Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 William T. Vollmann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: William T. Vollmann   Ven 18 Jan 2008 - 7:20



Né en 1959 à Los Angeles, William T. Vollmann a suivi des études à Deep Springs College, et a obtenu son diplôme de littérature comparée à l'université de Cornell. En 1982, il part pour l'Afghanistan aux côtés de commandos islamiques, expérience dont il tirera un document, An Afghanistan Picture Show. Son œuvre romanesque commence à être publiée aux débuts des années 1990, et séduit rapidement la critique américaine par la beauté de ses longues phrases et son univers baroque. Vollmann entame alors une série de sept romans retraçant une histoire poétique des Etats-Unis (dont un volet, Les fusils, sortira en France à la rentrée aux éditions du Cherche Midi) et collabore à de nombreuses publications (Esquire, Spin, Granta). Parmi ses livres traduits en français, on peut citer Les nuits du papillon, Des putes pour Gloria, Treize récits et treize épitaphes et le roman-fleuve La famille Royale (lire page 50). Sélectionné en 1999 par le New Yorker dans sa liste des vingt meilleurs auteurs de moins de quarante ans, ce passionné d'armes à feu est également l'auteur d'un essai en sept volumes (et près de six mille pages) consacré à la violence, Rising Up and Rising Down. Il reçoit le National Book Award en 2006 pour son recueil de nouvelles, situées entre l'Allemagne et la Russie pendant la Seconde Guerre mondiale, intitulé Europe Central (qui devrait paraître en 2007 chez Actes Sud). Il vit aujourd'hui avec son épouse et sa fille à Sacramento.

Sources: Lire
et le lien ICI


Bibliographie

Citation :
Index : cliquez sur le numéro de page pour y accéder directement

1989 Récits arc-en-ciel
1990 La Tunique de glace
1991 13 histoires et 13 épitaphes
1991 Des putes pour Gloria , Page 3
1993 Les Nuits du papillon
1994 Les Fusils , Page 3
2000 La Famille royale , Page 3
2003 Le Livre des violences
2003 Le Roi de l'opium et autres enquêtes en Asie du Sud-Est
2005 Central Europe , Pages 1 , 2
2006 Décentrer la Terre : Copernic et les révolutions célestes
2007 Pourquoi êtes-vous pauvres ?
2008 Le Grand Partout
2010 Étoile de Paris, Poésies
2011 Fukushima, dans la zone interdite

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Ven 18 Jan 2008 - 7:51

Central Europe
traduit de l'américain par Claro
Editions Actes Sud



Non, bien sûr, je ne l'ai pas encore lu...les 100 premières pages seulement sur les 851 du roman en lui-même ( plus la post-face et la bibliographie elle-même commentée...)
Comme Sophie l'a dit je ne sais plus où, les avis sont partagés sur ce "roman".
Peu m'importe, ce que j'ai lu jusqu'à présent , je ne peux pas dire que cela me plait ,mais je peux dire que cela m'intéresse.,
André Clavel, un critique que j'aime bien en temps ordinaire, dit que ce "roman" n'apporte rien. Peut être à lui qui sait déjà tout ce dont Vollmann parle, mais ce n'est nullement mon cas.
Donc, je vais faire un feuilleton de lecture! Feuilleton qui pourra être bien sûr interrompu du jour au lendemain, si cela ne m'intéresse plus.

En premier lieu, ce livre est dédié à la mémoire de "Danilo Kis, dont le chef-d'oeuvre , Un tombeau pour Boris Davidovitch, m'a tenu compagnie pendant de nombreuses années, alors que je me préparais à l'écriture de ce livre."

Déjà, cela dit peut être beaucoup à bon nombre d'entre vous, mais pour moi...... Shocked Et merci Internet!!!

Et de ce

lienje vais extraire ceci:

Pour des historiens comme Louis Mink, Paul Veyne, Hayden White, il faut insister sur le caractère essentiellement fictionnel de toute narration historique et sur la part incontournable de la littérature dans l'historiographie; les romanciers prennent conscience des possibilités qu'offre la réécriture des histoires lesquelles existent déjà et peuvent être ainsi actualisées ou réactualisées.

Il y a plusieurs manières de parler de l'horreur. La plus réaliste n'est pas la plus suggestive. Les témoignages directs, si sincères et si émouvants soient-ils, transportent difficilement au coeur de la réalité. Les statistiques transforment en chiffres abstraits une impossible addition d'épouvantes individuelles. Les rapports, les études, les dossiers les plus fouillés contribuent moins à une prise de conscience personnelle de ces holocaustes que des livres, des récits, des court-métrages. Que signifient six millions de morts si on ne voit pas un seul et unique individu avec son visage, son corps et sa propre histoire - quand on sait que les grands chiffres ont un pouvoir de déréalisation?
Cela, on l'a vu récemment...qui pourrait reciter les chiffres énoncés dans Les Bienveillantes? Qui oubliera Les disparus?

Selon Danilo Kis, la littérature doit corriger l'Histoire, parce que l'Histoire est généralité tandis que la littérature est concrète. L'Histoire, c'est le nombre, le pluriel alors que la littérature, c'est le singulier, l'individu(el). Quand il emploie le mot "corriger", l'écrivain sous-entend: comment donner à l'indifférence de l'Histoire le ton du concret et de la véracité sinon par l'utilisation de documents authentiques, de lettres et d'objets portant trace de concrétude? La littérature est la concrétisation de l'abstrait de l'Histoire, car si l'écrivain se fie uniquement à l'imagination, il court le danger de retomber dans l'abstrait. La littérature doit donc corriger l'Histoire en la concrétisant. Le but de Kis est de donner à chaque individu victime de l'Histoire, son visage et son histoire.

etc

Donc, et l'auteur le dit à plusieurs reprises, il s'agit bien d'une oeuvre de fiction ( comme Les Bienveillantes , et je crois que l'on n'a pas assez insisté la-dessus...) qui fait intervenir des personnages réels, avec une documentation qui me semble à moi, profane, assez exhaustive, mais j'aurai loisir de vérifier, sans doute!

A suivre.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Sam 19 Jan 2008 - 0:20

Carnet de lecture 2

Le premier chapitre est intitulé Acier en mouvement. C'est une référence au pacte d'acier signé à Berlin le 21 mai 1939 par les ministres allemand et italien des Affaires étrangères, von Ribbentrop et le comte Ciano, union entre l'Allemagne nazie (qui a annexé l'Autriche et la Tchécoslovaquie)et l''Italie fasciste (qui a annexé l'Albanie).

"Qu'est ce qui met l'acier en mouvement? Le défunt Obersturmführer Kurt Gerstein m'a conseillé de chercher les réponses dans les saintes Ecritures..."
Kurt Gerstein, c'est celui dont le film Amen de Costa Gavras a raconté
l'histoire

Beaucoup d'autres noms propres dans ce chapitre, je m'y perds déjà...
Mais ,en exergue , un phrase du maréchal Erich von Manstein.
Je le mets dans un coin ICI , je sens que je vais le retrouver. Tout ce que je constate, c'est que cette phrase date de 1958...il s'en est bien tiré, ce Prussien.
Je vais peut être changer de profession et faire de l'histoire, moi.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Sam 19 Jan 2008 - 1:14

Mais tu aimes? TU m'as l'air sceptique; le monsieur Danilo truc, je ne le connais pas du tout Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Sam 19 Jan 2008 - 3:59

Citation :
Mais tu aimes? TU m'as l'air sceptique;
Shocked je l'ai dit, je crois...je ne sais pas, mais cela m'intéresse.
Le fond, c'est à dire l'histoire récente de l'Europe centrale, et la forme, un mélange d'histoire et de fiction.
Mais ,bon, je vais faire tranquillement seule mes recherches sur tous ces personnages de notre histoire, et je te dirai à la fin: j'ai aimé- je n'ai pas aimé- pas de commentaires!!!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Sam 19 Jan 2008 - 5:03

Marie a écrit:
Citation :
Mais tu aimes? TU m'as l'air sceptique;
Shocked je l'ai dit, je crois...je ne sais pas, mais cela m'intéresse.
Le fond, c'est à dire l'histoire récente de l'Europe centrale, et la forme, un mélange d'histoire et de fiction.
Mais ,bon, je vais faire tranquillement seule mes recherches sur tous ces personnages de notre histoire, et je te dirai à la fin: j'ai aimé- je n'ai pas aimé- pas de commentaires!!!
Oui excuse-moi j'ai relu tes posts et oui effectivement tu dis que ça t'intéresse.

En tout cas, vu l'épaisseur du bouquin et les recherches à faire, les commentaires ne devraient pas manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
LaurenceV
Agilité postale
avatar

Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 34
Localisation : Liège

MessageSujet: William T. Vollmann   Sam 19 Jan 2008 - 13:18

Ce livre a vraiment l'air très riche... Et complexe... Je suivrai avec beaucoup d'intérêt tes impressions Marie...

Pour ma part, j'ai acheté récemment un petit livre de cet auteur :Des putes pour Gloria... J'aimais bien le titre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.autourdelau.be
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Sam 19 Jan 2008 - 14:24

Je suivrai également avec grand intérêt tes impressions de lecture de ce gros pavé qui me pose question Marie miammiam
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Sam 19 Jan 2008 - 15:34

Ah oui.. je suis aussi avec intérêt.. et je suis contente que Marie fait le 'travail' - ce 'pavé' m'a jusqu'à présent aussi retenu (bien que j'en ai lu des choses très intéressantes et sympathiques sur cet auteur.. mais bon - le courage pour commencer une telle lecture n'était jusqu'à présent pas là Very Happy )

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Dim 20 Jan 2008 - 1:41

Le deuxième chapitre, qui fait de constants rapprochements avec les lettres de la kabbale, est intitulé: Les sauveurs, un conte kabbalistique.
Il raconte l'histoire de Fanny Kaplan , "qu'on avait signalée pour ses "traits juifs" , militante du Parti socialiste-révolutionnaire russe et qui le 30 août 1918 a tenté d'assassiner Lénine et l'a grièvement blessé.
Elle seraexécutée 3 jours après.

Fanny Kaplan fut exécutée le jour même où le commissaire de l'Intérieur publiait la célèbre "ordonnance sur les Otages", qui décrétait que tous les socialistes- révolutionnaires devaient être arrêtés sur le champ et massivement liquidés. Dans la seule ville de Perm, on fusilla trente-six prisonniers pour venger Lénine et Uritsky.....Moins de vingt quatre heures après, la Terreur Rouge était née....Pendant ce temps, les journaux ne cessaient de réclamer plus de sang. Dans les termes toujours opportuns du camarde N. V. Krylenko ( dont le destin serait d'être fusillé): Nous ne devons pas exécuter seulement les coupables. L'exécution des innocents n'impressionnera que davantage les masses.

La compagne de Lénine, Nadejda Kroupskaïa, du moins c'est ce qui est raconté là...aurait souhaité la rencontrer dans sa cellule .
Nadejda a épousé Lénine en mai 1898.
Spécialiste en pédagogie, elle a posé les bases d’un système éducatif qui vise l’alphabétisation complète du peuple russe. Décrété en 1919, cet objectif est réalisé en moins de vingt ans. Près de 60 millions d’adultes apprennent à lire et écrire tandis que la quasi-totalité de la jeunesse est scolarisée.



Nadejda et Lénine en 1920

Sources: wikipedia

ICI

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville


Dernière édition par le Lun 21 Jan 2008 - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Dim 20 Jan 2008 - 8:58

Citation :
André Clavel, un critique que j'aime bien en temps ordinaire, dit que ce "roman" n'apporte rien. Peut être à lui qui sait déjà tout ce dont Vollmann parle, mais ce n'est nullement mon cas.
Et j'ai bien l'impression que ce ne sera pas le mien non plus Shocked
Tu suscites de plus en plus mon intérêt Marie attentif , mais je me dis que ce n'est pas une mince affaire que de se lancer dans la lecture de ce livre car je pense que je mettrais encore plus de temps à rechercher des info qu'à le lire, ça fait un peu peur quand même surpris
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Lun 21 Jan 2008 - 1:27

Citation :
car je pense que je mettrais encore plus de temps à rechercher des info qu'à le lire
Je suppose qu'il en est pour lesquels les noms cités sont une évidence..
Et pour l'instant, je ne sais pas du tout où il veut en venir, mais ce n'est pas très gênant..

Journal de lecture, suite
Femme à l'enfant mort

Karl avait refusé de laisser partir Peter, aussi l'enfant s'était-il tourné vers sa mère. Elle ne sut jamais exactement comment il parvint à la convaincre de surmonter sa peur, mais il y réussit, après quoi le père, comme d'habitude, obéit à la mère.
Puis vint le télégramme: IHR SOHN IST GEFALLEN.
Son ami Liebermann lui donna ce sonseil: travaille.






Käthe Kollwitz (1867-1945). Artiste allemande, sclupteur sur bois et cuivre, dessinatrice, notamment beaucoup d'autoportraits avec toujours comme thème la souffrance..
On pourrait penser que c'est la mort à la guerre de 14 de son fils Peter qui a influencé son oeuvre, mais Mort, mère et enfant date de 1910 alors qu'il restait à Peter encore 4 ans à vivre...

Plus sur Käte Kollwitz

ICI


A la fin, son art fut refusé par les deux camps. Une mère affligée tenant son enfant mort, c'est très bien, mais c'est peut-être un tantinet trop universel- ou comme dirait le camarade Staline,"erroné". Car comment atteindre nos objectifs si on laisse entendre que tout un chacun , même l'ennemi, pleure des enfants morts? Mieux vaut de loin cette célèbre affiche d'une femme de l'Armée rouge, une main sur la hanche, une autre sur sa poitrine, médaillée, raide comme une sentinelle devant un mur allemand criblé de balles, sa casquette à étoile rouge inclinée de façon à montrer ses cheveux ( courts, mais féminins) alors qu'elle sourit à l'avenir diagonal! Telle est la vision russe. De l'autre côté qu'il nous suffise de citer ce propos de notre Führer: " Les Allemands- et ce point est essentiel- devront constituer entre eux une société fermée, telle une forteresse..."

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Lun 21 Jan 2008 - 13:19

Marie a écrit:
Plus sur Käte Kollwitz
Voilà de nouveau ce nom content
J'avais proposé à Alfred Teckel (et d'ailleurs à tous ceux qui visitent Cologne) de voir le musée de cette artiste hors norme.. sculptures, dessins, graphiques.. impressionnants

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Mar 22 Jan 2008 - 4:58

Tu as refermé les portes du Danube

Dans notre littérature soviétique actuelle ( nationaliste pour ce qui est de la forme, socialiste pour ce qui est du contenu), il n'y a guère de place pour les épopées et autres balivernes de ce genre. Toutefois, Le chant de la campagne d'Igor du XIIème siècle contient un passage que je trouve en adéquation avec mon contexte. S'adressant à Yaroslav de Galich aux huit esprits, personnage qui m'indiffère au plus haut point, le barde anonym chante:

Tu règnes sur ton trône d'or;
tu as fermé à double tour les montagnes de Hongrie
les verrouillant avec tes troupes de fer;
tu as coupé la route au roi;
tu as fermé les portes du Danube.


Le Dit de l'host d'Igor: ICI

Le Prince Igor Alexandre Borodine
ici


Un extrait
Seiji Ozawa

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William T. Vollmann   Mer 23 Jan 2008 - 1:58

Les fusées d'Elena

Chostakovitch, Akhmatova, Tsvetaïeva, étaient tous, dans la mesure où la chose était possible sans se faire liquider ( Tsvetaïeva se liquida elle-même) des dissidents.

Marina Ivanovna Tsvetaïeva est une poétesse russe connue . Née à Moscou en 1894, elle s'est suicidée en 1941 .




« Mes poèmes sont un journal intime»écrivait-elle.




Moscou, 1917-1919. Partout la violence, les morts brutales, la famine, le froid, la misère étalée dans la rue, les petits trafics pour survivre, et, ballottée au milieu de ce chaos, une jeune femme qui inscrit au vol ses impressions décousues. C’est une poétesse déjà connue, déjà minée par une détresse intérieure. C’est la grande Tsvetaïeva, qui est à sa contemporaine et rivale Akhmatova ce que Rimbaud est à Verlaine.
Elle émigrera en 1922, reviendra en 1939, et, acculée à la solitude et au dénuement le plus complet, se pendra devant sa maison en 1941. Son journal des années de la révolution est poignant.
( Dominique Fernandez).

Octobre en wagon est paru récemment, en octobre 2007 (aux éditions Anatolia).

Vie et oeuvre de Marina Tsvetaïeva
ici

Sa fille aînée, Ariadna Efron ( la plus jeune, Irina, est morte de faim...)
a été déportée de 1939 à 1947, et j'ai lu dans Chroniques d'un goulag ordinaire- recueil de lettres qu'elle envoyait - cette phrase que j'avais notée ailleurs:
" Envoyez moi quelque chose à lire, même de vieux journaux, de vieilles revues, sinon je vais devenir tout à fait sauvage."

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William T. Vollmann   

Revenir en haut Aller en bas
 
William T. Vollmann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Emma de Normandie de Stéphane William Gondoin
» From William the conqueror to Queen Victoria.
» Lame de cutter dans une conserve William Saurin : demande d'une expertise
» William-Frédérick Cody, dit « Buffalo Bill ».
» Fiche personnelle - William Kaplan // Wiccan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: