Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Guillaume Apollinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Lun 5 Jan 2009 - 21:50

lyana79 a écrit:
lyana79 a écrit:
Je voudrais parler d'un livre d'Apollinaire que j'ai lu récemment "Les onze mille verges" pensez-vous que ce soit faisable dans ce sujet?

Personne n'a répondu à ma question et dans le doute, je m'abstiendrai...

Personnellement je ne t'ai pas répondu parce que je ne suis pas modératrice mais je pense que si personne ne t'a répondu c'est parce que personne n'a vu ta question... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Lun 5 Jan 2009 - 21:52

coline a écrit:
Personnellement je ne t'ai pas répondu parce que je ne suis pas modératrice mais je pense que si personne ne t'a répondu c'est parce que personne n'a vu ta question... content
si, je l'ai vu - mais puisque je ne suis pas si apte question poèsie je me suis dit - c'est Coline qui va pouvoir répondre jypeurien
En ce qui me concerne, je ne voyais pas de problèmes à mettre un tel commentaire par ici??

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lyana79
Envolée postale
avatar

Messages : 208
Inscription le : 04/04/2008
Age : 37
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Mar 6 Jan 2009 - 21:12

Le souci c'est que ce n'est pas de la poésie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.partagelecture.forums-actifs.com
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Mar 6 Jan 2009 - 21:15

lyana79 a écrit:
Le souci c'est que ce n'est pas de la poésie...
je dirais dans un premier temps on pourrait garder un fil - si une partie 'hors-poésie' va prendre une plus grande importance, on peut toujours diviser et faire un deuxième fil?? Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lyana79
Envolée postale
avatar

Messages : 208
Inscription le : 04/04/2008
Age : 37
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Sam 10 Jan 2009 - 20:33

En tout cas c'est un ouvrage très particulier (Dans un sens et étant donné l'auteur), je ne sais pas si d'autres l'ont lu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.partagelecture.forums-actifs.com
Antisthene_Ocyrhoe
Posteur en quête
avatar

Messages : 89
Inscription le : 30/12/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Sam 10 Jan 2009 - 20:49

lyana79 a écrit:
En tout cas c'est un ouvrage très particulier (Dans un sens et étant donné l'auteur), je ne sais pas si d'autres l'ont lu?

En gros, ce que demande lyana79, c'est si elle peut parler ouvertement ici d'un ouvrage profondément pornographique. (Et l'on peut dire qu'Apollinaire, dans le genre, n'y va pas de main morte ! je ne sais plus si c'est dans les onze mille verges, mais je me souviens par exemple d'un enfant de 10 ans à qui l'on "défonç[ait] le fondement" à coup de "braquemart puissant"...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Sam 10 Jan 2009 - 23:05

Antisthene_Ocyrhoe a écrit:
lyana79 a écrit:
En tout cas c'est un ouvrage très particulier (Dans un sens et étant donné l'auteur), je ne sais pas si d'autres l'ont lu?

En gros, ce que demande lyana79, c'est si elle peut parler ouvertement ici d'un ouvrage profondément pornographique. (Et l'on peut dire qu'Apollinaire, dans le genre, n'y va pas de main morte ! je ne sais plus si c'est dans les onze mille verges, mais je me souviens par exemple d'un enfant de 10 ans à qui l'on "défonç[ait] le fondement" à coup de "braquemart puissant"...).

C'est un problème, c'est vrai. Si on en parle vraiment, avec des citations et tout... Il faudrait peut-être mettre un avertissement, préalablement.
Tout va dépendre de la manière dont on en parle et, surtout, des passages cités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Nibelheim
Main aguerrie
avatar

Messages : 389
Inscription le : 02/09/2007
Age : 28
Localisation : Cambrai

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Sam 10 Jan 2009 - 23:16

Pourquoi pas ouvrir un sujet sur ce type d'œuvres, avec un avertissement au début ? D'autant plus qu'Appollinaire n'a pas été le seul écrivain "classique" à s'essayer à ce genre de choses ... Pierre Louÿs a une œuvre érotique/pornographique assez importante il me semble ... Ça permettrait en tout cas à ceux qui souhaiteraient en parler librement de le faire, sans se sentir gênés ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carnets-plume.blogspot.com
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Lun 12 Jan 2009 - 17:42

Après petite réflexion, il nous a semblé qu'il est possible de parler de cette oeuvre dans le cadre d'un fil en littérature francophone consacré aux oeuvres d'Apollinaire non poétiques.
Ouvrir une catégorie spécifique à ce type d'oeuvres peut amener des problèmes. Finalement, tout dépend de la façon dont le sujet est traité, et des extraits qui sont choisis.
Sans donner dans la pudibonderie, nous ne sommes toutefois pas interdits aux moins de 18 ans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Sohane l'Insoumise
Espoir postal
avatar

Messages : 17
Inscription le : 18/03/2009
Age : 28

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Jeu 26 Mar 2009 - 16:01

Oui, il vaut mieux lui consacrer un fil rouge en littérature, après tout, il y a sa place au même titre que les autres auteurs !
Mais en tout cas, un mot a capté mon attention Expie, et n’ayant jamais essayé ce genre de lecture, peut-être que j’irai fouiner un peu en librairie pour trouver mon bonheur Laughing

Bon sur ce, désolée de casser un peu l’ambiance, mais je reviens sur les poèmes. Alcool est également mon recueil préféré d’Apollinaire et en plus des poèmes cités précédemment il y en a un qui me plait particulièrement et ce, depuis ma plus tendre enfance, comme quoi, la poésie s’apprécie à tout âge, et ce poème c’est Les Colchiques.

Les Colchiques

Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s’empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là
Violâtres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne

Les enfants de l’école viennent avec fracas
Vêtus de hoquetons et jouant de l’harmonica
Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément

Le gardien du troupeau chante tout doucement
Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent
Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l’automne



Et un autre que j’avais particulièrement aimé, mais un peu plus tard, en fait, l‘année où j‘ai passé mon bac de français:

La Loreley

À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l'évêque la fit citer
D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcelerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m'ont regardée évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
Qu'un autre te condamne tu m'as ensorcelé

Evêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège

Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n'aime rien

Mon coeur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j'en meure

Mon coeur me fait si mal depuis qu'il n'est plus là
Mon coeur me fit si mal du jour où il s'en alla

L'évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu'au couvent cette femme en démence

Vat-en Lore en folie va Lore aux yeux tremblant
Tu seras une nonne vétue de noir et blanc

Puis ils s'en allèrent sur la route tous les quatre
la Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château

Pour me mirer une fois encore dans le feuve
Puis j'irai au couvent des vierges et des veuves

Là haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley

Tout là bas sur le Rhin s'en vient une nacelle
Et mon amant s'y tient il m'a vue il m'appelle

Mon coeur devient si doux c'est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l'eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dracydhieretdaujourdhui.ifrance.com
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Lun 20 Fév 2012 - 21:53

Crépuscule

Frôlée par les ombres des morts
Sur l'herbe où le jour s'exténue
L'arlequine s'est mise nue
Et dans l'étang mire son corps

Un charlatan crépusculaire
Vante les tours que l'on va faire
Le ciel sans teinte est constellé
D'astres pâles comme du lait

Sur les tréteaux l'arlequin blême
Salue d'abord les spectateurs
Des sorciers venus de Bohême
Quelques fées et les enchanteurs




Picasso - Famille de saltimbanques, 1905

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Mar 21 Fév 2012 - 22:00

Saltimbanques

Dans la plaine les baladins
S'éloignent au long des jardins
Devant l'huis des auberges grises
Par les villages sans églises


Et les enfants s'en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe


Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L'ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage




Picasso - Au lapin agile, 1905

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Sam 29 Juin 2013 - 12:43

C'est pas grand chose, mais je tenais à vous faire découvrir un poème d'Il y a, tout juste avant les Poèmes à Lou.

Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou, précédé de Il y a, 2005 (1969), Poésie/Gallimard, p. 40. a écrit:
«Ville et coeur»

La ville sérieuse avec ses girouettes
Sur le chaos figé du toit de ses mai ons
Ressemble au coeur figé, mais divers, du poète
Avec les tournoiements stridents des déraisons.

O ville comme un coeur tu es déraisonnable.
Contre ma paume j'ai senti les battements
De la ville et du coeur : de la ville imprenable
Et de mon coeur surpris de vie, énormément.

La ville demeure un thème de prédilection chez plusieurs écrivains et poètes. Je le constate ici.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Sam 29 Juin 2013 - 13:14

J'ai pris Alcools. Le thème de l'automne revient assez souvent dans le recueil. Je vous livre ce poème :

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1999 (1966), Poésie/Gallimard, p. 132. a écrit:
«Automne malade»

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
Qui n'ont jamais aimé

Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé

Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu'on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu'on foule
Un train
Qui roule
La vie
S'écoule

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   Sam 29 Juin 2013 - 15:34

En avance dans les saisons, Jack-Hubert!
Razz 

Tant pis, je vous livre Le Pont Mirabeau. Un chef-d'œuvre.
aime 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

         Vienne la nuit sonne l'heure
         Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

         Vienne la nuit sonne l'heure
         Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

         Vienne la nuit sonne l'heure
         Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

         Vienne la nuit sonne l'heure
         Les jours s'en vont je demeure


Apollinaire, Alcools, Folio plus classiques, 2012 (1920, pour Gallimard), p.16-17. (deuxième poème du recueil).  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guillaume Apollinaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillaume Apollinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» 1087 - Mort de Guillaume le Conquérant à Rouen ...
» Du nouveau sur Guillaume au musée de Normandie.
» Guillaume MUSSO
» La BD "1066, Guillaume le Conquérant".
» A Caen une statue de Guillaume le Conquérant ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: