Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Inoue Yuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Inoue Yuki   Mar 13 Fév 2007 - 18:35

"Mémoires d'une geisha"

C’est un très bon roman-documentaire émaillé de photographies.

J’ai bien fait de lire ce livre-là avant d’aller voir le film Geisha. Sa rigueur m’a éclairée avec justesse sur l’univers fascinant des geishas. Et les images du film sont ensuite venues élégamment l’illustrer.
Je suis certaine que je serais passée à côté de beaucoup d’éléments du film si je n’avais pas lu ce livre avant.
Le film n’est pas tiré de ce livre comme je l’avais pensé, mais d’un autre, d'Arthur Golden, qui porte le même titre.

Le récit subtil et délicat de Yuki Inoue est mêlé au témoignage plein de pudeur de Kinu Yamaguchi, une geisha pour laquelle on se sent pris d’une vraie tendresse.

Née en 1892, Kinu avait huit ans quand elle a été vendue pour devenir Geisha. Le livre est donc l'histoire sa vie. Rien à voir avec le livre de Arthur Golden qui idéalise la vie de la Geisha. Ici, c’est un peu l'envers du décor : apprentissage rigoureux, privations, punitions…

Une fois devenues geisha, les jeunes femmes pouvaient gagner leur vie en versant une partie de leurs gains à l'okiya (maison de geishas) et rembourser ainsi leur dette. Dix années d'ordinaire suffisaient à rembourser la dette contractée dès son achat envers sa mère adoptive. Pour Kinu, ce seront quinze années qu'il lui faudra, toute sa jeunesse, pour s'acquitter de cet "emprunt" dû à sa vente, à ses maigres repas et à l'achat de ses vêtements.

Après son initiation sexuelle, elle s'enfuit, puis revient vivre dans le "quartier réservé" avant de devenir elle-même patronne d'une maison de geishas.

Son rude parcours initiatique, son amour pour la Nature, l'eau d'une rivière, la neige, les fleurs, les couleurs, ses sentiments, ses émotions, sa soumission…Mais aussi les codes et usages des maisons de geishas…Le vocabulaire correspondant…Après avoir lu ce livre, vous saurez tout, tout, tout sur cette geisha…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Inoue Yuki   Mar 13 Fév 2007 - 19:39

A priori son seul roman, autobiographique, l’année de naissance de l’auteur(e) est la même que celle de l’héroïne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Inoue Yuki   Mer 26 Oct 2011 - 18:12

Voilà une lecture que je qualifierais d’exotique (ne pas y voir un caractère péjoratif) tant l’univers dans lequel est plongé le lecteur est éloigné de notre culture occidentale, et plus largement judéo-chrétienne.
Une fois franchi le premier quart de l’ouvrage qui m’aura demandé pauses et décantation, c’est d’une traite que j’en finirai la lecture.
Le récit, car c’est d’un récit dont il s’agit, peut dérouter par la forme. L’auteur transcrit le vécu d’une femme, et agrémente assez copieusement sa narration, des propos directs de Kinu dont il est question dans ce livre.
Ce récit constitue un témoignage complet, et à mon sens honnête, sur une pratique, ou plutôt un « art de vivre » bien méconnu des occidentaux. Je dis méconnu, car il me semble que le terme de Geisha et de tout ce qui s’y rapporte ne constitue qu’une vague idée pour qui n’a pas lu ou vu à ce sujet. Le monde des plaisirs et de la courtisanerie au japonais reste assez obscur, du fait d’une part que durant son âge d’or, le Japon était un pays replié sur lui-même, et, que d’autre part, l’histoire du Japon, et notamment l’après-guerre a accéléré le déclin de ces pratiques. Il se dit que de nos jours, l’apprentissage tend à reprendre vigueur…..
Est-ce un bien ? A la lecture de cet ouvrage, sans aucun doute. J’ai découvert, par l’écrit en tout cas, un monde barbare consistant à vendre ses filles à des maisons de plaisir, pour en faire de parfaites hôtesses à messieurs fortunés. Mais à quel prix ???
Celui de la soumission, de la souffrance, l’abnégation, la résignation, et au final une exploitation féminine qui ne dit pas son nom. Tout cela existe à nos portes, me direz-vous….oui, mais la pratiques des arts en moins, le raffinement en plus ; en apparence, car à y regarder de plus près, quelle violence faut-il infliger à ces toutes petites filles pour en arriver à maîtriser l’art de la conversation, de la cérémonie du thé, de l’art floral, ou de la pratique musicale…….
C’est la première partie, qui s’intéresse à la formation de la future Geisha, qui est la plus indigeste. Les deux autres respectivement consacrées à son activité de Geisha, puis de patronne d’une maison de Geisha, seront plus abordables, et plus instructives parce que l’évolution du « métier » suit intimement l’histoire du Japon. Et tout cela ne m’a pas déplu, loin de là.
J’ai apprécié la présence de photographies noir &blanc tout au long de ce récit. Cela donne un plus à l’ouvrage, qui pour moi n’est pas un roman, mais plus une récit-documentaire.
La personnalité de Kinu, est assez complexe. A la fois soumise résignée, bonne élève, elle n’en est pas moins déterminée, dotée d’un caractère rebelle. Elle n’hésite à pas à supporter les coups pour sortir des griffes de son souteneur ; et n’est pas dénuée d’ambition, puisqu’à son tour elle fondera sa propre maison de Geisha en ayant tiré les leçons de sa propre expérience.
Les mœurs familiales en vigueur à l’époque sont assez difficiles à comprendre de notre propre point de vue. Au siècle dernier, vendre ses filles pour quelques yens était chose courante, et communément admise, voire normal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Inoue Yuki   Mer 26 Oct 2011 - 18:22

Mimi, "Au siècle dernier", c'est le XXème siècle, je suppose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Inoue Yuki   Mer 26 Oct 2011 - 18:32

topocl a écrit:
Mimi, "Au siècle dernier", c'est le XXème siècle, je suppose?
bah en fait fin des années 1800 ......donc fin XIX éme confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Inoue Yuki   Mer 26 Oct 2011 - 18:35

Ca me rassure sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inoue Yuki   

Revenir en haut Aller en bas
 
Inoue Yuki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Slam Dunk - Takehiko Inoue
» Ma grande famille Pullip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: