Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 John Fante

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyJeu 8 Mar 2012 - 10:29

Le mais était par rapport aux réserves que j'exprimais précédemment.

Ensuite la mise en cause de la société dans laquelle vit l'auteur peut certes être présente dans tous les livres si on cherche très loin, mais elle est plus ou moins centrale. Et d'autres thèmes peuvent être bien plus présents, comme par exemple la recherche de la place d'un individu dans l'histoire, dans des processus dont la maîtrise lui échappe. Ce n'est pas le même angle d'approche. Et dans certains cas, ce qui peut être au premier plan, cela peut être le ressenti d'un individu face son contexte familiale, amoureux, son rapport à l'autre....On peut multiplier à l'infini.

Et chacun a plus d'affinité avec tel ou tel thématique et façon de la traiter. Pour ma part je n'ai pas vraiment d'affinités avec un certains nombre de thèmes centraux de la littérature américaine, ce qui explique que je ne me tourne pas spontanément vers ces lives, parce que la lecture des résumés me rebute souvent, et je sais que j'ai une tendance à être très critique, parce que les sujets ne me passionnant pas par eux mêmes, il faut que le livre soit vraiment excellent pour m'accrocher. Ce qui permet aussi de relativiser mes commentaires. Je crois que l'on a tous ses affinités et préférences, c'est tout à fait humain, on a tous une histoire, un vécu différent, et nos goûts le reflètent.

Mais (désolée de l'utiliser encore) il y a un certain nombre de livres d'auteurs américains que j'apprécie et place très haut.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyJeu 8 Mar 2012 - 10:32

Pour répondre à Kierk
On pourra toujours trouver des exemples et des contre exemples

Quand John Kennedy Toole parle d'Ignatius dans "la conjuration des imbéciles" il y a de l'humour à toutes les pages, le but étant quand même de mettre en scène un personnage atypique et peu à l'aise dans la société telle qu'elle lui est donné, donc c'est politique ou au moins sociétal (ce qui revient au même) bien qu'on sente que ce ne soit pas le but du livre.

Alors bien sûr si l'on s'en tient à ce que nous bombardent les revues littéraires et autres média avec le dernier Franzen pour ne citer que lui, on va en arriver à penser que c'est à chaque fois une dénonciation en règle de la société américaine qui est proposée.
Mais le champ est beaucoup plus large, ne serait-ce que par le régionalisme de beaucoup d'écrivains américains, qui font que les thèmes (nature, histoire, civilisation etc...) sont incroyables de diversité.
Revenir en haut Aller en bas
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyJeu 8 Mar 2012 - 10:36

Je comprends bien ce que tu dis arabella
Mais encore une fois, je pense qu'il faut quelquefois s'éloigner des auteurs en vue et en vogue, pour mieux appréhender l'ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyJeu 8 Mar 2012 - 10:39

darkanny a écrit:
Je comprends bien ce que tu dis arabella
Mais encore une fois, je pense qu'il faut quelquefois s'éloigner des auteurs en vue et en vogue, pour mieux appréhender l'ensemble.

Tout à fait, Sana Krasikov ou Mark Slouka ou André Aciman ne font pas les unes, et sont des auteurs que j'ai envie de suivre. Mais tu dois reconnaître que le battage médiatique fait autour de certains a tendance à rendre moins visible ces auteurs atypiques.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyJeu 8 Mar 2012 - 10:41

darkanny a écrit:
Pour répondre à Kierk
On pourra toujours trouver des exemples et des contre exemples

Quand John Kennedy Toole parle d'Ignatius dans "la conjuration des imbéciles" il y a de l'humour à toutes les pages, le but étant quand même de mettre en scène un personnage atypique et peu à l'aise dans la société telle qu'elle lui est donné, donc c'est politique ou au moins sociétal (ce qui revient au même) bien qu'on sente que ce ne soit pas le but du livre.

Alors bien sûr si l'on s'en tient à ce que nous bombardent les revues littéraires et autres média avec le dernier Franzen pour ne citer que lui, on va en arriver à penser que c'est à chaque fois une dénonciation en règle de la société américaine qui est proposée.
Mais le champ est beaucoup plus large, ne serait-ce que par le régionalisme de beaucoup d'écrivains américains, qui font que les thèmes (nature, histoire, civilisation etc...) sont incroyables de diversité.

Bien sur qu'il y'aura toujours des exceptions mais quand on parle de littérature nationale on parle d'une manière générale et majoritaire de faire de la littérature dans ce pays.
Et identifier un courant littéraire particulier dans un pays s'est toujours fait.
Moi j'aime les approches critiques de la société, cela me fait réfléchir (bien que politique et sociétal ne soient pas synonymes, politique est ce qui concerne les interractions entre les personnes et la distribution des responsabilités de tous les individus au sein de l'espace étatique ou public, sociétal concerne les moeurs et comportements de ces individus, groupes ou communautés au sein d'un même espace et leurs relations vis à vis du concept même de société).
je pense simplement que la littérature américaine fait sa critique des moeurs maintenant car c'est un pays récent, là où l'Europe l'a déjà fait depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyJeu 8 Mar 2012 - 10:47

Je pensais aussi que la politique au sens large servait de base à un choix de société, d'où mon parallèle.

Oui arabella, sur les auteurs que tu cites, il y a de la matière à renouvellement.
Revenir en haut Aller en bas
odrey
Sage de la littérature
odrey

Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 41

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyVen 9 Mar 2012 - 1:04

bix229 a écrit:
chrisdusud a écrit:
odrey a écrit:
Il faudrait que je relise Fante un jour. Je me suis arrêtée à Mon chien Stupide et c'est... stupide (hahaha) parce que j'avais bien aimé.

Les premiers étaient bien mieux. Comme Bandini (mon préféré) ou Demande à la poussière. Arabella avait aimé je crois les nouvelles du Vin de la jeunesse. Faudrait que je tombe dessus...

Reves de Bunker Hill, aussi..

Je sais que Mon chien stupide n'est pas son meilleur, c'est bine pour ça qu'il faurait que j'en lise d'autre. Mon chien stupide, j'ai pas adoré non, plus mais c'était sympa.
Revenir en haut Aller en bas
FrançoisG
Envolée postale
FrançoisG

Messages : 281
Inscription le : 29/09/2009
Localisation : Au calme dans ma maison

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptySam 7 Avr 2012 - 16:58

Je viens de terminer la lecture de "Mon chien stupide" que j'ai bien aimé.

L'auteur décrit la vie d'une famille du point de vue du chef de famille qui s'exprime à la première personne, ce qui simplifie la compréhension.

J'ai suivi l'histoire avec intérêt et apprécié l'écriture fluide et adroite qui a maintenu mon attention tout du long.

Le chien est un personnage de plus, sans plus. Le titre original parle d'ailleurs du voyage à Rome et non du chien comme dans le titre Français.

Ça n'est pas de la grande littérature, c'est pourquoi le texte est resté très actuel et accessible.

J'ai passé un bon moment..

Revenir en haut Aller en bas
sylvain-
Envolée postale
sylvain-

Messages : 129
Inscription le : 29/05/2011

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyVen 13 Avr 2012 - 20:19

FrançoisG a écrit:
Je viens de terminer la lecture de "Mon chien stupide" que j'ai bien aimé.

L'auteur décrit la vie d'une famille du point de vue du chef de famille qui s'exprime à la première personne, ce qui simplifie la compréhension.

J'ai suivi l'histoire avec intérêt et apprécié l'écriture fluide et adroite qui a maintenu mon attention tout du long.

Le chien est un personnage de plus, sans plus. Le titre original parle d'ailleurs du voyage à Rome et non du chien comme dans le titre Français.

Ça n'est pas de la grande littérature, c'est pourquoi le texte est resté très actuel et accessible.

J'ai passé un bon moment..


c'est même un livre assez jubilatoire je trouve
à lire absolument si quelqu'un d'entre vous broie du noir - zygomatiques au garde à vous garantit !
Revenir en haut Aller en bas
Esperluette
Sage de la littérature
Esperluette

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyMar 17 Avr 2012 - 17:37

Demande à la poussière

Comme ce n’est plus la peine de présenter ce livre de Fante, je vous laisse mes impressions. La lecture de ce roman m'a interpellée puisque j'y ai retrouvé des atmosphères proches de certains auteurs français!

Entrer dans l’univers de Fante, c’est plonger dans l’Amérique du début du XXème siècle. J’ose un parallèle avec Simone de Beauvoir ! Oui, un peu risqué ce rapprochement : je vous vois hausser le sourcil gauche, l’air dubitatif. Razz Vous n’êtes pas obligés d’adhérer à mes intuitions farfelues. Le projet de longue haleine de Beauvoir était de retranscrire sa vie, celle de son époque, celle des gens qu’elle côtoyait. C’est donc ce côté « faussement autobiographique » qui se lit comme le reflet d’une époque, ce côté documentaire. Fante nous livre son vécu, ses doutes, sa façon de travailler également. Voilà pourquoi, je fais cette comparaison. Beauvoir a vécu aux Etats-Unis et a connu un amour passionnel avec Nelson Algren qui a dû vivre les mêmes expériences que Fante. Beauvoir aurait-elle lu Fante?

Le style de Fante rappelle celui de Voyage au bout de la nuit de Céline :

Citation :
« On est restés comme ça un long moment, et je n’arrêtais pas de gamberger, j’avais la trouille et pas de passion. Quelque chose comme une grosse fleur s’est mise à pousser entre nous deux, une pensée qui prenait forme et parlait du gouffre qui nous séparait. Je ne savais pas ce que c’était. Je la sentais bien qui attendait. Je passais mes mains sur son ventre et ses jambes, je sentais mon désir et cherchais ma passion comme un idiot … »

L’écriture de Fante est un savant mélange de langue parlée et de poésie naïve.

Ou de celui de Prévert ?
Je mets ce poème :

Citation :
Encore une fois sur le fleuve,

"Encore une fois sur le fleuve
le remorqueur de l'aube
a poussé son cri

Et encore une fois
le soleil se lève
le soleil libre et vagabond
qui aime à dormir au bord des rivières
sur la pierre
sous les ponts
Et comme la nuit au doux visage de lune
tente de s'esquiver
furtivement
le prodigieux clochard au réveil triomphant
le grand soleil paillard bon enfant et souriant
plonge sa grande main chaude dans le décolleté de la nuit
et d'un coup lui arrache sa belle robe du soir (…)

(Histoires, 1963, Folio, n° 119, p.9 )

Fante peut se montrer goujat. Voici ce qu’il dit à Camilla à propos du café qu’elle lui sert :

Citation :
« C’est peut-être même pas du café, cette lavasse. C’est peut-être vos sales godasses qu’ils ont fait bouillir dedans. »

L’humour grinçant sert à décrire la misère quotidienne, la réalité sans fioriture, les relations sociales dures à établir.

Allez, je termine sur une note sensuelle :

Citation :
« Je sentais sa haine. J’en sentais l’odeur, je pouvais l’entendre émaner d’elle. Mais j’ai continué de faire le malin. »

Un instant de grâce poétique dans les deux premières phrases puis la chute, le retour au quotidien, sincère, lucide, réaliste et sans concession.

Tel est l’univers de Fante.
Revenir en haut Aller en bas
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyMar 17 Avr 2012 - 18:29

Alors va falloir que je découvre de Beauvoir (encore un nom à ajouter dans ma LAL, merci Esperluette !) et que je m'oblige à me replonger dans Céline. Le peu de fois où je l'ai fait, je l'ai lâché au bout de quelques pages. (En fait, je crois que Louis-Ferdinand et moi, on est fâché !)


Dernière édition par Exini le Mar 17 Avr 2012 - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyMar 17 Avr 2012 - 18:35

Enfin, le lien avec Beauvoir, c'est très très subjectif. Je ne suis pas sûre que tu le trouve. rire

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyMar 17 Avr 2012 - 18:40

Je m'en doutais un peu... Mais c'est une bonne excuse pour mettre Castor dans ma LAL Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyMar 17 Avr 2012 - 19:07

Tout à fait. Toutes les excuses sont bonnes. rire

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Esperluette
Sage de la littérature
Esperluette

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 EmptyMar 17 Avr 2012 - 21:10

Oui, ne nous emballons pas!!
Ma piste est plus que farfelue! rire

Par contre, il faut absolument mettre sur ta LAL ces livres, Exini :
- Mémoire d'une jeune fille d'une fille rangée
- Les Mandarins (où elle évoque son aventure américaine)
- Sa correspondance avec Nelson ...

La liste est longue, donc j'arrête là!
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




john fante - John Fante - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   john fante - John Fante - Page 8 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
John Fante
Revenir en haut 
Page 8 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Multinational fleet & exercices
» Ranger John Van Cott 5 th Ranger Bn D.Co
» Auteur en sursis (John Colapinto)
» IMPACT ET VISION JOHN IMAGE VOL 142 LES COMBATTANTS DE JOBURG
» JOHN COLTRANE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: