Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Nakagami Kenji

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeMar 4 Déc 2007 - 22:01

Nakagami Kenji Nakaga11

Kenji Nakagami naquit en 1946 à Shingû, dans la région côtière de Kumano, au sud-est d'Ôsaka, dont il fera un théâtre à la Faulkner pour nombre de ses romans.
Ses études secondaires achevées, il monte à Tôkyô où il exerce divers métiers manuels qui lui permettent de satisfaire sa passion du jazz et de l'écriture. En 1973, il publie ses premières nouvelles; en 1975, le Cap lui vaut le fameux prix Akutagawa, suivi d'autres, notamment pour la Mer aux arbres morts (1977).
Centrée sur son quartier ghetto et sa ville natale, son oeuvre foisonnante et forte s'élargira peu à peu au pays et à l'Asie, et à leurs diverses ethnies.
Kenji NAKAGAMI est mort d'un cancer en 1992, laissant plusieurs oeuvres inédites.

(Malgré quelques recherches je n'ai pas pu trouver grand chose sur Nakagami, ni dans des livres ni sur le Net, sauf cette biographie, que j'ai retrouvée sur deux sites, dont l'excellent http://www.shunkin.net/, un must pour toute personnne intéressée par la littérature japonaise)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeMar 4 Déc 2007 - 22:03

Miracle/ traduit du japonais par  Jacques Lévy/ Editions Philippe Picquier

Le père Tomo, un des anciens Trois Poteaux, parrains régnants sur le quartier misérable des Ruelles, maintenant épave alcoolique interné dans un hôpital psychiatrique, apprend la mort violente de Taichi, son protégé et fils adoptif. Suite à cette annonce qui le bouleverse, il reçoit « la visite », où plutôt les apparitions de la mère Oryû (morte), l'ancienne sage femme du quartier, qui a fait naître tous les habitants des Ruelles, et qui se souvient de chacun d'entre eux, même si elle est illettrée
Toute histoire de Taichi, qui est aussi l'histoire de son quartier, des truands et pauvres gens qui le peuplent se déroule, depuis sa naissance et la mort tragique de son père, en passant par ses « exploits » depuis son plus jeune âge qui en font un des caïds le plus en vue du quartier, jusqu'à sa mort tragique et annoncée, puisqu'il est issu du sang corrompu des Nakamoto, maudit jusqu'à la septième génération.

Ce livre fut pour moi un véritable choc, d'autant plus fort que je dois avouer que je ne connaissais même pas son auteur. C'est un récit bouleversant et poétique, écrit dans une langue baroque et touffue, d'une beauté incroyable et terriblement originale. Les personnages sont très attachants; alors que je n'aime d'habitude pas les récits situé dans le monde de la pègre, ici Nakagami réussit à nous intéresser et à  nous faire compatir à la vie de ces jeunes gens violents, drogués, et si terriblement désemparés, voués à mourir jeunes, sans aucune perspective d'avenir sauf la violence et la mort. Le récit  de la vie de Taichi a quelque chose d'une tragédie grecque, les évenements sont annoncés, et le déroulement du récit est très lyrique et très littéraire, les habitants des Ruelles, toujours présents, comme le choeur, sont en fait les véritables héros de l'histoire, dont Taichi n'est qu'un exemple et une victime expiatoire. Nakagami réussit à montrer tous les aspects de la vie de ces gens, les positifs, leurs humanité, l'entraide des pauvres, mais aussi leurs aspects sombres, l'intolérence, la violence qui couve et qui peut exploser à chaque moment.
A la réalité se mêle des éléments oniriques ou même fantastiques: les halucinations de Tomo, l'apparitions de quelques « tengu » (fantôme) qui peut pousser au suicide, la frontière entre le réel et le rêve est parfois tenue. Ce livre tient pour moi complètement l'impossible défi d'associer la description la plus réaliste et non édulcorée d'un monde sordide, rempli de voyous, prostituées, drogués, à une poésie et un univers onirique et presque spirituel, où le questionnement sur les valeurs et le sens des choses est présent en filigrane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeMar 4 Déc 2007 - 23:41

arabella a écrit:
Miracle/ traduit du japonais par Jacques Lévy/ Editions Philippe Picquier


A la réalité se mêle des éléments oniriques ou même fantastiques: la frontière entre le réel et le rêve est parfois tenue.

Est-ce une caractéristique de la littérature japonaise?
Cela me fait penser à Murakami Haruki...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeMer 5 Déc 2007 - 21:13

Coline a écrit

Citation :

Est-ce une caractéristique de la littérature japonaise?
Cela me fait penser à Murakami Haruki...

Excellente question Coline. Mais je ne connais pas suffisament la littérature japonaise pour y répondre vraiment, j'ai du lire une petite quinzaine de livres depuis 6 mois, la plupart du temps un seul livre par auteur, donc difficile de généraliser pour moi.
Dans certains de livres que j'ai lu c'est évident que l'onirique se mêlange au réel, le meilleur exemple parmi les livres que j'ai lu est "La femme des sables" de Kobo Abé, mais à l'inverse dans d'autres romans il n'y a pas d'éléments oniriques ni fantastiques.

Pour ce qui est de Murukami Haruki, dont je n'ai lu qu'un seul livre, "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil", en effet le réel se confond avec les fantasmes du personnage principal, jusqu'à ce que l'on ne sache pas ce qui est vrai et ce qui est imaginaire.

Ce que je trouve original, en tous les cas ce que j'ai trouvé la première fois présent d'un façon aussi claire pour moi dans "Miracle", c'est sont des éléments fantastiques lié à la culture japonaise populaire traditionnelle, présence de fatômes que tout le monde voit et qui peuvent pousser les vivants au suicide, à un moment donné l'apparition surnaturelle de serpents ....

Je me demande en fait si cet onirisme et la présence d'un certain surnaturel dans la littérature japonaise contemporaine ne puise pas ses racines dans cette culture et littérature japonaise classique, d'avant la pénétration de la culture occidentale au Japon. Mais comme je n'ai lu aucun livre japonais "classique" je ne peux que continuer à me poser la question.

Peut être qu'un participant au forum plus callé en littérature et culture japonaise (et j'ai l'impression qu'il y en a) pourra me répondre ?
Si quelqu'un puisse aussi me suggerer un bon ouvrage sur la littérature japonaise, surtout contemporaine, je lui en serai extremement reconnaissante, parce que je n'ai pas vraiment pu en trouver un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeMer 5 Déc 2007 - 22:28

Concernant Nakagami Kenji, un lien en anglais http://www.insite-tokyo.com/column/susan/index04.html

Sur un de ses meilleurs livres, Le Cap (le premier d'une trilogie, et je crois le meilleur, avec le volume 2, peut-être, ensuite j'ai trouvé que ça tirait en longueur), un blog bien connu : http://pollanno.blogspot.com/2005/06/this-is-land-of-confusion.html

Pour les livres sur la littérature japonaise, il y a bien un Que Sais-je, et puis une Histoire de la littérature japonaise, chez Ellipses, de Jean Guillamaud (121 pages). Mais ces deux ouvrages n'approfondissent pas, ils ne font que survoler le sujet (vaste).
J'aime beaucoup le livre de Georges Gottlieb Un siècle de romans japonais... introuvable dans le commerce depuis plusieurs années ! (je l'emprunte dans une bibliothèque).

Pour les éléments de fantastique, je crois aussi qu'il y en a plus que dans d'autres littératures, mais ça reste à voir. La littérature sud-américaine comporte également souvent du fantastique, non ? (Cortazar, Bioy Casares, entre autres... et les fameuses anthologies de Borges et ses petits camarades). Mais le fantastique nippon me semble plus axé sur les revenants, l'au-delà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeJeu 6 Déc 2007 - 18:28

eXPi: merci pour les liens, je vais aller y faire un tour. Je note le Cap , j'ai de toute façon l'intention de lire d'autres livres de cet auteur, car j'ai vraiment énormement apprécié Miracle.

En ce qui concerne les livres sur la littérature japonaise, tu confirmes mes craintes, une petite exploration m'a laissé supposé que soit ils étaient épuisés, soit pas très intéressants, comme le Que Sais-Je. Je note toutefois le Gottlieb, au cas où je le trouverais en bibliothèque ou bouquinerie. Croisons les doigts...

Je suis assez d'accord avec toi sur le fait que le fantastique ne soit pas propre à la littérature japonaise et en effet il est peut être encore plus présent dans la littérature sud-américaine, même si celle-là j'ai beaucoup de mal à y entrer. Je me demande ce qu'il en est pour la littérature africaine, mais là je n'y connaît vraiment rien.

J'ai en réalité la sensation, que la littérature japonaise est d'une diversité fabuleuse, plus je lis d'auteurs et plus j'ai de mal à faire une catégorie littérature japonaise, passée l'habituation à quelques aspects exotiques pour nous (vêtements traditionnels, nourriture...) je trouve des auteurs avec des univers, des préoccupations, des styles très différents. Le problème c'est plus j'en lis et plus j'ai envie d'en lire et j'en découvre tout le temps de nouveaux, j'ai l'impression qu'il me faudra plusieurs années avant d'en avoir fait en partie le tour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeJeu 6 Déc 2007 - 18:53

C'est trop beau! Un siècle de romans japonais est disponible dans ma médiathèque, et je vais donc pouvoir l'emprunter à ma prochaine visite. aime

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeVen 20 Juin 2008 - 17:25

Le Cap

Ce court roman est centré sur le personnage d'Akiyuki, un jeune homme de 24 ans. Nous découvrons petit à petit sa complexe situation familiale: sa mère a eu des enfants de trois hommes, son derniers mari avec lequel Akiyuki vit toujours a lui même un fils, puis aussi les enfants de ses demi-soeurs, et les enfants que son père aurait eu d'autres femmes... La liste récapitulative de l'indroduction est très utile pour s'y retrouver.

Kenji Nakagami nous parle de gens très simples, voire pauvres, des ouvriers du bâtiment, de prostituées, des gens pour qui la survie ne va pas de soi. D'autant plus que la péninsule de Kinshû où se passe l'action est aride, et malgré ses beautés rend la vie des hommes qui l'habitent difficile.

Entre les conditions matériels et les complications et les souffrances des situations familiales, les femmes et les hommes se debattent comme ils peuvent, arrivent à trouver un équilibre précaire qui peut à tout moment éclater, lorsque le non dit devient trop pesant, lorsque les souffrances accumulées se font trop fortes. Alors peut surgir la violence, la folie, la mort.

Ce roman est le premier volet d'une trilogie, et j'ai très envie de lire très rapidement les deux volumes suivants.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeVen 20 Juin 2008 - 20:06

Ce roman bref et intense m'avait fort impressionnée aussi. Si je reprends mes notes de l'époque, ce qui m'avait marquée c'était le côté "caméra subjective" de la narration. On a vraiment l'impression de faire corps avec le personnage principal, Akira.
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeVen 11 Juil 2008 - 18:33

La mer aux arbres morts./ traduit par Jacques Lalloz et Yasusuke Oura



Ce roman est le deuxième volet d'une triologie, dont Le Cap était la première partie. Nous retrouvons le personnage principal, Akiyuki, deux ans après les évènements qui ont eu lieu dans Le Cap. Il est revenu travailler dans l'entreprise de son beau père, dont la direction est plus ou moins revenue à son demi-frère. Mais le chef de chantier c'est Akiyuki, il adore son travail, se lever avec le soleil, faire corps avec la terre qu'il creuse, l'aspect physique de son travail lui convient parfaitement.

Mais il a de plus en plus de mal à trouver sa place parmi les hommes, la compliquée histoire familiale dont il a héritée, l'interroge de plus en plus. Il éprouve une haine et un rejet, doublés d'une étrange fascination pour son père naturel, qui lui aussi semble vouloir renouer les liens du sang qui les unissent. Malgré le mépris qu'Akiyuki déclare pour ce père, voyou, escroc, peronnage trouble, malsain, dégagant une force malfaisante, il ne peut s'empêcher de se trouver de plus en plus de ressemblances avec lui, comme attiré par la force de ce sang qu'il a voulu nier. La situation se complique encore à cause de son demi-frère Hideo, petit voyou roulant des mécaniques, et qui semble vouloir à tout prix provoquer Akiyuki.

Une suite qui tient ses promesses, ce livre est sans doute plus violent et plus brutal que Le Cap, nous faisons d'avantage connaissance avec Les Ruelles, ce quartier si important dans l'oeuvre de Nakagami. Le personnage d'Akiyuki se complexifie, mûri. A mon sens il y a un peu trop de répetitions, le livre serait encore plus réussi s'il était plus ramassé. Mais tel qu'il est, il est très prenant et je vais enchaîner sans attendre sur le troisième volet de la trilogie.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeVen 11 Juil 2008 - 20:54

Arabella a écrit:
[ A mon sens il y a un peu trop de répetitions, le livre serait encore plus réussi s'il était plus ramassé.

Oui, je suis bien d'accord. Il y a trop de triturations psychologiques sur le thème répulsion/fascination avec le père.

Et le troisième tome est également un pavé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeLun 14 Juil 2008 - 12:30

Le bout du monde, moment suprême / traduit du japonais par Jacques Lalloz


Akiyuki a maintenant vingt neuf ans, il sort de prison après trois ans, suite au meurtre de son demi frère. Il se ballade de ci, de là, il abandonne son travail dans le bâtiment et s'interresse à la coupe du bois. Il semble se rapprocher de son père naturel, tout en ayant par moments l'envie de le tuer. En même temps, le cadre de vie qu'il a conne est compètement modifié, les fameuses Ruelles, ce quartier de misère et de crimes, a été rasé, le lieu attend d'être reconstruit de façon luxieuse et moderne, et les habitants ont été chassé ou transformés en clochard. Qui a provoqué cela ?

Ce troisième volet de la triologie fut pour moi une très grande déception. C'est long (près de 500 pages) et j'ai du mal à cerner ce que l'auteur a bien voulu nous raconter dans ce récit décousu, où les personnages semblent être de véritables marionnettes qui s'agitent sans aucune raison valable. L'écriture est en plus relativement approximative et guerre passionnante. C'est de loin la plus faible partie de la triologie, sortie en 1983, six ans après La mer aux arbres morts, il semble qu'entre temps l'auteur ait complètement perdu le fil de son récit. Le cap, le premier volet était à mon sens le meilleur des trois, dans sa brieveté et sa brutalité c'est un très bon roman. Cela dit le meilleur roman de Nakagami que j'ai lu est incontestablement Miracle, que je considère comme un véritable chef d'oevre, une sorte d'Epopée flamboyante et tragique consacrée au monde disparu des Ruelles.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeLun 14 Juil 2008 - 13:38

Ah, bien !
J'avais commencé ce troisième volume, et puis l'avais laissé tombé, chose que ne fais que rarement.

Déjà, dans le deuxième volume, la trituration psychologique permettait d'ajouter des pages (comme s'il en avait besoin), et le troisième poursuit sur la lancée, en pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Scarabée
Envolée postale
Scarabée

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 35

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeJeu 28 Aoû 2008 - 17:41

Je viens de finir Le cap et j'en ressors très déçu. A aucun moment je n'ai accroché à ce livre. A tel point que même à la fin je ne m'y retrouvais pas encore avec les noms des personnages et leurs relations entre eux (pourtant je revenais régulièrement au début pour consulter la "liste" qui est censée nous aider sourire ).
L'écriture ne m'a pas plue, les implicites l'étaient trop pour moi (dans le sens où je me perdais...), bref je ne continuerai pas l'aventure avec cet auteur! Ou du moins pas tout de suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitimeJeu 28 Aoû 2008 - 20:07

Le Cap, c'est presque l'introduction au livre suivant, La mer aux arbres morts. Au début, ce deuxième volume - un pavé, contrairement au Cap -m'a paru meilleur, et puis ensuite ça répète, ça s'alourdit...
Mais il y a de très bonnes choses dans le deuxième volume.

Ceci dit, je comprends très bien que tu n'accroches pas, c'est vraiment particulier, curieux. Je n'ai pas lu Miracle, dont Arabella a écrit beaucoup de bien, par contre.
Un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Nakagami Kenji Empty
MessageSujet: Re: Nakagami Kenji   Nakagami Kenji Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Nakagami Kenji
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: