Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Michael Ondaatje

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Michael Ondaatje   Ven 30 Nov 2007 - 15:16



Philip Michael Ondaatje (né le 12 septembre 1943) est un romancier et poète canadien/sri lankais. Il est surtout connu pour son livre L'Homme flambé . C'est sur ce roman qu'est basé le scénario du film à succès Le Patient anglais (source Wikipedia)

(je note cet auteur sous 'Canada' bien qu'il est né à Sri Lanka - s'il y a objection à cela - aucun problème de le mettre chez les auteurs d'Asie)

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)
1991 Un air de famille
1991 La peau d’un lion
1991 Le blues de Buddy Bolden
1993 Le patient anglais (L'homme flambé), Pages 1, 2
1999 Billy the Kid, oeuvres complètes : Poèmes du gaucher
2000 Le fantôme d’Anil, Page 1
2007 Divisadero
2012 La table des autres, Pages 2, 3

Citation :
Mise à jour le 27/12/12, arrêté page 3

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Dim 8 Sep 2013 - 16:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Ven 30 Nov 2007 - 15:16

Le fantôme d’anil

Citation :
Anil Tissera, anatomopathologiste de formation, est envoyée par les Nations unies pour enquêter sur l'origine des massacres. Quinze ans plus tôt, elle a quitté le Sri Lanka pour suivre des études de médecine légale en Angleterre et aux États-Unis. Son retour au pays natal la propulse dans un monde étrange entre réel et surnaturel tandis que sa recherche des preuves de meurtres politiques se heurte aux obstacles du gouvernement et à la méfiance des habitants. En fouillant sous les ruines d'une civilisation disparue, Anil exhume les cadavres de victimes, mais aussi des rites anciens qui tendent à effacer les raisonnements occidentaux sur la recherche de la vérité.

Mon opinion
Naturellement on peut me dire que je ne puisse être objective avec aucun des livres que je lis – mais avec certains thèmes, auteurs ou styles je réussis à garder assez de distance pour rester ‘neutre’ et juger de ces livres
Chez Michael Ondaatje j’avoue tout de suite – je suis influencée ! Je ne suis pas objective – et ne veux même pas l’être! Lire contient pour moi aussi de la PASSION, il y a des lettres, qui nous rendent heureuses, des histoires, qui nous emportent, des Auteurs où on a envie de tomber sur les genoux pour dire ‘merci’ parce qu’on peut lire leurs livres….
Chez Michael Ondaatje il est peut-être important de savoir qu’il écrit de très bons poèmes – et à cause de cela il a une écriture très poétique (à mon avis très jolie). Des lecteurs qui n’aiment pas cette langue ‘fleurie’ ne vont pas trouver leurs joies chez lui.
Et puis il aime la musique et les films – et comme il a réussi dans son livre Le Blues de Buddy Bolden de faire chanter les lettres, il arrive dans le livre Le fantôme d’Anil de faire des montages comme on les attend dans un film – sauter d’un personnage à l’autre, il écoute leurs pensées, idées, peurs. Il vit des moments, jours, années avec eux et s’interrompt pour y mettre des monologues un peu farfelus ou des moments du passé des différentes personnes, tourne autour de l’emplois du temps d'un anatomopathologiste pour nous montrer la dissection des corps avec des mots bien qu'il emploi aussi les 'mêmes mots' quelques lignes plus tard pour nous décrire l’amour malheureux d’Anil pour un homme marié.

Dans ce livre il n’y a ni début, ni fin. Pas de bon ni de mauvais – il y a quelques aperçus dans la réalité de différentes personnes dans une situation guerrière et surtout il n’y a pas de happy end avec le coucher de soleil et le baiser du héros et de la héroïne (sûrement une raison pourquoi Hollywood n’a pas encore démontré intérêt à filmer ce livre)

Pour moi ce ne pouvait être qu’un grand moment parce que j’ai suivi jusqu’à présent Michael Ondaatje sans condition dans tous ses livres !

Pour ceux qui veulent découvrir Michael Ondaatje - je suggérais d'essayer 'Un air de famille', 'La peau d'un lion' ou 'Le patient anglais' (mais surtout NE PAS attendre de lire le roman du film!!)

(j'ai traduit ce texte d'un texte que j'avais fait en allemand - j'espère que 'l'esprit' y est Wink )

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par le Ven 30 Nov 2007 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Ven 30 Nov 2007 - 16:29

Merci pour ces conseils de lecture Kenavo, cela fait quelques mois que j'ai cet auteur en tête, je repasserai par ici pour faire mon choix concernant mon premier roman.
Comme j'ai déjà vu à plusieurs reprises le film "Le patient anglais", je me demandais si cela en valait la peine de le lire malgré tout scratch
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Ven 30 Nov 2007 - 16:58

sentinelle a écrit:
Comme j'ai déjà vu à plusieurs reprises le film "Le patient anglais", je me demandais si cela en valait la peine de le lire malgré tout scratch
Si tu arrives à séparer entre film et livre - dans ce cas, ce serait bien! Le livre n'a vraiment pas beaucoup à faire avec le film
(bien que je dois dire que j'adore drunken le film - mais j'aime aussi le livre - en les considérants comme deux choses différentes!!)
Le livre a en fait 4 personnages autour desquels il tourne: Hana et le patient anglais - mais aussi Caravaggio (que Hana connaît en fait déjà depuis le Canada) et Kip (qui est très présent dans le livre (et ou il a un autre fond que dans le film, que je ne révèle pas - cela détruit la lecture).
Si on connaît le livre de Tania Blixen 'Out of Africa' et le film - cela peut se comparer avec ce livre/film: dans le livre l'histoire entre Tania et Denis Finch Hatton prend 30 pages - dans le film c'est 90% content

Pour retourner chez Ondaatje - si on veut commencer avec lui, il y a la possibilité de le faire
°en Sri Lanka - avec 'Un air de famille' où il écrit sur la part de sa famille qui est resté dans ce pays - et ou il décrit des souvenirs d'enfants sublimes (et si on connaît la littérature d'Asie: il y a tout chez Ondaatje - les couleurs, les senteurs, la poésie....)
°au Canada - avec 'La peau d'un lion' - sa nouvelle patrie est ici à la Une - il décrit le développement de la ville de Toronto au début des années 1920.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Ven 30 Nov 2007 - 17:06

Tu m'as convaincue de lire Le patient anglais Kenavo !
J'ai vu Out of Africa et lu le roman de Karen Blixen et si les deux sont effectivement très différents, je les ai autant appréciés l'un que l'autre.
Si les différences sont aussi franches entre le roman/le film, je ne vais surtout pas manquer de le lire alors miammiam
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Ven 5 Déc 2008 - 21:14

Probablement pas le meilleur livre pour entrer dans son univers.. mais peut être le fait de remonter son fil, va donner envie de le découvrir à quelqu'un Wink


Divisadero

Citation :
Editeur:
Une ferme en Californie, deux sœurs (Anna et Claire) et un garçon (Cooper), un amour fou, une nuit d’orage, un père meurtrier : ça commence très fort, comme dans un roman des sœurs Brontë, passions adolescentes et tourments éternels.
Les années passent, nous voici à Las Vegas, en plein roman noir. Cooper est devenu un joueur professionnel, et c’est Claire qui lui sauve la mise en le protégeant des gangsters qui veulent sa peau.
Changement de décor : le Sud-Ouest de la France, aujourd’hui. Cloîtrée dans une maison mystérieuse, Anna se penche sur la vie d’un obscur écrivain du début du XXe siècle, Lucien Segura, et tombe amoureuse d’un manouche.
Changement d’époque : cette fois, nous sommes dans un roman de Giono, le Giono stendhalien, caracolant sur les traces de Lucien Segura.
Et soudain tout s’éclaire. Anna, Claire, Cooper, Segura, le manouche sont comme les notes d’une chanson, des variations sur un thème, une de ces ritournelles comme en connaissent les artistes pour qui l’Éternel Retour n’est pas un vain mot.
Si, comme le pensait Nabokov, tout grand écrivain possède le « pouvoir d’enchantement », alors nul doute que Michael Ondaatje fasse désormais partie d’entre eux.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Sam 6 Déc 2008 - 18:59

Il faut vraiment que je me repenche sur cet auteur ! Lorsque j'avais lu Le patient Anglais, il y a quelques années déjà, je m'étais dit : Voilà de la graine de Nobel ! Depuis, j'avoue que je n'ai plus rien lu de lui. Qu'en penses-tu Kenavo, les autres romans sont-ils à la hauteur du Patient Anglais ?

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Sam 6 Déc 2008 - 19:08

domreader a écrit:
Qu'en penses-tu Kenavo, les autres romans sont-ils à la hauteur du Patient Anglais ?
À mon avis - et vous me connaissez, quand j'aime, je perd un peu l'objectivité Wink mais avec toute honnêté - si tu as aimé Le Patient Anglais tu trouveras ton bonheur dans Le Fantôme d’Anil drunken

Divisadero est aussi ambitieux.. surtout point de vue écriture pour moi un vrai coup de coeur.. mais il s'éparpille un peu plus que dans ses autres livres



Déjà en écrivant sur ses livres je suis déjà enthousiasmée, tellement j'adore.. Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Dim 6 Sep 2009 - 18:45

Le patient anglais



Nous sommes en Italie à la fin de seconde guerre mondiale. Hana, une jeune infirmière canadienne s'occupe d'un unique patient, très gravement brûlé, dans une villa à moitié détruite. Un ami de son père arrive, pour qui la guerre est terminée. Et un soldat indien qui démine toutes les bombes laissées un peu partout. Nous allons en apprendre plus sur ces quatre personnes, et surtout sur le mystérieux brûlé.

Je suis mitigée suite à la lecture de ce roman. J'ai eu du mal à m'embarquer dans cette histoire, qui n'en est pas vraiment une. Juste des bribes d'histoires qui s'entrecoisent, des morceaux énigmatiques, d'un puzzle qui n'est pas vraiment reconstitué. L'écriture de Ondaatje m'a quand même pris vers le milieu du livre, et j'ai trouvé certaines parties réussies.

Je reste quand même partagée, cette façon de dire les choses à moitié, peut certes sembler poétique, mais par moments aussi facile, plutôt que de gérer des incohérences, on les passe sous silence. Et d'incontestables facilités dans la psychologie des personnages m'ont frappées. Mais néanmoins à partit d'un certain moment, il n'est plus possible de ne pas finir le livre.

Je ne sais pas si je vais lire d'autres livres de lui, je ne suis pas sûre que ce soit complètement un auteur pour moi, même s'il est incontestablement intéressant par certains aspects. Mais le côté impressionniste, le vague et l'incertain, je n'adhére que si le style et l'écriture sont vraiment exceptionnels. Et là je les trouve bons, mais sans plus.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Dim 6 Sep 2009 - 19:37

J'avais commencé le Patient Anglais, il y a des années ; il fait partie des rares livres que je n'ai pas fini (je me suis arrêté largement avant la première moitié). Ce n'était peut-être pas le bon moment, je ne sais pas.
En tout cas, il s'est très bien vendu "à cause" du film, mais je me demande combien de spectateur aura lu le livre jusqu'au bout, en fait...
Dans le film, les images sont très belles, la musique magnifique (quand je suis en avion, j'aime écouter le passage où l'avion, tout petit, survole le désert, avec son ombre...).

Un peu de musique ici
La bande annonce ici, avec la musique de Bach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Dim 6 Sep 2009 - 19:57

Il ne me reste plus qu'à voir le film, maintenant, apparemment je me suis gardé le meilleur pour la fin sourire

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Dim 6 Sep 2009 - 20:29

Arabella a écrit:
Il ne me reste plus qu'à voir le film, maintenant, apparemment je me suis gardé le meilleur pour la fin sourire
J'ai l'impression... Evidemment, sur grand écran, c'est mieux que sur un petit, mais bon, je crois que ça tient encore bien la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Dim 6 Sep 2009 - 20:47

Arabella a écrit:
Je ne sais pas si je vais lire d'autres livres de lui, je ne suis pas sûre que ce soit complètement un auteur pour moi, même s'il est incontestablement intéressant par certains aspects. Mais le côté impressionniste, le vague et l'incertain, je n'adhére que si le style et l'écriture sont vraiment exceptionnels. Et là je les trouve bons, mais sans plus.
en effet.. je pense que j'en ai parlé dans ma présentation - voilà un poète qui écrit des romans.. on doit aimer ce côté poètique.. flou..
Probablement il y a un ou deux livres de lui qui devraient te plaire plus.. mais il y tant d'autres lectures qui t'attendent.. faut pas non plus se 'forcer' Wink

eXPie a écrit:
En tout cas, il s'est très bien vendu "à cause" du film, mais je me demande combien de spectateur aura lu le livre jusqu'au bout, en fait...
je ne pense pas.. surtout que le film a très peu en commun avec ce roman.. c'est comme on aurait prit seulement la cave d'une maison - mais on a refait tout le dessus Wink

Arabella a écrit:
Il ne me reste plus qu'à voir le film, maintenant, apparemment je me suis gardé le meilleur pour la fin sourire
je l'ai aussi dit sur ce fil: le film est aime pour moi il est dans mon top 10.. mais il est vraiment tout à fait autre chose que le livre.. c'est comme tu voyais une adaptation d'un autre roman.. mais je ne peux que te conseiller de le voir.. c'est terriblement beau (et triste Very Happy )
et comme dit eXPie - sur grand écran.. les scènes du désert drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Lun 24 Jan 2011 - 22:49

Je suis au coeur de son roman "L'homme flambé". Je pioche pas mal. J'ai écrit, à la va vite sur un de mes carnets, que l'auteur met en avant, à travers des tableaux superbes, des destins tragiques qui ne se croisent pas vraiment.
Citation :
J'ai eu du mal à m'embarquer dans cette histoire, qui n'en est pas vraiment une. Juste des bribes d'histoires qui s'entrecoisent, des morceaux énigmatiques, d'un puzzle qui n'est pas vraiment reconstitué.
C'est ce qu'en dit Arabella, et je la rejoins.
Mais la beauté du style, des tableaux mis en avant, notamment ceux qui ont pour cadre le désert, m'accrochent drôlement.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   Mar 25 Jan 2011 - 8:14

Steven a écrit:
Mais la beauté du style, des tableaux mis en avant, notamment ceux qui ont pour cadre le désert, m'accrochent drôlement.
ah oui.. faut pas oublier qu'il est un poète.. et quand les poètes se mettent à écrire des romans, c'est un peu différent.. mais souvent très beau Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michael Ondaatje   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michael Ondaatje
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Michael Mann ou le Cinéma de la Solitude
» Michael Jackson
» La chanson qui a fait tuer Michael Jackson
» Boschiero, Michael Gienger, etc... quelle littérature croire
» Michael Jackson vivant ! le reportage qui enflamme le Web

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature canadienne-
Sauter vers: