Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Yoshimura Akira

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Ven 17 Jan 2014 - 22:14

J'ai repensé à ce livre aujourd'hui, du fait de l'annonce du décès de Hirō Onoda (voir Wikipedia).

Ce soldat japonais a été isolé sur une île des Philippines, et a continué le combat jusqu'en 1974, "pensant que la guerre n'était pas finie".
"Et, du fond de l’enfer vert, il a continué à se battre contre un ennemi qui avait disparu, probablement aussi contre les insectes et le paludisme, tout cela pour l’Empereur. [...]

On l’avait envoyé aux Philippines en 1944 avec un ordre formel : ne jamais se rendre et tenir jusqu’à l’arrivée de renforts. Avec trois autres soldats, il a obéi à cette instruction pendant des années après le conflit, ignorant que le combat était fini. Leur existence ne fut découverte qu’en 1950 lorsque l’un d’eux décida de sortir de la forêt et de rentrer au Japon. On eut beau alors larguer par avion des tracts annonçant à Onoda que la guerre était terminée depuis longtemps et que l’armée impériale avait été battue, le soldat n’y crut jamais et continua avec ses derniers acolytes à surveiller des installations militaires et même parfois à se battre contre des soldats philippins.

Pour lui, la guerre n’était pas terminée, l’Empire ne pouvant être vaincu.
[...]

Il aura finalement fallu que son ex-commandant s’enfonce lui-même dans la jungle en 1974 et lui ordonne de déposer les armes pour qu’il accepte sa reddition.
" (extrait de : http://www.liberation.fr/monde/2014/01/17/mort-d-un-soldat-japonais-ayant-continue-la-guerre-jusqu-en-1974_973574 )

  
Mars 1974, Lubang, Philippines : Reddition et remise du sabre de Hirō Onoda.

Ce refus d'accepter la réalité (et cette volonté d'obéir aux ordres jusqu'au bout) est quelque chose de fascinant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Ven 17 Jan 2014 - 22:32

Le Code d'honneur..
J'ai noté Mourir pour la patrie, ces soldats japonais m'ont toujours fascinée.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Dim 19 Jan 2014 - 19:16

Naufrages

Dans un Japon primitif, dans un endroit reculé entre mer et montagnes, se trouve un village où la vie s’apparente à une lutte quotidienne pour la survie : on tient essentiellement grâce à une pêche très aléatoire et de quelques maigres récoltes en légumes et céréales. Afin de subvenir aux besoins de leur proche, chaque famille voit certains de leurs membres se vendre pendant quelques années contre quelques sacs de céréales qui permettront à ceux qui restent de pouvoir passer les terribles hivers. Parfois le destin semble miséricordieux : un navire fait naufrage et le village peut tenir quelque temps en s’octroyant la cargaison. Est-ce-que ces naufrages sont seulement dus au heureux hasard de dame Fortune ?

Roman magnifique dans un style simple donnant toute sa force au récit. Yoshimura excelle dans les descriptions de paysage, des situations de la vie quotidienne comme les morts et naissances, la pêche … Il m’a semblé dans certains passages que j’assistais à une transcription quasi magique en mots des estampes de Hiroshige. J’ai vraiment été emporté par Naufrages et pense poursuivre prochainement dans l’œuvre de cet auteur, peut-être avec Convoi de l’eau…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Dim 19 Jan 2014 - 19:34

GrandGousierGuerin a écrit:
Roman magnifique dans un style simple donnant toute sa force au récit. Yoshimura excelle dans les descriptions de paysage, des situations de la vie quotidienne comme les morts et naissances, la pêche … Il m’a semblé dans certains passages que j’assistais à une transcription quasi magique en mots des estampes de Hiroshige. J’ai vraiment été emporté par Naufrages et pense poursuivre prochainement dans l’œuvre de cet auteur, peut-être avec Convoi de l’eau…
Content que ce roman t'ai plu, Grand Gousier !

Yoshimura Akira est vraiment un très bon auteur, qu'on a mis du temps à découvrir en Europe, pour une raison ou une autre. J'espère que le rythme annuel de parution se poursuivre encore longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Dim 19 Jan 2014 - 19:38

eXPie a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
Roman magnifique dans un style simple donnant toute sa force au récit. Yoshimura excelle dans les descriptions de paysage, des situations de la vie quotidienne comme les morts et naissances, la pêche … Il m’a semblé dans certains passages que j’assistais à une transcription quasi magique en mots des estampes de Hiroshige. J’ai vraiment été emporté par Naufrages et pense poursuivre prochainement dans l’œuvre de cet auteur, peut-être avec Convoi de l’eau…
Content que ce roman t'ai plu, Grand Gousier !

Yoshimura Akira est vraiment un très bon auteur, qu'on a mis du temps à découvrir en Europe, pour une raison ou une autre. J'espère que le rythme annuel de parution se poursuivre encore longtemps...

Fil que je vais suivre avec attention dorénavant ...
Et en plus, j'avoue avoir un faible pour les couvertures publiées chez Acte Sud/Babel ... aime 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Lun 23 Mar 2015 - 10:06

Le convoi de l'eau

Marie a écrit:

je crois que tout a été dit sur ce troublant- et beau- récit d'une rédemption

Oui, tout a été dit, sauf qu'on pouvait aussi ne pas tomber totalement sous le charme.
Le lendemain matin, la nuit ayant dans doute porté conseil, je vois très bien tout ce que vous dites : cette nature sauvage à la fois protectrice et menaçante, ce choc de deux mondes, cette symbolique des os, cette dignité bafouée, ces images finales saisissantes...
Mais à la lecture.. et bien ... heureusement que c'était court.
Gênée par cet assassin que le code de l'honneur justifie si banalement, tenue à distance par cette froideur si japonaise, j' ai erré à sa suite, lassée de l'entendre  entretenir le mystère autour de ce qu'il ne comprenait pas .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Sorcière
Envolée postale
avatar

Messages : 100
Inscription le : 04/09/2015

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Ven 2 Oct 2015 - 11:36

La Jeune Fille suppliciée sur une étagère
J’ai aimé… mais moins que Le convoi de l’eau, Naufrages ou Un spécimen transparent (que j’adore surtout pour ‘Voyage vers les étoiles’).
Je retrouve dans ‘La jeune fille’ cette profusion d’images fortes que j’ai tant aimée chez Yoshimura ; la scène de la crémation, particulièrement, m’a transportée. Cependant, ce qui m’envoûte le plus, chez Yoshimura, c’est ce que j’appellerais cette ‘littérature des grands espaces’ qu’on retrouve dans Naufrages ou Le convoi : il réussit la symbiose parfaite et paradoxale, que je n’ai trouvée chez aucun autre auteur, de la communion presque animiste avec la nature et de la distance toute romantique entre le ‘soi’ et le ‘monde’. Du coup, la nature claustrophobe du récit de 'La jeune fille' ne prêtait pas à l’expression de ce que je préfère chez lui.
'Le sourire des Pierres' est en effet moins réussi que 'La jeune fille'. Comme le disait EXpie (en 2008 !), le narrateur est quand même pas hyper perspicace. On l’a sentie venir, cette fin… mais les superbes scènes de vol des statues dans la montagne m’ont permis de respirer un peu !
Prochain sur ma liste : La guerre des jours lointains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Dim 5 Juin 2016 - 23:22


Les Drapeaux de Portsmouth (ポーツマスの旗, 1979). Traduit du japonais par Minoru Fukuyama en 1990, en collaboration avec Véronique Meilland. 285 pages. Picquier.
Il s'agit a priori du premier livre de Yoshimira Akira traduit en français. Le choix est curieux, car comme on va le voir, il n'est vraiment pas son livre le plus "commercial".
Il relate par le détail dans quelles conditions ont eu lieu les négociations entre délégués russes et japonais pour mettre fin à la guerre russo-japonaise de 1904-1905.

"Sur le plan militaire, ce conflit préfigure les guerres du XXe siècle par sa durée (1 an et demi), par les forces engagées (sans doute plus de 2 millions d'hommes au total) et les pertes (156 000 morts, 280 000 blessés, 77 000 prisonniers) ainsi que par l'emploi des techniques les plus modernes de l'art de la guerre (logistique, lignes de communications et renseignements ; opérations combinées terrestres et maritimes ; durée de préparation des engagements)." (Wikipedia)

"On pourrait dire que ce livre, Les drapeaux de Portsmouth, écrit par Akira Yoshimura, est la biographie de Komura Jutaro, diplomate japonais qui joua un rôle essentiel dans la conclusion du « traité de paix de Portsmouth » entre la Russie et le Japon après la guerre russo-japonaise de 1904-1905, mais c’est aussi une œuvre documentaire sur la diplomatie japonaise de cette époque-là en même temps que le récit du drame mondial de la guerre russo-japonaise et du « traité de paix de Portsmouth » qui suivit." (commentaire de Minoru Fukuyama).

Du côté russe, le chef des négociateurs est Serge Witte (1843-1915).

         
A gauche : Komura Jutaro (1855-1911) ; au milieu Serge Witte en 1905, à droite son portrait par Repine.

Citation :
"Le 30 juin, de bonne heure, les marchands de drapeaux se rendirent dans les stocks de jouets, concentrés principalement près de Nihonbashi. Là, ils achetèrent des drapeaux japonais et des hampes qu’ils chargèrent sur des pousse-pousse, et passèrent de nouvelles commandes importantes. De nombreux habitants du voisinage se procurèrent eux aussi un drapeau.
Un entrefilet dans le journal du matin était la cause de toute cette agitation ; la guerre russo-japonaise avait éclaté en février de l’année précédente (1904).
Dès l’ouverture des hostilités, l’armée japonaise ne cessa d’écraser l’armée russe. En janvier 1905, elle avait réussi, après de violents combats à occuper Port Arthur (Lieu-chouen) considéré comme une forteresse imprenable. Après les victoires de Liaoyang et Shaho, elle mit l’armée russe en déroute lors de la grande bataille de Moukden. Dans les journaux, des articles reprenant des informations venues d’Europe et des États-Unis parlaient d’un éventuel rétablissement de la paix entre les deux pays grâce à l’intermédiaire du président américain, Théodore Roosevelt. [...]

Le peuple japonais lut dans l’édition du matin, le 30 juin, la nouvelle suivante :
Monsieur le baron Komura, ambassadeur plénipotentiaire du Japon et ministre des Affaires étrangères et sa suite, ont décidé de partir de Yokohama le 4 juillet par le bateau à voiles américain Cobtick. La succursale de la compagnie maritime américaine de Yokohama a préparé des cabines pour le groupe.
Les marchands, alertés par cet article commandèrent donc des drapeaux en grande quantité. On prévoyait que le drapeau national Hinomaru serait hissé à la porte de chaque maison le jour du départ de l’ambassadeur plénipotentiaire Komura Jutaro et qu’une foule viendrait se rassembler certainement drapeau en main, le long de la route empruntée par sa suite. Ainsi, pouvait-on imaginer qu’il fallait prévoir une grande quantité de drapeaux.
 "

Le livre explique avec beaucoup de détails qui est allié avec qui, quels sont les rapports de force entre l'Allemagne, la Russie, la France les Etats-Unis, qui fait pression sur qui et pour quelles raisons.

Le Japon, au prix de très nombreux morts (85 000 morts contre 71 000 côté russe), a remporté d'importantes victoires sur la Russie ; le peuple japonais s'attend à ce que la Russie cède sur de nombreux points pendant les négociations : paiement d'une forte indemnité, perte de territoires, etc..
Mais ce que le peuple ne sait pas, et c'est que le gouvernement japonais ne peut pas dire, c'est que la Japon est à bout de forces et d'argent : si la guerre dure encore, la Russie va renverser la vapeur et finir par battre le Japon. Mais, du côté russe, la guerre est impopulaire, le mécontentement gronde (cf la révolution russe de 1905, Potemkine). La Russie ne peut pas se permettre de poursuivre les hostilités, même si elle sent bien que la victoire serait au bout.
Les délégués japonais partent négocier dans la liesse générale, avec plein de petits drapeaux agités. C'est Komura Jutaro (1855-1911), un Japonais ayant étudié le droit à Harvard (comme Theodore Roosevelt, ce qui facilitera les échanges) qui mène les négociations côté japonais. Il est très petit, intelligent, honnête, travailleur, pauvre, et a bien conscience de la difficulté, voire de l'impossibilité de la tâche qui lui a été confiée. Il sait que, à son retour, il sera la proie de la vindicte populaire, le peuple ne pouvant pas comprendre que le Japon accepte de signer un accord de paix dans des conditions qui lui semble si peu en accord avec les victoires éclatantes sur le terrain. Il sera forcément considéré comme un traitre.

On verra comment a abouti le Traité de Portsmouth depuis la détermination du lieu des négociations, les conditions dans lesquelles elles se dérouleront (on saura tout, les noms et grade de tout le monde, ainsi que toutes les péripéties, comme le problème de codage des communications avec le Japon), comment les uns et les autres essaieront de gagner les journalistes à leur cause (les Russes sont doués)...

      
Délégués russes et japonais réunis autour de la table des négociations ; à droite : le 14 août 1905.


Dernière édition par eXPie le Dim 5 Juin 2016 - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   Dim 5 Juin 2016 - 23:22

On verra aussi quel rôle a joué Roosevelt ("Les négociations préliminaires débutèrent grâce à la médiation de Theodore Roosevelt, dont l'action lui valut le prix Nobel de la paix en 1906", dit Wikipedia), sa bienveillance vis-à-vis du Japon, mais aussi sa méfiance.
Citation :
"L’Amérique et le Japon sont voisins. Ils se font face, même si le Pacifique, entre eux, est un vaste océan. Avant la Restauration Meiji, le Japon considérait les États-Unis comme un pays lointain et réciproquement. Mais avec le développement des bateaux à vapeur et les échanges entre les peuples, la distance entre ces deux pays fut considérablement réduite. Lorsqu’il était en poste aux États-Unis, le délégué général Komura mit environ une semaine en train à vapeur de Washington aux rives du Pacifique, puis de là jusqu’au Japon, environ deux semaines en bateau."

Une fois le traité difficilement signé, dans des conditions scrupuleusement narrées par Yoshimura Akira, c'est donc la consternation dans le peuple. Comme dans Le Grand Tremblement de Terre du Kantô, tout est très bien documenté, pas un mort, pas un blessé ne manque.

"Les deux commissariats de Shitaya et Fukagawa, sept dépôts secondaires et deux cent vingt-six postes de police brûlèrent et cinq postes furent démolis, quarante-neuf maisons du voisinage du dépôt secondaire de Nihonzutsumi furent détruites par la propagation de l’incendie. Lors de cette insurrection de grande envergure, plus de soixante-dix pour cent des postes de police de Tokyo brûlèrent dont ceux d’Asakusa, Shitaya, Kanda, Kyobashi, Nihonbashi, Ushigome, Hongo et Shinjuku."

Ce sont les émeutes de Hibiya.



Il y a beaucoup de choses intéressantes (Yoshimura Akira fait revivre une époque ; on suit pas à pas l'élaboration d'un traité délicat), mais il y a aussi, pour le lecteur français, de nombreuses longueurs.
Exemple : 
Citation :
"On annonça officiellement sa nomination au poste d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, ainsi que celle de Takahira Kogoro au poste de chef-adjoint et celles des personnes suivantes : Sato Yoshimaro, délégué résident ; Yamaza Enjiro, chef du bureau des affaires politiques du ministère des Affaires étrangères ; Adachi Mineichiro, premier secrétaire de la légation du Japon en Amérique et conseiller du ministère des Affaires étrangères ; Honda Kumataro, cumulant le poste de secrétaire des Affaires étrangères avec celui de secrétaire du ministre des Affaires étrangères ; Ochiai Kentaro, deuxième secrétaire de la légation ; Uehara Masanao, troisième secrétaire de la légation ; Konishi Kôtaro, attaché diplomatique ; Henry Willard Denison, employé du ministère des Affaires étrangères ; Tachibana Shoichiro, colonel et attaché militaire de la légation en Amérique ; Takeshita Isamu, capitaine de frégate résidant en Amérique comme attaché militaire naval. Il fut également décidé que Katsura cumulerait les postes de Premier ministre et de ministre des Affaires étrangères."
Inutile de dire qu'on a du mal à retenir tous les noms... ce qui n'a pas beaucoup d'importance pour nous. Sans doute est-ce en partie pour cela que le livre n'est plus que très difficilement trouvable et n'a pas été réédité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yoshimura Akira   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yoshimura Akira
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Offrez vous le blouson de Akira

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: