Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Musique et littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Dim 7 Déc 2008 - 15:41

Marko a écrit:
- APPERRY Y., Diabolus in Musica (Grasset).
son fil est ICI
Petit livre que j’ai bien aimé, pas autant que son suivant (plus de musique dans celui-là Wink ) mais quand même remarquable..

Marko a écrit:
- AUSTER P., La musique du hasard.
Pour un ‘aficionado’ de la musique classique.. pas tout à fait le livre que je te conseillerais Wink

Marko a écrit:
- BARRICO A., Novecento : pianiste.
aime très bon moment de lecture - et pour un cinéphile comme toi - après la lecture c'est un film sublime qui t'attend Very Happy

Marko a écrit:
- BERBEROVA N., L’Accompagnatrice (Actes Sud )
son fil est ICI
Toujours contente de voir qu’on parle d’elle.. à lire absolument
(elle en a écrit d’autres livres avec sujet ‘musical’ : Tchaïkovski et La résurrection de Mozart – mais L’accompagnatrice reste mon préféré sur ce sujet chez elle)

Marko a écrit:
- CARPENTIER A., Le Partage des eaux ou Chasse à l’homme
Romans composés comme des symphonies et où la musique est constamment présente, dans la structure comme dans la thématique.
son fil est ICI
aime mais non, non, non.. il faut lire Le Sacre du Printemps - ou comme on l'a traduit La danse sacrale de lui drunken

Marko a écrit:
- COTRONEO R., Presto con fuoco
Ce roman italien paru en poche raconte les souvenirs imaginés d’un pianiste spécialiste de la musique romantique et qui découvre une partition inconnue de Chopin. Vague enquête policière mais aussi réflexions très émouvantes sur le rôle de la musique et de l’interprète. Vraiment intéressant.
C’est dommage que cet auteur ne semble pas trouver de maison d’édition en France. En allemand j’ai pu lire récemment son 4e livre traduit.. et il est vraiment doué pour le sujet ‘musique classique’ – presque plus musicien qu’auteur Wink

Marko a écrit:
- FERMINE M., Le Violon noir (éditions arléa, coll. 1er mille, 1999).
Très court roman (120 petites pages), mais c’est vraiment écrit comme un roman et non comme une nouvelle, entre un musicien, un luthier, une belle jeune fille et un violon, dans Venise. J’avais mieux aimé Neige, premier publié du même auteur. Je reproche quelque maladresse au style, un abus de la phrase attendue toute faite. Je ne dis pas que ce soit mal écrit, mais on peut espérer mieux. Les élèves en général ne voient pas ce défaut-là.
son fil est ICI
Un auteur que j’aime beaucoup.. qui sera à ton goût un peu trop.. léger Very Happy

Marko a écrit:
- GERBER, Les jours de vin et de roses.
Si c’est ALAIN Gerber – je note drunken

Marko a écrit:
- HUSTON N., Variations Goldberg
La structure narrative est intéressante, en effet, le récit se déroule pendant la durée du concert donné par une pianiste dans son appartement devant des auditeurs qui appartiennent à sa vie personnelle d’une façon ou d’une autre. Chaque chapitre est l’expression des sentiments d’un auditeur à l’écoute de la musique, et de l’interprète, d’où révélations sur la pianiste. Il y a évidemment autant de chapitres que de variations.
Cachemire nous a parlé de ce livre sur le fil de Nancy Huston ICI

Marko a écrit:
- MAKINE A., La musique d’une vie
aime c'est par ICI
tu pourrais m'aider pour l'avoir au portail Very Happy

Marko a écrit:
- SCHNEIDER R., Frère Sommeil (LP)
De l’allemand Schlafes Bruder. Enfant maudit, Johannes Alder, organiste de grand talent, meurt de sa passion pour la musique. Tout le roman, initiatique, est bâti autour de la référence au texte d’un choral luthérien (« Viens, ô mort, sœur du sommeil » : texte de Crüger, repris par Bach dans la Cantate 56).
très grand succès en Allemagne – avec film qui a suivi..
En allemand il existe le joli mot ‘jein’ (amalgame de ‘ja’ (oui) et ‘nein’ (non) – pour moi plutôt une lecture ‘jein’ Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Lun 9 Fév 2009 - 20:39

Majeanne parlait de ce livre et après quelques recherches, je trouve que ce livre s'associe bien avec ce fil - il parle de musique.. Very Happy



Andromeda Romano-Lax, Le Chant de la nuit

Citation :
Présentation de l'éditeur
Catalogne, 1898. À la gare de Campo Seco, le petit Feliu Delargo attend avec sa mère l'arrivée du train qui leur rapportera la dépouille du père, mort aux colonies. Mais tout ce que contient la boîte qui leur est adressée, ce sont des objets laissés en héritage à ses cinq enfants. Feliu choisit son cadeau en premier : un archet. Cet objet étrange bouleverse la vie du garçon, le menant tour à tour dans la Barcelone anarchiste et à la cour de Madrid, où la fille d'un professeur de violoncelle lui donne ses premières leçons dans l'art d'aimer. Une relation d'amitié et de rivalité naît bientôt avec le pianiste virtuose Justo Al-Cerraz. Et lorsque dans les années 1930 Aviva, jeune violoniste juive hantée par son passé, fait irruption dans leur vie, Feliu et Justo, prêts à tout pour la sauver, entament leur plus dangereuse collaboration. Librement inspiré par la vie de Pablo Casals, Le Chant de la nuit fait revivre les bouleversements politiques et artistiques de la première moitié du XXe siècle à travers le récit des passions que fait naître le hasard et des sacrifices qu'impose l'Histoire.

j'ai trouvé des avis très divers sur ce livre.. j'attends donc de savoir un peu plus.. peut être de Majeanne Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature


Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Lun 9 Fév 2009 - 21:27

Voici quelques livres que j'ai lus et appréciés, où la musique est présente. Si quelques titres vous tentent, je peux mettre un compte rendu de lecture. N'hésitez pas à me demander.

- Le baiser dans la nuque de Hugo Boris : Louis, professeur de piano, apprend la musique à Fanny, une jeune sage-femme atteinte d'ostéospongiose, qui provoque une calcification dans l'oreille et entrave ses facultés auditives. Au fil de la baisse des facultés auditives de Fanny, leur lien se noue de plus en plus solidement. Premier roman.

- La note sensible de Valentine Goby : La narratrice fait la connaissance d'un Italien, Vendello, et le rencontre à diverses occasions. Mais alors qu'il est de plus en plus absent et lui parle sans cesse du chef Noureguiev, elle mène son enquête et découvre l'homosexualité de Vendello...

- L'empreinte de l'ange de Nancy Huston : Saffie, l'énigmatique et belle figure de proue du livre, Raphaël, le musicien que l'amour va précipiter en enfer, Emile, l'enfant qui est venu par la rencontre foudroyante de ces deux-là, et Andréas, l'émigré souverain, luthier et militant politique, entraînent le lecteur dans une aventure où sont dépecés la mémoire, les espérances et les crimes de notre temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Lun 9 Fév 2009 - 21:45

Eve Lyne a écrit:
Voici quelques livres que j'ai lus et appréciés, où la musique est présente. Si quelques titres vous tentent, je peux mettre un compte rendu de lecture. N'hésitez pas à me demander.
Very Happy si tu propose, je demande la suite danse...

Pour Hugo Boris tu nous as déjà ouvert un fil ICI

Mais le fil de Valentine Goby est un peu délaissé.. tu pourrais nous en dire plus ICI

et même si le fil de Nancy Huton est plus étoffé – les adeptes de cette auteure sont toujours ravis de voir un nouveau commentaire ICI

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale


Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Sam 21 Fév 2009 - 17:08

Michael Mantler & Paul Auster

Le Temps (Suisse) - 2 juin 2001 a écrit:
Les mots jouent à cache-cache avec le jazz

"Hide and Seek", pièce de l'écrivain new-yorkais, a servi de livret
au musicien autrichien Michael Mantler.


Cela commence par un dialogue tronqué. Deux voix légères, celles de Robert Wyatt et de Susi HyIdgaard, échangent des propos évanescents sur des harmonies noires: "What did you say? / I can't remember / Maybe I didn't say anything / Suit yourself / It makes no difference to me." (Qu'as-tu dit? / Je ne m'en souviens pas / Peut-être n'ai-je rien dit / Comme tu veux / Cela ne fait aucune différence pour moi.) Le texte de Paul Auster, tiré de la pièce Hide and Seek (Cache-cache), paru en 1997 dans le recueil d'écrits Hand to Mouth, est une suite de conversations maladroites, de malentendus, d'ambitions réprimées. Utilisés par le compositeur Michael Mantler dans un nouvel opus intitulé, lui aussi, Hide and Seek, les mots d'Auster semblent avoir été écrits pour cette musique tortueuse. Un opéra jazz majeur, où l'écriture, aux sens littéraire et musical, a le premier rôle.


Depuis les années 70, Michael Mantler explore la relation entre texte et création sonore. Né en 1943 à Vienne, le musicien participe à l'aventure du free jazz dés le début de sa carrière. Trompettiste et compositeur, il vit longtemps aux Etats-Unis, se marie avec Carla Bley, prêtresse du swing affranchi dont l'opéra Escalator Over The Hill en 1968, s'appuie sur un livret de Paul Haines. Michael Mantler est un pionnier de cette avant-garde intellectuelle pour laquelle la frénésie improvisée n'exclut pas la mise en scène, les structures et les rencontres avec l'écrit. Dans son premier album No Answer, daté de 1973, le compositeur demande au vocaliste Jack Bruce d'entonner, sur le mode de la psalmodie, des phrases de Samuel Beckett. La musique, d'une violence psychédélique, frise parfois le rock progressif. Rédigées comme des récitatifs apocalyptiques, les partitions se soumettent à des textes où l'absurde est une voie d'expression.


Pour Michael Mantler, le concept est né. Au long de son abondante production discographique, il choisit des ouvrages de Harold Pinter, Edward Gorey, Ernst Meister, Phillippe Soupault et Giuseppe Ungaretti. L'Autrichien, désormais installé entre le Danemark et la France, opte toujours pour des écrits où les conflits sont silencieux. Où les mots semblent manquer. En 1976, Michael Mantler enregistre l'album Silence. Une adaptation d'une pièce homonyme, signé Pinter, sert de trame à I'œuvre. Carla Bley et Robert Wyatt en sont les héros déchus. La pièce n'est qu'une longue tentative éperdue de dialogue: "Will We Meet Tonight? / I don't know / Come with me tonight / Where? / Anywhere. For a walk / I don't want to walk." (Va-t-on se rencontrer ce soir? / Je ne sais pas / Viens avec moi ce soir? / Où ? / N'importe où. Pour une promenade / Je ne veux pas me promener.)


Dialogues phatiques, les textes que Michael Mantler sélectionne semblent tous jouer sur la même fibre. Et la voix de Robert Wyatt cisèle ces phrases subliminales depuis une trentaine d'années. Ex-leader de Soft Machine, songwriter lumineux, le chanteur a déjà collaboré avec Mantler pour six enregistrements. Falsetto susurré, Wyatt dévoile dans Hide and Seek une voix intacte, souvent éthérée. Correspondance parfaite avec la pièce d'Auster. En réalité, Michael Mantler cherchait depuis longtemps à composer une musique pour les textes de l'écrivain new-yorkais. "Lorsque je suis tombé sur Hide and Seek, je me suis immédiatement attelé à écrire des partitions pour cette pièce. Cela m'a semblé possible, parce que les mots avaient toutes les qualités que je cherche généralement dans la littérature: une clarté simple, la beauté du langage, une écriture un peu poétique sans qu'il s'agisse de poésie. J'ai choisi des passages de Hide and Seek qui permettent plusieurs interprétations possibles."


"It's all just words" (Ce ne sont que des mots). Au fil du disque de Michael Mantler, la phrase devient un leitmotiv, répété jusqu'à l'horreur. D'une manière opératique, inspirée autant de Bartok que de Varèse, la composition sous-tend un drame qui ne saurait être articulé. Hide and Seek, enregistré en grande formation avec cordes et cuivres, est sans doute un des exemples contemporains les plus aboutis du lien entre le son et l'écrit.

- Arnaud Robert

Autre article, trouvé sur le site du compositeur/trompettiste, cette fois dans Les Inrockuptibles


Assorti de la musique en question, l'album en écoute ici clown

Pas de jugement personnel puisque je ne connais ni l'album, ni le livret (ni Auster du tout). Mais beaucoup d'estime pour Mantler, et plus encore pour Robert Wyatt qui intervient dans ce projet. Je vous renvoie pour ça aux fils musicaux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Mer 11 Mar 2009 - 23:36



Geoff Dyer, JAZZ IMPRO

Citation :
Résumé
« L'illusion de la spontanéité est essentielle au jazz, et Monk jouait du piano comme s'il n'en avait jamais vu auparavant. L'attaquait par tous les côtés, utilisant ses coudes, cognant dessus, battant les touches comme un paquet de cartes, doigts piquant dessus comme si elles étaient trop chaudes pour qu'on fasse plus que les effleurer, ou titubant autour d'elles comme une femme perchée sur des talons aiguilles - en faisant tout de travers au regard des canons du piano classique. Tout en sortait tordu, oblique, pas comme on l'attendait. »

Suite de portaits, ce livre invente des moments imaginaires dans la vie de sept grands jazzmen : Charlie Mingus, Duke Ellington, Thelonious Monk, Bud Powell, Chet Baker, Lester Young, Art Pepper. La plupart des scènes ont une origine attestée et Dyer en donne un arrangement romanesque. D'autres sont improvisées à partir d'une photo ou d'une anecdote. Livre d'histoires imaginaires, Jazz impro est un livre jazz, il en a le rythme, la spontanéité et le lyrisme noir.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la-lune-et-le-miroir
Envolée postale


Messages : 287
Inscription le : 24/07/2008
Age : 49
Localisation : Dordogne

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Lun 23 Mar 2009 - 9:02

Les hirsutes. Philippe Napolenatano

Je trouve que c'est un hymne à la musique pour adoucir la vie difficile, un plaisir à lire.

" Le temps s'était tu. Nous jouions, face à face. De plus en plus vite. Un air que nous seuls connaissions. Des sombres plaines, nous nous en étions allés. Nous avions cheminé, et notre musique, de lente et mélancolique, était devenue fougueuse. C'était un orage de notes. Nous étions au bord d'une falaise de granit, surplombant des océans déchaînés. Puis au milieu de prairies inondées de soleil, chargées de lourds arbres fruitiers. Nous étions dans le tourbillon du monde. Mes doigts me faisaient mal et mon visage se projetait vers le ciel, puis vers le sol. Mon corps se tendait, se détendait. Je respirais avidement, happant l'air par saccades. Je fabriquais ma musique. La douleur et le plaisir. Quand nous nous sommes arrêtés, Baptiste est resté silencieux et immobile. Puis il s'est approché et a posé sur ma tète sa main garnie de cals. J'étais calme. Je venais de vivre l'instant définitif de mon enfance. " La cité des " Hirsutes " porte un beau nom, les Horizons, mais elle n'en offre aucun. C'est pourtant là que vont s'ouvrir tous ceux de Tonio, enfant recueilli par la jeune Zora et initié par Baptiste, le vieux bohémien musicien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-lune-et-le-miroir.skyrock.com/
Sam
Invité



MessageSujet: Re: Musique et littérature   Mer 2 Sep 2009 - 4:43

En littérature chantante, il y a bien sûr la poésie beatnik avec aussi Kerouac et Mexico City Blues, Ginsberg et Howl ou encore l'album Song de Brion Gysin (poète) et Steve Lacy (saxo).
La littérature de la Beat Generation, littérature qui a eu un impact considérable sur toute la littérature américaine moderne, était presque indissociable du jazz be bop. De nombreuses récitations de poèmes étaient faites accompagnées par des musiciens incroyables.
Sinon Ginsberg a aussi fait une performance remarquable avec Bob Dylan.

Sam.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Jeu 24 Sep 2009 - 14:30


Pierre Charras, Le requiem de Franz
Citation :
Présentation de l'éditeur
Et j'ai découvert Thérèse, en même temps que je découvrais ma Messe en fa. Pendant les répétitions, j'avais écouté la messe et Thérèse et, là, je les entendais. Alors, en pleine béatitude, j'ai senti l'amour s'abattre sur moi, comme d'autres sont foudroyés par la beauté, la foi. A moins que ce ne soit de ma propre musique que je sois tombé amoureux. Ou de l'amour lui-même. Ou de Dieu. Bien que mort prématurément à trente et un ans, Franz Schubert aura eu le temps de composer plus de mille œuvres, dont quelque six cents lieder. Par-delà les siècles, comme le génial témoin revenu d'un voyage dans le temps, Pierre Charras fait entendre au présent la voix du compositeur, au plus près du processus créatif, et dessine les contours d'une âme tourmentée.



son fil est ici

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Sam 2 Jan 2010 - 16:33

paru en octobre, mais je ne l'ai vu qu'aujourd'hui... aime


Alain Gerber, Blues

Citation :
Présentation de l'éditeur
Dans les bastringues de la Nouvelle-Orléans retentit une musique jamais entendue. Ni celle du blanc ni celle de l'Afrique. mais celle du noir déporté en terre américaine. Y résonnent les échos des lames de charrues creusant la terre, des haches dans les forêts, des maillets contre les rochers. des balais dans la poussière, des ustensiles de cuisine. Au Point que ses accords semblent dater d'avant la musique même. On l'appelle le blues. Nehemiah en est un des premiers virtuoses. Esclave, il avait le droit de jouer sur le piano de ses maîtres quand ces derniers exhibaient "leur nègre musicien ". A la défaite de l'armée confédérée, affranchi et lâché comme tous ses semblables sur les routes du Sud dévasté, il n'a eu de cesse de trouver un instrument bien à lui. Mais si sa soudaine liberté n'a pas encore fait du noir d'Amérique l'égal des blancs, le génie de la musique v suffira-t-il ? Si le blues vrille le cœur, n'est-ce pas parce qu'il dit exactement le contraire ?

drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Ven 5 Fév 2010 - 17:13

viens de paraître en poche:


Dieter Hildebrandt, Le roman du piano : Du XIXe au XXe siècle

Citation :
Le point de vue des éditeurs
Voici l’histoire du pianoforte, de cette “boîte-à-touches- pour-jouer-fort-et-doucement”, comme l’appelait Beethoven. En mélomane passionné et érudit, Dieter Hildebrandt érige le piano en héros de roman et relate son évolution au cours des deux derniers siècles.

“Totem de la culture bourgeoise”, le piano à queue traverse le XIXe siècle avec jubilation : en compagnie des époux Schumann, de Brahms, Liszt, Chopin et tant d’autres, nous découvrons sa gloire, ses histoires de coeur et ses secrets de famille – tant en Europe qu’en Amérique. A la fin du XIXe siècle, on le croyait mort. Pourtant, au fil du XXe siècle, de grands interprètes contemporains comme Rubinstein, Glenn Gould ou Horowitz ont majestueusement perpétué son culte. Créatif, le piano a même conquis de nouveaux genres tels que la musique de film, l’improvisation, le ragtime ou encore le jazz. A l’aube du troisième millénaire, le “monstre étrange, poli et vernis” n’a plus le premier rôle, mais beaucoup de nouvelles tâches à accomplir. Ce livre amusant, qui foisonne de connaissances et déborde de passion pour son sujet, a enchanté la grande famille des mélomanes à travers l’Europe et les Etats-Unis.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Ven 19 Fév 2010 - 15:03


Bill Morrissey, Edson
Citation :
Présentation de l'éditeur
Tout le monde aurait parié qu'avec ses chansons, Henry Corvine était en route pour la gloire. Mais l'industrie du disque demande moins de talent que d'abnégation. Et Corvine n'était pas homme à faire des concessions. Aussi lorsqu'il revient à Edson, après une saison de pêche en Alaska, un divorce et pas mal de bières et de cigarettes, il ne se fait plus beaucoup d'illusions sur son avenir de songwriter. C'est même avec surprise qu'il découvre que quelques-unes de ses chansons sont devenues des succès, chantées par d'autres que lui. Les encouragements qu'il reçoit réussiront-ils à lui faire ressortir sa guitare de son étui ? Contre toute attente, la vie lui aurait-elle réservé la possibilité d'une rédemption ? Ecrit avec le même soin perfectionniste qu'il apporte à ses compositions, le premier roman de Bill Morrissey dégage un charme envoûtant et durable. Salué par la critique américaine, Edson est une complète réussite qui place d'emblée son auteur aux côtés des plus grands, Raymond Carver, Richard Ford ou Cormac McCarthy.

Raymond Carver miammiam Richard Ford miammiam

je vais aller voir de plus près Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Ven 19 Fév 2010 - 15:27

kenavo a écrit:
viens de paraître en poche:


Dieter Hildebrandt, Le roman du piano : Du XIXe au XXe siècle

Citation :
Le point de vue des éditeurs
Voici l’histoire du pianoforte, de cette “boîte-à-touches- pour-jouer-fort-et-doucement”, comme l’appelait Beethoven. En mélomane passionné et érudit, Dieter Hildebrandt érige le piano en héros de roman et relate son évolution au cours des deux derniers siècles.

“Totem de la culture bourgeoise”, le piano à queue traverse le XIXe siècle avec jubilation : en compagnie des époux Schumann, de Brahms, Liszt, Chopin et tant d’autres, nous découvrons sa gloire, ses histoires de coeur et ses secrets de famille – tant en Europe qu’en Amérique. A la fin du XIXe siècle, on le croyait mort. Pourtant, au fil du XXe siècle, de grands interprètes contemporains comme Rubinstein, Glenn Gould ou Horowitz ont majestueusement perpétué son culte. Créatif, le piano a même conquis de nouveaux genres tels que la musique de film, l’improvisation, le ragtime ou encore le jazz. A l’aube du troisième millénaire, le “monstre étrange, poli et vernis” n’a plus le premier rôle, mais beaucoup de nouvelles tâches à accomplir. Ce livre amusant, qui foisonne de connaissances et déborde de passion pour son sujet, a enchanté la grande famille des mélomanes à travers l’Europe et les Etats-Unis.

Et mais j'avais raté ce livre là... C'est bien de faire remonter les fils!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Musique et littérature   Sam 27 Fév 2010 - 20:24

Kazuo Ishiguro, Nocturnes, Cinq nouvelles de musique au crépuscule

sort le 01/03/10 aux éditions des Deux Terres




Citation :

Présentation de l'éditeur

Des piazzas italiennes aux collines de Malvern, d’un
appartement londonien à l’étage feutré d’un hôtel sélect de Hollywood,
ce cycle sublime de nouvelles explore l’amour, la musique et le temps
qui passe. Les personnages décrits sont des musiciens de rue, des stars
déchues et des rêveurs, chacun en quête intime, chacun dans un moment
de vérité. Comme le rythme de la musique qu’il évoque, imprégné de
thèmes obsédants, le quintette résonne de questions spirituelles et
éternelles : le combat humain pour s’éloigner du désenchantement, et
pour préserver intact le charme de la vie, même quand les relations
s’embourbent et que les espoirs de jeunesse s’émoussent.


Mon avis sur le fil de l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Musique et littérature   Sam 27 Fév 2010 - 20:30

Nezumi a écrit:
Mon avis sur le fil de l'auteur.
il m'attend en anglais sur ma PAL - ce que je pourrais presque regretter, la couverture en français est sublime Cool , et après ton avis que je viens de lire, je suis toute curieuse de le découvrir cheers

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Musique et littérature   

Revenir en haut Aller en bas
 
Musique et littérature
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» La Littérature et la Marine
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» vive la littérature équitable !!
» littérature jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: