Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Alan Warner

Aller en bas 
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Alan Warner Empty
MessageSujet: Alan Warner   Alan Warner Icon_minitimeMer 26 Déc 2007 - 1:23

Alan Warner 330x2210


Alan Warner est né en 1964 à Oban, au Nord Ouest de l’Ecosse, où il a grandi et effectué nombre de petits boulots.
C’est en 1995 qu’il a fait son entrée dans le monde littéraire avec la parution de Morvern Callar, (que Lynne Ramsay a adapté au cinéma en 2002 avec un succès international) pour lequel il a reçu le prix Somerset Maugham. Il a ensuite publié Ces terres démentes, récompensé par le prix Encore. En 1998, Les Sopranos est distingué comme le meilleur livre écossais de l’année par le jury du prix Saltire. L’adaptation cinématographique de ce roman est en cours.
Alan Warner a également fait partie de la sélection Granta des meilleurs jeunes romanciers britanniques en 2003.
Il vit à présent entre l’Irlande et l’Espagne et se consacre à l’écriture.

Sources: site de son éditeur Christian Bourgois

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Alan Warner Empty
MessageSujet: Re: Alan Warner   Alan Warner Icon_minitimeMer 26 Déc 2007 - 2:17

Le dernier paradis de Manolo
titre original: The Worms Can Carry me to Heaven

traduit de l'anglais par Brice Matthieussent
Editions Christian Bourgois

Déjà, on remarque le titre anglais de cet écrivain écossais vivant en Espagne.: les vers peuvent me conduire au ciel , traduit par le dernier paradis? Je me demande toujours comment sont traduit les titres originaux, mais peut-être est-ce là une expression typiquement britannique et intraduisible? Help me, please!

Et puis, les auteurs cités en exergue des trois principaux chapitres, et là, par deux fois Sainte Thérèse d'Avilla qui disait, après une ode à la souffrance rédemptrice ( complètement allumée, cette Thérèse...): " Il n'y a rien en moi à quoi l'on puisse se fier". allons bon. Méfions nous.

Le héros de ce livre s'appelle Manolo. Il vit dans sa ville natale, où ses parents tenaient un hôtel , dans un de ces immeubles qui ont poussé comme des champignons , destinés aux touristes sur les côtes
espagnoles.
Quand débute le récit, son récit, son médecin et ami de toujours vient de lui apprendre qu'il a hélas contracté la maladie, celle dont on a encore du mal à prononcer le nom , par peur qu'il ne nous saute à la figure et nous contamine., nous qui n'avons rien fait pour la mériter....
Chronique d'une mort annoncée, donc. Et appel à la mémoire d'une vie...celle d'un homme partout qualifié dans les critiques de ce livre d"odieux".
Je ne le trouve pas odieux, il se décrit comme tel, c'est différent. C'est un enfant gâté mais non aimé, délicat avec des problèmes de peau, assez égocentrique certes , maniaque et angoissé, narcissique mais lucide et ne craignant pas de faire face à ces défauts. Et ses actes, qu'il n'évoque que brièvement, montrent qu'il n'a rien de mauvais.
Seul, très seul, malgré ses amis de toujours...
Tellement seul que c'est à un sans-papier échoué sur une côte espagnole ( le récit de l'arrivée et survie d'Ahmed est sans bavure) qu'il va raconter ses malheurs, en échange d'un logement..
"Le destin de mon hôte consistait à être rejeté sur la côte au cours de mon propre naufrage, en acceptant avec patience les paroles de ma confession"..

Dans ce récit- constamment dominé par la mort- il y a des scènes d'anthologie, notamment d'enterrements, qui font penser à de la littérature sud-américaine, avec toujours quand même le recul, l'humour et l'ironie sur soi-même d'un britannique.. Curieux mélange, et souvent fort drôle.

Et arrive la dernière partie, précédée d'un extrait de la correspondance de Napoléon que que je recopie, car elle prend tout son sens à la fin de ce livre:

Au général le comte Hullin, gouverneur du château de Vincennes.
Saint Cloud ,25 juillet 1811


J'ai reçu la sentence concernant Cifenti et Sassi della Tosa. Faites exécuter Cifenti- c'est un espion répugnant. Dans le cas de Sassi, je suis d'accord pour une commutation de peine. Mais vous devez le faire emmener jusqu'au lieu d exécution et attendre que Cifenti ait été exécuté et que ce soit au tour de Sassi de monter sur l'échafaud pour lui annoncer sa grâce. Je désire qu'il voie de ses propres yeux comment un crime tel que le sien est puni.

Faut-il attendre ce genre de démonstration , pourquoi certains sont-ils punis d'emblée et d'autres non, je crois en fait que c'est le fond de ce roman, bien plus profond qu'il ne semble l'être, et à lire assurément.

Proposé en cerclage aux intéressés!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Alan Warner Empty
MessageSujet: Re: Alan Warner   Alan Warner Icon_minitimeJeu 27 Déc 2007 - 20:09

Je ne connaissais ce Warner ni d'Eve ni d'Adam, mais il semble vraiment interessant dans son style influencé par l'Espagne. Et hop, encore un à découvrir !

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Alan Warner Empty
MessageSujet: Re: Alan Warner   Alan Warner Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Alan Warner
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'empire du mal (Alan Folsom)
» Happiness Therapy ¤ Alan & Becky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature écossaise et galloise-
Sauter vers: