Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 John Fante

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 69
Localisation : Nouvelle calédonie

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyMar 10 Déc 2013 - 0:41

" Et du haut d'un peu de culture mal digérée, il méprise tout le monde de façon tellement outrancière que c'en est très drôle (ou pathétique, là encore, c'est selon)."

Oui, tu as raison, mais c'est ce qui en fait toute la drôlerie  Very Happy 

Enfin, moi j'ai trouvé le personnage hilarant, parfois exaspérant, et aussi, au fond, émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyMar 10 Déc 2013 - 7:35

simla a écrit:
" Et du haut d'un peu de culture mal digérée, il méprise tout le monde de façon tellement outrancière que c'en est très drôle (ou pathétique, là encore, c'est selon)."

Oui, tu as raison, mais c'est ce qui en fait toute la drôlerie  Very Happy 

Oh oui ! Tu devrais vraiment bien apprécier La Route de Los Angeles, alors ! (à me ressouvenir de certains passages, ça me refait rire, d'ailleurs).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyMar 10 Déc 2013 - 9:05

Quant à moi, j'avoue avoir souri à un ou deux sarcasmes. Mais globalement, j'avais plutôt envie de lui en coller une bonne derrière la tête.
Sa mère ultra-protectrice m'insupportait également : pas dû se prendre de claque dans sa jeunesse le petit Arturo. Ca se ressent !

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 27 Jan 2014 - 22:14

eXPie a écrit:
Harelde a écrit:
Un héros qui m’en rappelé un autre que je n’ai pas plus aimé : Ignatius Reilly (La Conjuration des imbéciles).
C'est vrai qu'on y pense tout de suite. Quand on en a "aimé" (c'est un bien grand mot...) un, on aimera l'autre. Enfin, ce ne sont pas des personnages qu'on peut aimer, mais au-delà de leur égocentrisme, de leur monstruosité, ils sont touchants, de façon pas très explicable.
Mais s'ils ne touchent pas, je conçois tout à fait qu'on apprécie nettement moins ces deux livres...

Incroyable... Alors voilà pourquoi mon libraire m'a proposé "Demande à la poussière" (c'était la première fois que j'y allais) quand je lui ai dit que j'avais bien aimé "La conjuration des imbéciles" et "Dans la dèche à Paris et à Londres" de George Orwell.

Pourtant je ne vois aucun parallèle entre Ignatius Reilly et Arturo Bandini.  jemetate 
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 27 Jan 2014 - 23:00

Exini a écrit:
eXPie a écrit:
Harelde a écrit:
Un héros qui m’en rappelé un autre que je n’ai pas plus aimé : Ignatius Reilly (La Conjuration des imbéciles).
C'est vrai qu'on y pense tout de suite. Quand on en a "aimé" (c'est un bien grand mot...) un, on aimera l'autre. Enfin, ce ne sont pas des personnages qu'on peut aimer, mais au-delà de leur égocentrisme, de leur monstruosité, ils sont touchants, de façon pas très explicable.
Mais s'ils ne touchent pas, je conçois tout à fait qu'on apprécie nettement moins ces deux livres...

Incroyable... Alors voilà pourquoi mon libraire m'a proposé "Demande à la poussière" (c'était la première fois que j'y allais) quand je lui ai dit que j'avais bien aimé "La conjuration des imbéciles" et "Dans la dèche à Paris et à Londres" de George Orwell.

Pourtant je ne vois aucun parallèle entre Ignatius Reilly et Arturo Bandini.  jemetate 
Ils sont tous les deux totalement mégalos, égocentriques, prétentieux, sûrs d'eux-mêmes... et un peu ridicules...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 27 Jan 2014 - 23:05

Ah oui, peut-être... Pour Reilly, c'est certain en tout cas. Mais Bandini, s'il a les mêmes défauts, le sait et l'admet entièment, et il en joue pour faire sourire le lecteur. D'ailleurs, je ne trouve pas que ce dernier soit si sûr de lui, même s'il veut en avoir l'air.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 27 Jan 2014 - 23:12

Exini a écrit:
Ah oui, peut-être... Pour Reilly, c'est certain en tout cas. Mais Bandini, s'il a les mêmes défauts, le sait et l'admet entièment, et il en joue pour faire sourire le lecteur. D'ailleurs, je ne trouve pas que ce dernier soit si sûr de lui, même s'il veut en avoir l'air.
Par contre, comme Reilly, il est mégalo ("J'étais le Dictateur Bandini, l'Homme de Fer au Pays des Crabes" ; « Ma prose n'est pas à vendre », j'ai répondu. « J'écris pour la postérité. »...).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 27 Jan 2014 - 23:20

eXPie a écrit:
Exini a écrit:
Ah oui, peut-être... Pour Reilly, c'est certain en tout cas. Mais Bandini, s'il a les mêmes défauts, le sait et l'admet entièment, et il en joue pour faire sourire le lecteur. D'ailleurs, je ne trouve pas que ce dernier soit si sûr de lui, même s'il veut en avoir l'air.
Par contre, comme Reilly, il est mégalo ("J'étais le Dictateur Bandini, l'Homme de Fer au Pays des Crabes" ; « Ma prose n'est pas à vendre », j'ai répondu. « J'écris pour la postérité. »...).
Oui, c'est un peu vrai  sourire . Mais qu'est-ce qu'on rigole dans ces moments là !
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyMar 28 Jan 2014 - 8:32

Exini a écrit:
eXPie a écrit:
Exini a écrit:
Ah oui, peut-être... Pour Reilly, c'est certain en tout cas. Mais Bandini, s'il a les mêmes défauts, le sait et l'admet entièment, et il en joue pour faire sourire le lecteur. D'ailleurs, je ne trouve pas que ce dernier soit si sûr de lui, même s'il veut en avoir l'air.
Par contre, comme Reilly, il est mégalo ("J'étais le Dictateur Bandini, l'Homme de Fer au Pays des Crabes" ; « Ma prose n'est pas à vendre », j'ai répondu. « J'écris pour la postérité. »...).
Oui, c'est un peu vrai  sourire . Mais qu'est-ce qu'on rigole dans ces moments là !

Ah oui, c'est sûr ! rire 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
ArturoBandini
Sage de la littérature
ArturoBandini

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 33
Localisation : Aix-en-Provence

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptySam 11 Avr 2015 - 9:12

Je me sens obligé de venir dire un mot sur ce fil, tant John Fante me ravit. Son écriture est toujours maîtrisée, ciselée, et percutante. Ses histoires semblent se ressembler, on a l'impression d'avoir un peu toujours la même trame, et pourtant les nuances sont là, et je ne m'en lasse pas, peut-être pour des raisons personnelles (car il me rappelle un peu une partie de ma famille) mais surtout car son style me parle.

Je crois qu'on peut distinguer deux parties dans l'oeuvre de John Fante, celle sur l'enfance, la jeunesse, et celle une fois adulte avec notamment la trilogie Bandini.

Je viens de terminer Le vin de la jeunesse, un excellent recueil de nouvelles, qui est particulièrement touchant, et narre la difficulté pour ces immigrés Italiens à trouver leur place dans la société américaine, un choc des cultures.  

Il me reste à lire le recueil de nouvelles Grosse faim, et son dernier roman Rêves de Bunker Hill, dicté à sa femme alors qu'il était devenu aveugle en fin de vie.

Si vous voulez découvrir John Fante, il faut essayer La route de Los Angeles, son premier roman, et si vous n'accrochez pas, qu'Arturo Bandini vous agace, penchez-vous sur Pleins de vie, qui fut son premier grand succès, un roman attendrissant et fort.

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
ArturoBandini
Sage de la littérature
ArturoBandini

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 33
Localisation : Aix-en-Provence

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptySam 25 Avr 2015 - 10:05

Je viens de lire la correspondance entretenue entre John Fante et Henry-Louis Mencken, créateur de la revue Mercury, qui édita des nouvelles de Fante. La correspondance s'écoule entre 1930 et et 1952, elle retrace l'évolution de John Fante, Mencken quant à lui est plus sur la réserve, dans la posture du sage donneur de leçons à ce jeune impétueux.
Fante est inconnu lorsqu'il sollicite pour la première fois Mencken, et c'est incroyable le ton qu'il ose employer, et le culot qu'il a. Les premières lettres sont juste excellentes de ce point de vue, d'ailleurs Fante ment sur son âge pour en rajouter des couches, il se rajeunit volontairement pour tenter d'impressionner son aîné.

Ce qui est remarquable, c'est que finalement les deux hommes ne se rencontreront jamais, Fante vivant en Californie et Mencken entre NY et Baltimore, et pourtant ils développeront une amitié épistolaire de plus de vingt ans, jusqu'au déclin physique de Mencken.

Une lecture intéressante pour le fan de Fante que je suis.

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
ArturoBandini
Sage de la littérature
ArturoBandini

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 33
Localisation : Aix-en-Provence

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyDim 12 Juil 2015 - 9:32

Rêves de Bunker Hill:

Le dernier roman de John Fante, publié après sa mort. Le chant du cygne pour Arturo Bandini. Ce roman est un peu un condensé de l'oeuvre de Fante, avec les thèmes récurrents de l'auteur. Sans doute pas le meilleur, un style peut-être un peu moins léché, mais c'est émouvant à lire en sachant comment il a été écrit. Et puis l'humour est toujours présent. La partie avec le Duc, ce lutteur râblé qui vit aux côtés de Bandini est pleine d'humour. Et puis, toujours cette envie d'en rajouter des couches, de vouloir bluffer son monde.

Longue vie à Arturo Bandini Very Happy

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 9:47

La Route de Los Angeles

Je me demandais si j'allais accrocher ou si l'univers de Fante resterait pour moi un ovni, un mystère, un repoussoir. Et je dois dire que je n'ai pas vraiment réussi à plonger dans la vie d'Arturo Bandini, gamin de dix-huit ans, chargé de famille et désirant devenir écrivain. Un brin mégalomane, voire complètement dingo, le môme a quelques problèmes avec son ego démesuré, ses testicules qui le démangent et une fâcheuse tendance à entrer régulièrement en conflit avec sa mère, sa sœur, son patron, le monde entier. Sorte de préfiguration des générations d'aujourd'hui, Arturo est un type en colère et paresseux, plein de haine contre tout et surtout les femmes, profondément misogyne et bien sûr salement érotomane...

Le portrait n'est guère flatteur et si on ajoute à cela une forte propension à torturer puis tuer d'innocents animaux (crabes, fourmis, mouches et même décapitation d'un poisson déjà mort mais avec les dents), on atteint certaines limites inquiétantes, ce qui n'arrête pas pour autant notre curieux personnage capable d'embrasser des murs ou de se mutiler. Tout cela pourrait être émouvant ou amusant mais je n'ai pas réussi à dépasser le stade d'une certaine gêne face à des dévoilements de plus en plus intimes, grotesques et plus ou moins pathétiques. D'autant moins réussi que, comme je le craignais, l'écriture de Fante d'une pauvreté égale à celle (pécuniaire) de son héros ne m'a pas non plus apporté cette petite touche qui permet parfois de dépasser une certaine tiédeur et de baigner suavement dans des eaux exotiques.

D'après ce que j'ai compris ce premier roman de Fante, n'a jamais été publié de son vivant et il est un peu différent de ses productions suivantes. Il me reste donc à lire d'autres écrits de Fante pour être sûre de ne pas passer (selon ses propres termes) à côté du meilleur écrivain américain de tous les temps… ou du plus niais (selon les termes de sa sœur) !


Merci à Arturo (du forum) pour cette proposition de lecture dans le cadre de la chaîne de l'été, car même si je n'ai pas vraiment apprécié cette rencontre, elle n'a pas été une torture et elle m'a permis de comprendre un peu mieux l'histoire de ton pseudo !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 13:46

shanidar a écrit:
Il me reste donc à lire d'autres écrits de Fante pour être sûre de ne pas passer (selon ses propres termes) à côté du meilleur écrivain américain de tous les temps… ou du plus niais (selon les termes de sa sœur) !

Si tu veux lire d'autres John Fante, dans la saga Bandini, les meilleurs pour moi sont "Bandini", son enfance, et "Demande à la poussière". Après, il y a "Le vin de la jeunesse", mais là, il vaut mieux demander à Arabella ou certainement Arturo, vu que je ne l'ai pas lu.
Et, vu ton commentaire, évite absolument "Mon chien Stupide" !

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 15:15

Aïe, mon beaup' (grand fan de littérature américaine) m'a offert Mon chien Stupide pour les wouacances... Mouarf !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




John Fante - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: John Fante   John Fante - Page 12 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
John Fante
Revenir en haut 
Page 12 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Multinational fleet & exercices
» Ranger John Van Cott 5 th Ranger Bn D.Co
» Auteur en sursis (John Colapinto)
» IMPACT ET VISION JOHN IMAGE VOL 142 LES COMBATTANTS DE JOBURG
» JOHN COLTRANE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: