Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lafcadio Hearn

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lafcadio Hearn   Jeu 29 Nov 2007 - 19:52



J’ai découvert Lafcadio Hearn, écrivain et personnalité exceptionnels, avec le recueil de contes japonais Le mangeur de rêves, et je tenais à citer dans ce fil la belle présentation qu’en faisait Francis Lacassin dans la préface de cet ouvrage.

Citation :
Né en 1850 en Grèce, d’un chirurgien de la marine anglaise et d’une Grecque, abandonné très tôt par son père puis par sa mère, élevé au Pays de Galles par une vieille tante, éborgné dès l’adolescence par un accident qui le coupa un peu plus des autres, Lafcadio Hearn est le déraciné type. Rejeté par sa famille anglaise, à seize ans, il sera livré à lui-même et à la misère de bonne heure. Emigré aux Etats-Unis à vingt et un ans, il y connaît, malgré divers emplois, une existence misérable.
En quête d’un idéal inaccessible, et cherchant désespérément à s’identifier à une culture, il croit y parvenir lors d’un séjour de sept années à La Nouvelle-Orléans, suivi d’une tentative d’établissement à la Martinique. Le hasard d’un reportage au Japon lui fait découvrir dans ce pays le havre de grâce qu’il n’espérait plus. Converti au bouddhisme, époux d’une Japonaise qui lui donna plusieurs enfants, il connut un bref mais intense apaisement. Harmonie dont le grand connaisseur avait deviné le sens en recueillant ces contes.
En les publiant, c’est leur poésie et leur message d’espoir qu’il cherche à communiquer, sans rancune, à ces hommes d’Occident qui n’avaient pas su le reconnaître pour l’un des leurs.

Issu d’une famille irlandaise, c’est en fait à Dublin que Lafcadio Hearn fut élevé.
Etabli à Matsue, sur la côte Ouest du Japon, il enseigne l'anglais et commence à recueillir et traduire les contes et légendes du Japon féodal qui lui inspireront plusieurs ouvrages. Il demande et obtient la nationalité japonaise en 1894, et, adopté par la famille de sa femme (de petits samourai locaux), prend le nom de Koizumi Yakumo.
Son premier ouvrage sur le Japon, Glimpses of Unfamiliar Japan, paraît la même année. La plupart des Japonais associent Hearn à Matsue, où son ancienne demeure et le musée portant son nom attirent aujourd’hui encore de nombreux touristes.
Il occupe la chaire de littérature anglaise à l’université de Tôkyô presque jusqu’à sa mort survenue en 1904, à 54 ans, à la suite d’une crise cardiaque. Son successeur à ce poste sera Natsume Sôseki.
Hearn a fait découvrir à un Occident alors friand d’exotisme le Japon pré-industriel d’avant l’ère Meiji. Même si à l’instar de son contemporain Loti, auquel il vouait une grande admiration, il a pu être accusé d’en véhiculer des clichés exotiques, Hearn offre une vision certainement plus proche de la réalité.

Lafcadio Hearn apparaît dans le premier tome de Au temps de Botchan, le manga de Jirô Taniguchi, magistrale fresque sur l’histoire littéraire japonaise.

Liste (non exhaustive) de ses œuvres :. Les titres soulignés sont téléchargeables (en anglais).

Gombo Zhèbes , Little Dictionary of Creole Proverbs in Six Dialects (1885)
La cuisine créole. (1885)
Chita: A Memory of Last Island(1888).
Youma, The Story of a West-Indian slave (1890),
Two Years in the French West Indies (1890)
Glimpses of Unfamiliar Japan (Le Japon inconnu ) (1894) First series, Second series
Out of the East: Reveries and Studies in New Japan (1895)
Kokoro: Hints and Echoes of Japanese Inner Life (Kokoro, au cœur de la vie japonaise) (1896)
Gleanings in Buddha-Fields: Studies of Hand and Soul in the Far East (En glanant dans les champs de Bouddha ) (1897)
Exotics and Retrospectives (1898)
Japanese Fairy Tales (1898) and sequels
In Ghostly Japan (Au Japon spectral) (1899)
Shadowings (1900)
Japanese Lyrics (1900) - sur le haiku
A Japanese Miscellany (1901)
Kottō: Being Japanese Curios, with Sundry Cobwebs (1902)
Kwaidan: Stories and Studies of Strange Things (Kwaidan, précédemment publié sous le titre Le mangeur de rêves) (1903)
Japan: An Attempt at Interpretation (Le Japon : tentative d’interprétation) (1904) publ. posthume
The Romance of the Milky Way and other studies and stories (Le Roman de la Voie Lactée) (1905) publ. posthume.

Site de référence sur Lafcadio Hearn (en anglais), proposant d'autres ressources en ligne.


Dernière édition par le Ven 30 Nov 2007 - 10:09, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Jeu 29 Nov 2007 - 19:54

Pour découvrir Hearn, je conseille tout d’abord ces deux ouvrages:

Le Japon, une excellente introduction à l’histoire, à la religion et aux traditions japonaises, qui, grâce aux qualités littéraires de Hearn, se lit comme un passionnant roman.

Et Kwaidan, (Le Mangeur de rêves) recueil de contes, qui vous permettra de faire connaissance avec de célèbres yôkai (créatures surnaturelles du folkore japonais) tels la sorcière des neiges (Yuki no Onna) , le Fantôme à la tête coupée, le Vampire au fond des eaux… Mais également Hôichi le lutiste aveugle qui faisait pleurer les morts, le gamin qui dessinait des chats, le vaillant moine Kwayrio…
Mon préféré est le baku, ou mangeur de rêves, une créature bien sympathique :


Mijika-yo ya !
Baku no yume ku
Hima mo nashi !

Hélas que la nuit est courte ! Le Bakou n'aura pas le temps de dévorer nos rêves. (vieille chanson d'amour japonaise)

Son nom est Bakou ou Shirokinakatsukami et sa fonction spéciale est de manger les rêves. On le représente et le décrit de bien des manières. Un vieux livre que je possède affirme que le Bakou mâle a le corps du cheval, la face du lion, la trompe et les défenses de l'éléphant, la mèche frontale du rhinocéros, la queue de la vache et les pieds du tigre.
Au temps de l'antique culture chinoise, on suspendait d'habitude dans les maisons japonaises des images du Bakou. On supposait qu'elles étaient douées du même pouvoir bienfaisant que l'original.
Le Bakou japonais est surtout connu en sa qualité de mangeur de rêves. Le détail le plus remarquable du culte qu'on lui rendait était la coutume, généralement suivie, de peindre en traits d'or le caractère chinois correspondant à son nom sur les oreillers en bois laqué des seigneurs et des princes. Par la vertu et la puissance de ce signe, le dormeur était protégé contre les mauvais rêves. Il est assez difficile aujourd'hui de trouver encore de tels oreillers ; les images même du Bakou (ou Hakutaku comme on l'appelle quelquefois, sont devenues fort rares. Mais dans le langage courant la vieille invocation au Baku a survécu :" Baku Kurae ! Baku Kurae ! Dévore, ô Bakou, dévore mon mauvais rêve !" Quand on sort d'un cauchemar ou de quelque songe de mauvais augure, il faut répéter cette invocation rapidement et à trois reprises. Le Bakou dévorera le rêve et changera la mauvaise fortune et la terreur en bonne fortune et joie.

Le Mangeur de Rêves.


Kwaidan a été superbement adapté au cinéma par Masaki Kobayashi et reçu le prix spécial du jury au festival de Cannes en 1965.

Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Sam 1 Déc 2007 - 15:59

Nezumi a écrit:
Lafcadio Hearn apparaît dans le premier tome de Au temps de Botchan, le manga de Jirô Taniguchi, magistrale fresque sur l’histoire littéraire japonaise.

Merci pour ce fil Nezumi - c'est en effet dans le manga de Botchan que je suis 'tombée' sur le nom de Lafcadio Hearn - et quand j'ai vu ce fil, le nom me disait quelque chose.. J'ai viens de commander 'Japon' et je suis curieuse de le découvrir!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Dim 2 Déc 2007 - 13:17

Je suis ravie de t'avoir donné envie de le lire, Kenavo Very Happy . J'ai passé de très bons moments plongée dans Le Japon, précis et concis à la fois, qui permet aussi bien de retenir facilement les grandes périodes de l'histoire japonaise que d'apprendre une foule de détails méconnus sur des coutumes très anciennes et souvent étranges.

Dans Au temps de Botchan, Taniguchi montre que l'intégration de Hearn n'a pas été aussi parfaite qu'on le dit et qu'il a subi des réactions xénophobes à l'université où il enseignait.

Quand au nom Hearn, tu l'as peut-être entendu aussi car Lian Hearn, l'auteur de la célèbre série jeunesse Le Clan des Otori a pris ce pseudonyme en hommage à l'auteur de Kwaidan...
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Dim 2 Déc 2007 - 14:31

Nezumi a écrit:
Quand au nom Hearn, tu l'as peut-être entendu aussi car Lian Hearn, l'auteur de la célèbre série jeunesse Le Clan des Otori a pris ce pseudonyme en hommage à l'auteur de Kwaidan...
Merci pour cette information, je ne le savais pas - mais en fait, ce ‘Clan des Otori’ m’intrigue aussi depuis un certain temps... et je me vois contrainte de citer Audrey qui a dit dans le fil sur Elizabeth George:
audrey a écrit:
Intéressant tout ça. Je savais bien qu'en m'inscrivant sur ce forum j'allais enter dans un lieu de perdition Wink Razz
Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bibliomane
Zen littéraire
avatar

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Dim 2 Déc 2007 - 14:56

Nezumi a écrit:
Quand au nom Hearn, tu l'as peut-être entendu aussi car Lian Hearn, l'auteur de la célèbre série jeunesse Le Clan des Otori a pris ce pseudonyme en hommage à l'auteur de Kwaidan...

Quel neuneu je fais ! Je n'avais même pas remarqué cette évidence. Merci Nezumi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Sam 5 Jan 2008 - 15:52

Je crois qu'on est tous bien d'accord que folio fait une bonne initiative avec leur série à 2€ qui amène les gens parfois à prendre goût pour la lecture d'un auteur - pour le découvrir par après avec d'autres livres.. en tout cas, moi je trouve que c'est une belle et bonne idée et j'aime bien les soutenir dans cette voix.. et pour les gens qui veulent peut-être découvrir le drunken de Nezumi Wink - voici la possibilité:

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Sam 5 Jan 2008 - 15:59

Très bonne initiative de Folio et très bonne idée à toi de nous en informer! Merci Kenavo! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Lafcadio Hearn   Sam 5 Jan 2008 - 16:40

On s'est croisés et manqués de peu hier soir Nézumi. On parlait de reves.
Et comme je sais que tu connais bien la littérature japonaise, j'ai pensé à Lafcadio Hearn et à l'adaptation cinématographique de Kwaidan, particulièrement onirique...Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bibliomane
Zen littéraire
avatar

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Jeu 25 Sep 2008 - 11:50

"KWAIDAN"

C'est avec bonheur que je me suis récemment replongé dans "Kwaidan", ce magnifique recueil de contes japonais retranscrits par Lafcadio Hearn.

« Kwaidan » fait donc partie des recueils de contes traditionnels réunis par Hearn lors de ses pérégrinations au Japon. Certains sont tirés d'anciens livres, d'autres ont été recueillis par l'auteur lui-même auprès de vieux paysans.
Tous ont en commun d'introduire le lecteur dans un univers fantastique, peuplé de fantômes, de personnages surnaturels et de lieux inquiétants. Lafcadio Hearn a t-il retrouvé dans ces légendes un écho lointain de ces vieilles légendes celtiques pleines d'apparitions et de spectres qu'il a pu entendre raconter lors de son enfance en Irlande ? Certaines histoires en effet, comme « Le rêve d'Akinosuke » ne sont pas sans rappeler « La navigation de Bran », vieille légende irlandaise ; d'autres, comme « Oshidori », « L'histoire d'Aoyagi » ou « Yuki-Onna » (La Femme de la Neige » présentent des personnages féminins d'origine surnaturelle proches de la fée Mélusine, légende très connue dans l'Occident médiéval et colportée de Chypre jusqu'au Pays de Galles.
Le bouddhisme et le Shintoïsme sont également très présents dans ces contes, la réincarnation y est souvent évoquée et nombreuses sont les histoires se déroulant au sein des temples ou mettant en scène des moines Zen.
L'atmosphère de ces contes restitue au lecteur un Japon médiéval où l'on rencontre samouraïs et paysans, moines pélerins et vagabonds, fées et revenants dans ce recueil constitué de seize nouvelles, plus ou moins longues mais toutes marquées du sceau de l'étrangeté et du surnaturel. Le voyageur attardé dans la campagne nocturne fera, à coup sûr, de bien inquiétantes rencontres car des âmes sans repos errent dans les solitudes, en quête de rédemption et dans l'espoir d obtenir une meilleure renaissance qui les délivrera de leurs actes passés.
Étranges, déroutants, effrayants parfois, les contes recueillis par Lafcadio Hearn nous plongent au coeur d'un Japon médiéval où la frontière est mince entre la réalité et le surnaturel, et où ces deux univers se chevauchent parfois pour donner naissance à des histoires où règnent le fantastique et le merveilleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Jeu 25 Sep 2008 - 13:09

Le Bibliomane a écrit:


C'est avec bonheur que je me suis récemment replongé dans "Kwaidan", ce magnifique recueil de contes japonais retranscrits par Lafcadio Hearn.

[...]

Tous ont en commun d'introduire le lecteur dans un univers fantastique, peuplé de fantômes, de personnages surnaturels et de lieux inquiétants. Lafcadio Hearn a t-il retrouvé dans ces légendes un écho lointain de ces vieilles légendes celtiques pleines d'apparitions et de spectres qu'il a pu entendre raconter lors de son enfance en Irlande ? .

En effet, lecture très agréable et instructive que ce recueil (ex Mangeur de rêves), à conseiller à tous!
L'humanité possède des mythes communs (union entre un mortel et un être surnaturel, figure du vampire etc), d'où peut-être certaines similitudes ?

Pour ma part, j'ai plutôt été dépaysée par l'originalité de cet univers et de ces créatures. Mais c'est vrai que les légendes celtiques, tout comme le folklore japonais, ont une véritable étrangeté et un côté déroutant !
Revenir en haut Aller en bas
Nathria
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Jeu 25 Sep 2008 - 13:26

Aaaahhhh, je n'en ai jamais lu, chouette miammiam je vais jeter un oeil de plus près à cet auteur attentif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Jeu 19 Déc 2013 - 17:54

J'ai fini Kwaïdan de Lafcadio Hearn, c'était une très bonne lecture. Je ne connais pas du tout la culture Japonaise, mais d'après les nombreux contes et légendes qui figurent dans ce livre je pense que la puissance des Morts (fantômes ou autres) est reconnue, qu'il s'agisse d'esprits malins (le plus souvent) ou aimables (notamment par Amour).
Le 16ème jour est souvent évoqué, il semble bénéfique ; un extrait

"Après l'enterrement d'O-Sodé, les parents d'O-Tsuyu plantèrent un jeune cerisier, le plus beau qu'ils purent trouver, dans le jardin de Qaihjöji. L'arbre grandit et s'épanouit. Le seizième jour de la deuxième lune de l'année suivante, jour anniversaire de la mort d'O-Sodé, il fleurit de manière miraculeuse.
Et chaque année depuis deux cent cinquante-quatre ans, il continue à fleurir, toujours le seizième jour de la deuxième lune, et ses fleurs, roses et blanches, sont semblables aux mamelons d'une femme où perle une goutte de lait. Les habitants de la région ont appelé cet arbre Ubazakura, le "Cerisier de la Nourrice".

"Le vieil homme pleura désespérement son arbre chéri. Ces bons voisins lui procurèrent un jeune plant de cerisier magnifique et le plantèrent dans son jardin dans l'espoir de le consoler. Il les remercia chaleureusement et feignit d'oublier son chagrin. En réalité, son coeur était gonflé de tristesse, car il avait tant aimé le vieil arbre que rien ne pouvait le consoler de sa perte.
Finalement il lui vint une heureuse idée : il se souvient d'un moyen par lequel l'arbre condamné pourrait reprendre vie. C'était le seizième jour du premier mois.
Il se rendit seul dans son jardin, s'inclina devant l'arbre sec et s'adressa à lui en ces termes :
A présent, daigne refleurir une fois de plus, je t'en conjure, Ô beau cerisier, car je vais mourir à ta place. ..............
Et chaque année, il refleurit encore, le seizième jour du premier mois, à la saison des neiges."

Il y a de la poésie, de la magie, de la morale dans ces contes ; flotte le parfum des cerisiers, le vol des papillons.

En fin de livre l'auteur présente une étude sur certains insectes, notamment les papillons, les fourmis et les moustiques. C'est très intéressant car il y a comparaison sur leur mode de vie, leur évolution par rapport à notre société d'Humains. De quoi réfléchir.

"Le seul fait que notre société s'entoure de commandements religieux et lois morales ne prouve-t-il pas que nous n'en sommes encore qu'à un degré très primitif de l'évolution sociale ?"

mais inquiéter aussi (? !)

"Il ne me paraît donc pas improbable qu'une humanité plus évoluée et plus haute sacrifie avec joie l'essentiel de sa vie sexuelle pour le bien commun, surtout si l'on prend en considération certains avantages que l'on peut y gagner, notamment une prolongation importante de la durée de la vie humaine. Les éléments supérieurs d'une humanité qui contrôlerait la vie sexuelle selon le modèle naturel fourni par les fourmis, pourraient peut-être alors réaliser le rêve ancestral de vivre mille ans!"

Je note que l'auteur n'était pas encore assez évolué car il a eu 4 enfants   sourire 

C'est un bon choix pour une lecture de Noël !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche


Dernière édition par Bédoulène le Ven 20 Déc 2013 - 11:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Jeu 19 Déc 2013 - 23:34

Bédoulène a écrit:
C'est un bon choix pour une lecture de Noël !
C'est vrai que c'est une idée... J'ai un Lafcadio Hearn qui m'attend depuis assez longtemps, et tu me donnes bien envie de le prendre...  Wink
Merci pour ton commentaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   Dim 24 Jan 2016 - 19:53

Sortie récente :




La couverture est sublime (n'est-ce pas Kenavo diablotin ).

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lafcadio Hearn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lafcadio Hearn
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Fiche de lecture] Le clan des Otori - Lian Hearn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: