais eu le problème d'entrer dans l'histoire avec cet auteur, je n'y arrivais pas cette fois. J'ai traîné traîné longtemps et finalement abandonné cette lecture à la fin de la première partie (40%). C'était il y a six mois.
Pourtant ce livre est célèbre comme un des meilleurs de l'auteur. Ce n'est pas possible ! Est-ce moi en panne ?
Et maintenant la critique de kenavo me donne fortement une envie de reprendre ce livre abandonné. sourire 
Merci beaucoup  cheers

"The cuckoo clock"
Mais je ne savais pas que la phrase très connue ci-dessous dans la grande roue du "Troisième homme" de Harry Lime n'est pas venue de Graham Greene, mais d'Orson Welles (Welles apparently said the lines came from "an old Hungarian play" - Wikipedia).

"You know what the fellow said – in Italy, for thirty years under the Borgias, they had warfare, terror, murder and bloodshed, but they produced Michelangelo, Leonardo da Vinci and the Renaissance. In Switzerland, they had brotherly love, they had five hundred years of democracy and peace – and what did that produce? The cuckoo clock".


Dernière édition par Ariane SHOYUSKI le Jeu 3 Juil 2014 - 23:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 2 Juil 2014 - 22:01

Ariane SHOYUSKI a écrit:
Et l'année dernière, j'ai enfin pris "le fond du problème" dans les mains. Bien que je n'aie jamais eu le problème d'entrer dans l'histoire avec cet auteur, je n'y arrivais pas cette fois. J'ai traîné traîné longtemps et finalement abandonné cette lecture. C'était il y a six mois.
Pourtant ce livre est célèbre comme un des meilleurs de l'auteur. Ce n'est pas possible ! Est-ce moi en panne ?
Et maintenant la critique de kenavo me donne fortement une envie de reprendre ce livre abandonné. sourire 

et ben, c'est marrant, pour moi c'était tout l'inverse... j'ai eu plus d'une fois les problèmes décrits par toi pour cet auteur concernant d'autres livres... mais celui-ci, pas de problèmes, j'y étais dès la première page... peut-être parce que j'adore ces romans avec le "tea-time-very-british" dans leurs anciennes colonies... parce qu'il y a cette atmosphère de 'club' pour être entre-eux... ou tout simplement parce que c'est vraiment très bien écrit?
je te souhaite en tout cas un bon deuxième essai

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Graham Greene   Jeu 31 Juil 2014 - 14:19

La puissance et la gloire

Un titre à la gloire de Dieu, pour un livre qui parle de naufrage et de désolation... Car, à travers ce roman magnifique et tragique, Graham Greene, l'écrivain catholique, veut malgré tout, les dernières lignes nous l'enseignent, garder l'espoir.

Dans une province du Mexique, à une période difficile à situer avec précision.
Moiteur, averses diluviennes, moustiques et cancrelats…
Pour le bien du peuple, l'alcool et l'Eglise sont interdites par les Chemises Rouges. Les prêtres sont si farouchement persécutés qu'il n'en reste plus que deux. L'un a accepté le mariage pour sauver sa peau. L'autre, héros sans nom, se cache, se terre, décidé à être celui qui reste, qui peut encore « sauver une âme », transmettre la Parole et la consolation. C'est aussi un héros déchu, traînant le poids de péchés mortels, « ivrogne » et « fornicateur ». Un grand frère d'Antigone, écartelé entre sa faute et sa foi.

C'est la grande force de ce roman de Graham Greene, pétri de catholicisme et ouvert au pardon, que de ne nous présenter que des personnages tragiques, cherchant le bien et dévorés par le mal, dont la complexité se heurte à leur incapacité à vivre en même temps leur pureté et leur foi..
Une ambiance mortifère, un climat oppressant, des questionnement sans issus, la Puissance et la gloire est un roman sombre, désespérant, qui n'en offre pas moins de magnifiques moments de littérature, des scènes d'une intensité poignante.

shanidar a écrit:
Etant à la recherche de livres sur le Mexique, je note La Puissance et la Gloire, merci Harelde !

J'ai comme dans l'idée, qu'il pourrait te plaire, en effet, shanidar!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Graham Greene   Jeu 31 Juil 2014 - 15:53

Greene était un humaniste. Ou mieux, un humain... Et ça ne court pas forcément les rues.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Graham Greene   Mer 12 Aoû 2015 - 6:23

/
The quiet American / Un Américain bien tranquille
Citation :
Présentation de l’éditeur
Saïgon, 1952. Au cours du Nouvel An chinois, le cadavre d'un jeune américain est retrouvé aux abords du fleuve. Pour Fowler, correspondant du London Times, c'est un souvenir qui resurgit des eaux boueuses du passé. Deux ans plus tôt, Alden Pyle débarquait dans la capitale vietnamienne. Innocent, déterminé, la guerre n'avait pas encore levé le voile de ses illusions. Ni de ses intentions...
Graham Greene a su, au travers de divertissements tels que cet Américain bien tranquille, dénoncer la guerre, les dictatures et ce vice suprême : l'imbécillité.
Il y met en scène la relation entre un jeune Américain idéaliste et candide et un Anglais cynique, désabusé et rompu aux pratiques de la colonisation.

J’ai lu ce livre lors de la sortie de la deuxième adaptation en film (1ère : 1958, 2ème : 2002).
J’avais encore en gros la trame de l’histoire en tête, je savais à peu près ce que j’allais trouver… mais je dois dire que lors de cette première lecture, je n’avais pas tout à fait adhéré. Je ne saurais aujourd’hui plus dire ce qui ne m’avais pas plu… en tous cas je gardais ce livre en mémoire avec un petit ‘bof’.
Et en fin de compte, avec cette impression mitigée, je ne suis jamais allée voir le film...

Mais voilà que ce sublime livre de Lorenzo Mattotti m’a fait retourner au Vietnam et même après la lecture du livre de Jean-Luc Coatalem je voulais encore rester dans ce pays… donc, deuxième essai avec cet Américain tranquille et cette fois çi, cela s’est passé comme sur des roulettes!

J’ai beaucoup aimé ce roman, qu’on peut considérer comme ‘anti-guerre’, mais qui brosse surtout une très bonne vue sur les faits au Vietnam début années 50 lors de cette guerre qui n’allait pendant de si longues années plus quitter ce pays.

Et en tant qu’auteur anglais, il en sait des choses concernant le colonialisme, il ne va pas de main morte pour montrer les ‘fautes’ de cette situation, même s’il s’agit d’une autre nation qui se fait colonialiste.

Mais plus que tous ces aspects, c’est la partie ‘privée’, intimiste, qui est au centre de ce livre et l’histoire est passionnante et très bien menée.

On suit ce triangle d’amour avec beaucoup de plaisir et j’en ressors très contente d’avoir donné une deuxième chance à ce roman.

Le Vietnam me réussit bien pour l’instant Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Graham Greene   Dim 20 Sep 2015 - 21:04

La Puissance et la Gloire
Dans un pays qui serait le Mexique des années révolutionnaires, en proie à un anticléricalisme d’Etat extrême : soit le prêtre renonce à son office et se marie, soit on le passe par les armes !
Un seul prêtre reste, un pauvre curé, le dernier des derniers … Pour preuve : il est alcoolique et est même père d’une petite fille. Mais, envers et contre tout, il reste et ne parvient pas à s’échapper car il se sent habité par sa mission que nul autre que lui ne peut tenir, malgré sa honte, son désespoir et son état de péché.
Magnifique roman sur le rôle du prêtre, la vocation, le péché et sa rémission, le salut de l’âme. En prime on a également une version revisitée du Judas, bien plus humaine, et qui a su gêner l’église en son temps.
Selon moi, un de ces romans intemporels qu’il faut avoir lu, quel que soit son approche envers la religion et tout particulièrement le catholicisme car on touche ici au plus profond de l’homme, à son âme et à son essence même ! Sans le moindre doute, une lecture qui restera pérenne et qui donne envie de lire ou de relire Sous le soleil de Satan de Bernanos !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Graham Greene   Dim 20 Sep 2015 - 21:07

Un excellent souvenir de lecture pour moi.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Graham Greene   Jeu 28 Jan 2016 - 9:05

La fin d'une liaison

Fine écriture qui revisite le fameux triangle amoureux du mari, de la femme et de l'amant en redistribuant les rôles. Deux pauvres hommes déchirés par une même passion pour une femme fascinante (que je n'ai pas trouvée si généreuse, bix, mais totalement bridée dans sa recherche désespérée d'être meilleure)
Par contre je suis restée très hermétique à la recherche spirituelle, la concurrence entre l'amour de Dieu et celui d'un homme, les errances en quête d'un au-delà salvateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Graham Greene   

Revenir en haut Aller en bas
 
Graham Greene
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Danse avec les loups
» le 3 avril
» Secret diary of a demented housewife by Niamh Greene
» pain graham au blé entier
» Mille-feuilles aux biscuits graham

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: