Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Stanislas Dehaene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Stanislas Dehaene   Lun 7 Jan 2008 - 20:29



J'ouvre un fil sur cet auteur car j'ai commencé son livre Les neurones de la lecture. Je pensais écrire mes impressions au fil de ma lecture, ne lisant pas les écrits scientifiques de la même manière que les écrits fictionnels et n'ayant pas non plus une formation scientifique. (J'ai parfois du mal à comprendre).
Pour commencer, un interview accordé au Nouvel Observateur :
Citation :
Rencontre avec Stanislas Dehaene
Le lecteur, ce primate
Par Anne Crignon

Ce professeur au Collège de France explore magistralement le «cerveau lisant». A lire et relire avec tous ses neurones

Le Nouvel Observateur. – L’originalité de votre livre repose sur l’idée de recyclage neuronal. Ainsi nous découvrons Zola et Einstein avec le cerveau de primate conçu pour la survie dans une savane africaine?
Stanislas Dehaene. – L’écriture, née il y a 5 400 ans dans l’actuel Irak, est une invention trop récente pour avoir influencé l’organisation de notre cerveau. La capacité d’apprendre à lire repose donc une énigme que j’ai appelée «paradoxe de la lecture». Notre cerveau de lecteur se construit à l’aide d’instructions génétiques identiques à celles qui, voilà des dizaines de milliers d’années, permettaient à nos ancêtres, chasseurs-cueilleurs, de subsister. Nos gènes n’ont pas évolué pour nous permettre de lire. Notre cerveau fait du neuf avec du vieux.

N. O. – Quelle fonction ancestrale serait ainsi recyclée pour lire?
S. Dehaene. – L’activation cérébrale du lecteur se localise dans la zone de reconnaissance des objets. Il est donc probable que l’écriture se soit adaptée à nos neurones et non l’inverse et qu’on ait inventé l’alphabet à partir de formes existantes dans la nature: le Y ou le T par exemple. Ou encore en simplifiant des formes complexes comme la tête du taureau, qui étaient déjà codées par les neurones dans le cerveau des primates parmi lesquels nous figurons.



N. O. – Vous racontez comment, au XIXe siècle, un médecin a spéculé sur l’existence d’une zone du cerveau spécialisée dans la lecture…
S. Dehaene. – En 1887, Jules Déjerine, médecin à l’hospice de Bicêtre, a vu arriver à sa consultation un patient qui ne pouvait plus lire un mot. Il reconnaissait les visages, pouvait compter, parler, il voyait même les formes des lettres mais sans les reconnaître. Déjerine constate alors que c’est uniquement la connaissance orthographique qui est perdue. Cette perte sélective l’amène à établir qu’il y a dans le cerveau un centre visuel des lettres.

N. O. – Cent ans après Déjerine, qu’a apporté l’IRM?
S. Dehaene. – D’abord on a pu s’affranchir de la contrainte de l’autopsie. L’IRM a aussi permis de montrer que, quel que soit le volontaire pourvu qu’il sache lire et d’où qu’il vienne dans le monde, on observe dans la même région occipito-temporale gauche la présence d’une intense activité provoquée par les mots écrits. C’est comme une boîte aux lettres où sont stockées les connaissances orthographiques. Tout se passe comme s’il existait dans cette zone du cerveau une véritable division du travail. On y trouve la région de reconnaissance des formes de lettres, la zone d’identification des visages, qui voisine avec la région de reconnaissance des maisons, et une autre région dévolue aux objets.

N. O. – Pourquoi bouge-t-on constamment les yeux en lisant?
S. Dehaene. – Nous scannons le texte à l’aide de la partie centrale de la rétine appelée fovéa, seule zone qui permette la lecture des petits caractères. Nos yeux se déplacent par petits mouvements discrets appelés saccades. Un lecteur en effectue quatre ou cinq par seconde afin d’amener les mots dans la fovéa.

N. O. – Vous expliquez qu’une saccade permet de capter une douzaine de signes, pas plus.
S. Dehaene. – Nous ne prêtons attention qu’à une toute petite fenêtre du texte. Au-delà de cette zone que l’on appelle « l’empan de perception visuelle des lettres », nous ne sommes plus sensibles à l’identité des lettres mais juste aux espaces qui nous permettent de préparer la prochaine saccade pour que le regard atterrisse près du centre du prochain mot. Notre fenêtre de perception est non seulement très étroite mais aussi asymétrique : les lecteurs du français perçoivent trois ou quatre lettres à gauche du centre du regard, sept ou huit à droite. Et pour le lecteur de l’arabe ou de l’hébreu, qui lit de droite à gauche, c’est l’inverse.

N. O. – Puorqiuo copmrenons nuos bien un txete mêem si les leettrs snot en dséordre?
S. Dehaene. – Si notre lecture résiste au mélange des lettres, c’est parce que notre cerveau contient des neurones, dits « bigrammes », qui répondent à des paires de lettres. Par exemple il existerait un neurone qui répond lorsqu’un e se trouve à la gauche d’un n. Ce neurone conserve cette préférence même si les lettres sont un peu déplacées. Puis, depuis la rétine, le mot est éclaté en milliers de fragments codés par des neurones différents. Notre cerveau reconstitue étape par étape le puzzle d’identité du mot, processus qui réfute la vieille idée d’une lecture globale…

Propos recueillis par Anne Crignon

«Les Neurones de la lecture», par Stanislas Dehaene, préface de Jean-Pierre Changeux, Odile Jacob, 426 p., 29 euros.


Stanislas Dehaene est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de psychologie cognitive expérimentale, et directeur de laboratoire au centre Neuro-Spine du CEA à Saclay. Il est l’auteur de «la Bosse des maths» (Odile Jacob).


07/12/2007






_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Stanislas Dehaene   Mar 8 Jan 2008 - 0:26

Je l'ai lu il y a quelque temps...c'est passionnant, d'ailleurs tout ce qui concerne les progrès énormes faits par les neurosciences est passionnant.
Je crois que tu es enseignant, Steven? C'est un livre qui devrait être distribué- peut être pas avec tous ses aspects scientifiques un peu ennuyeux- aux enseignants! Et surtout à ceux qui ont un rôle fondamental dans la vie future des enfants, les enseignants des cours préparatoires, ceux qui déterminent la suite..car un enfant qui sort du CP en ayant dominé les principaux processus de compréhension de l'écrit ( et cela n'a rien d'évident...) aura une vie-scolaire et autre- bien facilitée.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Stanislas Dehaene   Mar 8 Jan 2008 - 22:37

J'ai commencé, j'ai un peu abandonné la préface de Jean-Pierre Changeux qui m'a fait peur, très scientifique, très technique, trop pour moi. Je me suis pas découragé et j'ai attaqué l'introduction intitulé La science de la lecture. Pour moi, sur ce premier aperçu, Dehaene est un grand scientifique, il écrit de manière claire, compréhensible pour moi et rend accessible son savoir.
Je retiens deux idées fortes de cette introduction :
Quelle que soit la langue lue, le cerveau met en oeuvre les mêmes "mécanismes" pour la décoder. (Il parle d'une mécanique neuronale)
L'invention de l'écriture (il y a environ 5400 ans chez les Babyloniens) et de l'alphabet (il y a environ 3800 ans) est très récente au regard de l'évolution.
Trop récente pour que notre cerveau ait pu évoluer. Il ressort que nous lisons et accédons aux sens avec le même cerveau (les mêmes instructions génétiques) qui permettait à nos ancêtres chasseurs-cueilleurs de subsister.
Citation :
Nous partageons les émotions de Nabokov et la théorie d'Einstein avec un cerveau de primate conçu pour la survie dans une savane africaine.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Stanislas Dehaene   Jeu 10 Jan 2008 - 21:30

Citation :
Je crois que tu es enseignant, Steven? C'est un livre qui devrait être distribué- peut être pas avec tous ses aspects scientifiques un peu ennuyeux- aux enseignants! Et surtout à ceux qui ont un rôle fondamental dans la vie future des enfants, les enseignants des cours préparatoires, ceux qui déterminent la suite..car un enfant qui sort du CP en ayant dominé les principaux processus de compréhension de l'écrit ( et cela n'a rien d'évident...) aura une vie-scolaire et autre- bien facilitée.

Oui, je suis enseignant en CP justement (en CP-CE1 - CE2 plus précisément). Et il mériterait d'être distribué, comme tu dis. Mais on préfère nous envoyer des "lettres" pleines de généralités et de poncifs ! J'apprends énormément en lisant ce livre et beaucoup des choix pédagogiques que j'ai fait sont validés. Le problème, c'est que la plupart de ses choix, je les ai fait de manière intuitive sans très peu de base théorique pour m'épauler. (heureusement que jai croisé des collègues expérimentés qui m'ont bien aidé.)

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Stanislas Dehaene   Ven 11 Jan 2008 - 0:06

Steven a écrit:
Citation :
Je crois que tu es enseignant, Steven? C'est un livre qui devrait être distribué- peut être pas avec tous ses aspects scientifiques un peu ennuyeux- aux enseignants! Et surtout à ceux qui ont un rôle fondamental dans la vie future des enfants, les enseignants des cours préparatoires, ceux qui déterminent la suite..car un enfant qui sort du CP en ayant dominé les principaux processus de compréhension de l'écrit ( et cela n'a rien d'évident...) aura une vie-scolaire et autre- bien facilitée.

Oui, je suis enseignant en CP justement (en CP-CE1 - CE2 plus précisément). Et il mériterait d'être distribué, comme tu dis. Mais on préfère nous envoyer des "lettres" pleines de généralités et de poncifs ! J'apprends énormément en lisant ce livre et beaucoup des choix pédagogiques que j'ai fait sont validés. Le problème, c'est que la plupart de ses choix, je les ai fait de manière intuitive sans très peu de base théorique pour m'épauler. (heureusement que jai croisé des collègues expérimentés qui m'ont bien aidé.)

Ah lala, tu devrais venir enseignerà Tahiti, ça me changerait de discuter avec un enseignant qui sait de quoi il parle et qui se pose des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stanislas Dehaene   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stanislas Dehaene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche para 3 RPC BIALECKI Stanislas
» Révélations : Elodie Frégé est en couple avec l’acteur Stanislas Merhar !
» BADINAGES DANS UN MASSACRE.
» Au revoir les enfants
» Bon Jeudi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Sciences-
Sauter vers: