Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Etienne Barilier [Suisse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 43
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Etienne Barilier [Suisse]   Jeu 29 Nov 2007 - 8:05


Né le 11 octobre 1947 à Payerne, Etienne Barilier achève des études classiques à Lausanne par un doctorat ès lettres, par une thèse consacrée à Albert Camus, avant de se vouer entièrement à l'écriture et à la traduction. Peinture, musique, littérature sont au centre de son travail d'essayiste et de romancier. Professeur associé de littérature française à l'Université de Lausanne, Etienne Barilier vit aujourd'hui à Pully.
Après un premier récit intitulé Orphée publié aux éditions de L'Age d'Homme, en 1971, suivent chez le même éditeur, puis à partir de 1995 chez Zoé, de nombreux romans, dont Laura, Le chien Tristan, Prague, La créature, Le dixième ciel, Un rêve californien. Etienne Barilier écrit également des essais littéraires et philosophiques (Albert Camus, philosophie et littérature; Les petits camarades, essai sur Sartre et sur Aron) ainsi que des ouvrages consacrés à des musiciens (Alban Berg, essai d'interprétation; Bach, histoire d'un nom dans la musique). A relever également son ouvrage sur le tennis Martina Hingis ou la beauté du jeu. Son oeuvre est riche à ce jour d'une trentaine de titres.
Journaliste et chroniqueur, il tient la critique de télévision dans le supplément littéraire du Journal de Genève et livre chaque semaine ses réflexions sur les faits de société dans L'Hebdo. Travailleur infatigable, il a aussi une riche oeuvre de traducteur derrière lui (Dürrenmatt, Hohl, Muschg, Wedekind, Landolfi).
Lauréat de nombreuses distinctions littéraires, dont le Prix d'honneur Paris, le Prix Rambert, le Grand Prix de la Fondation vaudoise pour la création artistique (1987), Le Prix de l'Union internationale des éditeurs de langue française, Etienne Barilier reçoit pour son ouvrage Contre le nouvel obscurantisme, qui dénonce les irrationalismes contemporains, le Prix européen de l'essai en 1995. Enfin en 2002, il reçoit le Prix Michel-Dentan 2002 pour L'énigme. En 2003 paraît aux Editions Zoé Le vrai Robinson. (Source: BCU Ecrivains vaudois - voir lien)

http://dbserv1-bcu.unil.ch/dbbcu/persovd/auteurvd.php?Code=&Num=24
http://www.culturactif.ch/ecrivains/barilier.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Barilier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 43
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Jeu 29 Nov 2007 - 8:05

Le vrai Robinson

Robinson est un jeune homme qui échoue sur une île presque déserte, au large de Maurice, île sur laquelle il rencontre Vendredi, une communauté de doux-dingues… mais aussi Virginie. Hé oui ! Si le scénario semble connu, il dérive pourtant tout de suite vers ce qui envahit aujourd’hui tous les écrans de télé : la télé-réalité. Car de naufrage il n’y en a point, ou alors savamment organisé sous l’œil permanent des caméras de télé (Kôh-Lanta, ça vous dit ?) et le voyeurisme des téléspectateurs. Robinson et Virginie, une romance, de l’amour, du sexe, de l’aventure… le cocktail idéal pour un vendredi soir en prime time. Robinson dispose d’un ordinateur pour communiquer avec le monde, Virginie de sérieux atouts de persévérance et de beauté, le but du jeu est de remporter le plus d’épreuves possibles et d’empocher un joli magot. Aïe, ça se gâte, comment va survivre l’amour naissant entre les deux candidats face aux promesses de passer à la télé comme grand vainqueur de cette bouffonnerie ?
Tout est contrôlé par le réalisateur et le producteur de l’émission : les émotions, les apparitions, les soi-disant imprévus, voire même la météo !

Etienne Barilier ne se contente pas de nous raconter la vie de Robinson et Virginie, il fait mieux que cela : il nous place dans la tête du scénariste qui doit inventer les épisodes et les situations qui plairont. Pas toujours facile, surtout quand on est un homme qui respecte la morale mais doit se plier aux exigences de la chaîne qui l’emploie. Le talent de Barilier peut pleinement éclater dans cet art de mêler le vrai et le faux, la fiction et la réalité. Tout se mêle et se démêle, on prend toutes les places possibles, on imagine tous les scénarios, on rêve qu’il se passe ceci tout en programmant cela… bref la télé-réalité comme on l’imagine sans vraiment oser le faire.
C’est acide et ironique, plein d’humour et de subtilité, le lecteur doit être actif de la première à la dernière page constamment interpellé par l’auteur sur ce qu’il faut faire et ne pas faire dans telle ou telle situation. A lire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 43
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Jeu 29 Nov 2007 - 8:07

Nous autres civilisations... Amérique, Islam, Europe

Quel mot suremployé que celui de "civilisation" mis à toutes les sauces au point que l’on oublie parfois ce qu’il peut encore signifier.
Si en 1919, Paul Valéry lançait son "Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles", d’autres depuis (et en particulier depuis le 11 septembre) ne voient plus en cette notion que l’opposition à la barbarie.
Etienne Barilier, qui nous avait habitués à des écrits plus légers, s’est penché sur la question avec beaucoup d’impertinence. C’est court mais intense, 150 pages de réflexion à mener et d’interrogations à poser.

Barilier émet d’emblée une hypothèque, l’Europe est atteinte de narcissisme et si elle l’avait un peu oublié, le 11 septembre 2001 a eu tôt fait de remettre les pendules à l’heure, obligeant chacun à affirmer clairement sa position au sein des autres. On a pu voir le chaos provoqué et la belle entente de façade se lézarder de toutes parts.
Parallèlement à cette notion de civilisation européenne dans laquelle Barilier donne un bon coup de pied, on y trouve également un développement intéressant de ces notions de bonne civilisation et mauvaise civilisation (ça ne vous rappelle pas les propos d’un certain Berlusconi sur la civilisation arabe ?), et aussi de fossé infranchissable séparant les deux. Les attentats américains dont on parlera encore longtemps seraient-ils une riposte des mauvais envers les bons, comme les faiseurs de guerre nous l’ont fait croire ? Si un s’est défendu (même via le terrorisme), n’est-ce pas parce que l’autre l’avait provoqué, Et donc, en filigrane, est-ce bien fait ? L’antiaméricanisme latent qui n’attendait que d’être réveillé a-t-il profité de l’occasion ?
La question a le mérite d’être posée et Barilier se garde bien de donner la vérité suprême en la matière. Il préfère analyser les propos de l’écrivain bengali Arundathi Roy qui considère Al-Qaïda comme le simple effet miroir d’une mondialisation économique tout aussi violente. Ou Noam Chomsky, comparant le 11 septembre 2001 à une pacotille à côté de toutes les exactions et horreurs dont les Etats-Unis sont responsables un peu partout dans le monde. Une théorie à laquelle j’adhère volontiers mais ce faisant, ne cautionne-t-on pas indirectement violence et terrorisme?

Devant cette idée largement répandue que l’Amérique est en grande partie responsable de ce qui lui est arrivée, Etienne Barilier tente de répondre par la critique, en impliquant notamment (et par moments assez fort) la liberté de pensée, conceptualisée différemment selon les cultures et les civilisations. Au tour de Barilier de pointer du doigt le Coran, incompris ou savamment interprété. L’auteur rêve d’un monde laïque où la religion ne servirait plus d’alibi à tout et n’importe quoi mais il le sait, c’est perdu d’avance et complètement utopiste.
Ha, tout de même Monsieur Barilier ! Je vous sentais dériver dangereusement dans votre analyse du Coran, à la limite de la provocation. C’est qu’il est peu aisé de mettre en cause de la sorte la sacralisation du Coran et la question de savoir comment distinguer l’islam des textes qui le composent est un problème épineux sur lequel beaucoup se sont déjà cassé les dents.
Alors que reste-t-il vraiment comme porte de sortie ? Une distance définitive avec le sacré ? L’Europe semble l’avoir fait mais a-t-elle avancé pour la cause ?


Quelques lignes:
"Tant qu’on n’aura pas pris conscience que la démocratie, la liberté, l’égalité des sexes exigent une “sortie de la religion” (dans la mesure où la religion est théocratie, sujétion des humains à Dieu et des femmes aux hommes), et que cette sortie passe par une profanation du texte sacré, on n’aura exactement rien fait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 43
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Jeu 29 Nov 2007 - 8:07

L'ignorantique, l'ordinateur et nous

Comme de plus en plus de gens, Etienne Barilier pêche son lot d'informations sur Internet. Par curiosité, pour son travail, pour le plaisir. Une envie qui flirte avec le besoin. Idem avec l'informatique, Barilier utilise en bon père de famille cet ordinateur qui lui sert d'outil de travail et de détente. Conscient de cette dépendance et d'une certaine forme d'ignorance liée à tout ce qui touche de près ou de loin au fonctionnement d'une machine et plus généralement des réseaux qui la parcourent, Barilier s'est posé pas mal de questions pour savoir comment ça marche. Pas seulement sur le plan technique mais aussi via une démarche plus sociologique, humaniste, voire même philosophique. Barilier veut bien obéir aux impératifs informatiques, mais la moindre des choses est tout de même de savoir comment et pourquoi. La première partie de cet ouvrage est consacrée à ces questions, des évocations des problèmes rencontrés, des situations qui font dourire mais que nous avons tous connue avec l'envie de démolir l'écran. C'est bien ciblé, tout est là, Barilier pose les questions que tout le monde a dans la tête sans trop savoir si il faut les exprimer, parce que bon, à quoi ça servirait finalement de savoir exactement comment ça marche et pourquoi ça doit être comme ça et pas autrement.

Et ça devient très drôle, on sent l'utilisateur qui a connu toutes sortes de soucis et au bout d'un moment, a fini par demander des comptes. C'est vrai quoi, on achète un ordi dernier cri et à peine installé, il faut le sécuriser, le mettre à jour, ajouter tel correctif, changer cei et modifier cela. Du neuf qui n'en est jamais vraiment !
Outre son coup de colère contre les machines, Barilier râle aussi contre les systèmes et le pouvoir dominant. Celui d'une marque. Celui de l'anglais aussi, que tout utilisateur serait censé pratiquer. Pour notre plaisir, Barilier modifie les termes et on croise ainsi un "Fenêtres" qui remplace humoristiquement le logiciel tout puissant.

Après cette partie plus technique, Barilier s'en va surfer sur la vague de l'Internet et là, impossible d'échapper au fou rire. L'auteur s'amuse à démontrer qu'en tapant un mot clé sur Google, on obtient tout et son contraire et que le pire côtoie le meilleur. Rien de neuf sous le soleil, certes, mais rédigé de la sorte et placé sous nos yeux, la réalité paraît d'autant plus évidente !
Attention, ce n'est pas pour autant que Barilier détruit l'outil. Il lui reconnaît de nombreuses qualités et Internet reste une mine d'or. Mais on ne s'improvise pas chercheur en quelques clics, cela demande une certaine méthode si on veut apprivoiser l'outil et en tirer ce que l'on recherche avec précision. Internet peut-être le royaume du savoir et de l'intelligence, mais aussi le monde du chaos et du mensonge. Et finalement, l'ordinateur, l'Internet et tout ça, c'est fait par qui et à l'image de qui ?
Un essai décoiffant et caustique qui fait du bien à la tête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Lun 18 Oct 2010 - 13:49


Un Véronèse
Citation :
Présentation de l'éditeur
Théo a 17 ans et tombe amoureux, d'un amour éperdu et double. Aime l'attire avec ses regards sournois, les vols qu'elle commet quasiment sous ses yeux, sa souplesse et ses réactions agressives face à ses parents : Anna, qui pourrait avoir l'âge de sa mère, le bouleverse par sa beauté et sa manière somptueuse de suggérer une vie de souffrance. Cela se passe un été des années soixante entre deux hôtels du Lido près de Venise. Comment choisir entre ces deux femmes. mais surtout, pourquoi choisir ? L'atmosphère de ce roman est haletante. étrangement violente et engourdie dans le même temps. Chacun aura ses blessures, la mystérieuse Anna et Anne l'insoumise, Théo n'en sortira pas indemne.

Malheureusement j'ai fait la faute de commencer à rechercher photo, bio et autres informations dont j'avais besoin pour ouvrir ce fil, avant l'écriture de mon propre commentaire.. et je tombe sur cette critique (que je mets par après sur ce fil) et je sais bien que je ne devrais pas la lire avant que j'ai écrits le mien.. mais c'est trop tentant de voir si j'arrive à la même conclusion qu'une "critique pro" Wink et oui.. notre avis sur la lecture se rejoint.. malheureusement mes propres mots s'envolent lors de ma lecture des siens.

Je voulais parler de Thomas Mann et sa Mort à Venise, mais qui est ici beaucoup plus douce, même si le héro du livre, Théo, ne me donnerait pas raison. Je voulais parler de Véronèse et son tableau Jeune homme entre le vice et la vertu



et je voulais noter que même si on a déjà lu des livres de jeunes hommes qui tombent amoureux, rien de nouveau sous le soleil..mais il y a toujours des auteurs qui arrivent à créer la différence, qui savent rendre une atmosphère plus persistante que d'autres.
Etienne Barilier est pour moi une découverte et ce livre un coup de coeur.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Lun 18 Oct 2010 - 13:49


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Lun 18 Oct 2010 - 13:49

«Un Véronèse», tableau moiré d’un amour juvénile

Ghania Adamo

Paru aux éditions Zoé, à Genève, le dernier roman d’Etienne Barilier se distingue dans cette rentrée littéraire romande. L’écrivain vaudois y dépeint avec finesse la naissance du sentiment amoureux chez un jeune garçon, dans le cadre somptueux du Lido vénitien.


Si Etienne Barilier était un cinéaste, on l’aurait comparé à Visconti pour sa capacité à créer une atmosphère élégante et feutrée, avec des personnages ambigus qui se complaisent dans le mensonge et la mélancolie. Cela vaut notamment pour son dernier roman «Un Véronèse», qui se passe sur la côte adriatique, sur les plages du Lido précisément, là où Visconti tourna «Mort à Venise», entre hôtels de luxe et amours inavouées.

Et si Etienne Barilier était un peintre, on l’aurait comparé à un maniériste pour son immense palette de couleurs qui se joue des codes et des symboles, multiplie les allusions au monde des arts et des lettres et crée chez le lecteur un trouble et un plaisir à la fois. Maniériste donc comme Véronèse qui donne son nom au roman et fait de Théo, le héros et le narrateur, un personnage à la posture indécise, qui hésite entre deux femmes, deux amours.

L’éveil du printemps

Théo, c’est en quelque sorte le pendant littéraire du «Jeune homme entre le Vice et la Vertu», célèbre tableau dudit Véronèse qui sert de fil rouge au roman de Barilier. Et qui suscite une réflexion fine et vertigineuse sur le choix amoureux, sur le Beau et le Laid, le Bien et le Mal associés à tort aux notions de Vertu et de Vice.

Seize ans. C’est l’âge de Théo. «L’éveil du printemps» aurait dit Frank Wedekind, «l’âge où le ridicule tue», écrit Etienne Barilier, auquel on voudrait réponde que le ridicule tue même à 50 ans lorsque l’amour s’y mêle.

Bref, là n’est pas le propos du romancier. Sa «mort à Venise» est la mort d’une innocence que Théo vit avec l’exaltation, la peur, la souffrance et le bonheur d’un jeune homme qui se sera trompé jusqu’au bout sur les intentions de deux femmes. «Deux astres du jour et de la nuit» rencontrés, en cet été des années 1960, dans le cadre idyllique des hôtels du Lido où il passe des vacances avec son grand-père.

Cœur plein, portefeuille vide

Voici donc Anne et Anna. Double visage de la beauté féminine, révélatrice enchantée mais imparfaite du désir de Théo. Un désir à peine né et déjà à bout de souffle, tant le va et vient entre les deux bien-aimées se fait à un rythme haletant. Anne habite le même hôtel que Théo, Anna à quelques pas de là, un palace.

La première est une jeune fille en fleurs, 15 ans, légèrement proustienne, décidée et incertaine, de celles que l’on imagine pouvoir déshabiller facilement. La deuxième, bien plus âgée, est mariée à un homme très riche. Elégante, imposante, distante juste ce qu’il faut, de celles que l’on croit intouchable, inaccessible. L’une est le contrepoint de l’autre. «Amour d’oblation pour Anna, amour de conquête pour Anne».

Les deux sont l’avenir de Théo, qui n’en a pas, ou pas encore. Un cœur plein, un portefeuille vide. Le jeune garçon qu’il est flotte dans cette zone où la liberté ne touche à rien. Il croit pouvoir choisir entre les deux femmes, comme le jeune homme dans le tableau de Véronèse, «suspendu, tout au mystère de cet instant décisif, de ce choix entre (…) l’une et l’autre beauté (…), de ce choix qu’il avait fait déjà, et qui pourtant restait à faire».

Hésitation qui crucifie l’amour et à laquelle Etienne Barilier donne un sens mystique. La souffrance éprouvée par Théo est jouissive. Elle est aussi le garant d’une renaissance qui, pour advenir, doit passer par le sacrifice de soi, au sens figuré bien sûr.

source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rivela
Zen littéraire
avatar

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Lun 18 Oct 2010 - 20:16

Jamais rien lu de lui mais j'ai vu qu'il a écrit un paquet de livres, et c'est aussi un bon traducteur de l'allemand au français, Ludwig Holl, Durrenmatt etc..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechielle
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2025
Inscription le : 03/03/2009
Age : 27
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Dim 24 Oct 2010 - 21:00

Un fil pour cet auteur existait déjà! J'ai donc fusionné le nouveau fil avec l'ancien (merci Arabella Cool )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Dim 24 Oct 2010 - 21:21

et oui.. voilà que je ne pensais pas qu'il existait un fil pour lui.. la prochaine fois je vérifie Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Dim 24 Oct 2010 - 21:24

C'est fou le nombre d'auteurs qu'il y a déjà sur Parfum Wink

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   Dim 24 Oct 2010 - 21:27

Arabella a écrit:
C'est fou le nombre d'auteurs qu'il y a déjà sur Parfum Wink
oui, en effet, parfois c'est mission impossible de trouver quelqu'un d'inconnu Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etienne Barilier [Suisse]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etienne Barilier [Suisse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Flotte Suisse sur le Lac Léman
» l'armée suisse
» NYX en Suisse
» Velorail de la Suisse Normande
» La Suisse Normande classée site naturel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: