Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Sur la Littérature Japonaise

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Mer 12 Nov 2008 - 23:03

merci. petite lecture du bureau de dactylographie Butterfly... c'est devenu loin ce "goût japonais", n'empêche cette possibilité de petits essais pourrait bien m'y ramener jemetate

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Mer 12 Nov 2008 - 23:24

Merci eXPie, très intéressant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Mer 12 Nov 2008 - 23:27

eXPie a écrit:
Rose-Marie Makino-Fayolle a traduit Murakami Haruki (La Ballade de l'Impossible en 1994, époque à laquelle il n'était pas connu en France), Ogawa Yôko, Yoshimura Akira, Ôoka Shôhei, les pièces de théâtre de Hirata Oriza, plusieurs textes de Kawabata, etc.

Elle a été directrice des Lettres Japonaises chez Actes Sud jusqu'en octobre 2008, où elle a démissionné.

Elle vient de créer une sorte de site sur lequel elle met des traductions de textes inédits d'Ogawa, Yoshimura, Kawabata... au fur et à mesure qu'elle les traduit. Je ne sais pas combien de temps ces textes vont rester en ligne...

Cela se trouve ici.

Ah!...merci eXPie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Dim 30 Nov 2008 - 23:23

Mise à jour du site de Rose-Marie Makino Fayolle :
Il existe maintenant deux sites :
- littérature japonaise
- théâtre japonais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Dim 30 Nov 2008 - 23:33

eXPie a écrit:
Mise à jour du site de Rose-Marie Makino Fayolle :
Il existe maintenant deux sites :
- littérature japonaise
- théâtre japonais

Merci Expie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Mer 11 Fév 2009 - 13:50

Là...plutôt qu'ailleurs (au fil de nos lectures peut-être...ou sur le fil Pascal quignard...), ce beau passage de Vie secrète qui évoque Zeami Motokiyo

« Les trois génies du théâtre humain furent Eschyle à Athènes, Shakespeare à Londres, Zeami à Kyôto.

Zeami Motokiyo, dans les premières années du XVe siècle, a inventé l’instrument de musique approprié à l’amour.
Il s’agit d’un tambour qui n’est pas recouvert de peau mais de soie.
C’est un instrument de silence.
Le tambour est suspendu aux branches d’un ancien laurier lunaire dans le jardin du palais impérial de Kyôto.
L’arbre avec le temps est devenu énorme. Le laurier avait été planté à la bordure du lac.
La princesse affirme que si l’on aime vraiment, pour peu qu’on le frappe, un son naîtra du tissu, se propagera et roulera jusqu’au fond du gynécée. Alors elle quittera son lit. Elle sortira du palais. Elle viendra se donner à son amant sur la rive.
Le jardinier frappe en vain de sa main le tissu et n’en tire que le plus profond silence.
Il se jette volontairement dans le reflet du tambour qui se dessine à contre-jour sur la surface de l’eau du lac.
Le lac se referme sur lui.
Le silence se fait sur la scène.
L’eau efface son ultime ride : puis, peu à peu, le son d’un tambour emplit l’espace. Il envahit les oreilles de la princesse qui court, qui déchire ses vêtements, qui entre en transe, qui désire le noyé, qui essaie de faire sonner à son tour le tambour pour évoquer le mort. »


(Pascal Quignard. Vie secrète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Mer 11 Fév 2009 - 18:17

merci Coline pour cet admirable extrait !
aime

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Mer 11 Fév 2009 - 18:34

Bédoulène a écrit:
merci Coline pour cet admirable extrait !
aime

Pascal Quignard émaille ses essais de contes, toujours très beaux...Je suis contente s'il t'a plu... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Ven 20 Fév 2009 - 17:55


Naoya Shiga, Errances dans la nuit
Citation :
Présentation de l'éditeur
Errances dans la nuit est le roman unique de Shiga Naoya (1885-1971), contemporain de Tanizaki Junichiro désormais bien connu en Occident. l'ouvre de Shiga Naoya, elle, très resserrée et, en un sens, plus discrète et confidentielle, illustre à la perfection la conception individualiste du récit dit " récit du Je " (Shishôsetsu), prônée en particulier par le groupe Shirakaba (Le Bouleau) en réaction contre les excès d'un certain " naturalisme ". Soutenues par un style d'une inimitable pureté, à la fois simple et concis, des nouvelles fort nombreuses assuraient déjà à l'auteur une place prépondérante dans l'histoire littéraire du Japon ; mais lui-même considérait comme son Œuvre dominante ce roman unique, d'élaboration lente et publié en deux fois - en 1921 et 1937. Malgré l'affleurement inévitable, ici et là, d'événements personnels vécus, Errances dans la nuit n'est aucunement un roman autobiographique, et l'auteur insistait beaucoup là-dessus. S'y déroulent au ralenti, image après image, comme sur une peinture en rouleau, le drame douloureux et les soubresauts d'un jeune romancier dont la vie d'homme et d'artiste se trouve déchirée par deux crises successives d'où il émerge difficilement et cruellement éprouvé. " Lune des grandes œuvres du demi-siècle ", selon René Sieffert.

j'ai l'impression qu'on a déjà parlé de ce livre/cet auteur??
en tout cas - petite question - quelqu'un connait? Cela vaut le détour?

Merci

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Ven 20 Fév 2009 - 18:27

Un petit livre très divertissant et intéressant au niveau de l'éducation qu'il propose (expérimentée à Tokyo avant la Seconde Guerre mondiale) : Totto-chan, la petite fille à la fenêtre de Tetsuko Kuroyanagi.

Il s'agit d'une autobiographie. Alors que l'auteur a été renvoyée pour la énième fois de l'école, ses parents l'inscrivent dans une école très particulière, où les cours ont lieu dans un train. Elle raconte le quotidien, depuis son entrée jusqu'au bombardement du bâtiment.

Ce livre a été tiré à plus de sept millions d'exemplaires. L'auteur est très connue dans son pays, où elle est une star de la télévision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Ven 20 Fév 2009 - 20:18

kenavo a écrit:

Naoya Shiga, Errances dans la nuit
[...]
j'ai l'impression qu'on a déjà parlé de ce livre/cet auteur??
en tout cas - petite question - quelqu'un connait? Cela vaut le détour?

Merci

Oui, je l'ai lu il y a quelques semaines. C'est comme dit la 4e de couverture, le style et l'atmosphère font penser à certains Sôseki aussi. Le rythme est assez lent, en effet, il faut aimer. Je mettrai un com' si tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Ven 20 Fév 2009 - 20:52

Eve Lyne a écrit:
Un petit livre très divertissant et intéressant au niveau de l'éducation qu'il propose (expérimentée à Tokyo avant la Seconde Guerre mondiale) : Totto-chan, la petite fille à la fenêtre de Tetsuko Kuroyanagi.
Ah oui, elle a son fil ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Ven 20 Fév 2009 - 20:52

Nezumi a écrit:
kenavo a écrit:

Naoya Shiga, Errances dans la nuit
[...]
j'ai l'impression qu'on a déjà parlé de ce livre/cet auteur??
en tout cas - petite question - quelqu'un connait? Cela vaut le détour?

Merci

Oui, je l'ai lu il y a quelques semaines. C'est comme dit la 4e de couverture, le style et l'atmosphère font penser à certains Sôseki aussi. Le rythme est assez lent, en effet, il faut aimer. Je mettrai un com' si tu veux.
On veut ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Ven 20 Fév 2009 - 21:23

eXPie a écrit:
Nezumi a écrit:
kenavo a écrit:

Naoya Shiga, Errances dans la nuit
[...]
j'ai l'impression qu'on a déjà parlé de ce livre/cet auteur??
en tout cas - petite question - quelqu'un connait? Cela vaut le détour?

Merci

Oui, je l'ai lu il y a quelques semaines. C'est comme dit la 4e de couverture, le style et l'atmosphère font penser à certains Sôseki aussi. Le rythme est assez lent, en effet, il faut aimer. Je mettrai un com' si tu veux.
On veut ! Very Happy
cheers dito

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   Jeu 28 Jan 2010 - 19:48

Commentaire élogieux dans Le Magazine Littéraire (février):


Takiji Kobayashi, Le bateau-usine
Citation :
Présentation de l'éditeur
Enfin traduit en français, le Bateau-usine est le chef d'oeuvre de Kobayashi Takiji. Ce classique décrit les conditions de vie inouïes des travailleurs à bord d'un navire pêchant le crabe dans les mers froides et dures, entre Japon et URSS. Exploités et humiliés, ces hommes découvrent la nécessité de l'union et de la révolte. Réaliste et novateur, ce texte culte connut un succès international. II rencontre aujourd'hui un regain d'intérêt, entraînant la sortie de plusieurs films, mangas, etc. Quatre-vingts ans après sa parution, en 1929, il est devenu au japon le porte-flambeau d'une jeunesse désenchantée. Une oeuvre engagée et avant-gardiste, plus que jamais d'actualité.

Citation :
Biographie de l'auteur
Kobayashi Takiji (1903-1933) grandit à Otaru, ville portuaire et industrielle de l'île de Hokkaido. Il étudie à l'École Supérieure de Commerce d'Otaru, l'une des plus prestigieuses écoles du pays à cette époque, puis il travaille à la Banque du Développement de Hokkaido. Pendant ses études il publie plusieurs nouvelles et des poèmes. La découverte des conditions de vie effroyables des paysans et des ouvriers dans l'île de Hokkaido ainsi que la lecture des textes marxistes le rendent sensible au communisme. En 1928, il acquiert une certaine notoriété littéraire en publiant Le 15 mars 1928, un roman décrivant une journée de violente répression dirigée contre le Parti Communiste. Deux romans publiés en 1929, Le bateau-usine et Le propriétaire absent, font de lui la figure majeure de la littérature prolétarienne japonaise. Ayant perdu son emploi à cause de ses écrits, il s'installe à Tôkyô en 1930 pour se consacrer à l'écriture et à l'action politique clandestine. Il meurt sous la torture policière, le 20 février 1933. Cette fin tragique, qui suscite une vive émotion au Japon et dans le monde entier, est notamment dénoncée par l'écrivain chinois Lu-Xun et par Romain Rolland en France. Le Bateau-usine est considéré comme un chef d'oeuvre de la littérature prolétarienne.

"Imaginez que Germinal se trouve soudain en tête des ventes en France.. C'est ce qui arrive au Japon avec Le Bateau-usine: 500.000 exemplaires vendus en 2008..." suite dans Le Magazine Littéraire Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la Littérature Japonaise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la Littérature Japonaise
Revenir en haut 
Page 2 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» La Littérature et la Marine
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» vive la littérature équitable !!
» littérature jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: