Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 André Brink [Afrique du Sud]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: André Brink [Afrique du Sud]   Ven 7 Déc 2007 - 17:02

André BRINK (1935-  )




Issu d'une famille d'origine danoise et hollandaise, installée en Afrique du Sud au XVIIIe siècle, très traditionnelle et conservatrice. Son père était juge et sa mère institutrice.

Il fait des études de lettres à l'université de Potchefstroom au Trasvaal, puis en 1959 vient en France suivre des cours à la Sorbonne. Ce séjours va bouleverser ses convictions et sa vision du monde « Je suis né sur un banc du Luxembourg, à Paris, au début du printemps 1960 » écrira-t-il.

Cette prise de conscience sera d'ailleurs commune à toutes une génération littéraire, les Sestigers (soixantistes) qui vont remettre en cause les valeurs traditionnelles de la société sud-africaine. Important d'Europe l'absurde, l'existentialisme, la phénoménologie et le structuralisme, ils axent leur création sur trois points: la responsabilité littéraire de l'écrivain face à un régime perçu comme inique, l'identification par les Noirs de l'afrikaans à l'apartheid, l'engagement politique.

En 1967, André Brink revient à Paris, définitivement pense-t-il, mais les événements de mai 68 l'amènent à une nouvelle réflexion sur la nécessité pour un individu d'assumer ses responsabilités dans la société. Il revient en Afrique du Sud et s'engage résolument dans la lutte contre l'apartheid. Son livre « Au plus noir de la nuit » est interdit, ce qui l'amène à le traduire en anglais, ce qui va amener un début de la reconnaissance internationale de son oeuvre.

Il a été professeur à l'université, traducteur (en particulier du français), critique littéraire, il a écrit pour le cinéma et la télévision.

Il obtient en 1980 le prix Médicis étranger pour « Une saison blanche et sèche ».


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

1964 L'Ambassadeur
1973 Au plus noir de la nuit
1976 Un instant dans le vent
1978 Rumeurs de pluie
1979 Une saison blanche et sèche, Page 1,  1
1982 Une chaine de voix
1983 Sur un banc du Luxembourg : essais sur l’écrivain dans un pays en état de siège
1983 Le Mur de la peste, Page 2
1988 États d’urgence : notes pour une histoire d’amour
1991 Un acte de terreur
1993 Adamastor
1994 Tout au contraire
1995 Les Imaginations du sable
1998 Retour au Luxembourg. Littérature et politique en Afrique du Sud (1982-1998)
2000 Le Vallon du Diable
2000 Les Droits du désir
2003 Un turbulent silence
2006 L'Insecte missionnaire
2006 L'amour et l'oubli, Pages 1, 2, 3
2007 La porte bleue, Page 1
2009 Dans le miroir suivi de Appassionata, Pages 1, 2
2009 Mes bifurcations, mémoires

Citation :
mise à jour le 03/03/15, arrêté page 3

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Ven 7 Déc 2007 - 17:04

La porte bleue / traduit par Bernard Turle / Actes Sud



David a en apparence tout pour être heureux: une enviable carrière universitaire, un mariage harmonieux avec une architecte, des relations sociales étendus. Mais cela ne l'empêche pas de faire d'inquiétants cauchemars. Un jour, en entrant dans un local qui lui sert d'atelier pour peindre, il est accueilli par une femme et deux enfants noirs qu'il n'a jamais vus, mais qui se comportent comme s'il était leur mari et père. Toute sa vie et sa conscience basculent, et toutes les frustrations qu'il a étouffées pour construire sa vie resurgissent: la carrière de peintre qu'il a sacrifié, un grand amour qu'il a laissé partir à cause de l'opposition de sa famille à une liaison avec une femme noire....


C'est un tout petit livre, à peine une longue nouvelle. L'écriture est limpide, élégante. Les thèmes abordés sont nombreux et riches: l'apartheid, le poids étouffant de la société afrikaner traditionnelle, le renoncement à ses rêves et à l'auto-réalisation pour une sécurité matérielle et un conformisme social... Le récit prend très rapidement une tournure onirique, voire surréaliste, qui n'est pas sans faire penser à Kafka, dans cette façon dont une vie déraille par l'apparition de l'étrange et de l'incompréhensible dans le quotidien, la manière dont le héros voit sa vie lui échapper et perdre son sens sans qu'il ne puisse rien faire.

Malgré tout cela, et même si je trouve beaucoup de talent à André Brink et que ce fût une lecture rapide et somme toute agréable, je ne suis pas totalement conquise par ce livre. Cela tient peut être à sa faible longueur, qui empêche que l'on s'attache vraiment à son héros, car finalement on le connaît assez peu, les éléments de sa vie sont plus suggérés qu'explicités, et comme il s'agissait pour moi de la première lecture de cet auteur et de mon deuxième roman sud-africain, certains aspects peut être évidents m'ont semblé éliptiques.

Mais je le répète, c'est à mon sens incontestablement un auteur très doué, et j'ai envie de continuer à explorer ses écrits, je vais peut être me lancer dans « Une saison blanche et sèche » ou dans un autre titre que peut être un participant au forum pourrait me suggérer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliman
Envolée postale


Messages : 124
Inscription le : 17/02/2008
Age : 49

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Dim 13 Avr 2008 - 11:19

"Au plus noir de la nuit".

Une histoire d'amour ( impossible!) dans le bokkeveld doublée d'un réquisitoire contre l'apartheid assez finement conduit.

Un livre interdit à sa sortie car jugé pornographique! Un gage de vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Lun 14 Avr 2008 - 1:42

André Brink est un écrivain d'Afrique du Sud intéressant à plus d'un titre..
Je l'aime moins que Coetzee , parce que peut être que Disgrâce de J.M. Coetzee est un des livres les plus forts que j'ai lu sur l'après apartheid.
Mais il a aussi un grand mérite, cet André Brink, engagé pendant des années dans ses écrits, c'est celui de savoir constater à quel point les retours de bâton sont complexes...
« Si je regarde certains politiciens, ils sont aussi arrogants que nos anciens responsables sous l'apartheid. Cette combinaison d'arrogance et d'idiotie est vraiment difficile à avaler, parce que c'est contre cet état d'esprit que nous nous étions tous mobilisés. La lutte contre l'apartheid, c'était la lutte contre un pouvoir aussi arrogant qu'oppressif. Personne ne se rend compte aujourd'hui que le pays n'a plus de temps à perdre. La fin de l'apartheid n'a rien changé à la vie quotidienne des Sud-Africains les plus pauvres. Quand je pense à tout cela, mes regrets ne me chagrinent plus. Ils me rendent furieux. »
Le métissage est un thème qui donne lieu à bien des réflexions en Afrique du sud. C'est le sujet aussi du roman que je lis en ce moment, de Zoe Wycomb, Des vies sans couleurs

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Ven 3 Avr 2009 - 20:17

Je n'en ai lu qu'un,admirable,Un turbulent silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mer 10 Juin 2009 - 16:13



Passionnante, l’oeuvre d’André Brink l’a toujours été. Du temps de l’apartheid, où ses livres disaient avec force la honte de ce régime raciste. Depuis l’avènement de la nation arc-en-ciel, l’ecrivain a élargi sa palette, s’est permis de remonter dans l’histoire de son pays, d’y puiser des légendes mais, jamais, il ne s’est véritablement éloigné de sa vocation : parler de l’âme de l’Afrique du sud. Les deux courts récits (Dans le miroir et Appassionata) publiés par Actes sud sont a priori très différents, l’un narre l’histoire d’un architecte qui se réveille dans la peau d’un noir (rien à voir avec Agathe Cléry, qu’on se rassure), l’autre la passion dévorante et destructrice d’un compositeur pour une soprano. Les deux histoires se recoupent, chacune d’entre elles a à voir avec la violence, directe, dans un cas, avec une agression sauvage en guise de point culminant ; plus subtile, ensuite, avec la relation de frustration érotique entre deux personnages qui s’abandonneront peut-être à l’irréparable. De manière explicite ou en filigrane, l’Afrique du sud d’aujourd’hui, avec ses contradictions, son racisme larvé et ses flambées de violence, est au coeur des deux récits. Brink, jusqu’à son dernier souffle n’aura donc d’autre sujet que son amour/haine pour son pays meurtri. Le lecteur, une fois de plus subjugué ici par le style et l’art de conteur de l’ecrivain ne s’en plaindra pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Ven 30 Avr 2010 - 16:49

Une Saison blanche et sèche.
C’est l’histoire d’un boer, blanc et donc privilégié, professeur d’histoire et géographie de son état. Cet homme, qui a toujours vécu dans une heureuse insouciance, prend tout à coup conscience des pratiques profondément ségrégationnistes et injustes en cours dans son pays. Réveil qui suit la mort rapprochée de deux noirs comptant parmi ses connaissances. Il n’a, dès lors, de cesse de poser les questions qui fâchent et de débusquer la vérité.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture qui plonge dans la sordide réalité de l’Afrique du Sud de l’Apartheid. Au fur et à mesure que s’égrènent les paragraphes, les pages et les chapitre, un certain malaise est néanmoins parvenu à s’insinuer en moi. La violence, l’intolérance et l’oppression afrikaners sur les populations noires finissent par marquer le lecteur. Ben Du Toit se débat contre une force qu’il sous-estime et qui tient à rester dans l’ombre.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Jeu 3 Juin 2010 - 21:25

Mes préférés : Au plus noir de la nuit, Une saison blanche et sèche, Un turbulent silence, Les droits du désir, L'amour et l'oubli.
Je l'ai lu à 20 ans, je continue.

Just another Brink in the wall !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Chouette
Posteur en quête
avatar

Messages : 86
Inscription le : 30/06/2010
Age : 64
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mar 3 Aoû 2010 - 18:39

"L'AMOUR et L'OUBLI" André Brink.
UNe autobiographie fictive : un écrivain, Chris Minaar (78 ans), se souvient des femmes de sa vie ...Sa mère, centenaire qui vit en maison de retraite, les femmes qu'il a aimées,le nom de Chris : minnaar veut dire amant en Afrikaans.
p. 366 " Je dois poursuivre mon travail, peaufiner mes notes. Avant que j'oublie. Avant que tout se perde."
Le roman s'ouvre sur la mort de son dernier amour, Rachel, sculpteur.
A. Brink nous raconte son pays :son père un Afrikaaner, 1960 le massacre de Sharpeville qui détermine sa vocation d'écrivain, sa vie à Londres, à Paris, son retour en Afrique du Sud, la libération de Nelson Mandela en 1990; en parallèle l'actualité, la guerre en Irak dont il écoute le compte-rendu télévisé quand il ne trouve pas le sommeil...le lecteur ne sait plus ce qui relève de la fiction, de l'autobiographie, du roman, des fantasmes d'un don juan vieillissant qui avoue au début du roman : p.11 " C'est toi, plus qu'une autre, avec toute la joie que tu m'as apportée, qui m'as fait comprendre que mes facultés m'abandonnaient, que le désir était encore là mais plus de quoi l'assouvir."
Un excellent roman de 477 pages !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mar 16 Aoû 2011 - 0:09

Une saison blanche et sèche
Ce livre est sur l’étagère depuis un an, prévu à l’origine pour une lecture commune vers l’Afrique du sud. Au dernier moment je lui avais préféré l’odeur des pommes de Mark Behr (lecture très appréciée, et dont je me souviens encore bien), sans trop savoir pourquoi d’ailleurs, et jusqu’à maintenant avec une occasion de lui faire prendre l’air, rien n’avait dirigé ma main vers ce livre……comme c’est bizarre.
Comment d’un sujet aussi grave et douloureux, l’auteur a-t-il pu faire un livre aussi insipide, et bâtir une histoire d’une banalité déconcertante. Le sujet aurait, pourtant pu donner une œuvre grandiose .Hélas, ce livre m’a laissée de marbre : pas une émotion n’est venue chatouiller mon âme de lectrice ; rien, une neutralité affligeante.
Certes, c’est écrit correctement, André Brink n’est pas un " un mauvais rédacteur". C’est juste que le style de ce livre, n’ait rien d’ambitieux, rien de particulier qui fait que ce livre interpelle, dans un sens ou dans un autre. J’ai en mémoire, le style, et l’écriture de J.K Coetzee, sud-africain également, mais Prix Nobel de Littérature….La voilà l’explication : à force de lire des bonnes choses, je deviens difficile, exigeante, intransigeante peut-être. Peut-être ai-je un cœur de pierre, qui sait ? Mais en ouvrant un livre, je veux être interpellée, je veux vibrer, je veux tout simplement.
J’ai un souvenir encore vivace, du charme un peu désuet de Pleure Ô pays bien aimé qui a laissé son empreinte.
La construction même de ce roman n’incite pas à ressentir. Le narrateur, n’est pas un personnage partie prenante de l’histoire. Il raconte, de loin, ne prend pas position, se s’implique pas, reste en dehors. De fait, moi, lectrice, je ne me sens pas "prise par la main" par un personnage, qui m’aurait dit " voilà ce que j’ai à te dire, voilà comment je vis les choses, voilà comment je les perçois ".
Cette construction linéaire est sans relief, sans détours, sans petits coins perdus dans lequel s’engouffre le lecteur, pour mieux retrouver la lumière. Un peu comme une allée en forêt, rectiligne, et désespérément plate ; à force on s’ennuie, on marche en fermant les yeux sans grand danger.
C’est à peu près comme ça que je lis ce livre : je lis, les yeux suivent les mots, mais le cerveau est ailleurs, encore avec le livre précédent, et déjà avec le livre suivant dont j’attends qu’il me secoue davantage.

Je me pose la question du prix obtenu par ce livre, en 1980…est-ce un choix politique, en relation avec ce qui se passait là-bas, pour faire bouger les choses ?
Écrit dans un style somptueux, riche de couleurs et d’image c’est l’œuvre la plus significative, la plus engagée, la plus achevée, d’un très grand romancier. Pour reprendre la note de l’éditeur, je m’insurge contre le style somptueux et riche en couleur…tout de même n’exagérons rien.

Il semblerait, qu’André Brink, pour ce livre, ne s’y soit pris comme il le fait habituellement dans sa construction littéraire. Pour cela il mérite une seconde chance, quand l’occasion se présentera.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mar 16 Aoû 2011 - 13:57

Ah, tiens ?
J'avais beaucoup aimé ce bouquin.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mar 16 Aoû 2011 - 15:03

Moi aussi, mais c'était encore du temps de l'Apartheid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mar 16 Aoû 2011 - 16:22

Harelde a écrit:
Ah, tiens ?
J'avais beaucoup aimé ce bouquin.

Et moi donc, pourtant ça fait un bail mais je m'en souviens encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mar 16 Aoû 2011 - 16:33

La tension présente dans ce livre, les heurts entre communautés, la pression des blancs, cet état dans l'état qu'est Soweto... et ce pauvre bougre au milieu qui semble le seul à ne rien comprendre (et à ne pas être compris).
Je lisais, totalement ahuri de cette situation. J'ai beau savoir, je suis toujours surpris d'une telle violence, d'une telle discrimination.
Et je me demande toujours comment de telles choses ont pu exister. (Existent toujours ?)

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   Mar 16 Aoû 2011 - 16:38

le livre a certainement mal vieilli.
ceci dit, le fond est une chose, mais la forme ne m'a pas convenu, et de fait m'a laissée de marbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: André Brink [Afrique du Sud]   

Revenir en haut Aller en bas
 
André Brink [Afrique du Sud]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [livre voyageur] L'insecte missionnaire de André Brink
» Le frère André canonisé
» Des idées pour l'Afrique
» Zone Afrique Equatoriale
» (AFRIQUE DU NORD)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature africaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: