Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Primo Levi

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Ah oui!   Primo Levi - Page 2 EmptyMar 7 Avr 2009 - 23:17

Ah aussi à propos de la seconde guerre mondiale j'ai lu un livre " les bienveillantes" de Jonathan Littell et j'aimerai sincérement votre avis!
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyMar 7 Avr 2009 - 23:34

Lara a écrit:
Ah aussi à propos de la seconde guerre mondiale j'ai lu un livre " les bienveillantes" de Jonathan Littell et j'aimerai sincérement votre avis!

Je crois que tu trouveras ce que tu cherches ici
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyMer 8 Avr 2009 - 22:08

Primo Levi m'a atteint au coeur, et peut-être c'est ce qui s'est écrit de plus fort sur l'expérience des camps. C'est avec un immense respect, oui, presque d'amour que je pense à lui. Je ne vais pas trop ajouter à ce qui était dit sur "Si c'était un homme" et "La trêve".

Mais je veux parler de son don littéraire, à mon avis, qui se montre autrement dans "Le système périodique". N'oublions pas que Levi était un chimiste passionné! Et dans ce livre il prend des éléments chimiques différents et en racontent une histoire, souvent "vraie", liée à un événement dans sa vie! Cela fait plaisir de lier un savoir avec un vécu! C'est surtout le dernier récit sur le Carbone qui est original et beau! Un homme qui écrit cela avait un lien avec la nature, des attaches...

Aussi, pour les intéressés, je met l'attention sur la biographie de Myriam Anissimov. Pour beaucoup elle fait référence. Pour ma part je dois avouer qu'elle se contente - à mon avis - trop souvent à reprendre les éléments des livres autobiographiques. Je n'étais pas entièrement convaincu de la tonalité. Mais ma lecture date de plusieurs années et je n'arrive pas à cerner mes doutes.
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyJeu 9 Avr 2009 - 1:03

C' est interessant ce que tu écris, Tom Leo...

D' une part, Carlo Levi était attiré par la science. Dans sa vocation de chimiste, on peut voir une tentative d' accéder à la réalité cachée des choses.

Les récits dont tu parles, du moins deux d' entre eux, ont été écrits en 1941, alors que Levi travaillait dans une mine d' amiante.
Et les deux récits en question ont été intégrés au Système périodique longtemps après.

La démarche scientifique de Levi, on peut dire qu' on peut l'observer aussi bien
dans Si c' est un homme que dans La Treve, où son écriture prend une
sorte de recul par rapport à la réalité horrible dont il parle.

On peut conclure que Levi expérimenta un genre littéraire nouveau. Plutot à cause des circonstances que pour renouveller l' art narratif.
Et que pour lui, le savoir scientifique complétait le savoir littéraire.
La connaissance de la matérialité des choses et celle de la complexité de
l' ame humaine.

Merci aussi d' avoir relancé l' interet humain qu' on peut avoir pour Primo Levi !
Revenir en haut Aller en bas
Ezechielle
Sage de la littérature
Ezechielle

Messages : 2025
Inscription le : 03/03/2009
Age : 29
Localisation : Bruxelles

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyLun 22 Juin 2009 - 21:03

Ce livre m'a fait une forte impression parce qu'il est l'un des rares à ne pas traiter l'holocauste sous le prisme de la victimisation, au contraire, plutôt que d'insister sur le fait que c'est le sort des juifs, Primo Levi s'intéresse au devenir d'être humains traités par d'autres être humains. Bien évidemment, le fait qu'il soit juif ressort dans le livre, mais cela ne sert qu'à décrire les faits, et non à insister outre mesure sur le fait qu'il est juif et que ce qui est arrivé est spécifique au juifs. Certes, ce génocide est unique en son genre, certes l'antisméitisme peut sembler particulier dans l'histoire de l'Occident (Occident très large puisque je compte le Proche Orient et les pays de l'est), certes l'ampleur du génocide est (presque) inégalée et certes (encore une fois) les moyens techniques sont uniques en leur genre, mais Primo Levi nous rappelle ce qu'il y a d'essentiel dans ce génocide: la déshumanisation, la volonté de détruire l'humanité chez autrui, qu'importe la haine qu'on lui porte, quelle que soit son appartenance à un groupe, un ethnie, une nationalité. L'horreur de ce crime concerne toute l'humanité et non seulement les juifs qui en ont été victime.
L'antisémitisme qui soutient la création des camps n'est qu'une donnée factuelle à laquelle il ne faut donner aucune importance morale dans la mesure où ce qu'il faut critiquer dans de telles pratiques doit l'être quel que soit le peuple concerné (d'un point de vue historique, il reste évidemment fondamental de rappeler que ce sont 6 millions de juifs qui ont été tués, mais il faut aussi rappeler qu'avec eux, 20 millions de russes ont péri, ainsi que des Tziganes, des homosexuels, des noirs, des métisses, etc.). En insistant démesurément sur l'antisémitisme qu'il y a derrière ce génocide, on obtient l'effet inverse de la mise en garde... il serait en effet tentant de remettre ce système à jour pour à nouveau tuer des Juifs (et lorsque je dis cela, en réalité, plusieurs personnalités connues pour leur antisémitisme ont déjà fait des déclarations dans ce sens). Ce que je veux dire par-là (parce que ce n'est pas très clair) c'est qu'à force de ne pas insister sur le problème humain que cela pose, on insiste pas assez (du même coup) sur le fait que les Juifs sont aussi des humains, ce qui donne à certains antisémites à priori contre ce genre de pratiques l'impression qu'effectivement, si les camps ont existé, c'est parce que les Juifs ne sont pas humains. Donc, voir les camps comme un problème strictement juif, c'est la porte ouverte à toutes les dérives et manipulations intellectuelles possibles et imaginables. Le scond problème que pose une vision "juive" de l'holocauste, c'est que personne d'autres que les Juifs ne se sentiront concernés, ce qui aura pour effet d'endormir les consciences si cela devait arriver un jour à d'autres populations.

Bref, je m'éloigne un peu du sujet (quoique), mais je voulais vraiment insister sur le fait que ce livre est exceptionnel rien que pour cette vision "humaine" de l'holocauste qui le remet à sa place et nous rappelle à quel point ce genre de pratiques sont inacceptables.
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyLun 21 Déc 2009 - 1:17

Allez, je remonte Primo Levi après ma lecture d'un recueil d'articles et de préfaces de livres , dont le titre est emprunté à un article qui parle de chimie moléculaire, L'asymétrie ou la vie, Primo Levi était chimiste , l'écriture est venue ensuite. Pour raconter. Raconter ce que personne n'a voulu écouter au début.
Pas grand chose à dire de construit de ce recueil, qui reprend de façon répétée ce que l'on a déjà lu dans l'oeuvre de Primo Levi.
Juste toujours une interrogation qui ne me quittera pas sur le suicide de Primo Levi .
Dans un article de La Stampa, en 1978, il parle du suicide d'un philosophe belge- allemand d'origine et juif-, Jean Amery, ayant appartenu à la résistance belge, tombé aux mains de la gestapo et torturé, puis déporté 18 mois à Auschwitz où il réussit à survivre.
Celui-ci écrit:
Citation :
Celui qui a été torturé reste un torturé. Celui qui a été soumis à la torture est désormais incapable de se sentir chez soi dans le monde. L'outrage de l'anéantissement est indélébile. La confiance dans le monde qu'ébranle déjà le premier coup reçu et que la torture finit d'éteindre complètement est irrécupérable.


Et Primo Levi de conclure: Non, la mort de Jean Améry ne surprend pas..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Maline
Zen littéraire
Maline

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Primo Levi. L'écrivain au microscope d'Ernesto Ferrero   Primo Levi - Page 2 EmptyVen 25 Déc 2009 - 18:00

Primo Levi. L'écrivain au microscope d'Ernesto Ferrero

J’ai lu les œuvres les plus connus de Primo Levi (Si c'est un homme, La trêve, Le Système périodique) et c’est la première de ses biographies. Chez cet écrivain tout m’intéresse, et cette biographie très pudique d’Ernesto Ferrero me laisse sur ma faim. Mais c’est une faim curieuse, ouverte. Il me semble que les études, le travail, bref la vie entière de Primo Levi explique et éclaire ses écrits.

J’avais été atterrée à l’annonce de son suicide qui sonnait comme une défaite, le signe que le fascisme avait eu le dessus. A l’époque j’avais accepté l’explication d’une maladie grave et alors incurable et qu’il avait cherché à échapper à une lente agonie. Aujourd’hui je me rends compte que son cas est plus complexe.

Ernesto Ferrero a le mérite de raconter la biographie de Primo Levi à partir de l’œuvre monumentale de celui-ci en soulignant l’évolution de sa compréhension de la littérature depuis sa jeunesse insouciante, en passant par les épreuves de la déportation, du camp de concentration et de son retour, et, finalement, sa vie de chimiste de jour et celle d’écrivain en soirée. Il cherchait le dialogue avec ses anciens bourreaux. Mais, sous un extérieur d’homme calme et totalement maître de lui-même, écrivant dans un clair et rigoureux, il bouillonnait. Il jugeait sévèrement le monde nouveau qui l’entourait ainsi que sa propre personne tout en étant devenu un trésor d’humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptySam 2 Jan 2010 - 18:10

Si c'est un homme

Primo Levi est arrêté en pleine montagne, alors qu'il est entré en résistance dans un groupe de jeunes partisans, en décembre 1943 et se retrouve interné dans le camp de Fossoli jusqu'en février 1944, date de son arrivée à Auschwitz. Il en sortira, survivant hâve et hagard parmi les morts-vivants, lorsque les troupes russe libèreront le Lager, en janvier/février 1945....une année de cauchemars sur lesquels il est difficile de mettre des mots. C'est cette expérience inimaginable que Primo Levi retrace dans "Si c'est un homme", récit qu'il avait déjà en tête au temps du Lager, lorsqu'il fit partie du Kommando de chimie dans les labos de l'usine (il écrit ce qu'il ne peut dire sur des bouts de papier qu'il détruit aussitôt). Un témoignage et un regard sans concession sur les atrocités perpétrées par des hommes sur d'autres hommes: la vie quotidienne du Lager, plus impitoyable qu'au coeur de l'Enfer, où les vies ne sont qu'en surcis, où les hommes n'ont d'avenir que dans la journée passée, où le temps n'existe plus, où l'humanité se désagrège pour laisser place à une effroyable indifférence vis à vis de son prochain. Les rituels cruels de l'appel, de la distribution de soupe (les prisonniers, à leur arrivée, sont dépouillés de tout et n'ont même pas une cuiller pour avaler leur pitance....la deshumanisation commence par la disparition des vêtements, des cheveux, du nom - remplacé par un numéro tatoué comme sur le bétail - puis l'absence d'ustensile pour manger!), les départs, en rang, pour le travail, accompagnés par l'orchestre, les sélections qui envoient les "choisis" vers les fours crématoires, les trafics entre prisonniers, les séjours à l'infirmerie ou la description d'une journée de labeur au coeur de l'hiver polonais, rythment la vie des Häftling. Ce qui est absolument inouï, c'est l'amour immodéré des nazis pour les règlements, absurdes si possible, les chiffres, les récapitulatifs, les listes, la comptabilité et l'administratif: rien n'est laissé au hasard, tout a une utilité, une place, une fonction!

"Nous connaissons déjà en grande partie le règlement du camp, qui est incroyablement compliqué ; les interdictions sont innombrables interdiction de s'approcher à plus de deux mètres des barbelés ; de dormir avec sa veste, ou sans caleçons, ou le calot sur la tête ; d'entrer dans les lavabos ou les latrines "nur fur Kapos" ou "nur fur Reichsdeutsche" ; de ne pas aller à la douche les jours prescrits, et d'y aller les jours qui ne le sont pas ; de sortir de la baraque la veste déboutonnée ou le col relevé ; de mettre du papier ou de la paille sous ses habits pour se défendre du froid de se laver autrement que torse nu."

"Les rites à accomplir sont infinis et insensés : tous les matins, il faut faire son "lit" de manière qu'il soit parfaitement lisse et plat ; il faut astiquer ses sabots boueux et répugnants avec de la graisse de machine réservée à cet usage, racler les taches de boue de ses habits (les taches de peinture, de gras et de rouille sont admises) ; le soir, il faut passer au contrôle des poux et au contrôle du lavage de pieds ; le samedi, il faut se faire raser la barbe et les cheveux, raccommoder ou faire raccommoder ses hardes ; le dimanche; c'est le contrôle général de la gale et le contrôle des boutons de veste, qui doivent correspondre au nombre réglementaire : cinq."

Levi évoque cela par petites touches, dressant au final un tableau d'une noirceur sans nom qui fait frissonner d'un immense effroi. Comment cela a-t-il pu être possible? Comment une société peut-elle mettre en place un système concentrationnaire voué à l'éradication d'hommes, de femmes et d'enfants, le tout au coeur d'une logistique à l'extrême précision et efficacité?
Le récit de la souffrance, de l'ignominie est écrit à la manière d'un documentaire: c'est ce qu'a voulu Levi, montrer, par la distanciation de son écriture, la réalité d'un système de destruction. Levi regarde, a postérori, le Lager de façon presque clinique: des faits, des descriptions, des remarques objectives, moyens nécessaires pour poser l'extrême gravité de ce qui s'est déroulé dans ces camps d'extermination. Parfois, le lecteur a le sentiment que l'auteur est extérieur à ces photographies du quotidien, tant le recul est grand pour apporter plus de force encore au récit.
On sent que Levi s'accroche à la moindre parcelle d'humanité qu'il a en lui et qu'il voit dans ses compagnons de misère pour survivre jusqu'au lendemain, pour conserver le peu de dignité que les nazis ont laissé à leurs victimes. C'est cela qui le maintient à l'état d'homme, c'est cela qui lui évite de franchir la fragile frontière séparant l'homme de l'animal. A un moment du récit, Levi fait d'ailleurs allusion, avec une ironie terrible et délicieuse, à la formidable occasion offerte par ce système concentrationnaire, unique dans l'histoire de l'humanité (le Goulag se trouvant à un degré moindre d'horreur psychique), d'effectuer, grandeur nature, une étude psycho-ethno-économico-sociologique d'une micro société!

"Si c'est un homme" est une oeuvre dans laquelle l'autobiographie se mêle à la description dénuée d'émotion, de jugement ou de désir de vengeance, une lecture que l'on reçoit tel un coup de poing en pleine figure, une lecture glaçante sur un univers qui relève de l'inimaginable et qui fut la réalité d'un peuple. On en sort laminé par tant d'horreurs orchestrées, par tant de tortures tant physiques que psychologiques (à tel point que l'on peut se demander si les premières ne sont pas moins douloureuses que les secondes) perpétrées cliniquement, industriellement et scientifiquement par les nazis.

Je n'avais encore jamais lu "Si c'est un homme", mais j'avais déjà visité un camp de concentration, celui de Dachau, lorsque j'étais au collège, puis visionné, au lycée (j'étais en 2nde) le film "Nuit et brouillard": le récit de Primo Levi m'a bouleversée au plus haut point, mettant une voix et un témoignage sur ce que j'avais pu voir à Dachau. Comme le soulignait Kalistina "on se sent tout petit" après la lecture d'une telle expérience! Petit et ignorant.

Un livre incontournable pour tenter de saisir l'essence d'une idéologie mortifère, celle du nazisme, un livre pour ne rien oublier des atrocités commises au nom de cette idéologie, un livre pour éloigner ce bacille d'une peste noire toujours prête à renaître de ses cendres, en endossant des habits plus respectables mais tout autant nocifs pour l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
Ezechielle
Sage de la littérature
Ezechielle

Messages : 2025
Inscription le : 03/03/2009
Age : 29
Localisation : Bruxelles

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptySam 2 Jan 2010 - 18:33

Je ne crois pas que le livre permette de comprendre (ou même d'aider à comprendre) l'idéologie nazie (je crois même que les termes "nazi", "nazisme", "national-socialisme", etc. n'apparaissent pas dans le livre). Si c'est un Homme est surtout intéressant d'un point de vue humain, et c'est à mon sens ce qui fait la force de l'oeuvre: Levi n'y décrit pas la persécution des Juifs par les nazis, mais bien celle des humains par les humains. Ce qu'il permet de comprendre donc, ce n'est pas le nazisme mais bien une tragédie humaine qui peut se reproduire à bien d'autres niveaux et avec des protagonistes très différents.
Revenir en haut Aller en bas
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyLun 7 Juin 2010 - 10:21

Si c'est un homme.

J'achève bientôt ce livre bouleversant.
Je n'emploie pas le terme bouleversant dans le sens poignant, émouvant, mais exceptionnel, ahurissant.
Primo Levi est parvenu à prendre un recul suffisant pour se contenter de nous apporter un témoignage de sa détention à Auschwitz. Il ne cherche jamais à nous tirer une larme, à s'attirer la sympathie du lecteur.

Chatperlipopette a écrit:
Le récit de la souffrance, de l'ignominie est écrit à la manière d'un documentaire: c'est ce qu'a voulu Levi, montrer, par la distanciation de son écriture, la réalité d'un système de destruction. Levi regarde, a postérori, le Lager de façon presque clinique: des faits, des descriptions, des remarques objectives, moyens nécessaires pour poser l'extrême gravité de ce qui s'est déroulé dans ces camps d'extermination. Parfois, le lecteur a le sentiment que l'auteur est extérieur à ces photographies du quotidien, tant le recul est grand pour apporter plus de force encore au récit.
C'est exactement ce que je pense. Je suis effaré de cette distance, comme si Primo Levi se faisait le narrateur d'un évènement qu'il n'a pas vécu lui-même. Comment un homme qui a tant souffert parvient-il a en parler si sereinement (du moins en apparence) ?

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Constance
Zen littéraire
Constance

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyLun 7 Juin 2010 - 10:35

Ma lecture de "Si c'est un homme" a définitivement modifié mon image quasi idyllique de l'espèce humaine ... regardez-vous, regardons-nous, et doutons d'appartenir à l'espèce supérieure du monde animal ...



Si c'est un homme


Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain
Qui meurt pour un oui ou pour un non
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sang froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas.
Gravez ces mots dans votre cœur.
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant,
Répétez-les à vos enfants.
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.


Primo Lévi

(1946)
Revenir en haut Aller en bas
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptySam 12 Juin 2010 - 23:03

Mon appréciation :

Tant qu’il y aura sur terre des Hommes pour anéantir ses semblables, tant qu’il y aura sur terre des Hommes pour nier l’Histoire, des témoignages comme celui-ci seront indispensables.

Primo Levi, a été arrêté tardivement dans le processus de l’Holocauste, c’est ce qui explique,sans aucun doute qu’il ait survécu à l’horreur des camps. Sa déportation à Auschwitz aura duré un peu moins d’un an, et il en sortira à la libération des camps par l’armé soviétique.

Ce qui fait à mon sens la grande valeur de ce témoignage, c’est le recul extraordinaire dont fait preuve l’auteur pour relater l’insoutenable, l’indicible, et ce à peine 2 ans après les faits.

Je n’ai relevé aucune haine dans ces propos, aucune joute oratoire ; mais au contraire les choses sont dites telles quelles : avec tact (j’entends par là sans volonté de choquer pour choquer), mais avec réalisme. Le récit est dur à lire de par la charge émotionnelle qu’il dégage, de par l’horreur des faits ;
cependant Primo Levi, avec intelligence a su en faire un récit accessible pour tous.

La structure de ce témoignage est volontairement « désordonnée ».En somme, l’auteur a privilégié la
spontanéité à un agencement organisé.

Malgré les nombreux livres qu’il m’a été donné de lire, ou films à ce propos, je me pose toujours les
mêmes questions : Comment un « homme » ait pu être à l’origine d’un tel massacre ? Pourquoi n’en avons-nous pas encore tiré les leçons ?

Il n’y a, finalement,sur terre pas plus prédateur que l’Homme……….

Voilà un livre à mettre sans modération entre toutes les mains.

Quelques extraits qui m’ont particulièrement fait réagir


« Avec la précision absurde à laquelle nous devions plus tard nous habituer, les Allemands firent l’appel. A la fin l’officier demanda « Wieviel Stück ? » et le caporal répondit en claquant les talons que les « pièces » étaient au nombre de six cent cinquante et que tout était en ordre » p17

« Nous sommes des esclaves, certes, privés de tout droit, en butte à toutes les humiliations, voués à une mort certaine, mais il nous reste encore une ressource et nous devons la défendre avec acharnement parce que c’est la dernière : refuser notre consentement. » p57

« K.B, c’est l’abréviation de l’infirmerie.(…) Elle contient en permanence un dixième de la population du
camp, mais bien peu y séjourne plus de quinze jours, et personne plus de deux mois, délai au terme duquel nous sommes tenus de guérir ou de mourir. » p65
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 0:10

mimi54 a écrit:

Primo Levi, a été arrêté tardivement dans le processus de l’Holocauste, c’est ce qui explique,sans aucun doute qu’il ait survécu à l’horreur des camps. Sa déportation à Auschwitz aura duré un peu moins d’un an, et il en sortira à la libération des camps par l’armé soviétique.

L'un n'explique pas l'autre..., vu que la plupart des gens, en arrivant à Auschwitz était immédiatement envoyé dans les chambres à gaz... Une année d'Auschwitz s'approche d'une durée infinie...

Levi lui-même, me semble-t-il, "explique" (si jamais c'est le bon mot...) sa survie entre autre par le poste qu'il a pu obtenir en tant que chimiste, si mes souvenirs sont bons, des coups du "hasards" (plus cruels encore que des explcations?!)...
Revenir en haut Aller en bas
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptyLun 14 Juin 2010 - 10:09

tom léo a écrit:
mimi54 a écrit:

Primo Levi, a été arrêté tardivement dans le processus de l’Holocauste, c’est ce qui explique,sans aucun doute qu’il ait survécu à l’horreur des camps. Sa déportation à Auschwitz aura duré un peu moins d’un an, et il en sortira à la libération des camps par l’armé soviétique.

L'un n'explique pas l'autre..., vu que la plupart des gens, en arrivant à Auschwitz était immédiatement envoyé dans les chambres à gaz... Une année d'Auschwitz s'approche d'une durée infinie...

Levi lui-même, me semble-t-il, "explique" (si jamais c'est le bon mot...) sa survie entre autre par le poste qu'il a pu obtenir en tant que chimiste, si mes souvenirs sont bons, des coups du "hasards" (plus cruels encore que des explcations?!)...
Et encore... ce poste de chimiste, il ne l'obtient que très tardivement. Il insiste bien que la survie au camp ne tient qu'au hasard. Le travail y est harassant, les sélections (pour un voyage sans retour vers les chambres à gaz) contiennent une grande part d'arbitraire, la folie des SS, la cruauté des Kapos... Tout cela ne permet jamais à personne de faire le moindre pronostic. Seuls les "bleus" posent des questions, se projettent dans l'avenir... Les vétérans vivent au jour le jour, heure après heure sans même espérer quoi que ce soit.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 EmptySam 17 Sep 2011 - 16:10

Philippe MESNARD : Primo Levi. Le passage d' un témoin.- Fayard

De nombreux documents inédits viennent enrichir cette biographie consacré à l' auteur de Si c' est un
homme,
à la richesse de son oeuvre et à la complexité de sa personnalité, pour mieux "remettre
en question les clichés qui l' enfermaient dans le mythe de l' optimiste invétéré et de l' infaillible témoin."
La Quinzaine littéraire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Primo Levi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Primo Levi   Primo Levi - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Primo Levi
Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Claude Levi Strauss
» CLAUDE LEVI-SRAUSS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Témoignages-
Sauter vers: