Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Arturo Perez Reverte [Espagne]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeLun 28 Jan 2013 - 22:44

Le pont des assassins

Quel pensum que cette aventure du capitaine Alatriste ! Comme je l'ai déjà dit plus haut, les écarts incessants du narrateur, le jeune Inigo, desservent une intrigue mince, très mince qui peine à occuper l'espace dans ce roman. Elle est étouffée par les lamentations incessantes sur la déliquescences de la grandeur de l'Espagne et des tableaux sans saveur sur les lieux de Venise (rue, taverne où pullulent les prostitués).
L'intrigue, un quelconque attentat contre un potentat de Venise, met un temps fou à décoller, au point que j'ai failli laisser plusieurs fois tomber ce livre. Même le duel entre Alatriste et Malatesta est tronqué, prenant fin sans raison, si ce n'est un futur tome et une nouvelle aventure du capitaine. En espérant un peu plus de trépidations littéraires.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chantal
Posteur en quête


Messages : 96
Inscription le : 02/02/2007

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 29 Jan 2013 - 17:22

traversay a écrit:
L'idylle qui aurait pu être entre ces deux-là, la gaditane et le capitaine, donne lieu à des scènes capiteuses, où Pérez-Reverte montre le désir et la bienséance se livrer un combat de titans. Ce sont les meilleurs passages du roman, les plus vibrants. Qui font oublier les longueurs obligées de ce roman-fleuve qui laisse parfois sur ses berges. Avant de vous harponner de plus belle ...

Intéressant de pouvoir comparer ce que ressentent les lecteurs en fonction de leur tempérament. C'est au contraire ce que j'ai le moins apprécié dans ce roman. L'idylle vouée à l'échec dès le départ, ne serait-ce que par les appartenances sociales différentes, importantes à l'époque, m'a ennuyée. Il m'a semblé que c'était très convenu et déjà cent fois décrit d'un point de vue littéraire. Les descriptions des manoeuvres maritimes et les calculs des trajectoires de boulets de canons, furent pour moi des longueurs sur lesquelles j'ai passé. Les autres personnages sont fort bien campés chacun dans son histoire personnelle qui s'élargit jusqu'au moment où elles se rejoignent toutes. La documentation incluse dans le roman sur la fortune des familles, les maisons de commerce, et les voyages avec l'Amérique m'ont semblé passionnantes de même que la description de cette guerre avec Napoléon souvent ignorée de l'histoire.
J'ai été obsédée par la recherche de cet assassin de jeunes femmes, étant sûre de l'avoir identifié à certains moments de lecture, pour m'apercevoir à la fin qu'il n'était pas où je l'attendais, et ce n'était pas le plus important de l'histoire. je me suis donc laissée manoeuvrer par l'auteur. Il n'y a pas que les histoires racontées chez Perez-Reverte mais sa façon de les imbriquer l'une dans l'autre dans un même roman, éparpillant l'attention du lecteur ou le concentrant sur l'inutile (après coup). C'est à mon avis un maître du genre. Je me souviens avoir été ainsi surprise à la fin de la lecture de "la peau du tambour".

Je dirais que ce fut pour ma part un excellent moment de lecture. De ces livres dont on a du déplaisir à tourner la dernière page par peur de ne plus trouver assez vite l'équivalent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simongabriel
Plume timide
Simongabriel

Messages : 14
Inscription le : 07/11/2012
Localisation : Paris

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Le Tango de la Vieille Garde   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeLun 12 Aoû 2013 - 10:37

Le Tango de la Vieille Garde.
 
Je viens de terminer la lecture en espagnol du dernier roman d'Arturo Perez Reverte. J'ignore la date de parution en français mais ce superbe roman d'amour est, comme plusieurs de ses œuvres, une véritable plongée dans l'univers si varié de ce disciple avoué et revendiqué et d'Alexandre Dumas.
L’histoire se déroule en trois volets, éclatés en aller-retour et en  trois temps de la vie d’un danseur mondain (APR lui-même ?).  Un collier de perles, volé, perdu, et retrouvé traverse ces facettes.
 
Max est danseur mondain sur une croisière vers l’Argentine et rencontre Armando de Troeye  de Maurice Ravel  et compositeur lui-même qui  fait le pari de créer un tango plus célèbre que le fameux Boléro. Séduit par la bellissime Mecha Inzunza épouse du compositeur, Max, entraîne le couple  dans les bas-fonds de Buenos-Aires à la recherche des racines du vrai tango, le tango « sale » tels qu’il se dansait avant les modes  qui l’ont promené à travers le monde. C’est presque une descente aux enfers de cette culture populaire où le trio se perd dans une nuit d’égarements.
 
Max  retrouve à Nice la femme du compositeur prisonnier en Espagne en pleine guerre civile et participe contre son gré à de rocambolesques et mortelles intrigues entre fascistes italiens, républicains et franquistes.
 
Enfin, vieillissant Max, devenu majordome d’un homme d’affaires suisse, est à Sorrente lorsque se dérouler un tournoi d’échecs en préparation du championnat du monde. Le prétendant au titre est le propre fils de Mecha Inzunza, Jorge Keller, coaché par sa mère. Max, pour plaire à Mecha Inzunza dérobe les notes et secrets du rival russe de Jorge puis retourne à sa place de danseur mondain et homme à tout faire.
 
Roman d’amour où APR excelle à construire et dérouler une passion contenue entre un homme simple et intrépide et une femme du monde libre et  belle comme cet écrivain les aime tant.
On ne peut s’empêcher de voir en filigrane l’image que l’auteur  veut donner de son propre destin traversant guerres, arts, amours et aventures. Arturo Perez Reverte m’a paru être encore plus dans ce roman que dans tous les autres : Un danseur mondain amoureux d’une étoile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 3 Sep 2013 - 9:16

Dimanche dernier, Arturo Pérez-Reverte dans sa colonne dominicale d´un Magazine culturel, racontait cette anecdote:
"Una vez, al ser interrogado sobre mi ideología, respondí que yo no tengo ideología porque tengo biblioteca."

Ce qui veut dire : Une fois, interrogé sur mon idéologie, je répondis que je n´en avais aucune, parce que je possédais une bibliothèque.

Le lien pour ceux qui lisent l´espagnol:
http://www.perezreverte.com/articulo/patentes-corso/774/conmigo-o-contra-mi/

Pour aider ceux qui se lanceront dans la lecture, l´auteur parte de cette manière que nous avons ici, de nous lancer violemment dans toute discussion ( surtout politique) sans calme argumentation, ni respect ni considération envers ce que soutient notre interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simongabriel
Plume timide
Simongabriel

Messages : 14
Inscription le : 07/11/2012
Localisation : Paris

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 3 Sep 2013 - 12:17

Merci de ce lien, Swallow.
Ce texte, bien désabusé me confirme l'impression que m'avait laissé le Tango.
En particulier que sa manière de traiter la guerre d'Espagne était pour le moins distante.
Sa déception de ce qu'est l'Espagne peut s'appliquer à l'ensemble de l'Europe, mais c'est une autre histoire.
Je retiens surtout que son extraordinaire enthousiasme de ses débuts est émoussé et ceci me peine.
Je suis régulièrement ses billets sur le Digital:
http://www.finanzas.com/xl-semanal/ et surtout son histoire d'Espagne sur son blog.
cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 3 Sep 2013 - 12:27

Merci pour le lien Swallow.

Et très belle citation...

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 3 Sep 2013 - 13:32

Alors, Simongabriel, Wink si tu lis toi aussi cette passionnante " Histoire d´Espagne" dans ses billets, tu auras parfaitement compris son allusion, dans cet article de Dimanche-dernier, extrait de " patente de corso".
 " Quizá esa Historia que casi nadie enseña en los colegios pueda explicarlo: ocho siglos de moros y cristianos, el peso de la Inquisición con sus delaciones y envidias, la infame calidad moral de reyes y gobernantes. " *


*Traduction : Peut-être cette Histoire, celle que presque personne n´enseigne dans les écoles pourrait-elle l´expliquer : 8 siècles de Maures et de Chrétiens, le poids de l´Inquisition avec ses délations et ses jalousies, l´infâme qualité morale des rois et gouvernants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simongabriel
Plume timide
Simongabriel

Messages : 14
Inscription le : 07/11/2012
Localisation : Paris

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 3 Sep 2013 - 14:15

Bien sur, Swallow, mais j'avoue que le flamboyant Arturo Perez Reverte du peintre des batailles et de la Reina del Sur et de tant d'autres me manque et de le voir aussi désespéré de la nature humaine me peine beaucoup. C'est cet Arturo, vieillissant que j'ai perçu dans le Tango.
Ta citation est parfaite mais son billet et sa critique couvrent toute l'histoire de l'Espagne et ne s'arrête pas à l'Inquisition. Elle inclue ce qu'est devenue l'Espagne et j'ajouterai l'Europe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: HISTOIRE.   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 10 Sep 2013 - 10:46

Ce n´est pas tant la critique de l´histoire de l´Espagne que fait Arturo Perez Reverte, mais celle des HISTORIENS convoqués au fil des époques pour la rédiger ( Manuels scolaires).
Ils les appelle "patriohistoriadores" ou bien " historiadores de pesebre*", ce qui indique bien qu´ils se nourrissent de secteurs politiques publics qui ont le pouvoir, et qui les chargent  de cette construction consensuée visant à rassurer les gens, en  leur faisant croire qu´ils vivent dans un beau pays, au passé glorieux.
Les enfants en sont les premières victimes, tous azimuts.

* traduction de "Pesebre": ratelier, mangeoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simongabriel
Plume timide
Simongabriel

Messages : 14
Inscription le : 07/11/2012
Localisation : Paris

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMer 11 Sep 2013 - 9:22

Il ne s'en prend pas seulement aux historien sinon aux humains en général. Cette histoire de l'Espagne est extraordinaire. Ma connaissance de l'espagnol est suffisante pour apprécier l'humour et la faconde du personnage. Je saisis certaines expressions mais plusieurs allusions m'échappent, hélas. C'est à mourir de rire. Dommage que ce soit intraduisible. Pour le fond, sa position est tout aussi désabusée que celle de ce blogueur que j'aime bien (H16 pour ne pas le nommer) qui termine tous ses papiers par CPEF (ce pays est foutu).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeMar 12 Nov 2013 - 11:35

Simongabriel a écrit:
Le Tango de la Vieille Garde.

Je viens de terminer la lecture en espagnol du dernier roman d'Arturo Perez Reverte. J'ignore la date de parution en français mais ce superbe roman d'amour est, comme plusieurs de ses œuvres, une véritable plongée dans l'univers si varié de ce disciple avoué et revendiqué et d'Alexandre Dumas.
L’histoire se déroule en trois volets, éclatés en aller-retour et en  trois temps de la vie d’un danseur mondain (APR lui-même ?).  Un collier de perles, volé, perdu, et retrouvé traverse ces facettes.

Max est danseur mondain sur une croisière vers l’Argentine et rencontre Armando de Troeye  de Maurice Ravel  et compositeur lui-même qui  fait le pari de créer un tango plus célèbre que le fameux Boléro. Séduit par la bellissime Mecha Inzunza épouse du compositeur, Max, entraîne le couple  dans les bas-fonds de Buenos-Aires à la recherche des racines du vrai tango, le tango « sale » tels qu’il se dansait avant les modes  qui l’ont promené à travers le monde. C’est presque une descente aux enfers de cette culture populaire où le trio se perd dans une nuit d’égarements.

Max  retrouve à Nice la femme du compositeur prisonnier en Espagne en pleine guerre civile et participe contre son gré à de rocambolesques et mortelles intrigues entre fascistes italiens, républicains et franquistes.

Enfin, vieillissant Max, devenu majordome d’un homme d’affaires suisse, est à Sorrente lorsque se dérouler un tournoi d’échecs en préparation du championnat du monde. Le prétendant au titre est le propre fils de Mecha Inzunza, Jorge Keller, coaché par sa mère. Max, pour plaire à Mecha Inzunza dérobe les notes et secrets du rival russe de Jorge puis retourne à sa place de danseur mondain et homme à tout faire.

Roman d’amour où APR excelle à construire et dérouler une passion contenue entre un homme simple et intrépide et une femme du monde libre et  belle comme cet écrivain les aime tant.
On ne peut s’empêcher de voir en filigrane l’image que l’auteur  veut donner de son propre destin traversant guerres, arts, amours et aventures. Arturo Perez Reverte m’a paru être encore plus dans ce roman que dans tous les autres : Un danseur mondain amoureux d’une étoile.
 
arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 97820212
 
Qu'est-ce que le tango de la Vieille Garde ? C'est celui de l'origine, dansé dans les bouges des quartiers de Barrancas ou de la Boca, à Buenos Aires. Avant que sa version aseptisée et beaucoup moins canaille ne conquiert le monde. Dans le dernier roman d'Arturo Perez-Reverte, sans nul doute l'un de ses plus brillants, tout commence sur un paquebot en route vers l'Argentine, en 1928. Le héros en est un danseur mondain, gigolo, escroc et voleur. Et éminemment amoral, cela va de soi. Il va trouver à qui parler avec la femme d'un compositeur célèbre, aussi séduisante que venimeuse. Un jeu pervers, celui du désir et du mensonge, va s'installer entre eux dès leur première rencontre, le temps d'un tango vertigineux. 1928, 1937, 1966 : le destin du ruffian gominé et de la femme fatale sophistiquée ne se croisera que trois fois, sur de courtes périodes. A Buenos Aires, A Nice, sur fond de guerre d'Espagne, dans la baie de Naples, au cours d'une partie d'échecs, symbole de la guerre froide. Le tango de la Vieille Garde se lit comme un roman de Jules Verne, avec un appétit qui ne retombe jamais. Flamboyance et mélancolie se mêlent dans un récit d'aventures époustouflant, agencé de manière diabolique, les époques se répondant sans cesse. Au-delà de ses péripéties, le roman de Perez-Reverte se réapproprie les codes d'une passion sensuelle digne des plus grands mélodrames. Indécent, torride, romantique, sardonique, grave et léger, c'est un livre comme on n'ose plus en écrire, son côté désuet, cruel et hautement romanesque en faisant un petit chef d'oeuvre de littérature populaire, au meilleur sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeDim 19 Oct 2014 - 8:44

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 A1090
La patience du franc-tireur
Citation :
Présentation de l‘éditeur
Un éditeur charge Alejandra Varela, spécialiste de l'art urbain, de retrouver Sniper, graffeur célèbre pour son talent exceptionnel et ses actions de rue à la limite de la légalité et de la guérilla. Elle doit lui proposer, en même temps qu'une édition de ses œuvres, une grande rétrospective au MoMA. Mais personne n'a jamais vu le visage de Sniper ni ne sait où il se trouve. De Madrid à Lisbonne, de Vérone à Naples, Alejandra se lance alors sur ses traces et se retrouve prisonnière d'un piège mortel à mesure qu'elle comprend les véritables objectifs des performances stupéfiantes de cet artiste radical.

Après Le Peintre de batailles, Arturo Pérez Reverte revient à l'un de ses thèmes de prédilection en interrogeant, au fil d’une traque haletante et impitoyable dans l'univers du graffiti, la fonction de l’art aujourd’hui, pure beauté ou objet de spéculation, et les nouvelles formes de rébellion dans nos sociétés occidentales mondialisées.

Après le sublime Le peintre de batailles cette lecture est pour moi la deuxième où je suis cet auteur dans le monde l’art.

On se retrouve dans la rue, le street-art, le graffiti, ou comme le personnage du Sniper de ce roman le dit : « je fais de la guérilla urbaine »
Forme d’art que je n’aime pas autant que d’autres, mais j’étais prête à faire cette lecture parce que j’ai tellement aimé Le peintre de batailles et j’estimais qu’Arturo Pérez-Reverte  allait réussir à m’enthousiasmer.

Pari réussi à moitié. Le début du livre m’a un peu laissé en doutes, je ne trouvais pas l’intérêt de poursuivre ma lecture et j’étais sur le point d’abandonner. Reposé le livre pour quelques jours, puis repris et à partir de là c’était un tourne-page jusqu’à la fin.
À partir du moment où il fait voyager sa protagoniste (Lisbonne, Vérone, Rome, Naples), je n’étais toujours pas attachée au sujet du graffiti mais au moins ses descriptions des villes me plaisaient, il sait très bien redonner l’atmosphère et le flair des différents endroits.

Et puis il y a le moment de la rencontre avec Sniper et leurs discussions autour de l’art, de notre monde, de la société dont on fait partie… C’est souvent bien vu et tout à fait intéressant.
Mais surtout le ‘twist’ à la fin qui sort de l’ombre sans qu’on se soit imaginé à un tel changement de l’histoire est extra. Réussite sur tout le plan…

Naturellement il cite Muelle, le graffeur espagnol le plus connu

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 A1089


et le voilà avec des gens qui lui ont donné une entrée dans le monde des graffitis
arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 A1091

Reportage intéressant : ici (en espagnol)

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeDim 19 Oct 2014 - 22:49

ça me rend curieuse.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeDim 19 Oct 2014 - 23:10

Il me tente assez aussi.
Est-ce plutôt un policier se passant dans le monde de l'art ( type Le tableau du maître flamand ou Club Dumas) ou est-ce plus un roman, dans la veine du peintre des batailles ?
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitimeLun 20 Oct 2014 - 5:31

Queenie a écrit:
ça me rend curieuse.
si tu as la possibilité, tu peux y jeter un oeil Wink

Armor-Argoat a écrit:
Il me tente assez aussi.
Est-ce plutôt un policier se passant dans le monde de l'art ( type Le tableau du maître flamand ou Club Dumas) ou est-ce plus un roman, dans la veine du peintre des batailles ?
Disons, plutôt "polar" bien qu'il manque presque tout pour faire de ce livre un polar... mais quand même, plus de tensions comme dans Le peintre de batailles et même si c'est ancré sur l'art, il y a quand même cette recherche, ces rencontres pendant la nuit pour trouver ce Spider...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Arturo Perez Reverte [Espagne]   arturo perez ereverte - Arturo Perez Reverte [Espagne] - Page 6 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Arturo Perez Reverte [Espagne]
Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lentilles au chorizo(espagne)
» Coquinas ou tellines
» Bonne Vendredi
» Les boxes disponibles à l'étranger
» Expo maquette Bron 09/03/13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Espagne et du Portugal (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: