Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 James Morrow

Aller en bas 
AuteurMessage
K
Main aguerrie
K

Messages : 352
Inscription le : 30/11/2007
Age : 46
Localisation : Belgique

James Morrow Empty
MessageSujet: James Morrow   James Morrow Icon_minitimeLun 28 Jan 2008 - 19:11

James Morrow Morrow10

James Morrow

Le thème de prédiléction de James Morrow semble être la religion (surtout chrétienne), non pas en tant que prosélyte (Dieu merci, si j'ose dire !) mais plutôt en inconoclaste qui joue avec les figures bibliques et ses mythologies avec un humour hénaurme, dévastateur.

Le premier roman que j'ai lu de lui était "En remorquant Jéhovah". Prenant au mot la célèbre sentence nietzschéenne "Dieu est mort", Morrow raconte le décès de Dieu, dont l'immense corps est tombé dans l'océan Atlantique (!). Un capitaine au long cours est alors chargé par des anges de retrouver la divine dépouille et de la remorquer, grâce à un super-tanker, jusqu'à un mausolée de glace spécialement conçu pour l'occasion.
Cette traversée, aller et retour, donne lieu à toute une série de péripéties abracadabrantesques, sur lesquelles plane un vide (voir une panique) métaphysique qu'une telle situation ne peut évidemment que générer, et qui voit l'équipage du tanker sombrer dans la folie. Drôle, surréaliste (voir la scène où un prêtre et une bonne soeur se mettent à danser sur le corpus déi), pour ne pas dire complètement barré, le roman est un antidote idéal à notre époque qui voit le retour des intégrismes de tout poil.

Mais Morrow n'en est pas resté là et persévère (certains diraient aggrave son cas !) en écrivant une suite, "Le jugement de Jéhovah", tout aussi provocateur et tout aussi délirant.
Le corps de Dieu, qui reposait tranquillement dans son sanctuaire de glace à la fin du premier tome, est emmené par des affairistes du spectacle peu scrupuleux pour devenir l'attraction principal d'un centre de loisirs type "Disneyland". Pendant ce temps, le juge d'une petite bourgade d'Amérique profonde, fraîchement veuf et atteint d'une maladie grave, écoeuré par le mal et toutes les souffrances qui règne sur Terre depuis toujours, décide d'intenter un procès à Dieu pour crimes contre l'humanité ! Et ce devant le tribunal international de la Haye.
Afin de trouver des réponses à ces questions (et rassembler des preuves pour son accusation), notre juge, accompagné d'un groupe de personnages, va entâmer l'exploration intérieur du corps de Jéhovah, celui-ci ne se présentant pas comme un amas d'organes mais une série de paysages comprenant vallées, fleuves, montagnes... et habité par tous les personnages de la Bible (Job, Abraham, Loth, Jésus, et même Satan) que rencontrent notre petite équipe d'aventuriers durant leur voyage. Sans oublier un invité de marque : Thomas d'Aquin en personne.
L'aventure se terminera par une révélation plutôt inattendue (encore que...)
A noter qu'il existe un troisième tome, intitulé La grande Faucheuse qui clot cette trilogie mais que je n'ai pas encore lu.

Morrow a écrit un autre roman, antérieur à ces deux-ci, "Notre mère qui êtes aux cieux", qui raconte le destin d'une jeune fille apparement comme les autres mais qui a le don de marcher sur l'eau. Le ton du roman est une nouvelle fois caustique et critique envers une Amérique religieuse et puritaine.

Dans un autre domaine, citons encore "L'arbre à rêves", roman tout aussi étonnant mais plus sombre, plus foncièrement apparenté à la SF, où il est question d'une drogue surpuissante qui plonge ses consommateurs dans un monde hallucinatoire effrayant et qui fait l'objet d'un culte bien particulier. Un roman proche de Philip K. Dick sur certains aspects et plus particulièremet de "Le dieu venu du Centaure".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

James Morrow Empty
MessageSujet: Re: James Morrow   James Morrow Icon_minitimeSam 2 Fév 2008 - 17:45

Je me souviens, dans Le Jugement de Jéhovah, l'accusation s'attache à énumérer les pires catastrophes et les pires exactions humaines, avec descriptions factuelles de tortures et châtiments (mmmm la poix fondue sur les entrailles de Robert François Damiens, en place de Grève en 1757, Vlad l'Empaleur, etc.), pour montrer que Dieu est un peu une ordure d'avoir laissé faire tout ça.

Très bon livre, de même que le précédent de la série.

Tout comme K, je n'ai pas lu non plus le troisième volume, sorti quelques années après le deuxième, je crois.

James Morrow a également écrit un livre sur la chasse aux sorcières au XVII° siècle, "Le dernier chasseur de sorcières".

Dieu tracasse beaucoup James Morrow, qui se dit athée. J'aime bien ce qu'il dit (extrait d'une interview :

Citation :
Je crois que Dieu apprécie le blasphème... Un des arguments que sortent souvent les athées comme moi pour se défendre, c’est qu’on pense beaucoup plus souvent à Dieu que les croyants. J’adore cette citation d’un philosophe britannique qui dit “Dieu adore les athées, parce que ce sont ceux qui le prennent le plus au sérieux”. Donc, oui, je crois que ça doit plaire à Dieu qu’on discute de son existence...
L’essentiel reste de critiquer les Eglises. L’objet de ma satire, ce n’est pas de critiquer Dieu, mais les hommes qui utilisent mal son enseignement et qui ont la présomption de savoir ce que Dieu veut, tout l’appareil politique qui est censé avoir une origine divine, et je ne parle même pas des salauds qui ont présidé les procès en sorcellerie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

James Morrow Empty
MessageSujet: Re: James Morrow   James Morrow Icon_minitimeSam 2 Fév 2008 - 22:09

J'ai lu de lui Le dernier chasseur de sorcières, que j'avais trouvé bien long et guerre passionnant, ce qui ne m'a pas vraiment donné envie de poursuivre la découverte de l'auteur. jypeurien

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chimère
Agilité postale
Chimère

Messages : 995
Inscription le : 24/02/2007
Age : 47
Localisation : Bordeaux

James Morrow Empty
MessageSujet: Re: James Morrow   James Morrow Icon_minitimeDim 3 Fév 2008 - 13:24

Ah moi j'avais adoré Le dernier chasseur de sorcière justement, je l'avais trouvé très romanesque et astucieux dans le fait que la science soit présentée comme de la magie.

LE DERNIER CHASSEUR DE SORCIERES de James MORROW
Ed Au Diable vauvert/686p
Trad : Philippe Rouard


En Angleterre en 1688, Jennet la fille d’un chasseur de sorcière est éduquée par sa tante Isobel grande admiratrice de Newton et de la science. Mais elle est accusée de sorcellerie et meurt sur le bûcher malgré tous les efforts de sa nièce pour la sauver. Dès lors, Jennet n’aura qu’une obsession : l’abolition de la loi contre la sorcellerie en démontrant qu’elle n’existe pas…

Formidable récit où l’on se sent presque intelligent à suivre les recherches scientifiques de l’héroïne pour maîtriser la pensée newtonienne et l’appliquer aux soit disants phénomènes surnaturels. On y croise Newton, Benjamin Franklin, Montesquieu, tous ces grands esprits qui tentent de repousser l’obscurantisme et faire triompher la raison et la science. Un brin d’humour dans les dialogues entre les personnages et certaines situations dignes des meilleurs romans d’aventure avec ses passages obligés comme les naufrages, les îles désertes avec forcément un trésor de pirate enterré quelque part. Le procédé narratif est très ingénieux puisque c’est un livre qui nous raconte l’histoire de Jennet : Philosophiae naturalis principia mathematica ou Principes de mathématiques de philosophie naturelle, lequel est très fier de son papa Isaac Newton car oui, les livres ont une personnalité et ont des choses à raconter sur leur créateur et leurs lecteurs. Voici donc l’histoire des balbutiements de la science qui redéfinit le monde et la place de l’homme dans celui-ci en rejetant la superstition et les croyances qui ont conduit des milliers d’individus au bûcher. Pas la plus petite trace de surnaturel ou de magie dans ce récit. La magie elle est présente dans la manière qu’à l’auteur de décrire la vie de son héroïne et ses grands travaux scientifiques. Un roman bien maîtrisé qui se lit avec une grande facilité et beaucoup d’intérêt et qui m’a donné envie de lire les autres titres de James Morrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alivreouvert.over-blog.net
K
Main aguerrie
K

Messages : 352
Inscription le : 30/11/2007
Age : 46
Localisation : Belgique

James Morrow Empty
MessageSujet: Re: James Morrow   James Morrow Icon_minitimeDim 3 Fév 2008 - 15:52

Citation :
Dieu tracasse beaucoup James Morrow, qui se dit athée. J'aime bien ce qu'il dit (extrait d'une interview :

Citation :
Je crois que Dieu apprécie le blasphème... Un des arguments que sortent souvent les athées comme moi pour se défendre, c’est qu’on pense beaucoup plus souvent à Dieu que les croyants. J’adore cette citation d’un philosophe britannique qui dit “Dieu adore les athées, parce que ce sont ceux qui le prennent le plus au sérieux”. Donc, oui, je crois que ça doit plaire à Dieu qu’on discute de son existence...
L’essentiel reste de critiquer les Eglises. L’objet de ma satire, ce n’est pas de critiquer Dieu, mais les hommes qui utilisent mal son enseignement et qui ont la présomption de savoir ce que Dieu veut, tout l’appareil politique qui est censé avoir une origine divine, et je ne parle même pas des salauds qui ont présidé les procès en sorcellerie...

Réflexion très juste. De plus, l'ironie de se dire athée, c'est finalement de "pêcher" par excès de certitude au même titre que les croyants. Paradoxe très ennuyeux pour un athée scratch (j'en sais quelque chose).
Mais la véritable cible, comme le dit Morrow, ce n'est pas tant un Dieu hypothétique que l'Eglise en tant que véritable système totalitaire qui n'a rien à envier à celui d'Orwell. Et cette soumission du croyant à une sois-disant parole irréfutable qui empêche tout esprit critique. Voilà ce que j'ai toujours trouvé inacceptable et qui explique ma profonde antipathie envers toute Eglise et même toute croyance religieuse.

Concernant "Le dernier chasseur de sorcières", je connaissais l'existence du bouquin mais comme je ne l'ai pas lu, je ne l'ai pas cité. Un jour, peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




James Morrow Empty
MessageSujet: Re: James Morrow   James Morrow Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
James Morrow
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» James Dean, l'idole disparue il y a 50 ans
» james morrison
» La "marinière" c'est aussi St James...
» Le James Bond du calva se rebiffe.
» James Heller «Le Démon» [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: