Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Dominique Fernandez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Dominique Fernandez   Lun 28 Jan 2008 - 22:54


Citation :

Passionné de culture italienne, Dominique Fernandez conclut ses études par l'Ecole normale supérieure et est, en 1955, diplômé d'une agrégation d'italien. En 1968, il est reçu docteur ès lettres. Après avoir travaillé un temps comme professeur à l'Institut français de Naples, il rejoint le comité de lecture de la maison d'édition Grasset et se lance dans l'écriture. Auteur d'une cinquantaine d'ouvrages, célébrés par la critique et plébiscités par le public, il est autant romancier qu'essayiste. Il obtint ainsi en 1974 le prix Médicis avec 'Porporino ou les mystères de Naples' et s'empare en 1982 du prix Goncourt avec 'Dans la main de l'ange'. Il s'est attelé également à la réhabilitation de l'art baroque dans 'La Perle et le croissant', et a rédigé de nombreux ouvrages sur les villes chères à son coeur telles que Saint-Pétersbourg et Amsterdam. Depuis quelque temps, il s'est fait le défenseur des causes encore minoritaires, notamment l'homosexualité et le PACS. Dominique Fernandez oeuvre parfois en tant que journaliste, principalement pour le Nouvel Observateur et des magazines culturels. En 2007, Dominique Fernandez reçoit une nouvelle preuve de la reconnaissance du monde littéraire en obtenant le précieux privilège d'occuper l'un des fauteuils de l'Académie française.
source Evene.fr

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Lun 28 Jan 2008 - 22:54

Jérémie ! Jérémie !

Citation :
Présentation de l'éditeur
Fabrice Jaloux, un étudiant parisien passionné par Alexandre Dumas, enquête sur la grand-mère de l'écrivain, une esclave noire haïtienne, disparue sans laisser de traces. Il s'engage dans une mission humanitaire internationale, et part pour Haïti. Après s'être émerveillé de l'exotisme coloré et chaleureux de l'île, le jeune homme va découvrir l'envers du décor... Jérémie ! Jérémie ! ou le grand roman de l'ambivalence et du trouble - entre le blanc et le noir, le jour et la nuit, la générosité et la brutalité, la sensualité et la mort.

La lecture de ce roman remonte à plusieurs mois et je ne le cite que parce que je suis en train de lire un autre livre de cet auteur. Et surtout parce que ce livre contient un paragraphe qui m’est très cher – et que je veux partager avec vous.
Pour ceux qui ont déjà visité Rome et la Galleria Borghese vont peut être partager mon enthousiasme - mais la sculpture du Bernin de Daphné et Apollo est une des visites qui vaut le détour.



Et Dominique Fernandez a trouvé des mots sublimes :

Je vis des sculptures merveilleuses – et je n’emploie pas en l’air ce mot galvaudé, mais pour dire l’aspect sans pareil de statues si proches, si vivantes, que j’avais envie de les toucher. Ici, cette nymphe, qui se transforme en laurier, par un épanouissement naturel de ses jambes et de ses bras devenus luxuriance végétal… Là, cette main virile, enfoncée dans la cuisse d’une femme… L’effort de cet homme pour soulever sa proie et l’emporter…. La rotation de son buste.. L’épouvante de cette femme.. J’avais l’impression, non de regarder un épisode figé de la mythologie grecque, mais d’assister au rapt dans l’instant même où il se produisait. Sous la pression des doigts, le marbre se creusait de petits vallonnements qui avaient l’élasticité de la chair.
[…]
Mais les sculptures eux-mêmes, comment font-ils, me disais-je, pour garder à un matériau plus dur que la pierre le moelleux du tissu humain ?

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Lun 28 Jan 2008 - 22:55

En ce moment je suis en train de lire ce livre et vais en revenir après lecture.


Citation :

Présentation de l'éditeur
Rome, 1600. Un jeune peintre inconnu débarque dans la capitale et, en quelques tableaux d'une puissance et d'un érotisme jamais vus, révolutionne la peinture. Réalisme, cruauté, clair-obscur : il bouscule trois cents ans de tradition artistique. Les cardinaux le protègent, les princes le courtisent. Il devient, sous le pseudonyme de Caravage, le peintre officiel de l'Eglise. Mais voilà c'est un marginal-né, un violent, un asocial ; l'idée même de " faire carrière " lui répugne. Au mépris des lois, il aime à la passion les garçons, surtout les mauvais garçons, les voyous. Il aime se bagarrer, aussi habile à l'épée que virtuose du pinceau. Condamné à mort pour avoir tué un homme, il s'enfuit, erre entre Naples, Malte, la Sicile, provoque de nouveaux scandales, meurt à trente-huit ans sur une plage au nord de Rome. Assassiné ? Sans doute. Par qui ? On ne sait. Pourquoi ? Tout est mystérieux dans cette vie et dans cette mort. Il fallait un romancier pour ressusciter, outre cette époque fabuleuse de la Rome baroque, un tempérament hors normes sur lequel on ne sait rien de sûr, sauf qu'il a été un génie absolu, un des plus grands peintres de tous les temps.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 58
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Ven 26 Déc 2008 - 21:15

Mais il y a un fil !!!
Kenavo, tu es trop trop forte laugh

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Ven 26 Déc 2008 - 21:20

Epi a écrit:
Mais il y a un fil !!!
Kenavo, tu es trop trop forte laugh
danse...
j'avais profité de l'ouvrir parce que j'adorais trop cette scène du livre Jérémie! Jérémie! avec la statue du Bernin drunken

mon commentaire de La Course à l'abîme se fait attendre Basketball

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Dim 28 Déc 2008 - 12:12

Quand j´ai lu " La course à l´abîme", "la passion Caravage"( qui est aussi la mienne ) j´avais trouvé que Dominique Fernandez en faisait un peu trop sur l´homosexualité du peintre ( une préférence sexuelle qui je crois devait se vivre à l´époque, en Italie, et dans les milieux que fréquentait le peintre avec plus de naturalité que ne le prétend l´écrivain), et puis, j´avais ensuite découvert cette critique dans http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/3611

Et dans le fond, ce commentaire coïncidait assez bien avec mon opinion de la présentation que fait Fernandez du peintre.

"Dominique Fernandez connaît bien l'univers baroque et l'Italie. Il connaît bien aussi, et défend, l'univers gay. Il a consacré un livre au rapport de l'art et de l'homosexualité : "L'amour qui ose dire son nom" (Stock, 2001). Et, il le dit lui-même, son livre est composé de vingt pour cent de réalité historique et de quatre-vingts pour cent d'imaginaire. Ce qui fait que ce roman est plus une plongée dans les idées et les obsessions d'un intellectuel français gay du XXIème siècle que le dessin historique de la vie du Caravage "Spiderman".

Et je ne sais toujours pas, car je n´ai rien lu d´autre de Dominique Fernandez - ce qui limite mes connaissances sur lui- mais je crois que Caravage en plein XVII siècle, à Rome à Naples et en Sicile, vivait ses préférences sexuelles avec plus de naturel et de brio que l´écrivain lui-même.
Je le trouverais moins coincé, tout au moins quand j´observe la grande liberté qu´il deploie à se frotter à tous les milieux de son époque ( des ecclesiastiques les plus hauts-placés, aux bordels les plus immondes.)
C´est bien une sensualité débordante qui pousse Caravage vers les fulgurantes aventures qui marqueront sa vie. Focaliser abusivement sur son homosexualité me parait rétrécir un peu le champ de vie du Caravage, quand en fait il s´agit plutôt de sa bouillonnante capacité à vivre érotisme et plaisirs sous toutes leurs formes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Dim 28 Déc 2008 - 13:27

Merci pour ton commentaire..
swallow a écrit:
C´est bien une sensualité débordante qui pousse Caravage vers les fulgurantes aventures qui marqueront sa vie. Focaliser abusivement sur son homosexualité me parait rétrécir un peu le champ de vie du Caravage, quand en fait il s´agit plutôt de sa bouillonnante capacité à vivre érotisme et plaisirs sous toutes leurs formes.
et oui, tu as probablement raison.. je ne l'ai pas éprouvé de telle manière lors de ma lecture parce que j'en ai lu d'autres livres sur le Caravage et ainsi je considérais le livre de Domninique Fernandez en quelque sorte comme 'spot light' sur un autre aspect de la vie de ce peintre exceptionnel.
Le ‘problème’ avec un personnage comme celui du Caravage, dont on connaît que si peu, chacun peut en mettre son imagination et le lecteur doit en décider s’il veut suivre l’auteur dans ses exploits.
En ce qui concerne le livre de Dominique Fernandez j’ai pris le plaisir de voir un de mes peintres fétiches comme ‘héros’ d’un roman, écrit avec un style que j’aime bien..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Dim 28 Déc 2008 - 15:01

Dominique Fernandez a également écrit un très intéressant Dictionnaire Amoureux de la Russie (chez Plon).

Son Dictionnaire amoureux de l'Italie, déjà paru en poche ("Le voyage d'Italie", édtitions perrin ; 950 pages ; 12 euros) vient de paraître en format plus gros chez Plon : deux volumes (1900 pages... et 49 euros).
Je ne sais pas s'il s'agit d'une version plus complète, ou bien si les pages supplémentaires sont juste dues à l'ajout de dessins et aux pages plus aérées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Dominique Fernandez   Dim 28 Déc 2008 - 16:20

Dominique Fernandez est amoureux de l' Italie. Moi aussi. C'est pour celà
sans doute que je ne suis pas toujours d'accord avec ses propos et ses
partis pris, notamment à propos du Guépard de Lampesusa.
En tout cas j' avais aimé un livre de lui qui s'appelle Mére Méditerranée, où l'auteur après avoir exploré le Sud de l'Italie, et notamment la Sicile et la Sardaigne a décidé d' en parler.
L'histoire, la géographie, les populations, les particularismes, leurs
monstruosités - la Mafia ou la Camora -
Et puis, si je me souviens bien la ville de Palerme...
Ce livre n'est pas récent, mais je pense qu'il reste actuel...
Ni scolaire ni pédant ni ennuyeux..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: RAMON. Dominique Fernandez   Lun 29 Déc 2008 - 10:45

Aujourd´hui, Frédéric Ferney parle de Dominique Fernandez, dans son Blog, à propos de son dernier livre : "RAMON".
Une nouvelle piste sur l´auteur?:
http://fredericferney.typepad.fr/mon_weblog/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Lun 29 Déc 2008 - 10:53

swallow a écrit:
Aujourd´hui, Frédéric Ferney parle de Dominique Fernandez, dans son Blog, à propos de son dernier livre : "RAMON".
Une nouvelle piste sur l´auteur?:
http://fredericferney.typepad.fr/mon_weblog/
intéressant ce qu'il en dit.. merci pour le lien..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   Jeu 8 Mai 2014 - 22:01

Transsibérien



En 2010, dans le cadre de l'année France-Russie, Dominique Fernandez, avec une quinzaine d'autres écrivains français, est invité à une traversée Moscou-Vladivostok en transsibérien, interrompue par quelques séjours dans différentes villes-étapes pour des visites touristiques et des échanges culturels avec les populations. Ce livre nous en relate les péripéties, selon un enchaînement prosaïquement chronologique.

Transsibérien a quelque chose d’une soirée-diapos entre amis. Au début, cela part bien, le narrateur est en forme, fait preuve d'humour et nous met en appétit. Le pays est formidable, la petite bande motivée, les circonstances accueillantes. Et puis, c'est comme toutes les soirées diapos, un enchaînement de moments où on dirait que Dominique Fernandez nous fait la lecture du guide, d’autres où on somnole en perdant le fil (Ah ! Dominique Fernandez déclarant que le lac Baïkal est tellement beau qu'on ne peut le décrire et trouvant qu'il est plus simple de nous en donner les mensurations pour que l'on en comprenne bien l’immensité…), d'autres enfin, et ils sont nombreux, réveillant notre intérêt, où il se réfère à ses lectures ou présente de multiples anecdotes, souvent à caractère historique ou littéraire. Les différentes déportations au fil des régimes , les écrivains russes et autres récits de voyages, l'infinie permanence des paysages sont les fils rouges de ce récit.

Au-delà du narratif et du descriptif, on aurait sans doute aimé un peu plus de réflexion, un approfondissement de l'idée qui émerge souvent : cela valait-il la peine d'abandonner la dictature du communisme pour n'inventer rien d'autre que le copier-coller de l’outrancier capitalisme occidental?

On déplorera aussi l’absence des traditionnels clichés « mes amis dans le paysage », car, hormis 3 lignes sur Maylis Kerangal qui se baigne par -12° dans le lac Baïkal et la description d’un spectacle folklorique  (exaltant ou grotesque ?) sur le thème du mariage, dont Danièle Sallenave et lui-même sont les protagonistes involontaires, on apprendra seulement sur ses compagnons de voyage que certains n'ont pas « joué le jeu » (en réduisant leur participation à quelques jours), que « les intellectuels français sont rares à s'intéresser à la musique », que se forment « de petites coteries qui essaient de réserver pour leur usage certains de leurs émerveillements » . J'aurais pourtant aimé, au delà de ces petites vacheries,  savoir un peu de quoi il parlaient, comment ils ont mutuellement enrichi leurs voyages…(réflexe bêtement people ?)

À part la description, finalement assez drôle à force d'être désolante, de la rareté des échanges avec la population, et de l'indigence des rencontres « culturelles » qui leur ont été organisées, ce voyage ressemble malheureusement un peu trop à celui que n' importe lequel d'entre nous, non-écrivain, aurait pu faire à titre individuel. L'aspect aventure extraordinaire, ébullition intellectuelle, partage d'expérience, nous échappe totalement. Cela a t’il eu lieu ? Ou se sont-ils bêtement baladés entre copains comme vous et moi ?

Autant Dominique Fernandez, qui partait, curieusement sans enthousiasme, en disant « Bon, on verra bien », se réjouit de ses visites et des réminiscences littéraires qu'elles ont éveillées en lui, des paysages et des émotions qu'ils déclenchent, autant, au niveau culturel, on est quand même carrément déçu que le seul souvenir qu’il semble rapporter soit celui-ci :
Citation :
Ce débat fut le seul  où un participant déclare avoir lu un de mes livres. Un seul lecteur rencontré en 3 semaines de voyage ! De mes quatre ouvrages traduits en russe, aucune autre trace, apparemment, n’est restée
(On se demande si on doit  plus s'apitoyer  pour l'ego de Fernandez que pour l'avenir de la Russie face à la constatation d’un vide culturel aussi abyssal)

Quoi qu'il en soit je ne me suis pas laissée trop plomber par ces détails et je retiendrai surtout de ce livre la multiplication des anecdotes qui en ont fait une lecture plutôt plaisante, à défaut d'être palpitante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dominique Fernandez   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dominique Fernandez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dominique
» LETTRE du Général d’armée (2S) Bruno DARY à Jean Dominique MERCHET journaliste
» Les peintures de Dominique Piot-Thomas
» Le Pendul'or de Dominique Coquelle
» Marie Dominique....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: