Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Stig Dagerman [Suède]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
alaska
Envolée postale
avatar

Messages : 203
Inscription le : 25/03/2007
Age : 26
Localisation : espagne

MessageSujet: Stig Dagerman [Suède]   Mar 18 Déc 2007 - 22:37



biographie. (d'après wikipedia.org)

Stig Dagerman est donc un écrivain et journaliste suédois né en 1923. Fils d'ouvrier, il est élevé par ses grands-parents à la campagne, sa mère étant partie peu de temps après sa naissance, et son père étant incapable de s'en occuper. Il décrira sa jeunesse comme le moment le plus heureux de sa vie. Très jeune, il est attiré par le syndicalisme. Il conservera ses idéaux tout au long de sa vie. En 1932, il rejoint son père à Stockholm dans le but de finir ses études. Il commence sa carrière littéraire en 1941 en tant que journaliste.
En 1943, il épouse une fille de réfugiés allemands, afin que celle-ci puisse bénéficier de la nationalité suédoise et vivre là-bas, son père militant anarcho-syndicaliste étant recherché en Allemagne.
Son premier roman, Le Serpent, (1945) lui vaut un grand succès en Suède. On le classe dans la catégorie des écrivains choqués par les évènement atroces de la guerre, qui dépeignent dans leurs livres des atmoshpères d'angoisse profonde et de terreur. Les critiques admiratives le comparent  à Kafka. Dagerman écrira cependant plus tard des livres plus "réalistes".
En 1946-47, il est envoyé en Allemagne pour constater les dégâts et témoigner pour son journal de la misère et de la pauvreté qui y règnent. Il s'impliquera beaucoup dans ce travail.  
En 1949, après quelques succès littéraires, il cesse d'écrire. Trois ans plus tard, il écrit Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, avant de se taire et, finalement, de se donner la mort.


Notre besoin de consolation est impossible à rassassier.

Il s'agit donc de l'unique texte que j'ai lu de Stig Dagerman. A vrai dire, je ne sais trop comment en parler. C'est très profond, on pourrait s'y noyer, mais on est comme trop accroché à la corde qui flotte quelque part. Faut-il se pendre ou dériver ainsi ? C'est rempli de phrases-couteaux et des phrases belles. Je crois que le plus simple est encore que vous le lisiez. C'est magnifique.


http://pagesperso-orange.fr/chabrieres/texts/consolation.html
Notre besoin de consolation est impossible à consoler, texte intégral en français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cf.geocities.com/baharbara
Gunnar
Posteur en quête


Messages : 84
Inscription le : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Mer 23 Jan 2008 - 23:00

Ses années de reportages en Allemagne sont rassemblées dans l'Automne Allemand qui pose un constat édifiant sur les ravages de la guerre (c'est plus subtil que la guerre c'est moche, hein), avec son Berlin en ruine, les rencontres avec la pauvreté, les comptes rendus de procès.
C'est une lecture fort intéressante, la vision du côté des perdants.
Le bouquin est assez court (172 pages dans sa version pas poche mais dans un tout petit format à la largeur actessudienne).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: stig dagerman   Mer 23 Jan 2008 - 23:28

Grand écrivain Dagerman ! Quelque chose de rimbaldien par sa précocité. D'une lucidité
et d'une noirceur presque terrifantes... Angoissé et suicidaire irrémédiablement, comme l'écrivain italien Cesare Pavese...

Autome allemand fait partie de ces reportages que les écrivains doués font mieux que nimporte qui... Norman Lewis sur Naples en 1945, ou Orwell à Barelone en 1936. Ou encore John Reed au Mexique dans les rangs de l'armée de Pancho Villa.

Pour revenir à Autome allemand, c'est un livre courageux que peu de gens auraient pu écrire à l'époque, sans etre qualifié de traitre. Une réflexion sur la souffrance, comme moyen d'approfondissement de l'humain.
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Jeu 24 Jan 2008 - 2:34

j'ai lu , il y a longtemps, L'enfant brûlé. . Il faudrait que je le retrouve...mais je me souviens que c'était très noir..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Ven 22 Aoû 2008 - 9:35

alaska a écrit:
Notre besoin de consolation est impossible à rassassier.

Il s'agit donc de l'unique texte que j'ai lu de Stig Dagerman. A vrai dire, je ne sais trop comment en parler. C'est très profond, on pourrait s'y noyer, mais on est comme trop accroché à la corde qui flotte quelque part. Faut-il se pendre ou dériver ainsi ? C'est rempli de phrases-couteaux et des phrases belles. Je crois que le plus simple est encore que vous le lisiez. C'est magnifique.

Je me joins à ces lignes et cette recommandation d'Alaska! Il faut être conscient qu'il s'agit d'un texte très court, d'une vingtaine de pages, mais d'une telle densité que je l'ai lu trois, quatre fois. Et je suis près de le reprendre encore une fois. C'est à couper le souffle.

Je ne connaissais rien de l'auteur, mais selon moi le titre est simplement magnifique: comme Dagerman est conscient d'abord de la neccessité d'une consolation (aveu pas facile toujours, surtout pour un homme!) et puis qu'il n'y a pas de limite à cela, ce besoin est toujours plus grand. La soif, le désir d'une réponse, d'une consolation sont à la mésure de l'homme sans limites.

J'ai encore déniché chez un bouquiniste "Notre plage nocturne" aue j'aimerais lire bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Stig Dagerman   Ven 22 Aoû 2008 - 14:55

Densité, lucidité, désespoir, on retrouve tout cela dans Automne allemand, Tom Léo, et en tant qu'allemand -en tant que lecteur aussi- j'aimerais
savoir ce que tu penses de ce livre.

Il y en a qui croient au destin
Il y en a qui ne croient en rien
Quelques uns croient en tout
Quelques uns croient. Personne
ne sait rien. Personne.

Stig DAGERMAN Notre plage nocturne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale
avatar

Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Lun 8 Sep 2008 - 11:33

L'Enfant Brûlé est avant-tout un roman sur l'amour, et la douleur que celui-ci engendre, lorsqu'il est inquiété ou simplement pas partagé, qu'il va à l'encontre du "bon ordre" ou de ses propres principes, ou lorsque l'on comprend que cette passion doit s'éteindre, car elle ne peut simplement pas rester intacte.
Chacun de ces obstacles est surmontable, à condition d'introduire au sein du couple une part consciente de haine et de mensonge, qui s'ils sont nécessaires à sa pérennité rendent encore plus destructeur le moindre écart.
Citation :
"Un des moyens de faire durer l'amour, c'est d'y mêler de la haine; le meilleur moyen, mais d'une certaine manière, le plus dangereux. L'amour et la haine sont le chat et la souris de nos sentiments. Parfois le chat poursuit la souris, parfois aussi la souris poursuit le chat. Mais lorsqu'à la fois le chat et la souris sont las de se poursuivre, il ne reste plus grand-chose à faire. Il ne reste plus qu'à reconnaître la plus amère de toutes les vérités, la plus amère mais aussi la meilleure : deux êtres qui s'aiment ne peuvent vivrent dans une île sans briser leur amour, ne peuvent former une île. Ils ont besoin de relations avec la terre, ils ont besoin de tous les êtres qui existent. C'est une piètre consolation pour qui croit que l'amour est une île dans la mer, mais une grande consolation pour qui est fatigué des îles. Lorsqu'on est las d'aimer, on est content de penser que celui qu'on aime n'est pas seul sur terre."
- L'Enfant Brûlé, "Un Tigre et une gazelle" p 260

Les premières pages sont difficiles tant l'auteur semble vouloir imposer une distance entre le narrateur, les personnages et le lecteur. Aussi est-ce terriblement froid. Cette froideur se meut à mesure que les personnages se découvrent, mais le ton demeure jusqu'à la fin sans concession. Péremptoire et logique, presque scientifique, comportements et faits apparaîssant d'ailleurs souvent clairement analysés - par les personnages eux-mêmes, ou par le narrateur.

Au centre de cette histoire se trouvent cinq personnages - la mère (ou plutôt son souvenir, le roman débutant sur ses funérailles), ainsi que deux couples, le père et son amante, le fils et sa fiancée - entre chacuns desquels se précisent des relations singulières.

Magnifique et fascinant. clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Mer 10 Sep 2008 - 17:59

Après avoir découvert et lu ce fil sur Stig Dagerman il y a quelque temps, j’ai pris cela comme une invitation de m’attaquer à ce recueil «Notre plage nocturne ». Il réunit (suite page de couverture :) "des nouvelles qu’on pourrait appeler « psychologiques ». Dagerman y donne une image de notre monde dans son mélange de cruauté et de futilité, de richesse égoïste et de misère, de crasse et d’attendrissante pureté. On y retrouve l’atmosphère de ses romans. Le thème essentiel en est la solitude."

Quelle écriture coupante, précise, quelques fois nerveuse, fiévreuse, toujours lucide dans ces dix nouvelles. Mais je me demande, qui peut « supporter » de telles paroles jusqu’au bout ? Pourtant il faut les lire, ces descriptions si profondément empreintes de désespoir. Mais comment ne pas se détourner ET ne pas être attiré par le vertige ? Y-a-t-il un chemin d’espoir ? Je ne l’aperçois pas chez l’auteur et sa fin tragique laisse penser qu’il n’a pas vraiment vu une possibilité honnête de s’en sortir de ses observations sur la bassesse, ou « la crasse ». Impossible pour moi, de recommander ce livre à des cœurs sensibles et pas enracinés. Pourtant : quelle force de la parole qui pourrait reveiller l’un ou l’autre !!!???

Je me joins aux paroles de bix229, en soulignant un mot:

bix229 a écrit:
D'une lucidité et d'une noirceur presque terrifantes... Angoissé et suicidaire irrémédiablement, ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale
avatar

Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Sam 20 Sep 2008 - 21:29

L'Arriviste / Le Jeu de la vérité (théâtre) (Actes Sud Papiers/P. Bouquet)

Le Jeu de la Vérité est la dramatisation de l'Enfant Brûlé. D'entrée de jeu, l'atmosphère est complétement différente, et à vrai dire je n'ai pas réussi à aller très loin.
J'ai pour l'instant tant de mal à concevoir cette adaptation que j'attendrai une paire de mois avant de m'y attaquer de peur de la rejeter trop vite.

Très bonne surprise que l'Arriviste.
Quatre amis socialistes conjointement à la tête d'un garage, mais dont les conceptions et ambitions se revèlent différentes. Trahison et lâcheté, c'est très fort! Le genre apparaît parfaitement maîtrisé par Dagerman.


Automne Allemand (Actes Sud Babel/P. Bouquet)
Totalement édifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Dim 12 Oct 2008 - 12:19

Gunnar a écrit:
Ses années de reportages en Allemagne sont rassemblées dans l'Automne Allemand qui pose un constat édifiant sur les ravages de la guerre (c'est plus subtil que la guerre c'est moche, hein), avec son Berlin en ruine, les rencontres avec la pauvreté, les comptes rendus de procès.
C'est une lecture fort intéressante, la vision du côté des perdants.
Le bouquin est assez court (172 pages dans sa version pas poche mais dans un tout petit format à la largeur actessudienne).
terminé hier. ça fait froid dans le dos. un chapitre : une ville ou un thème, et toujours comme un immense regret que le monde ne soit pas autrement (et ça dépasse l'automne allemand de 46). témoignage lucide et intéressant sur ce moment, ce qui change et ce qui ne change pas. je revois aussi les images du début de Little Dieter needs to fly avec des familles au milieu des ruines qui font cuire du papier peint...

c'est affligeant. tout ne témoigne pas d'une négativité absolue (il trouve du beau chez les gens) mais on a tendance à se racrocher à la beauté de l'attention et de l'intention de l'auteur. ça ronge le moral comme lecture. drôle d'impression par moments que peut être la traduction a fait du bancal par endroits ?

petits extraits :

Citation :
On entend des voix qui disent que tout allait mieux jadis mais on les isole de la situation dans laquelle se trouvent ceux qui les élèvent et on les écoute de la façon dont on écouterait une voix venant de l'éther. On appelle cela de l'objectivité parce que l'on a passé assez d'imagination pour se représenter cette situation, et même parce que, pour des raisons de bienséance morale, on se refuserait à faire usage d'une telle imagination sous prétexte qu'elle fait appel à une sympathie excessive. On analyse ; mais en fait c'est du chantage que d'analyser les idées politiques d'un affamé sans analyser en même temps sa faim.

Citation :
La pluie tombe à verse et les garçons aux pieds nus courent sur le quai en tous sens, sans dire mot. La fumée des tuyaux de poêle qui sortent par les portes des wagons étale lentement son voile sur la gare abandonnée. Tout le désespoir de la Ruhr s'est amassé au-dessus de nos têtes en une sorte de nuage de froid et d'humidité, couleur de plomb, et celui qui n'a pas l'habitue a presque envie de crier. Quelqu'un descend de son wagon la chaise de la jeune fille hystérique et se met à lui faire décrire des cercles sur le quai. Des cercles qui n'en finissent pas, dans la pluie et la boue.

merci les parfumés de tous âges pour la découverte de l'auteur. cette petite lecture promet d'être difficile à oublier...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alaska
Envolée postale
avatar

Messages : 203
Inscription le : 25/03/2007
Age : 26
Localisation : espagne

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Sam 25 Oct 2008 - 15:11

je ne résiste pas à l'envie de vous laisser ici le dernier texte d'un recueil de nouvelles de Dagerman - Le froid de la Saint-Jean. Comme il publiait beaucoup dans des revues et journaux, j'ai mis un peu de temps avant de comprendre comment les nouvelles étaient organisées.. donc pour ceux que ça intéresserait, il y a en fait, en français, quatre volumes de nouvelles, qui sont regroupées plus ou moins par rapport au 'style' - je veux dire, les éditeurs ont regroupés les nouvelles fantastiques ensemble, les textes plus psychologiques, etc.
- Dieu rend visite à Newton.
- Les wagons rouges.
- Notre plage nocturne.
- Le froid de la Saint-Jean.

Donc, voilà "Le voyageur". C'est incroyable comme cette oeuvre reflète, éclaire son auteur - et inversement. L'un et l'autre communiquent, se répondent. Et puis ces angoisses de solitude et de consolation. (Il est bon, je pense, d'avoir à l'esprit les nombreux voyages de Stig Dagerman, notamment la longue traversée Italie-Australie en bateau et la non productivité de l'époque, comme le succès écrasant qu'il a connu.)


Citation :
Je quitte et des rêves immuables et des liaisons instables. Je quitte une carrière prometteuse qui m'a promis et mon propre mépris et la considération générale. Je quitte une mauvaise réputation et la promesse d'une réputation pire encore. Je quitte quelques centaines de milliers de mots, certains écrits avec plaisir, la plupart écrits avec ennui et pour de l'argent. Je quitte une situation financière misérable, une position irrésolue face aux problèmes de notre temps, un doute usagé, mais de bonne qualité et l'espoir d'une délivrance.

J'emporte, dans mon voyage, une connaissance inutile du globe, une lecture superficielle des philosophies et de la troisième voie, un désir d'anéantissement et l'espoir d'une délivrance. J'emporte, de plus, un jeu de cartes, une machine à écrire, et un amour malheureux pour la jeunesse européenne. J'emporte enfin la vision d'une pierre tombale qui s'élève dans le désert ou au fond de la mer et porte cette inscription :

CI-GIT
UN ECRIVAIN SUEDOIS
TOMBE POUR RIEN
SON CRIME : L'INNOCENCE
OUBLIEZ-LE SOUVENT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cf.geocities.com/baharbara
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Sam 25 Oct 2008 - 18:38

merci ! singe

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale
avatar

Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Sam 20 Déc 2008 - 14:27

tom léo a écrit:
alaska a écrit:
Notre besoin de consolation est impossible à rassassier.

Il s'agit donc de l'unique texte que j'ai lu de Stig Dagerman. A vrai dire, je ne sais trop comment en parler. C'est très profond, on pourrait s'y noyer, mais on est comme trop accroché à la corde qui flotte quelque part. Faut-il se pendre ou dériver ainsi ? C'est rempli de phrases-couteaux et des phrases belles. Je crois que le plus simple est encore que vous le lisiez. C'est magnifique.

Je me joins à ces lignes et cette recommandation d'Alaska! Il faut être conscient qu'il s'agit d'un texte très court, d'une vingtaine de pages, mais d'une telle densité que je l'ai lu trois, quatre fois. Et je suis près de le reprendre encore une fois. C'est à couper le souffle.

Je ne connaissais rien de l'auteur, mais selon moi le titre est simplement magnifique: comme Dagerman est conscient d'abord de la neccessité d'une consolation (aveu pas facile toujours, surtout pour un homme!) et puis qu'il n'y a pas de limite à cela, ce besoin est toujours plus grand. La soif, le désir d'une réponse, d'une consolation sont à la mésure de l'homme sans limites.

J'ai encore déniché chez un bouquiniste "Notre plage nocturne" aue j'aimerais lire bientôt...
Par les Têtes Raides:
Pas d'avis encore, un groupe que je ne connais pas, un titre que je n'ai pas encore écouté.
"Notre Besoin de Consolation est Impossible à Rassasier" 19:34, Les Têtes Raides, Banco (2007)


Ou avec l'image pour ceux qui prefèrent, en concert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Stig d   Sam 20 Déc 2008 - 14:35

Je rappelle encore Automne allemand qui est un reportage de Dagerman
dans l' Allemagne dévstée par bombardements de la Seconde Guerre mondiale.
Un texte superbe de courage, de lucidité et de désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   Sam 20 Déc 2008 - 18:21

bix229 a écrit:
Je rappelle encore Automne allemand qui est un reportage de Dagerman
dans l' Allemagne dévstée par bombardements de la Seconde Guerre mondiale.
Un texte superbe de courage, de lucidité et de désespoir.

C'est drôle de trouver ton message aujourd'hui: grâce à ce fil, j'ai commandé ce livre cette semaine! Et je vais en parler peut-être..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stig Dagerman [Suède]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stig Dagerman [Suède]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» un Ecoquartier en Suède
» siege RF dos a la route apres 4 ans combien de temps ?
» Pour les scéptiques sur les sièges dos à la route...
» Un "Etat fédéral" commun séduirait 42 % des Nordiques
» Etat des lieux du marché suédois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nordique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: