Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 William Makepeace Thackeray

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeSam 15 Déc 2007 - 15:35

William Makepeace Thackeray Thacke10
THACKERAY William Makepeace
Ecrivain anglais (1811-1863)



Thackeray est né en 1811 dans un faubourg de Calcutta dans une famille de fonctionnaires britanniques au service de la Compagnie des Indes orientales.

Son père décède lorsqu'il a 4 ans et sa mère l'envoie dans sa famille en Angleterre. Il fait des études en dilettante, voyage sur le continent, mais suite à la faillite d'une banque il se retrouve ruiné et doit gagner sa vie. Grâce au second mari de sa mère, il peut entrer dans le monde de la presse, d'abord à Paris, puis à Londres, cela donnera par exemple « The snobs of England by One of Themselves » dans le Punch, une série de feuilletons hebdomadaires qui lui assureront une grande renommée, et l'aideront à connaître le triomphe en 1848 suite à la publication de La foire aux vanités.

Malgré cette réussite professionnelle, Thackeray connaît des moments difficiles: sa femme a été internée dans un asile à cause d'une maladie mentale et il vit mal sa solitude. Il publie à un rythme soutenu, jusqu'à sa mort suite à une hémorragie cérébrale.

Thackeray a pratiqué différents genres: la critique des lettres et des arts, l'histoire,la satire sociale, la poésie burlesque, la caricature et bien entendu le roman de moeurs. Il a pratiqué une ironie désabusée, et fait ressortir l'origine individuelle du mauvais fonctionnement de la société. Il a imposé le vocable de snob et la notion du snobisme d'une façon internationale.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeSam 15 Déc 2007 - 15:37

Mémoires de Barry Lyndon / traduit par Léon de Wailly /Plon



Barry Lyndon est un gentillomme irlandais, issue d'une famille ruinée, en particulier par les prodigalités de son père. Il n'en a pas moins une haute idée de lui-même et de la place qu'il doit occuper dans la société. Il est un gentillomme, et a donc droit a ce qu'il y a de meilleur dans le monde, et peu importe la façon d'obtenir ce qui lui est dû.

Suite à un duel qu'il remporte il doit fuir la maison maternelle et aller à Dublin. Là il fréquente des gens peu recommandables, fait des dettes et doit s'engager à l'armée pour éviter la prison. Il subit la guerre des Sept Ans sur le Continent, d'abord dans l'armée anglaise, puis après une désertion, dans l'armée prussienne. Il devient espion, et grâce à cet intéressant emploi rencontre son oncle, qui vit depuis des années du jeu. Ils se plaisent et s'associent pour vivre de façon somptuaire sur le dos de pauvres naïfs. Enfin, il finit par épouser une riche veuve, qu'il va ruiner par ses dépenses délirantes et qu'il brutalisera et terrorisera pour la dépouiller et vivre de la façon luxeuse qui est la seule qui le satisfasse.

Barry Lyndon est un récit picaresque et haut en couleur qui nous conte la vie peu édifiante d'un hobereau irlandais, inculte et amoral, occupé uniquement de la satisfaction de ses plaisirs, bien peu raffiné: la boisson, le sexe, le jeu, les chevaux et un effréné goût de luxe. C'est extremement bien écrit, drôle on ne s'ennuie pas un instant car les péripéties s'enchaînent les unes aux autres. Le récit est à la première personne, puisqu'il s'agit des Mémoires du héros, ce qui permet à Thackeray l'usage du second dégré et d'une ironie décallée, en effet Barry ne voit rien de mal dans ce qu'il fait, ses agissements lui paraissent parfaitement naturels, s'il lui arrive des malheurs, c'est uniquement la faute des autres, tous ces pauvres types qui ne savent ce que c'est de bien vivre. Il est d'un egoïsme monstrueux et totalement inconscient, il ne manifeste de l'affection pour personne, sauf peut-être son fils et un peu sa mère, qu'il ne se gêne toutefois pas de négliger au temps de sa splendeur.

Il s'agit d'une satire, qui au-délà du personnage de Barry Lyndon s'attaque à la façon de vivre d'une classe sociale, riche et oisive, uniquement occupée de ses plaisirs, et vivant de fait sur le travail des autres, même si cela reste discret et que l'auteur est suffisament homme de son époque pour ne pas être excessivement choqué des disparités monstrueuses de niveau de vie.

J'avais déjà lu du même auteur La foire aux vanités, que j'avoue préférer, peut être parce que le personnage de Becky Sharp est plus complexe, plus ambigu, avec des aspects positifs et attachants, on arrive à trouver des justificatifs à pas mal de ses comportements, alors que Barry est complètement négatif, c'est uniquement une satire et une charge.

Mais tel qu'il est c'est un grand classique de la littérature anglaise, et un livre fort agréable et divertissant à lire.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
whiterose
Espoir postal
whiterose

Messages : 25
Inscription le : 31/05/2007
Age : 30

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 15:38

J'ai lu "La foire aux Vanités" de cet auteur et j'ai beaucoup aimé son style ironique, originale, car il s'adresse à ses contemporains, il décrit les gens, les situations avec une telle ironie.

J'ai lu aussi "Mémoires d'un valet de pied", roman court où le personnage principal est une valet qui observe ses maîtres avec une telle lucidité, et espièglerie, plus proche du cynisme que de l'amusement. Ce texte est empreint d'humour et d'ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scarlettohara.wordpress.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 21:15

Je n'ai vu que le film de Kubrick et compte bien lire le roman. En effet, "La foire aux vanités" m'avait enchantée!!!

Une fresque truculente du 19e siécle anglais, de cette société empesée et raide. La satire est violente parfois mais irrésistiblement drôle souvent !!! Comment réussir dans le monde quand on n'est rien ? Il suffit d'utiliser toutes les armes défendues par la morale (je vous rassure, cette morale est de façade dans ce joli monde) : mensonges, demi vérité, séduction passive ou active, gruger les naïfs et imbus d'eux-mêmes, flatter, manipuler et hurler avec les loups !!!

Tout un joli programme que l'héroïne, Rebecca Sharp, pauvre orpheline intelligente et très ambitieuse, devenue à force d'intrigue Mistress Crawley, va mettre en oeuvre. Le lecteur la déteste et l'aime tour à tour, parfois il peut avoir de la compassion. Elle connait les splendeurs et misères du monde (cruel monde des vanités humaines) et réussit à survivre à tout !!
Son antithèse est la douce Amélia Sedley qui est la caricature de la naïveté et de l'insignifiance. Elle aussi connait bonheur et malheur après être passée par le veuvage et l'adoration de l'époux disparu (fieffé gredin imbu de lui-même) avant de se rendre compte de sa tromperie.
Un héros qui est sourd aux choeurs de cette foire aux vanités. Il traverse cette fange sociale sans perdre sa superbe. Bref, un portrait sociétal qui est très moderne car transposable dans notre monde moderne. Car l'homme est un "lupus", un animal socialement ambitieux, prêt à toutes les avanies pour parvenir à toucher du doigt les fastes de la richesses et du pouvoir.
A lire et à relire avec un plaisir sans cesse renouvelé !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 23:09

Chatperlipopette a écrit:
Je n'ai vu que le film de Kubrick et compte bien lire le roman. En effet, "La foire aux vanités" m'avait enchantée!!!
A lire et à relire avec un plaisir sans cesse renouvelé !!!

Je considère La foire aux vanités comme un véritable chef d'oeuvre, je l'ai déjà lu plusieurs fois et je ne m'en lasse pas. Et comme mois aussi j'avais en tête le film de Kubrick, je ne pouvais que lire, un jour ou l'autre le livre. Mais même si c'est assez jubilatoire, à mon sens c'est un peu moins réussi que La foire aux vanités. Mais j'aimerais beaucoup avoir ton avis sur la question...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nibelheim
Main aguerrie
Nibelheim

Messages : 389
Inscription le : 02/09/2007
Age : 30
Localisation : Cambrai

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeMer 5 Mar 2008 - 19:39

Bonsoir tout le monde !
Je viens de finir le gros pavé qu'est La foire aux vanités. Même si j'ai trouvé que cela s'essoufflait quelque peu à un instant (peu avant la fin et ses rebondissements) j'ai beaucoup apprécié cette lecture. Ce qui m'a le plus marqué, c'est la distance volontaire que maintient le bonhomme avec son récit, avec l'image du théâtre de marionnette, ses constants commentaires, son ton ironique ... Certains passages sont vraiment jubilatoires !
Lecture enrichissante qui nous révèle un bout d'Angleterre du XIXème tout en nous amenant à nous interroger sur les apparences et la vanité que l'on accorde à des choses finalement sans importance.

J'ai beaucoup beaucoup aimé bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carnets-plume.blogspot.com
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeMer 5 Mar 2008 - 22:00

Nibelheim a écrit:
Bonsoir tout le monde !
Je viens de finir le gros pavé qu'est La foire aux vanités.
J'ai beaucoup beaucoup aimé bravo

Ravie que ce livre t'ai plu, c'est vrai que l'ironie et le regard cinglant que porte l'auteur sur la société sont plus intéressants que les événements en eux-même.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeDim 16 Aoû 2009 - 18:30

Le livre des snobs (par l’un d’entre eux).




Il s’agit à l’origine de chroniques hebdomadaires parues dans le magazine Punch, pendant environ un an (1846-1847). Le mot snob vient de l’université de Cambridge, il s’agit de la contraction de sine nobilitate, et désignait l’élève qui ne faisait pas partie de la noblesse, comme une bonne partie des étudiants de la vénérable institution. D’ailleurs, lors de son passage à Cambridge, Thackeray a collaboré au Snob, journal de l’université, dans lequel il a fait paraître des textes et dessins humoristiques. Les chroniques de Thackeray ont eu beaucoup de succès et paraissent donc en 1848 en volume.

Il s’agit de 52 textes, de quelques pages, illustrés de dessins. Thackeray passe en revue toute une catégorie de snobs, le snob royal, le snob de la City, le snob militaire, ecclésiastique, littéraire…..Il croque toute une série de personnages, certes de son temps, mais pas seulement. L’admiration servile des puissantes, illustres, célèbres, est de tous temps et de tous lieux. L’humour de Thackeray est impitoyable, il s’attaque sans répit à des comportements qui mènent les gens à vouloir paraître autre chose que ce qu’ils sont, et à faire l’inverse de ce qu’ils feraient spontanément. L’apparence au détriment du bonheur. Un petit extrait :

Citation :
Dimanche dernier, me trouvant dans une église de notre capitale où l’office religieux s’achevait tout juste, j’entendis deux snobs parler du pasteur. L’un demandait à l’autre qui était le clergyman. C’est le révérend Truckmush, répondit le second snob, le chapelain particulier du comte de Comandittvough. –Ah, s’exclama le premier snob sur un ton d’indicible satisfaction. Aussitôt l’orthodoxie et l’identité de l’ecclésiastique furent établies dans son esprit. Il n’en savait pas plus long sur le comte que sur le chapelain, mais l’autorité du premier lui garantissait la moralité du second ; et il rentra chez lui fort satisfait du révérend, en bon petit snob obséquieux qu’il est.


Une lecture fort divertissante et plaisante, et un texte dans lequel on voit se dessiner des personnages qui annoncent le grand roman de Thackeray, La foire aux vanités. J’ai tout particulièrement apprécié les toutes dernières chroniques, qui glissent presque sur la forme de petites histoires, et racontent en plusieurs épisodes une quasi histoire.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeDim 16 Aoû 2009 - 19:52

Que dit-il du snob littéraire? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeDim 16 Aoû 2009 - 20:16

coline a écrit:
Que dit-il du snob littéraire? Very Happy

Excellente question !

Citation :
Que va-t-il dire des snobs littéraires ? Cette question-là, je n'en doute pas, a souvent été posée par le public. Comment fera-t-il pour épargner sa propre profession ? Ce monstre mal embouché et impitoyable qui s'en prend à la noblesse, au clergé, à l'armée et aux dames, sans faire de distinction, va-t-il donc hésiter quand il s'agira d'égorger la chair de sa chair ?

Notons tout de même que ces snobs littéraires n'ont droit qu'à deux touts petits chapires, donc vite expédiés tout de même.
Il vilipende des écrivains de l'époque, plus vraiment connus, des dames qui écrivaient des romans s'interessant à la noblesse entre autres. Ensuite il ironise sur certaines revues. Et aussi sur la concurrence entre les littérateurs prêts à s'égorger pour avoir plus de succès que les autres, la médisance, la fatuité. Le fait qu'ils affichent des relations aristocratiques. Qu'ils soient snobs tout simplement....
En fait, il montrait que ce type de comportement n'épargnait aucune catégorie.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeDim 16 Aoû 2009 - 20:24

Merci de la réponse... content

Il s'agit donc des écrivains et non des lecteurs...
Mais, suis-je bête, il n'y a pas de lecteurs snobs!... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeDim 16 Aoû 2009 - 20:37

coline a écrit:

Mais, suis-je bête, il n'y a pas de lecteurs snobs!... Very Happy

Non bien sûr, et puis il fallait bien qu'ils achètent Punch la semaine suivante, ces fichus lecteurs sourire

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay
Envolée postale
Shay

Messages : 238
Inscription le : 27/07/2009
Age : 38
Localisation : Texas !!! Yiiiiiihaaaaa

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeSam 5 Sep 2009 - 0:00

Je reviens sur la Foire aux Vanités.
J'ai beaucoup aimé le style de Thackeray qui fait résolument "moderne". Son ironie poussée à bout, sa prise de distance sur certaines situations et son humour m'ont plu pour un auteur de cette époque.

Mais malgré tout, contrairement aux avis précédents, je n'ai pas aimé ce livre. Je trouve notamment ses personnages trop caricaturaux.
Rebecca Sharp est trop machiavélique. La grande question du livre c'est quelle va être sa prochaine arnaque et surtout comment son entourage et principalement ses créanciers continuent de la croire ?
Le Capitaine Crawley est d'une naïveté sans nom, et je pense qu'on peut mettre Dobbin à peu près dans le même panier.
Quant à Amélia Sedley... Chatperlipopette, oui en effet c'est la caricature de la naïveté, mais je trouve qu'au final, au bout de 1000 pages elle en devient complètement crétine. Evil or Very Mad

Alors en étant un peu honnête, je crois en fait que j'ai détesté ce livre pour les mauvaises raisons : j'aurai aimé, à un moment, un seul, qu'un peu de morale s'abatte sur l'histoire et fasse un peu de razzia dans ce monde d'hypocrites et de calculateurs.
Oui Même poussé à l'extrême, c'est toujours un livre d'actualité, qui reflète bien la société. Il y a toujours (désolée de le présenter comme ça, mais je n'arrive pas à mettre d'autres termes sur la situation) les baiseurs et les baisés.
Je sais qu'il n'y a pas forcément de morale dans la vraie vie , mais sur la longueur, l'enchainement des péripéties et des personnages, j'ai fini étouffée par tant de Vanité et j'aurai aimé que l'auteur leur rabatte un peu le caquet.
Et j'ai trouvé que Thackeray lui même la transpirait cette vanité, avec son coté "Je dis ca je dis rien". innocent

Bref pour moi c'était trop. Je reste vraiment déçue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeSam 5 Sep 2009 - 9:16

Alors je ne vois pas du tout Rebecca comme toi. D'accord, elle essaie d'avoir tout le monde, sans au final d'ailleurs réussir vraiment ce qu'elle voudrait, le côté moral, tu l'as. Mais en fait elle n'a pas le choix. Elle a beau être plus intelligente, plus intéressante, que d'autres filles de son âge comme cette pauvre Amelia, elle n'a aucune fortune, et elle n'a aucune place acceptable dans la société. Ce qui se passe à l'école est répresentatif de tout le reste. Elle est acceptée "par charité", mais en fait travaille en donnant des cours, la directrice l'humilie et il faudrait qu'elle soit reconnaissante en plus. Mais elle ne se laisse pas faire, alors on la considère comme une "mauvaise fille". Sa seule façon d'avoir une vie agréable, comme toutes ces crétines du genre Amelia, à qui finalement les choses sont dus du simple fait de sa naissance, c'est de se battre et comme tu dis, de baiser les autres, tous ces bien pensants hypocrites, qui tiennent un discours moralisateur pour les pauvres et qui ne se conduisent pas forcement de la même façon dans la vie. Rebecca est un personnage très moderne en fait.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shay
Envolée postale
Shay

Messages : 238
Inscription le : 27/07/2009
Age : 38
Localisation : Texas !!! Yiiiiiihaaaaa

William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitimeSam 5 Sep 2009 - 11:02

Je suis d'accord avec toi sur le principe qu'elle n'a pas le choix. N'ayant rien dès le départ, il faut qu'elle se contruise quelque chose.
Ce sur quoi je ne suis pas d'accord c'est que pour moi elle ne cherche qu'un enrichissement, pas du tout un place acceptable dans la société, et ce avec un égoïsme profond.
Exemple : Son attitude vis à vis de lord Steyne.Tout ce qu'elle cherche c'est récupérer de l'argent qui ne sera même pas utilisé pour rembourser les dettes. L'attitude de quasi exclusivité que lui réserve le lord ne peut pas lui permettre d'obtenir une place acceptable vis à vis des autres.
En gros, je déplore sa méthode. Si par exemple, au lieu de se marier avec Crawley (dont elle se fiche éperdument), elle était restée auprès de sa tante à la soigner, elle aurait peut-être gagné en respectabilité et surement qu'elle aurait touché de l'argent à la fin. Mais elle a cherché l'enrichissement rapide en espérant toucher une partie de l'héritage de son mari. Raté.

Sa situation est en effet moderne, mais en éternelle optimiste (et de par l'expérience de ma famille) j'ose croire qu'aujourd'hui la naissance ne fait pas tout et n'est surtout pas un élément de blocage. J'ose croire qu'aujourd'hui il y a des méthodes, moins malhonnêtes, pour gagner sa place dans la société et "Réussir".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




William Makepeace Thackeray Empty
MessageSujet: Re: William Makepeace Thackeray   William Makepeace Thackeray Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
William Makepeace Thackeray
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Havre - Rue William-Cargill
» La famille Bruce.
» La Ligne verte
» Samuel Doe: Qui tue par l´épée...
» Le Commandant William BECHTEL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés "ailleurs" qu'en Grande Bretagne-
Sauter vers: