Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 John Burnside

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyJeu 22 Mar 2012 - 18:33

Queenie a écrit:
C'est étrange, soit j'ai pas toujours très bien lu les avis, soit c'est la première fois que je vois quelqu'un dire de Burnside qu'il a une écriture trop riche (au point de se regarder un peu).

La maison muette m'avait plu aussi pour son style très froid, pur. Mais qui collait au thème. Est-ce que là, son écriture est différente ? Est-ce que c'est pour coller à l'histoire, ou est-ce parce qu'il évolue ?
J'y vois une écriture ciselée et non trop riche, en tout cas je n'ai pas ressenti cette impression qu'il se regardait écrire jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyJeu 22 Mar 2012 - 19:52

sentinelle a écrit:
Queenie a écrit:
C'est étrange, soit j'ai pas toujours très bien lu les avis, soit c'est la première fois que je vois quelqu'un dire de Burnside qu'il a une écriture trop riche (au point de se regarder un peu).

La maison muette m'avait plu aussi pour son style très froid, pur. Mais qui collait au thème. Est-ce que là, son écriture est différente ? Est-ce que c'est pour coller à l'histoire, ou est-ce parce qu'il évolue ?
J'y vois une écriture ciselée et non trop riche, en tout cas je n'ai pas ressenti cette impression qu'il se regardait écrire jypeurien

Idem. C'est un poète mais sa prose reste précise et subtile (en tout cas telle que la traduction en rend compte). Je ne vois pas de maniérisme, de surcharge ou de prétention. Pour ce qui est du "mysticisme" du roman je crois qu'avec Sentinelle on a déjà essayé d'apporter quelques impressions et interprétations. Il y a certainement des aspects à creuser (ou à ressentir) encore.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyVen 23 Mar 2012 - 8:24

Faudra que je lise ça par moi-même.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyVen 23 Mar 2012 - 12:03

J'ai tenté Un mensonge sur mon père.
Rien à faire. J'ai laissé tomber à cause du style justement, que j'ai ressenti glacial. Quant à cette histoire familiale, impossible de rentrer dedans !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyVen 23 Mar 2012 - 12:22

Marko a écrit:
sentinelle a écrit:
Queenie a écrit:
C'est étrange, soit j'ai pas toujours très bien lu les avis, soit c'est la première fois que je vois quelqu'un dire de Burnside qu'il a une écriture trop riche (au point de se regarder un peu).

La maison muette m'avait plu aussi pour son style très froid, pur. Mais qui collait au thème. Est-ce que là, son écriture est différente ? Est-ce que c'est pour coller à l'histoire, ou est-ce parce qu'il évolue ?
J'y vois une écriture ciselée et non trop riche, en tout cas je n'ai pas ressenti cette impression qu'il se regardait écrire jypeurien

Idem. C'est un poète mais sa prose reste précise et subtile (en tout cas telle que la traduction en rend compte). Je ne vois pas de maniérisme, de surcharge ou de prétention. Pour ce qui est du "mysticisme" du roman je crois qu'avec Sentinelle on a déjà essayé d'apporter quelques impressions et interprétations. Il y a certainement des aspects à creuser (ou à ressentir) encore.

Après je ne suis pas critique littéraire c'est juste mon ressenti que je décris. C'est subjectif.
Pour ce qui est du mysticisme je suis d'accord, il peut avoir un sens ou une logique il n'en demeure pas moins selon moi mal amené et en décalage par rapport au reste du récit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyDim 25 Mar 2012 - 9:32

Kierkegaard a écrit:
Après je ne suis pas critique littéraire c'est juste mon ressenti que je décris. C'est subjectif.
Il n'y a pas de mal Kierkegaard, je ne suis pas critique littéraire non plus et j'ai juste répondu à la question de Queenie avec toute ma subjectivité assumée, qui n'est ni supérieure ni inférieure à la tienne ou celle d'une autre personne. Et Queenie résume parfaitement mon opinion à ce sujet : rien de vaut de lire soi-même un roman pour se faire sa propre opinion sourire
Revenir en haut Aller en bas
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyDim 25 Mar 2012 - 10:06

J'ai toujours raison !

Et merci pour vos réponses, ça m'intrigue de voir ce que ça donne maintenant.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyDim 25 Mar 2012 - 12:51

Je n'étais pas du tout rentrée dans "La maison muette" (si je puis dire)
Le style y était pour beaucoup, je trouvais des redites comme pour bien insister sur le propos, pour faire comprendre...
Par contre j'avais lu une de ses ITW dans "Le matricule des anges" qui m'avait bien intéressée, je me demande si je ne l'aimerais pas mieux comme journaliste ou essayiste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyDim 25 Mar 2012 - 19:26

J'ai trouvé l'écriture particulièrement tranchante et glaciale dans La maison muette, nettement moins dans ses autres romans même si une ambiance toujours aussi sombre et comme asphyxiante persiste, un auteur que je ne conseille pas de lire si on se trouve en petite forme...
Revenir en haut Aller en bas
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Scintillation   John Burnside - Page 10 EmptySam 26 Mai 2012 - 16:40

Scintillation

Vous m'aviez tenté et j'ai donc essayé mon premier Burnside. Sur la demande de certains, je veux exprimer mon ressentie et vous remercier d'avoir découvert cet auteur.

Après une introduction « plus générale », on retrace dans un deuxième temps encore une fois des éléments de l'histoire de façon plus détaillée. Très frappant de voir comment l'auteur tire le maximum d'une situation, en décrivant différents aspects, possibilités, par exemple les pensées de Morrison (le policier) en voyant le premier garçon. C'est peut-être l'aspect proustien dont parlait Marko ? On trouve cette analyse poussé d'une situation plusieurs fois.

Après ces premiers pages, Morrison (et d'autres) disparaîtront pour longtemps de l'histoire. Vers où nous mène Burnside ? D'un coup il introduit un nouveau narrateur, un garçon de l'âge de ceux qui ont disparu. Il nous rapproche de ce groupe-là, mais aussi, au même moment, d'une autre façon de voir, d'approcher tout ce terrain de l'usine. Sous le regard du garçon cette usine, territoire de la mort en quelque sorte, revêt au même moment un aspect attirant, attractif.

Il serait très intéressant de décrire les parallèles, juxtapositions entre les descriptions du paysage triste, moribond, mortiphore d'un coté et les « paysages » intra-humains, aussi tristes, vides, sans espoir. Mais, au même moment, on pourrait ici ET là aussi détecter des éléments de vie, les signes d'une autre réalité.

Au début le langage, les actions, l'intelligence, les goûts du garçon ne pouvaient pas me convaincre. Cela ne me semblait pas correspondre à son âge. Plus tard j'y voyais, dans un certain sens, aussi un espèce de jeu de rôle, de masque : on joue ce qu'on croit être notre rôle (ce sujet du rôle, du masque, des attentes des autres, de l'indifférence affichée etc revient à plusieurs reprises dans le roman à différentes endroits). Mais tout ces révoltes de l'école, de la réligion, de l'école, des « moeurs » ne peuvent pas cacher un autre visage de Leonard : celui qui se soucie de son père (on en parle que très discrètement) et de ses amis disparus, son amour pour les livres et le bibliothècaire, et aussi, au fond, le désir de quelque chose de plus consistant que juste ces petites plaisanteries et jeus sexuels avec sa nymphomane. Mais comment s'avouer ces choses...(si vraies dans notre societé d'aujourd'hui!)

Les rapports avec la littérature, le cinéma, des éléments des différentes réligions et croyances païennes sont très nombreux et on pourrait en faire un sport pour les débusquer. Il y a des images du roman tiré de films (p.ex.) qui expriment bien certains aspects. A juste titre on pourrait parler d'un roman qui joue sur plusieurs niveaux...  Prenons p.ex. « Le silence des agneaux » qui expriment si bien le tueur en série, la mise en scène de la victime pour l'élément « thriller ». D'un autre coté il y a des allusions directes au grand film de Tarkovski « Stalker » : bien décrivant aussi bien un paysage désolé que la présence de quelque chose de plus, « lieu de révélation »... Etc.

Beaucoup d'images donc viennent des réligions diverses . Mais souvent – comme c'est aujourd'hui assez habituel – le sens est détourné. L'idée centrale de la partie finale est dans la culpabilité de, quasimment, chacun. Sur un plan sociètale et individuel. Donc une purification serait néccessaire et cela, selon ce livre, apparemment seulement possible par la souffrance (n-y-t-il pas d'autres chemins?). A bien y voir de plus près, il y a déjà scission de corps et d'esprit (?) chez le garçon, donc assassiné lui aussi, quand il « continue son chemin vers la lumière aveuglante »...L'Homme-Papillon en serait un étrange metteur en scène qui, pour ainsi dire, accompagne celui-ci et celui-là... Eh bien, cela fait partie d'un esprit maladif, à mon avis, mais dans la logique du livre on pourrait trop facilement y croire. Je ne suis pas étonné si cela met mal à l'aise l'un ou l'autre. Ou fascine étrangement par des éléments mystérieux.

Tout en soulignant que le livre reste une grande découverte pour moi, et qu'il a des atouts.

A vouloir trop prendre à gauche et à droite au même moment, on pourrait éventuellement surcharger un texte qui aurait, à la fin, gagnait de plus de simplicité et moins de mystification. (Cela disant je me dis assez proche d'un certain mystique terre à terre...) Une telle lecture de la partie finale pourrait, éventuellemnt, justifier la vengeance, l'utilisation de la violence etc – ce qui serait pas souhaitable selon moi. Ou on en fait, presque à contre-mouvement d'une partie du roman, à nouveau purement un thriller sadique à la Hannibal Lecter.

Bref, très déconcertant, mais étrangement beau aussi.

(Euh, je suis conscient de ne pas avoir épuisé ce livre.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyLun 28 Mai 2012 - 21:53

Citation :
D'un autre coté il y a des allusions directes au grand film de Tarkovski « Stalker » : bien décrivant aussi bien un paysage désolé que la présence de quelque chose de plus, « lieu de révélation »... Etc.
Merci pour ce commentaire Tom Léo, c'est toujours un plaisir de te lire.
Je n'avais pas vu Stalker avant de lire Scintillation, ce serait intéressant de le relire pour saisir ces allusions, puis d'autres choses aussi...
Revenir en haut Aller en bas
krys
Sage de la littérature
krys

Messages : 2093
Inscription le : 06/09/2009
Age : 60
Localisation : sud ouest

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyMer 13 Juin 2012 - 15:15

Je viens de terminer "Scintillation". Mais quelle déception, moi qui m'attendais à quelque chose de beaucoup plus fort ! Ou alors je suis complètement passée à côté...
Déjà, l'écriture n'est même pas belle, on se croirait dans l'Attrape-Coeur ! Et en plus l'intrigue n'est pas une intrigue, il y a juste une sorte de dément qui semble pacifique mais ne l'est pas, et puis une ambiance empoisonnée, ok, mais franchement ça ne fait pas tout. J'ai eu du mal à le terminer, mais il a au moins cette qualité de ne pas être trop long.
Revenir en haut Aller en bas
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyMer 13 Juin 2012 - 15:19

J'ai la plus grande peine à rentrer dans un mensonge sur mon père, il est à l'abandon, provisoire, dans un coin, mais qui n'attend qu'à devenir définitif.....

Désolée Marko, mais je crois que ce ne sera pas encore pour cette fois jypeurien

Je ne reproche rien à ce livre, à part façon qu'a l'auteur de la raconter m'ennuie.
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyMer 13 Juin 2012 - 16:13

mimi54 a écrit:
Je ne reproche rien à ce livre, à part façon qu'a l'auteur de la raconter m'ennuie.

Alors s'il t'ennuie ne te donne pas trop de peine... J'essaye de voir ce qui t'intéresse en littérature à travers tes commentaires mais je n'arrive pas bien encore à le définir. Pour ma part ce roman de Burnside est une des plus belles autobiographies que je connaisse du fait de la prodondeur psychologique dont il fait preuve et de la beauté d'un style sobre et touchant. Dommage que tu ne rentres pas dedans.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 EmptyVen 22 Juin 2012 - 19:01

Scintillation

Un certain nombre de Parfumés ont déjà évoqué ce livre, je ne vais donc pas rappeler l’intrigue, juste essayer de donner quelques impressions de ma lecture.

L’écriture en est incontestablement travaillée et inspirée, John Burnside cisèle ses phrases, les rythmes, les respirations au plus près. Cela fait que je suis entrée dans ce livre immédiatement, même si c’est un ouvrage qui nécessite une certaine attention et un temps pour intégrer le contenu. L’auteur a l’art de poser les personnages, de leur donner un poids, une densité, tout en créant un univers à la fois très précisément décrit et en même temps au-delà d’un réalisme collant au monde tel qu’il est, comme une dimension supplémentaire. Et en même distille une angoisse, un sentiment d’imminence d’une catastrophe, voire le pressentiment que la catastrophe a déjà eu lieu, mais que l’on ne l'a pas encore découvert.

Néanmoins, au fur et à mesure de ma lecture, mon intérêt pour ce roman a commencé à fléchir, en particulier pour les personnages, et en tout premier lieu pour celui qui est au centre, Leonard. J’ai eu en fait le sentiment, que l’auteur en les décrivant, les épingle dans des petites boîtes, comme des papillons, qu’il les fige, et que comme les papillons morts et épinglés sont moins intéressants que ceux qui vivent et qui volent, les personnages de Burnside, une fois traités, perdent une dimension, ne peuvent plus évoluer ni surprendre. Comme d’ailleurs le monde statique et fataliste dépeint par l’auteur, qui a sa beauté et sa poésie, mais finit par être trop prévisible.

Donc au final un bilan mitigé pour moi, même si c’est sans conteste un auteur intéressant et qui a un potentiel, je ne suis pas sûre que j’arrive à embarquer vraiment dans son univers, compte tenu des partis pris. Il peut susciter l’admiration, une admiration un peu distante, mais je ne pense que je pourrais vraiment l’aimer, ni m’en sentir proche.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




John Burnside - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: John Burnside   John Burnside - Page 10 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
John Burnside
Revenir en haut 
Page 10 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Multinational fleet & exercices
» Ranger John Van Cott 5 th Ranger Bn D.Co
» Auteur en sursis (John Colapinto)
» IMPACT ET VISION JOHN IMAGE VOL 142 LES COMBATTANTS DE JOBURG
» JOHN COLTRANE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature écossaise et galloise-
Sauter vers: