Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 John Burnside

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: John Burnside   Mar 14 Avr 2015 - 21:48

Bédoulène a écrit:
donc je note que je dois lire Burnside, lequel ? je vais faire un tirage ! sourire
Un mensonge sur mon père Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: John Burnside   Mer 15 Avr 2015 - 7:10

Marko a fait le tirage pour moi ! sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: John Burnside   Mer 15 Avr 2015 - 8:10

Ca dépend ce que tu cherches. C'est un très bon livre, vraiment prenant; mais il n'est pas représentatif de son oeuvre de fiction, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: John Burnside   Jeu 16 Avr 2015 - 9:02

problème, ma médiathèque ne possède que L' été des noyés, donc ce sera pour plus tard

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: John Burnside   Lun 13 Juil 2015 - 0:35



J'ai commencé à lire en anglais la première nouvelle de ce récent recueil de John Burnside pour me faire une idée. Et j'ai eu la bonne surprise de voir que j'arrivais à suivre l'histoire correctement et qu'elle était intéressante. Je ne suis pas un habitué mais je trouve son anglais fluide et aussi envoûtant qu'en français. Bonne surprise. Donc je continue !

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: John Burnside   Ven 17 Juil 2015 - 12:47

En lisant une de ces nouvelles qui s'intitule "Peach Melba" et qui est un véritable chef-d'œuvre du genre, je me rends compte pourquoi j'aime autant John Burnside. Il y a quelque chose de proustien dans cette façon de faire revivre un passé fantomatique et de sublimer l'instant, d'interroger le mystère de ce qui nous unit aux autres, de montrer le côté friable de la réalité. La pêche Melba est sa madeleine et ces nouvelles sont un enchantement, portées par une écriture envoûtante.  Je suis sûr que Burnside restera comme un grand de la littérature.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
avatar

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 32
Localisation : Cergy

MessageSujet: Re: John Burnside   Sam 18 Juil 2015 - 16:26

Voilà qui donne envie... Very Happy
La nouvelle Peach Melba avait d'ailleurs été publiée par The Guardian lors d'un recueil estival (lien toujours accessible : http://www.theguardian.com/theguardian/2007/aug/11/weekend7.weekend2). Très beau texte, limpide, sur la volatilité de la mémoire et des souvenirs d'enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: John Burnside   Dim 16 Aoû 2015 - 16:22

Scintillation

Cela commence comme une enquête. Des garçons disparaissent, tout le monde a l’air d’accepter avec abnégation, cette fatalité. Morisson, flic improbable et qui le sait, mène l’enquête mais ne « trouve » rien.
Mais l’enquête n’est pas le sujet principal. Il y a cette usine qui pollue l’environnement et rend malades les gens qui vivent dans l’intraville comme en circuit fermé. Le désespoir circule, et il n’y a aucun moyen d’y échapper. Il y a Smith, qui de l’Extraville dirige cette désespérance dans son propre intérêt. Il y a Léonard, un garçon qui s’occupe de son père malade, et qui malgré les capacités qu’il aurait à pouvoir se libérer de l’Intraville, en est un pur produit. Un garçon qui a trop à supporter et à assumer.
Un homme mystérieux rôde et recueille les garçons qui trainent au bord de l’Intraville.

Le début est assez poétique. La mise en scène esthétique des crimes, son côté apaisant, presque lumineux, rend encore plus intriguant, horrifiant l’acte en soi.
L’idée du sanctuaire caché, que personne ne connait, mais à la portée de tous, est une belle idée. cet homme qui sait qu’il n’est pas à la hauteur, et qui à cause des crimes va devoir se remettre en question sans résultat satisfaisant.

Il écrit bien ne fait pas d’esbroufe et ne se sert pas de clichés pour capter l’attention. On voit qu’il est poète. Dans le rythme qu’il adopte à certains moments, ou dans certaines de ses répétitions (j’ai ressenti ça surtout au début de l’histoire).
J’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs au milieu du roman quand le personnage de Léonard se met en place, mais cela devient émouvant par la suite et la fin a une portée tout à fait intéressante dans le cadre de ce que l’histoire voulait véhiculer.

Bonne prise de connaissance avec cet auteur. Le prochain…La maison muette ?



Martin Kippenberger (Trois maisons avec des fissures), Stedelijk museum

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: John Burnside   Dim 16 Aoû 2015 - 19:09

pia a écrit:

Bonne prise de connaissance avec cet auteur. Le prochain…La maison muette ?
Oui et aussi Une mensonge sur mon père qui est un roman autobiographique magnifique.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: John Burnside   Mer 19 Aoû 2015 - 19:45

Tiens le titre m'intrigue. Est-ce que son père était un type bien sur lequel on racontait n'importe quoi ou un minable à qui on ne faisait que des compliments. Enfin ça pourrait être autre chose. Il ne me reste plus qu'à le lire pour savoir!Merci pour la suggestion.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: John Burnside   Mer 19 Aoû 2015 - 22:58

pia a écrit:
Tiens le titre m'intrigue. Est-ce que son père était un type bien sur lequel on racontait n'importe quoi ou un minable à qui on ne faisait que des compliments. Enfin ça pourrait être autre chose. Il ne me reste plus qu'à le lire pour savoir!Merci pour la suggestion.
On l'a commenté un peu plus haut. Ce qui est un mensonge c'est la tentative de raconter une histoire autobiographique. Il veut dire que la réalité est difficilement circonscrite par la fiction. Ce qu'il raconte sur son père n'est qu'une vision partielle, subjective et mouvante de ce qu'était réellement cet homme dans toute sa complexité. Il ne peut que nous raconter un mensonge sur son père en voulant décrire ce qu'il a vécu. Un homme alcoolique et brutal mais qui n'était pas que cela évidemment. C'est un livre tellement fort que je suis sûr de le relire bientôt.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: John Burnside   Jeu 20 Aoû 2015 - 16:41

Marko a écrit:
Ce qui est un mensonge c'est la tentative de raconter une histoire autobiographique. Il veut dire que la réalité est difficilement circonscrite par la fiction.

Ah d'accord dans ce sens.

Les fils et leurs pères...Je plaisante. A moitié.

Bravo, il a su mettre de l'eau dans son vin. Ce n'est pas pour moi pour l'instant. je continuerai avec "La maison muette". Merci pour les petites précisions Marko!

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: John Burnside   Mer 30 Sep 2015 - 20:55



Michael, le narrateur de cette histoire est un solitaire. Au moment où il se raconte, il vit en Ecosse dans une maison isolée au bord de la mer.
C' est là là que vivaient sa mère et son père. Eux aussi avaient choisi cette vie, après avoir subi des blessures et des chagrins.

"Ils avaient vécu dans de grandes villes et connu la déception, des trahisons, des désillusions auxquelles ils ne
voulaient plus penser... et quand ils trouvèrent Coldhaven, ils tombèrent finalement amoureux de l' endroit."

Mais le village les avait rejetés avec violence et sournoiserie. Et ils s' étaient enfuis plus loin. Mais pas assez loin pour  etre à l' abri
des perverses mesquineries des villageois.

"C' est certainement ce qu' on entend par destinée, ce long, lent processus d' accumulation qui veut qu' un grain de sable après l' autre, un mot après l' autre, quelque chose devienne inévitable, sans que quiconque ait pu dire quand s' est produit le changement."

Mais pour Michael aussi il est tard. Il a déjà derrière lui des mauvais souvenirs qui l' ont profondément transformé. Enfant il a été persécuté par un ado plus malheureux que méchant. Mais voilà, Michael a cessé de fuir et il s' est vengé.
Plus tard, il a connu encore très jeune, une fille qui fut sa première expérience sexuelle. Mais pas seulement.
Quelques années encore, et il épousera une femme avec qui il ne connaitra finalement que l' ennui. Et il s' en séparera pour vivre seul dans la grande maison au bord de la mer.

Mais c' est alors que Michael se rend compte que les conséquences de nos actes peuvent avoir des effets imprévisibles et dévastateurs.
Il va se laisser entrainer dans un voyage au bout duquel il sera forcé de faire face, d' affronter les fantômes du passé.

Tel est ce livre placé sous le signe du fatum, la fatalité de la tragédie antique. Enfin, c' est le nom qu' on donne à ce que la vie produit
sur nous sans qu' on le comprenne.

"C' est une erreur d' étudier trop attentivement le point de départ de tel ou tel évènement. Les choses prennent naissance bien en deça
de la surface ; le temps d' émerger, elles ont  acquis une existence et une direction qui leur sont propres.
On ne perçoit pas ce phénomère, aussi parle t-on de destin, de sort ou de hasard quand un évènement inattendu se produit ; on se prépare pourtant depuis le début, en secret, à prendre part au moment qu' en surface nous avons trouvé si surprenant."

A la lecture de ce livre, j' ai pensé à un auteur de polar où le destin fatal conduit à la catastrophe finale.
Il s' agit de James Cain, l' auteur de Galatée, Assurance sur la mort ou Le facteur sonne toujours trois fois. Si vous l' avez lu, vous
comprendrez  peut etre ma comparaison.
Mais c' est aussi tout le sujet de l' œuvre de William Faulkner.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: John Burnside   Mer 30 Sep 2015 - 21:51

Et encore un petit Burnside!

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: John Burnside   Lun 27 Juin 2016 - 0:34

Sortie en septembre en VO...



_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Burnside   

Revenir en haut Aller en bas
 
John Burnside
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature écossaise et galloise-
Sauter vers: