Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Nuala O'Faolain

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Sam 17 Mai 2008 - 20:48

je viens de l'apprendre ce soir :

Citation :
Les lecteurs de On s’est déjà vu quelque part ? pleurent aujourd’hui l’écrivain irlandais Nuala O’Faolain, disparue vendredi 9 mai des suites d’un cancer. Chroniqueuse à l’Irish Times, elle avait écrit, presque par hasard, ses mémoires, en tentant de rédiger une préface à une anthologie d’articles. On s’est déjà vu quelque part, suivi de J’y suis presque , avaient tous deux été des grands succès critiques et de librairie, car ses déboires personnels (alcoolisme, problèmes sentimentaux et familiaux, dépression) se mêlaient à un bouleversant tableau de l’Irlande des années 40 à 60. Nuala O’Faolain avait par la suite écrit deux romans, dont L’histoire de Chicago May , prix Femina étranger en 2006. Elle avait 68 ans.

Mes hommages bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Dim 18 Mai 2008 - 10:29

sentinelle a écrit:
C'est un plaisir d'ouvrir un nouveau fil sur un auteur et de retrouver les commentaires de Sahkti quelques temps après
Je confirme!
Je viens de rentrer dans le monde de Nuala O’Faolain par le biais des éditions Sabine Wespieser.
Chimères. Traduction de Stéphane Camille.
Une littérature confidentielle, un texte riche, j'aime particulièrement la construction de ces phrases...
Citation :
Une image se forma au fond de mon esprit, une image de fantômes silencieux attendant et écoutant, et de moi, la Voyageur, chevauchant et les appelant. Etaient-ce les fantôme de Marianne Talbot et de William Mullan, se dévisageant à la lueur d'une chandelle dans les escaliers de Mont Talbot? Ou bien étaient-ce ceux de mon père - sa chaîne de montre brillante - et de ma mère - son visage comme une tache pâle posée sur son épaule? Je n'avais pas envie de le savoir. Je ne pensais pas à des personnes en particulier. Ce fut une forme, une image floue - moi, nulle part, appelant, et des fantômes tragiques m'écoutant dans l'attente que je les libère - qui s'imposa à moi. (p. 39-40)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Dim 18 Mai 2008 - 23:50

Lire Nuala O'Faolain, surtout ses témoignages, ai-je trouvé ,c'est rentrer dans l'univers irlandais féminin de ces femmes détruites par ces naissances multiples ... c'est à lire assurément, surtout que j'aime beaucoup le style employé pour décrire sa mère par exemple...Elle ne manque-manquait pas d'humour, cette Nuala.
Je ne sais pas où ils en sont dans leurs lois sur contraception- avortement, en Irlande? Ils ont progressé?

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Lun 19 Mai 2008 - 12:19

Citation :
Je ne sais pas où ils en sont dans leurs lois sur contraception- avortement, en Irlande? Ils ont progressé?
Pas vraiment No

Le détail qui a son importance :
Citation :
La constitution irlandaise autorise les femmes à aller se faire avorter à l’étranger.
Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 69
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Dim 31 Aoû 2008 - 11:54

Vous avez lu Nuala O'Faolain?

Le Domaine Etranger de 10/18 effectue un remarquable travail pour faire connaître les écrivains du monde entier. Nuala O'Faolain née au début des années quarante en Irlande a connu la situation de la gent féminine si peu enviable jusqu'à l'époque plus récente.On s'est déjà vu quelque part? est un livre difficile,pas romancé pour deux sous,et qui décrit avec beaucoup de pertinence la lutte des femmes pour une émancipation qui en Irlande,tarda à venir.

Nuala O'Faolain ne se donne pas le beau rôle systématiquement et n'occulte pas ses propres faiblesses, surtout son alcoolisme et ses errances.On se trouve devant de très belles pages sur la sexualité et la flétrissure des corps qui s'usent,et sur la maternité qu'elle ne connaîtra pas.Nantie de problèmes avec son père comme avec sa mère,et issue d'une famille de neuf enfants,l'énergie de cette femme va lui permettre de devenir une journaliste libre et de rencontrer les intellectuels irlandais dont Kavanagh à qui je viens de consacrer une note.Elle qui n'avait guère quitté son canton deviendra voyageuse et se penchera sur la cause des femmes,universelle.Mais rien n'est facile aux femmes et surtout pas en Irlande.Nuala O'Faolain reste une femme seule et ce livre ardu,qui n'en est pas moins bouleversant est un témoignage de ce que peut être la volonté d'exister à part entière.S'adressant aux trottoirs de Dublin elle a ces mots sublimes(nous sommes là en 97):

"Vous êtes faits de beaux et grands blocs de granit. Etes-vous les mêmes que ceux sur lesquels j'ai marché il y a trente ans?Si oui,pourquoi ne pleurez-vous pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Nathria
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 50

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Dim 31 Aoû 2008 - 12:17

J'ai lu tout ses textes et attends de lire la nouvelle parution avec impatience bravo ravie de la trouver chez les parfumés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Dim 31 Aoû 2008 - 20:32

J'avais beaucoup aimé dans ses livres autobiographiques ses réflexions très lucides sur sa famille, bien sûr, mais aussi sur elle-même. Pas d'auto-complaisance chez cette femme.
Et jusqu'au bout.
Voir
ici

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Dim 5 Oct 2008 - 9:22


J'ai déniché dans une librairie de seconde main son dernier roman Best Love Rosie, paru dans la collection Sabine Wespieser, que j'aime beaucoup mais qui est très chère aussi jemetate
Je vais certainement le commencer très bientôt et repasserai par ici miammiam
Revenir en haut Aller en bas
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Sam 18 Oct 2008 - 11:38

Quatrième de couverture (extrait) : Après avoir vécu et travaillé loin de chez elle, Rosie décide qu’il est temps de rentrer à Dublin, pour s’occuper de Min, la vieille tante qui l’a élevée. Ni les habitudes ni les gens n’ont changé dans ce quartier populaire où elle a grandi, et la cohabitation avec Min, que seule intéresse sa virée quotidienne au pub, n’a rien d’exaltant : en feuilletant des ouvrages de développement personnel, censés apporter des solutions au mal-être de Min, Rosie se dit qu’elle s’occuperait utilement en se lançant elle-même dans la rédaction d’un manuel destiné aux plus de cinquante ans. Sa seule relation dans l’édition vivant aux États-Unis, elle se frottera donc au marché américain. Son vieil ami Markey tente bien de lui faire comprendre que sa manière de traiter le sujet n’est pas assez « positive »…
C’est au moment où elle va à New York, pour discuter de son projet, que le roman s’emballe : Min, qu’elle avait placée pour quelque temps dans une maison de retraite, fait une fugue et la rejoint à Manhattan. (...)

J'ai ressenti un coup de cœur
pour ce roman et je sens que d’autres vont bientôt venir me rejoindre ! J'ai découvert Nuala O'Faolain il y a quelques années avec On s'est déjà vus quelque part ? et Chimères que j'avais beaucoup aimés. Best love Rosie nous fait entrer dans la vie de Rosie, la cinquantaine, qui après avoir beaucoup voyagé revient auprès de sa tante Min, celle qui l’a élevée. Les retrouvailles de Rosie avec Min ne se passent pas sans heurts, sans doute parce qu’elles sont beaucoup plus semblables qu’elles ne veulent bien l’admettre, puis dans une sorte de retournement de situation, c’est Min la sédentaire, qui décide de partir et Rosie la voyageuse, qui s’attache à une vieille maison de famille retrouvée.
Nuala O’Faolain a un talent de conteuse exceptionnel pour nous intéresser à des anecdotes de la vie de tous les jours, avec humour et sans pathos, tout en faisant passer des messages sur le vieillissement, la solitude, la façon dont on apprend à mieux se connaître (les autres ou soi-même) avec l’âge, sur l’amitié. Les personnages sont pleins de complexité, leurs sentiments décrits avec justesse, et nulle doute que Rosie tient beaucoup de Nuala elle-même, qui malheureusement est décédée au printemps dernier…
J’ai été vraiment enchantée par ce roman, des premières lignes jusqu’à sa très belle conclusion, j'ai adoré toute la galerie de personnages, les irlandais avec leur façon d'exprimer leurs sentiments, et les autres. Il me reste encore à lire L’histoire de Chicago May, dans un genre un peu différent, mais je pense qu’il saura me séduire aussi…. miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Sam 18 Oct 2008 - 13:53

sentinelle a écrit:
L'histoire de Chicago May Prix Femina étranger 2006

J'ai lu ce roman cet été après l'étoile des mers de Joseph O'Connor (formidable auteur!!). Il y a toute une vague d'écrivains irlandais remarquables (Colum Mc Cann, Keith Ridgway, Hugo Hamilton...) et ces 2 romans, entre documentaire et fiction, m'ont passionné. Quel autre roman de Nuala O'Faolain conseillez vous en priorité?

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 69
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Sam 18 Oct 2008 - 13:57

Absolument d'accord sur la vague irlandaise avec ces auteurs cités et aussi Toibin,Doyle,Bolger,etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Sam 18 Oct 2008 - 14:22

Bellonzo a écrit:
Absolument d'accord sur la vague irlandaise avec ces auteurs cités et aussi Toibin,Doyle,Bolger,etc...
Ah oui! Excellent Colm Toibin dont j'ai lu "Le Maître" et "Le bateau-phare de Blackwater". Je ne connais pas Doyle et Bolger... miammiam

Et j'allais oublier John Banville!!!! La mer est un sacré bouquin!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Sam 18 Oct 2008 - 14:44

Euh moui, pas mal Banville rhu rhu
Par contre, Joseph O'Connor ! J'en ai lu 4 à ce jour et je n'ai jamais été déçue, j'aime beaucoup son humour aussi, un auteur que j'apprécie donc beaucoup swing

J'ai bien aimé également Best Love Rosie, je dois encore faire mon billet mais je peux déjà dire que ce fut une très agréable ballade en compagnie de Nuala O'Faolain oui
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Best Love Rosie   Sam 8 Nov 2008 - 20:57

Best Love Rosie

Décédée cette année à l’âge de 68 ans à Dublin, l’écrivaine irlandaise Nuala O’Faolain est l’auteur de cinq romans dont le dernier « Best Love Rosie ». Elle a notamment obtenu le prix Fémina du roman étranger pour L’histoire de Chicago May.

Récits d’inspiration le plus souvent biographique et autobiographique, Nuala O’Faolain se dévoile beaucoup dans ses romans, que ce soit au sujet du poids des traditions et de la religion dans la très catholique Irlande, de son alcoolisme, de sa sexualité, de sa défense des droits de la femme, de la nécessité de s'exiler de son Irlande bigote tant houspillée pour revenir malgré tout à son Irlande tant aimée aussi. En définitive, Nuala O’Faolain nous parle avant tout des problèmes auxquels sont confrontés les femmes irlandaises de sa génération, nées au début des années quarante, tout en demeurant très actuelle dans ses questionnements intimes et ses tâtonnements, doutes et craintes diverses. Un exercice d’introspection sans fards dans lequel de nombreuses femmes se reconnaissent sans difficultés. « Best Love Rosie » ne fait pas exception à la règle.

Rosie, la cinquantaine bien entamée et quasi célibataire depuis que son amant a le moral en berne, décide de tirer avantage de sa vie d’indépendante sans mari ni enfant et de la fin de son contrat pour rentrer en Irlande après avoir vécu une vie bien remplie aux quatre coins du monde. Sa vieille tante Min, cette femme qui l’a élevée depuis la mort de sa mère et qui s’enfonce jour après jour un peu plus dans l’alcool et dans la dépression, a plus que jamais besoin de ses soins et de toute son attention. Mais le retour au bercail est douloureux : les souvenirs ressurgissent, la solitude afflige, les doutes émergent. Pour échapper à la morosité, Rosie décide d’échafauder un projet de manuel de développement personnel pour cinquantenaires avec l’aide de son vieil ami Markey. Aujourd'hui libraire à Seattle, Markey fut l’homme pour lequel elle avait éprouvé tant d’amour... elle ne comprit d’ailleurs jamais pourquoi celui-ci n’avait jamais répondu à ses attentes jusqu’au jour où elle découvre qu’il préfère les garçons ! Rosie a toujours eu un don pour les amours impossibles…

Rosie, qui aimerait discuter de son projet avec Markey, décide de se rendre pour un court séjour en Amérique, tout en ayant placé auparavant sa tante Min dans une maison de retraite jusqu’à son retour. Mais une surprise de taille l’attend lorsqu’elle apprend que Min, qui a fait une fugue, s’est mise en tête de la rejoindre à Manhattan. Très vite les rôles s’inversent : la vielle Min, qui se sent galvanisée par sa découverte de l’Amérique, décide de rester dans la patrie de l’oncle Sam afin d’y trouver du travail au noir et des logements insalubres en compagnie de ses nouveaux amis, clandestins tout comme elle. Alors que Min trouve une seconde jeunesse en Amérique, Rosie rentre plus seule que jamais en Irlande…

C’est avec beaucoup d’humour, de sensibilité et de tendresse que Nuala O’Faolain nous présente l’histoire de ces deux femmes, l’une en fin de vie qui décide de brûler ses dernières cartouches dans un feu de joie, l’autre dans un tournant de sa vie de femme, en pleine crise de l’âge mûre que la vieillesse angoisse, l’âge où le corps décline alors qu’il est toujours aussi désirant tout en étant de moins en moins désirable.

On peut présenter le thème majeur du roman comme celui de la difficulté d’être une femme et de vieillir tout en demeurant séduisante et désirable, mais ce ne serait pas lui faire justice en n’allant pas au-delà, puisqu’on y parle également d’exil, de nostalgie, de solitude, du sentiment maternel, des tourments de l’âme, d’amitié, du manque, des hommes…

Citation :

« Je répétais à mon cœur : Cesse de brûler, cesse de me faire mal, calme-toi, il n’y a aucun remède à ton angoisse et tes regrets. Je savais que le sexe était bon pour le moral et que je pouvais m’estimer heureuse, parce que beaucoup de célibataires – et sans doute de personnes mariées – de mon âge n’avaient que trop peu d’occasions de faire l’amour. Et j’appréciais pleinement ma chance. Mais le Temps s’était invité dans le lit avec nous – mon ventre mou sur la hanche anguleuse de Leo, son bras osseux autour de moi. Et, à présent, la dure leçon du Temps sur l’impuissance d’autrui à apaiser notre souffrance se rappelait à moi. Je ne pouvais pas dire à Leo : Désole-toi avec moi que les amants vieillissent. Je ne pouvais pas lui dire : Me retrouver si près de toi me fait sentir encore plus cruellement ma solitude ordinaire.


Chacun doit grandir sans importuner les autres.


C’était mon problème. Moi seule trimballait le souvenir de ce qui avait été – la gloire du monde tel que je l’imaginais quand j’étais jeune, quand la passion semblait me faire accéder à un immense royaume, quand, parfois, j’avais l’impression de quitter la Terre pour m’élancer dans l’univers et y scintiller de tout mon être. Quand je ne me posais aucune question sur moi-même. Quand j’avais foi en tout.


Oh, rendez moi cela ! ai-je supplié la pièce obscure et silencieuse. Oh, rendez-le moi ! Que je puisse revivre ma vie avec ce que je sais maintenant ! Rendez-moi un commencement ! »
Il y a décidément beaucoup de chaleur humaine qui se dégagent de ces pages, sans oublier des personnages pour lesquels, nous lecteurs, ne pouvons que ressentir beaucoup d’empathie et de sympathie.

Une belle humanité pour un dernier au revoir… quant à moi, je vous dis à bientôt Madame Nuala O’Faolain, dans la mesure où je compte bien de pas en rester là puisqu’il me reste encore à découvrir trois de vos romans.
Revenir en haut Aller en bas
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 69
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   Mer 19 Aoû 2009 - 20:21

J'y suis tout à fait



J'y étais déjà,favorable à la grande Nuala O'Faolain,après avoir lu On s'est déjà vu quelque part? Et je le suis plus encore après avoir lu J'y suis presque,écrit dans la foulée.Le talent de cette écrivaine irlandaise éclate dans ces Mémoires ironiques,sévères,d'une rare profondeur.J'ai décidé de vous proposer quelques extraits,plus parlants peut-être.Nuala O'Faolain restera une femme irlandaise lucide,qui aura réussi dans ce pays que j'aime tant mais dont j'ai déjà dit qu'il n'avait pas été exemplaire,à faire bouger les choses au delà du journalisme et de la littérature?

Nuala O'Faolain trouve des mots de tous les jours pour évoquer sa solitude,son penchant pour l'alcool et sa fratrie nombreuse(neuf enfants d'une mère elle-même alcoolique).Elle écrit aussi divinement sur l'Amérique et le 11 septembre.Et surtout à l'âge de soixante ans elle nous parle de l'âge venant avec une lucidité et une détermination qui,si elles vacillent parfois,demeurent inébranlables.Je tiens ce récit pour une oeuvre de toute première importance.Un petit florilège,ce que je fais rarement mais je voudrais tant faire découvrir ou mieux connaître ce livre.

"
Citation :
La cinquantaine,c'est l'adolescence qui revient de l'autre côté de la vie adulte-le serre-livres correspondant-avec ses troubles de l'identité,ses mauvaises surprises physiques et la force qu'il faut pour s'en accomoder"

"Il se peut que je commence à m'apaiser au sujet de mon père,mais je pense que je serai à jamais hantée par ma mère.Cependant,je ne suis plus sûre que la meilleure chose soit de lui pardonner,et ça aussi me donne de l'espoir.Il se joue plus ici et maintenant que jamais auparavant et c'est beaucoup,beaucoup plus tard dans la vie.Pourquoi ne pas s"armer de courage pour rompre avec elle cette fois-ci?Pour lui dire de se débrouiller toute seule,enfin?"

"En grimpant sur mes propres mots et ceux des autres,le trajet n'a cessé de me pousser plus haut.L'écriture m'a ramenée des mondes souterrains.J'ai été mon propre Orphée"

A noter aussi les mots troublants et magnifiques sur la dualité Irlande-Amérique qui est au coeur de presque toute la prodigieuse littérature irlandaise.J'ai appelé cela Le regard d'Aran sur Ellis Island.Se plonger dans J'y suis presque,après On s'est déjà vu quelque part? c'est toucher au plus près le mal de vivre mais aussi la paix d'écrire de part et d'autre de l'Atlantique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuala O'Faolain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuala O'Faolain
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: