Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 John O'Hara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: John O'Hara   Mer 5 Déc 2007 - 12:26



John O'Hara (1905 - 1970) est un écrivain états-unien du début du XXe siècle. Il est l'auteur de nombreux romans et d'une centaine de nouvelles.

Biographie
Ami d'Ernest Hemingway et de Francis Scott Fitzgerald, John O'Hara a écrit de nombreux feuilletons et nouvelles pour le magazine américain The New Yorker. Ses scénarios et ses romans ont été très bien accueillis par la critique au point qu'on le surnomma le "Balzac américain".
L'univers de ses livres tourne autour de tous les problèmes liés à la récession et à la prohibition dans l'Amérique des années 1930. Mais sa vie tumultueuse avec de nombreuses femmes, ses excès de boisson et son passé peu glorieux (il quitta très vite l'école pour gagner sa vie en tant que mécanicien, secrétaire, steward, gardien de parc, camelot, reporter...) le mirent au ban des grands écrivains américains.
La critique n'a pas cessé pour autant de parler de l'enfant prodige de Pottsville. Ces derniers romans (pas tous traduits en français), 10 rue Frédérique, From the terrace, À corps perdu, sont considérés comme des échecs dans sa production romanesque; mais ils décrivent avec une telle acuité la vie quotidienne de l'Amérique puritaine que l'on peut facilement oublier leurs quelques longueurs.
Une des œuvres majeures de John O'Hara est Rendez-vous à Samarra, qu'il publia en 1934 et dont Hemingway disait : « Si vous rêvez d'un roman magnifique, écrit par un auteur qui maîtrise parfaitement son sujet, lisez Rendez-vous à Samarra ». Chef d'œuvre d'une peinture de la bourgeoisie des villes secondaires aux États-Unis, ce roman est d'abord une étude fine et sensible de Julian English qui par des actes de rébellion signe son autodestruction. Citons aussi un roman féminin, Gloria (l'histoire d'une femme qui se dresse contre une façon normale de vivre et met avant tout son indépendance en avant) qui fut adapté au cinéma et incarné par Elizabeth Taylor.
Un écrivain qui s'est battu contre la grande et la moyenne bourgeoisie dans tout ce qu'elle avait d'étriqué et d'hypocrite. Souvent, cependant, sa révolte le mène au même point, celui de non retour.

Source : Wikipedia

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Ven 26 Oct 2012 - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John O'Hara   Mer 5 Déc 2007 - 12:26

Rendez-vous à Samara

Présentation de l'éditeur
La veille de Noël, à la soirée du club sportif où fréquente l’aristocratie industrielle de Gibbsville, Julian English lance son verre à la figure de Harry Reilly…pour rien, simplement parce que Julian en a assez de la figure de Harry. Et, par ce geste, apparemment dénué de sens, Julian a fixé sans le savoir ce rendez-vous qui ne saurait s’annuler. Il mettra deux jours à s’y rendre, pas plus. Et tout ce qu’il fera, la moindre de ses paroles, au cours de ces 48 heures, le rapprochera de l’inexorable inconnue. C’est en vain qu’il cherche un refuge dans l’amitié de ses copains, l’amour de sa femme, l’alcool…en vain qu’il rend la route et s’évade ; lui-même, avec acharnement, déçoit sa femme et ses amis, leur livre de lui une image ignoble, et fausse ; il rebrousse chemin sans pouvoir s’enfuir et seul l’alcool lui est secourable, l’enveloppant de conscience, de torpeur, pour l’amener, insensibilisé, au ‘rendez-vous’.


Mon avis
Ma découverte d’auteurs américains a commencé avec John Updike – et non pas seulement je veux le citer dans le contexte avec le roman de John O’Hara – mais dans l’édition anglais, c’est aussi lui qui a écrit la préface de ce livre.
Avant de lire d’autres auteurs américains, j’ai toujours cru que John Updike avait inventé le ‘roman des banlieues’ – et naturellement j’en ai découvert d’autres – qui ont à un certain moment ou un autre donné une image à des petites villes ou les faubourgs des grandes villes.
John O’Hara est pour l’instant ma dernière découverte qui en plus est pour l’instant le teneur du titre ‘inventeur’ de ce genre d’histoire !
Rendez-vous à Samara est non pas seulement l’histoire du déclin sociale de John English – mais l’histoire de toute une petite ville en Amérique des années 30 (avec pour fond la récession et la prohibition de ces années).
Un critique littéraire assez connu en Allemagne aime dire ‘Qu’est-ce que ce roman me rapporte ?’ J’ai souvent cette phrase en mémoire quand je lis un livre – parfois c’est seulement pour le plaisir de lire, pour découvrir un nouveau style, pour savourer l’art de créer des superbes dialogues, pour la découverte de caractères intéressants, pour le charme de se trouver dans des situations nouvelles – chez John O’Hara c’est tout cela !

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John O'Hara   Mer 5 Déc 2007 - 12:27

La fille sur le coffre à bagages (*)

Quatrième de couverture :
Au début des années 30, James Malloy est attaché de presse pour une société de production cinématographique qui le charge d'accompagner Charlotte Sears pendant son séjour à New York. L'affection qui naît entre eux pousse James à faire pression sur Joe Finston, l'agent de Charlotte, pour qu'il renonce à lui faire jouer le rôle d'une femme mûre et lui confie plutôt celui qu'elle convoite dans une comédie musicale. Son argument est de poids. Charlotte est la maîtresse de Thomas Hunterden, un homme d'affaires riche et influent, lié à la pègre.
Mais, de retour d'une réception dans la haute société new-yorkaise, ……
(ici j’interromps l’éditeur – il en dit TOUT)..la vie de tous les trois va changer !


Mon avis
Ce roman est particulier – j’hésite presque de l’appeler ‘roman’ – on pourrait dire que c’est une pièce de théâtre – 85% des 125 pages sont du dialogue ! Mais pas n’importe lequel !
Il arrive à créer avec ses dialogues des scènes et atmosphères – mieux que d’autres auteurs avec beaucoup plus de mots. Et bien qu’on n’est qu’à ‘l’extérieur’ des protagonistes – avec les dialogues on ne nous montre pas leurs pensées et émotions – on ne doute pas un moment des sensations entre les différentes personnes qui sont en train de discuter.
Un roman remarquable qui m’a fait encore plus envie de découvrir d’autres romans de ce auteur (en ce qui concerne ces nouvelles du temps du New Yorker, je ne prévois pas de les lire tous – ils sont rassemblés dans une éditions à 10 volumes !!)


(*) j'aime mieux le titre original: Sermons and Soda-Water!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: John O'Hara   Dim 30 Déc 2007 - 0:21

Merci, Kenavo, c'est noté!
Excuse moi, j'ai du mal à tout lire et avais laissé passer ce fil.. Embarassed

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John O'Hara   Dim 30 Déc 2007 - 0:25

Marie a écrit:
Merci, Kenavo, c'est noté!
Excuse moi, j'ai du mal à tout lire et avais laissé passer ce fil.. Embarassed
Oh non, Marie - pas besoin de t'excuser! Je n'arrive toujours pas à suivre ici et il y en a encore des tonnes de fil que je n'ai pas même ouverts.. je suis heureuse que tu l'as vu maintenant.. et de toute façon des romans comme John O'Hara les a écrit - ils ont tout leur temps d’attendre.. ils ne vont pas perdre leur validité Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: John O'Hara   Sam 22 Aoû 2009 - 13:13

O'Hara l'inconnu



Hier totalement inconnu de mes services(c'est à dire de moi) John O'Hara(1905-1970) serait l'alter ego des Dos Passos, Hemingway, Fitzgerald et autres que je révère.Pour une fois seul le hasard m'a fait choisir cet auteur à la bibliothèque locale:il était là en évidence et je l'ai pris après avoir lu le verso.

Une lueur de paradis(Bernard Pascuito Ed.) est un livre bref qui ne s'embarrasse pas de scories.Courte histoire ayant pour cadre Hollywood le roman présente les apparences d'un thriller familial avec père prodigue revoyant ses enfants adultes et discussions qui tournent mal.Le narrateur,scénariste assez besogneux comme le furent tant d'écrivains majeurs dont O'Hara lui-même, se révèle vite impuissant à empêcher la fatalité. Je ne suis pas sûr que cet auteur soit si important.Il est néanmoins un très habile trousseur de ce type d'histoires où la psychologie se réduit à quelques traits et où l'intérêt n'a pas le temps de faiblir.

En piochant je viens d'apprendre qu'O'Hara avait en fait été adapté plusieurs fois avec La Vénus au vison,Du haut de la terrasse,10,rue Frederic ou La blonde et la rousse.Bon sang mais c'est bien sûr!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John O'Hara   Sam 22 Aoû 2009 - 16:16

Bellonzo a écrit:
Je ne suis pas sûr que cet auteur soit si important.
c'est certain qu'il était 'important' pour d'autres, notamment des écrivains qui se sont inspirés, qui ont eu plaisir de lire ses livres et dont quelques uns ont puisé pour leurs propres livres..

Par exemple Hemingway que tu cites volontiers, a dit: If you want to read a book by a man who knows exactly what he is writing about and has written it marvelously well, read Appointment in Samarra

Si vous rêvez d'un roman magnifique, écrit par un auteur qui maîtrise parfaitement son sujet, lisez Appointment in Samarra


je ne sais pas s'il est important pour toi de lire d'autres livres de lui, mais en tout cas je suis contente de voir ce fil remonter..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John O'Hara   Ven 26 Oct 2012 - 15:37


L'enfer commence avec elle
Citation :
Présentation de l'éditeur
New York, années 1930. Gloria Wandrous, une très belle jeune femme, évolue au milieu d’une cour d’amants, assumant pleinement sa sexualité et bouleversant ainsi les mœurs bourgeoises de l’époque. Sa dernière conquête , Weston Liggett, est marié et père de famille. Celui-ci, obsédé par Gloria, fasciné par sa totale liberté, songe à tout quitter pour elle et la traque dans les vingt mille clubs clandestins de la ville … John O’Hara, que la critique surnomma « le Balzac américain », prend prétexte de cette histoire, inspirée d’un fait divers authentique, pour peindre sans concessions la vie de débauche de la middle class new-yorkaise au temps de la Prohibition.
Son roman fut adapté au cinéma, en 1960, sous le titre La Vénus au vison avec Elizabeth Taylor dans le rôle principal.

J’ai vu l'adaptation de ce roman sous son vrai nom de BUtterfield 8, il y a une éternité. Et quand j’ai découvert John O’Hara je gardais toujours ce livre de côté parce que le film ne m’avait pas trop plu. Et voilà que le hasard a fait les choses que je me suis retrouvée avec ce livre et que je ressors tout à fait enchantée. Tout simplement parce qu’il n’y a pas trop de commun avec le film !
En fait, même Wikipédia mentionne que le film n’a qu’une ressemblance superficielle avec le roman.
Grande différence surtout la tranche d’âge (la jeune fille dans le livre a 18 ans, dans le film, Elizabeth Taylor en a 28) et le « travail » (dans le roman Gloria est à la recherche de quoi faire, on est en 1935, il y a toujours les effets de la crise, elle passe son temps à rencontrer ses amis, souvent des hommes, pour boire … et selon son humeur plus, dans le film, Gloria est considérée comme callgirl ce qui n’était absolument pas l’intention de John O’Hara).

En effet, je suis tout à fait surprise de la modernité de ce roman, pour 1935 en Amérique ! pas mal du tout !! Il n’y pas que Gloria qui va avoir la parole dans ce livre, on suit plusieurs fils d’histoire, mais c’est naturellement elle qui se trouve au centre et le fait que c’est assez « féministe » peut autant étonner parce que c’est quand même courageux de parler si ouvertement de certains phénomènes de société qui n’ont été discuté plus ouvertement fin des années 60 !!

La vision de John O’Hara est assez sombre, je le placerais à côté de Dorothy Parker qui avait une idée assez similaire concernant couples, mariés, femmes seules… et il faut aussi dire que dans ce roman il est assez bavard. J’en ai lu les 3 autres livres de lui qui existent pour l’instant en traduction et celui-ci m’a semblé le plus détaillé.
Ce n’est pas un aspect négatif en ce qui me concerne, mais je ne sais pas si c’est le meilleur livre pour faire connaissance avec cet auteur.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: John O'Hara   Ven 26 Oct 2012 - 15:44

j'ai toujours Rendez-vous à Samarra à lire... livre que j'ai acheté parce que je pensais qu'il se déroulait en Irak... pffiou...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John O'Hara   Ven 26 Oct 2012 - 15:49

shanidar a écrit:
j'ai toujours Rendez-vous à Samarra à lire... livre que j'ai acheté parce que je pensais qu'il se déroulait en Irak... pffiou...
rire ah oui.. ce n'est pas tout à fait la même direction
mais en tout cas tu as alors le meilleur de lui dans ta PAL.. même si je pense que ce ne sera pas un auteur pour toi Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: John O'Hara   Ven 26 Oct 2012 - 15:51

kenavo a écrit:
shanidar a écrit:
j'ai toujours Rendez-vous à Samarra à lire... livre que j'ai acheté parce que je pensais qu'il se déroulait en Irak... pffiou...
rire ah oui.. ce n'est pas tout à fait la même direction
mais en tout cas tu as alors le meilleur de lui dans ta PAL.. même si je pense que ce ne sera pas un auteur pour toi Wink

ah oui, pourtant d'après ce que tu en dis j'ai l'impression que ce livre pourrait être une bonne surprise. Le tout est de trouver du temps et ce ne sera pas avant l'année prochaine (au moins !).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: John O'Hara   Ven 26 Oct 2012 - 15:53

je serais la première pour me réjouir si cet auteur te plairait.. pas de stress et on va se rencontrer sur ce fil après ta lecture zen

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John O'Hara   

Revenir en haut Aller en bas
 
John O'Hara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Revivre à la campagne" de John Seymour (livre)
» John Wayne
» John Lennon
» John Q
» John Tshibangu etait une distraction. Il est en fuite et deja demandeur d'asile?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: