Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Christopher Priest

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyJeu 10 Jan 2008 - 21:43

Christopher Priest Priest10

Christopher Priest est né à Cheadle, en Angleterre en 1943.

Il aurait pu devenir comptable, mais s'est rapidement rendu compte que... bon... et il a préféré se tourner vers l'écriture, et plus précisément la SF et le fantastique, si l'on peut classer ses livres.
Il a eu raison.

Ses romans sont réputés pas toujours faciles à lire, tout ça parce qu'ils demandent un peu de réflexion.
Peut-être est-ce pour cela que le succès commercial n'est toujours pas vraiment rendez-vous alors que les prix qui s'amoncellent sur son oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyJeu 10 Jan 2008 - 21:43

Le Monde inverti (1974). Folio SF, 388 pages. Traduit de l'anglais par Bruno Martin.

C'est le troisième roman de l'auteur, mais le premier à avoir eu un certain succès, surtout et essentiellement en France. Dans le reste du monde, eh bien…

La première phrase est souvent citée, il s'agit sans doute d'une des phrases les plus connues de la SF :
Citation :
"J'avais atteint l'âge de mille kilomètres. De l'autre côté de la porte, les membres de la guilde se rassemblaient pour la cérémonie qui ferait de moi un apprenti. Moment d'impatience et d'appréhension ; en quelques minutes allait se concentrer tout ce qui avait été ma vie jusqu'alors" (page 13).

Dans cette ville montée sur des rails, le temps se compte en kilomètres.
Drôle de ville, dans laquelle rares sont les ouvertures qui permettent de voir le monde extérieur. La vie sociale est strictement régentée par un découpage en guildes, qui seul permet de maintenir l'ordre et, coûte que coûte, de tracter la ville vers l'"optimum".

Mais qu'est-ce donc ? Et qu'est-ce que cette planète dont le soleil est si étrangement déformé ? Qu'y a-t-il, devant la ville ? Et derrière ? Pourquoi faut-il absolument avancer, poser les rails, tracter la ville ? Des gens savent, mais ils ont juré de garder le secret... Là encore, je ferai pareil.

Il y aura des réponses, beaucoup, mais la fin est un peu perturbante. L'avantage, c'est qu'on peut souvent y repenser et s'interjecter, coincé dans une rame de métro/RER bondée : "bon sang !".

Un très bon livre, un classique à l'écriture froide, une narration à la première personne, mais néanmoins objective, ce qui montre que la forme épouse le fond du livre puisqu'un des sujets repose justement sur la perception objective ou subjective de la réalité. Enfin, de ce que j'en ai compris... mais je n'en suis pas sûr... Promis, j'y repenserai dans la prochaine rame bondée des transports en communs…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyJeu 10 Jan 2008 - 21:44

Le Prestige (1995). Denoël, Lunes d'Encre, 409 pages. Traduit de l'anglais par Michèle Charrier.
Ce roman a notamment reçu le World Fantasy Award 1996.
Pendant les trois quarts du livre, le lecteur se demande pourquoi le livre relève du fantastique. Il finit par le savoir...

La première partie (une quarantaine de pages) met en place le cadre, les personnages.
Le narrateur est journaliste et descendant d'Alfred Broden, un magicien célèbre en son temps (un "vrai" magicien, on n'est pas ici chez Tolkien ou David Eddings). Ce magicien a été en conflit professionnel et personnel avec un autre magicien : Rupert Angier.

La deuxième partie (90 pages) est consacrée au journal d'Alfred Broden.
Citation :
"Je naquis en 1856, le huitième jour du mois de mai, dans la ville côtière de Hastings". J'étais un enfant sain et vigoureux. Mon père exerçait dans la bourgade les fonctions de maître charron et tonnelier" (page 45).

Il met rapidement en garde le lecteur :
Citation :
"Toutefois, comme je vous ai montré que je n'avais rien dans les mains, vous devez à présent vous attendre non seulement à me voir susciter une illusion mais encore à l'accepter !" (page 48 ).

Cette deuxième partie est moyennement intéressante, en tout cas dans un premier temps. Elle sert de base à ce qui va suivre... C'est normal : les fondations sont généralement moins intéressantes que la maison elle-même.

Après le récit de sa vie ses débuts difficiles, son ascension, un minimum de détails sur son grand numéro de prestidigitation, ("le Nouvel Homme Transporté"), et le conflit qui l'oppose à son rival Rupert Angier, le roman propose - presque en interlude - une troisième partie d'une trentaine de pages : le journal de Kate Angier, descendante de Rupert, qui sert à recoller quelques morceaux avec la première partie.

Puis, avec la quatrième partie, le plus gros du roman arrive : le journal de Rupert Angier.
Certains sous-entendus obscurs du journal d'Alfred Broden prennent brusquement du sens (plus ou moins rapidement selon la perspicacité du lecteur, car tout n'est pas forcément précisé noir sur blanc), ses mensonges se dévoilent... encore faut-il faire attention : Rupert dit-il toute la vérité ?
A l'ère du développement de l'électricité, Rupert Angier cherche à faire mieux que le numéro de prestidigitation de son rival dans le domaine de la téléportation.
Mais si l'un et l'autre gardent jalousement le secret de leur numéro, chacun brûle de connaître celui de l'autre.

La toute fin permet de relier le passé et le présent...


L'intérêt de ce roman ne naît pas immédiatement, il faut lui donner un peu de temps pour prendre de l'ampleur. Ensuite, on n'est vraiment pas déçu. Un roman qui mêle le vrai et le faux, le possible. Qu'est-ce qui est réel ? Qu'est-ce qui ne l'est pas mais en a tout l'air ? C'est tout l'art du prestidigitateur...

Ce roman a été adapté au cinéma en 2006 par Christopher Nolan (un Anglais, l'auteur de Memento), avec Hugh Jackman, Christian Bale, Michael Caine…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
Sophie
Sage de la littérature
Sophie

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 43
Localisation : Tahiti

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyVen 11 Jan 2008 - 0:09

J'ai vu Le PREstige et comme j'avais baucoup aimé ce film, j'ai acheté le roman mais ne l'ai aps encore lu.

En revanche, j'ai lu pendant mes vacances Une femme sans histoires, que j'ai vraiment beaucoup aimé.

Je vous e reparlerai plus longuement d'ici quelques jours (quand j'aurai rassemblé mes idées).
Revenir en haut Aller en bas
http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Invité
Invité



Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptySam 12 Jan 2008 - 8:55

J'ai lu Le prestige à sa parution et j'avais vraiment aimé ce récit !
Je n'ai pas encore vu le film, un peu comme si je voulais conserver l'image un peu flou qu'il m'en reste et ne pas me laisser contaminer par les images qui s'imprimeront en surimpression de manière définitive sur mes ressentis de lecture.

Du coup, je me suis achetée Le monde inverti (la première phrase du roman donne vraiment envie d'aller plus loin) mais il se trouve depuis encore et toujours dans ma PAL innocent
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 18:36

Sentinelle, j'espère te donner envie de faire remonter très haut "Le monde inverti" dans ta PAL Cool

La Cité Terre est sans cesse en mouvement, le temps se calcule et se vit en kilomètres parcourus et non en années ou en siècles. La cité est dominée par un système de guildes (les Futurs, les Miliciens, les Bâtisseurs de Ponts, les Hommes des Echanges, les Navigateurs), les enfants sont confiés dès leur naissance à la crèche et n'en sortent qu'à l'âge de mille kilomètres.
Pour les habitants de la cité, l'enseignement dispensé est fondé sur les savoirs anciens, appartenant à la planète Terre, enseignements ennuyeux aux yeux des enfants et adloescents de la crèche....jusqu'au jour où ceux qui intègrent les guildes sont confrontés au monde extérieur et mettent ainsi en relation leurs savoirs et la réalité perçue. Ainsi, sur Terre le soleil est une sphère alors qu'ici c'est une hyperbole dotée de deux flèches et Helward Mann, le héros, se souvient d'un cours de mathématiques où on lui apprenait à réaliser des courbes de fonctions dont une en forme d'hyperbole dotée de deux flèches (l'infini négatif et l'infini positif)... comment à partir de savoirs réels ou faux, on peut influer sur la perception du monde!
Helward vivra un parcours initiatique extraordinaire, l'amenant à ressentir les effets extrêmes du passé, au Sud de la cité où tout s'estompe et se déforme, comme ceux du futur, vers le Nord de la cité, où le temps ralentit par rapport au présent de la cité et s'accélère par rapport à son corps (il vieillit plus vite que les autres à chaque expédition vers le Nord).
Helward vivra un choc culturel et spirituel lors de sa rencontre avec Elizabeth Khan, l'indigène pas comme les autres. Deux mondes vont se heurter sans se convaincre...seuls les Terminateurs, mouvement contestataire de la Cité Terre, prêteront une oreille attentive aux révélations d'Elizabeth tandis qu'Helward choisira de fermer son esprit.
L'éternel mouvement que doit accomplir la Cité Terre sera confronté à une réalité géophysique imprévue: la rencontre avec une immensité bleue dont on ne voit pas l'autre rive et que l'on ne peut pas contourner. La perception du monde de la Cité se trouve en contradiction avec cette réalité géophysique, topographique. Et si la perception de l'espace et du temps de la Cité était une distorsion du réel, parallèle à celle du sens commun? Et si la Cité Terre n'était pas située sur une planète hostile? Et si la Cité Terre n'avait jamais quitté la Terre?
Christopher Priest, malgré les concepts mathématiques complexes évoqués, réussit à mener de main de maître une intrigue haletante, prenante et mystérieuse. Les pistes sont données au compte-goutte au lecteur qui parfois peut se trouver bien désappointé devant la subtilité du raisonnement mathématique. Cependant, cela ne l'empêche d'apprécier le voyage proposé dans une autre dimension des sens!
"Le monde inverti" est une odyssée humaine, suite à une catastrophe de civilisation: la lente reconstruction des fondements sociaux confrontée à un ciment de civilisation conservé au prix d'une emprise du secret et d'un certain obscurantisme. Le jour où la lumière est faite, les failles du système sont révélées et bien des questionnements soulevés.
J'ai aimé le postulat sur la perception du monde selon la croyance que l'on en a, la distorsion du temps et de l'espace. Le point à atteindre fondamental, l'Optimum (un Graal en quelque sorte), semble être éternellement hors de portée et un concept des plus mystérieux.

Tous les ingrédients d'un excellent roman de SF sont réunis: questions philosophiques, scientifiques, sociologiques sans compter l'écriture fluide et happante de l'auteur...auteur qui tisse une fin très étonnante et très ouverte!
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 19:38

Je ne pensais pas que Le monde inverti était si compliqué Shocked
Revenir en haut Aller en bas
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 20:19

Je n'avais lu qu'un seul livre de Christopher Priest - il s'appelait Extrêmes, et il m'avait vraiment semblé très bon. Le Monde Inverti n'a pas l'air mal non plus....à suivre.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 20:23

Citation :
Je ne pensais pas que Le monde inverti était si compliqué
Sentinelle, il semble compliqué mais il ne l'est pas sunny Tu peux te lancer sans crainte!
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 20:25

Chatperlipopette a écrit:
Citation :
Je ne pensais pas que Le monde inverti était si compliqué
Sentinelle, il semble compliqué mais il ne l'est pas sunny Tu peux te lancer sans crainte!
Tu me rassures un peu What a Face


Dernière édition par le Dim 13 Jan 2008 - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 20:34

Le Prestige aussi est complexe, un vrai jeu de miroir qui fait vaciller nos certitudes de lecteur qui croit avoir tout compris Cool .
C'est pour cela que Une femme sans histoire m'a plutôt déçue . Vu le point de départ (mélange de points de vue, confusion fantasme/réalité), je m'attendais à la même complexité, or il se révèle assez plat.
Son ambiance paranoïaque m'a quand même bien fait cauchemarder une nuit. pale

Quand au Monde Inverti, je n'arrive pas à le trouver en librairie jypeurien .
J'aimerais surtout lire La fontaine pétrifiante, mais là aussi, impossible de le dénicher...
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 20:48

Nezumi a écrit:


Quand au Monde Inverti, je n'arrive pas à le trouver en librairie jypeurien .

Si tu veux, je peux te l'envoyer, j'ai un très vieux exemplaire, du temps de mon adolescence j'ai lu des tonnes de SF honte

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 20:55

Une femme sans histoires n'a pas eu une très bonne critique, je ne pense pas qu'il soit une de ses oeuvres indispensables à lire.
Je me demande même s'il n'a pas été traduit suite au succès de l'adaptation ciné de son roman Le prestige... effet de pub, il nous refile des vieux trucs pas terribles suite à sa découverte par un plus large public Rolling Eyes

Nezumi, j'ai un exemplaire tout neuf du Monde inverti, je peux te le prêter si tu veux (cela fait des années qu'il m'attend, je peux encore attendre quelques semaines de plus avant de le lire Wink ).
Revenir en haut Aller en bas
Sophie
Sage de la littérature
Sophie

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 43
Localisation : Tahiti

Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 22:42

sentinelle a écrit:
Une femme sans histoires n'a pas eu une très bonne critique, je ne pense pas qu'il soit une de ses oeuvres indispensables à lire.

Et bien moi qui ait beaucoup aimé Une femme sans histoires, je me dis que je vais adorer le Prestige alors.
Revenir en haut Aller en bas
http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Invité
Invité



Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest EmptyDim 13 Jan 2008 - 23:25

Merci pour votre gentille proposition, Arabella et Sentinelle. content

Mais si je vous l'emprunte maintenant, vu mes lectures en attente, je risque de vous le garder longtemps honte . Je regarderai un peu plus tard à la médiathèque attentif .

Merci encore en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Christopher Priest Empty
MessageSujet: Re: Christopher Priest   Christopher Priest Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Christopher Priest
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Christopher cross

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: