Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 William Faulkner

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMer 25 Sep 2013 - 6:57

Ah, mais ne t'y méprends pas, si je n'arrive pas à lui faire une petite place, c'est parce que je n'en ai pas le temps. En effet, j'avais beaucoup aimé, et j'aimerai y revenir, mais j'ai toujours plein d'autre chose à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMer 25 Sep 2013 - 11:14

Je l'ai lu jeune. J'aimerais bien le relire aujourd'hui. Pourquoi je n'en trouve pas l'occasion !?
En plus, y'a une adaptation de Tandis que j'agonise qui sort le 9 oct au ciné, de et avec J. Franco (que j'aime bien malgré toutes ses imperfections). Du coup... voir le film sans avoir lu le livre, c'est un peu la honte quand même. Me voilà coincée.

Puis ça donne envie ton commentaire Dom !


_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMer 25 Sep 2013 - 12:22

animal a écrit:
(heureusement qu'il m'en reste beaucoup à lire du Faulkner !)
Pareil
Et je note Le hameau bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMer 25 Sep 2013 - 12:31

Queenie a écrit:
Je l'ai lu jeune. J'aimerais bien le relire aujourd'hui. Pourquoi je n'en trouve pas l'occasion !?
En plus, y'a une adaptation de Tandis que j'agonise qui sort le 9 oct au ciné, de et avec J. Franco (que j'aime bien malgré toutes ses imperfections). Du coup... voir le film sans avoir lu le livre, c'est un peu la honte quand même. Me voilà coincée.

Puis ça donne envie ton commentaire Dom !
Allez hop, au turbin et que ça saute !

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HamsterKiller
Main aguerrie
HamsterKiller

Messages : 544
Inscription le : 25/10/2013
Age : 38
Localisation : Tours

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeLun 28 Oct 2013 - 22:28

bix229 a écrit:


C' est effectivement le livre des livres de Faulkner. La quintessence de son oeuvre. Celui où est condensé la subtilité la plus dense et toutes les obsessions qu' on trouve ailleurs. Une aventure littéraire où s' impose la réalité littéraire et la création d' un univers imaginaire sans précédent.
Oui, depuis que j'ai lu Absalon ! absalon ! (après avoir lu Le bruit et la fureur et sanctuaire), j'ai ce désir de tout lire plus ou moins chronologiquement dans l'ordre d'écriture de cet Auteur. (j'ai finis Sartoris du coup il y a peu et c'était super, moins total que Absalon! mais de très très grands moments aussi)

Il y a quelque chose de total dans Absalon ! Absalon ! : Par tout ces récits enchevêtrés, un profond parallèle s'installe entre la descendance de Thomas Stupen et l'héritage des états du sud, le sang mêlé, la guerre de sécession, les drames humains. Et Quentin et Shreeve, sur leur cheval fuyant, réinventant la chute de Stupen. Comment par cette façon ils s'approprient leur histoire, et comment ils doivent vivre avec cela. Les dernier mots du livre sont alors éloquents, forts.  Et ce qui est puissant c'est cette façon dont la fiction semble définir le réel. Tout le livre est aussi sur ce sujet, par le fait qu'on raconte ce que l'on a raconté, tout ces récits à multiples voix qui se confondent et participent à définir l'existence des êtres.

Je me dis que ça doit être vraiment super d'avoir lu toute la création  littéraire de Faulkner, d'autant plus que beaucoup de choses semblent connectées pour former un grand tout. (Par exemple dans Sartoris, on voit déjà apparaitre des Snopes)

D'ailleurs j'aimerai intercaler ma lecture de ses romans (que j’intercale déjà avec des romans d'autres auteurs et vu au rythme ou je lis ça va me prendre une décennie de lire tout Faulkner) avec de ces nouvelles, quelqu'un aurait un recueil dans une bonne édition compilant plusieurs nouvelles à conseiller ? des nouvelles proches de l'univers de ces romans ?

________________
Sans allumer l’électricité, il vint s'asseoir sur le lit. Dehors, c'étaient, interminablement, les grillons et les grenouilles, comme si les rayons de lune eussent été de verre minces et se fussent, en tombant parmi les arbres et les buissons, brisés sur le sol en une fine pluie musicale - Sartoris ; Faulkner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeSam 14 Déc 2013 - 20:43

"L' écrivain a trois sources : l' imagination, l' observation  et l' expérience. Il ne sait pas lui-meme
combien il utilise l' une ou l' autre à un moment donné, car aucun de ces trois éléments n' est
primordial pour lui.
Il écrit au sujet des gens et se sert de ses matériaux, comme le  charpentier qui trouve dans son
atelier une planche qui convient au coin qu' il est en train d' édifier...

Au fur et à mesure qu' il devient plus vieux et travaille davantage, l' imagination, comme tout
muscle qui travaille, progresse et se développe.
L' observation se fait plus aigue, de sorte que lorsqu' il atteint son apogée, au cours de ses
meilleures années, et de ses meilleurs travaux, il ne sait pas, n' a pas le temps et au fond, ne se
préoccupe guère de savoir ce qui vient et quelle part de l' une ou l' autre source.

Car lorsqu' il écrit au sujet desgens, il écrit au sujet des aspirations, des difficultés, des angoisses, du courage et des lachetés, de la petitesse et de la splendeur du coeur humain".

Discours aux étudiants de Charlottesville, 1957. In : Faulkner par lui-meme : Monique Nathan. - Ecrivains de toujours/Seuil


_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMar 18 Mar 2014 - 11:07

Le Bruit et la Fureur

Pour une fois je reconnais l'importance de la préface, qui permet de ne pas être totalement noyé par le récit.
Harelde semble s'être perdu dans cette narration emboitée qui se déroule lors de temps différents et il y a de quoi perdre la tête. Car Faulkner a eu l'idée tarabiscotée de donner le même prénom à plusieurs personnages.
Le père s'appelle Jason ainsi que son fils cadet, le fils benjamin s'appelle au début Maury comme l'oncle Maury puis devient Benjamin-Benji-Ben lorsque son imbécillité est reconnue comme une fatalité irrévocable, Quentin est le prénom du fils aîné mais également celui de la fille de Caddie (la sœur de Quentin), de quoi devenir un brin marteau. Cette drôle d'invention embrouille la lecture mais donne aussi un sentiment d'écho assez fascinant.

Une fois accepté la gageure des noms, il reste au lecteur à se laisser submerger par le temps faulknerien. Un temps que contient chaque partie du livre : 4 parties pour 4 temps différents. Là aussi, il est parfois compliqué de savoir de quel moment nous parle l'auteur.

Mais une fois dépassé ces deux grosses difficultés, il nous reste les portraits inoubliables de cette famille désagrégée, meurtrie et gueularde que forme les Compson.
La parole y est d'ailleurs souvent mise en question : Ben ne sait que gémir ou beugler et durant toute la première partie du livre, le lecteur est dans la tête de cet idiot qui ne voit pas les choses de la même manière que tout le monde. Il a en lui une poésie subtile, effrangée, qui va et vient secrètement, qui reste inexprimable et qui se résume le plus souvent à l'odeur d'arbre de sa sœur Caddie.
De Caddie, Quentin, le frère aîné, retrouve souvent l'odeur entêtante, enivrante du chèvrefeuille.
Jason, le fils, lui est le mal aimé, à l'odeur brute de cuir et de camphre, qui ironise sans cesse sur sa situation jusqu'à en devenir voleur, menteur, odieux. Personnage haut en couleurs, qui marque durablement pour sa méchanceté et sa veulerie.
Et puis, il y a les domestiques, Dilsey en tête dont les descriptions à la fin du volume nous donnent une idée précise, précieuse de cette femme noire, fatiguée, usée, ridée mais vaillante.

Le récit se déploie donc à grands coups de gueulerie et de demandes de silence, la plupart des phrases commencent par chut, chacun cherchant à faire taire l'autre, l'autre qui est bien souvent cet idiot de Ben, qui bave et beugle.
Les thèmes liés aux odeurs et aux sons (au bruit et à cette fureur qui signent le titre d'un ouvrage fort) reviennent à intervalle régulier, tout comme les agissements de Ben, dont les heures oscillent d'une barrière à l'autre, d'un temps à un autre (comme le soulignait Bédoulène). Ses jalons aident à poser la lecture, à lui donner un sens, à aiguiller le lecteur.

La lecture de Sanctuaire m'a terriblement marquée et je n'ai pas été aussi emportée par celle du Bruit et de la Fureur. Mais ce roman qui préfigure l'écriture ravagée de Lowry (plus tragiquement maîtrisée ) est une œuvre magistralement réalisée, particulièrement osée  au niveau des choix narratifs. Certains passages décrivant la nature sont d'une beauté prodigieuse et chaque personnage s'inscrit avec violence dans l'esprit du lecteur, laissant une trace, une marque vers lesquelles je m'imagine souvent revenir.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
Dreep

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 27

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMar 18 Mar 2014 - 11:20

J'ai plutôt un bon souvenir de Le Bruit et la fureur, notamment la partie à la fois humide, funeste, mélancolique et libidineuse de Quentin Compson. La première partie de Benjy est magistrale.

Tu me donnes envie de lire Sanctuaire, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMar 18 Mar 2014 - 11:24

Dreep a écrit:
J'ai plutôt un bon souvenir de Le Bruit et la fureur, notamment la partie à la fois humide, funeste, mélancolique et libidineuse de Quentin Compson. La première partie de Benjy est magistrale.

Tu me donnes envie de lire Sanctuaire, tiens.

J'ai lutté pendant la première partie, être dans la tête de Ben m'a semblé long et répétitif, quoique assez poétique à la fois. J'ai préféré la dernière partie avec l'odieux Jason dont les dialogues entre sa mère et lui sont d'anthologie tant il y a d'acidité dans ce que dit le fils... (sans parler du pathétique portrait de Dilsey).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
Dreep

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 27

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMar 18 Mar 2014 - 11:31

J'ai moins accroché à la partie de Jason, justement. La première partie m'a semblé plus vivante, plus virtuose. Je me suis aidé aussi de la préface, mais une fois qu'on est dedans, ça va tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeMar 18 Mar 2014 - 11:34

Dreep a écrit:
J'ai moins accroché à la partie de Jason, justement. La première partie m'a semblé plus vivante, plus virtuose. Je me suis aidé aussi de la préface, mais une fois qu'on est dedans, ça va tout seul.

C'est bien que nos lectures soient différentes et j'espère relire Sanctuaire prochainement...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 38

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeJeu 20 Mar 2014 - 6:09

Il fallait que je repasse sur l'avis de Shanidar sur Le bruit et la fureur. J'avoue que c'est d'une beauté. Réussir par son commentaire à saisir l'intérêt de la lecture d'un tel livre, ce n'est pas donné à tout le monde... Chapeau bas! Wink

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeJeu 20 Mar 2014 - 10:43

jack-hubert bukowski a écrit:
Il fallait que je repasse sur l'avis de Shanidar sur Le bruit et la fureur. J'avoue que c'est d'une beauté. Réussir par son commentaire à saisir l'intérêt de la lecture d'un tel livre, ce n'est pas donné à tout le monde... Chapeau bas! Wink

merci jack ! je voulais écrire tout autre chose mais c'est ça qui est venu, j'espère que ça donnera aux autres envie de lire ou de relire Faulkner.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeJeu 20 Mar 2014 - 15:06

Bonne lecture Shanidar ! A chacun la sienne ! Faulkner fait partie de ces auteurs qu 'on peut lire et
interpréter de bien des façons... Y compris quand on le relit !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HamsterKiller
Main aguerrie
HamsterKiller

Messages : 544
Inscription le : 25/10/2013
Age : 38
Localisation : Tours

William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitimeVen 4 Avr 2014 - 19:37

Merci Shanidar pour ton commentaire.

bix229 a écrit:
... Y compris quand on le relit !

Je viens de lire dernièrement et pour la seconde fois, le bruit et la fureur. A ma première lecture, je m'étais noyé (sans l'aide des fers à repasser) lors de ces deux première parties, où la narration est éclatée, ballotée en tout sens par les sensations des personnages (Benjy et Quentin) qui à force de rebonds, se perdent dans le temps, comme une caillasse jetée d'une falaise et cognant le chaos géologique s'étendant bien plus bas. fasciné par ces éclats, j'avais alors un peu délaissé les deux dernières parties moins enfouies dans les sensations des êtres, plus objectives, dans les actes et l'action, plus ancrées dans la réalité de ce Sud qui se décrépit.

Ma seconde lecture fut un peu différente. Sachant à quoi m'attendre sur cette première partie, je m'y suis de toute façon perdu un peu encore. Je pense que c'est peut être bien là le but de Faulkner, le ton du livre ne permet pas le "jeu" du labyrinthe, ou la satisfaction de la victoire sur le piège intellectuel. Cela m'aurait ôté la saveur du livre que de suivre avec une généalogie ou une chronologie  l'intérieur des parties. Il s'agit bien des sensations en mouvement, du tragique à l’œuvre, ces choses qui se passent au-dessous de la couche conceptuel, plus profondément dans les êtres. Concentré cette fois aussi sur la deuxième partie, j'ai vu la tragédie intérieur des êtres laisser place aux drames humains ; cela m'a fait l'effet d'un livre essentiel, évoquant avec une grande puissance le chaos potentiels de l'être, où les battements intérieurs se chevauchent inexplicablement au désordre du monde dans lequel ils ont à vivre.

je note ce Lowry que tu évoques comparativement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




William Faulkner - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: William Faulkner   William Faulkner - Page 8 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
William Faulkner
Revenir en haut 
Page 8 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Havre - Rue William-Cargill
» La famille Bruce.
» La Ligne verte
» Samuel Doe: Qui tue par l´épée...
» Le Commandant William BECHTEL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: