Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Colette

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Mar 2013 - 7:02

Voilà bien longtemps que je n'ai lu Colette.
Depuis mon inscription sur ce forum, ne cessent de remonter les souvenirs de mes lectures anciennes.
les textes de cet auteure sont liés à mes vingts ans! Autant dire une éternité.

résumé du livre LE FANAL BLEU

Le dernier ouvrage de Colette rassemble des souvenirs et images de voyage, des bribes d'entretien avec des personnalités célèbres

extrait
« Choisir, être choisi, aimer : tout de suite après viennent le souci, le péril de perdre, la crainte de semer le regret. »


_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeDim 31 Mar 2013 - 20:39

Paris de ma fenêtre;
chroniques écrites de 1940 à 1944

un témoignage particulier sur les soucis de la vie quotidienne pendant la période de l'occupation et comment y remédier.

j'ai aimé la vision de cette femme vieillissante mais toujours égale à elle même, chérissant les mots pour en faire des lueurs d'espoir.
ouvrage destiné, peut être, aux inconditionnels de Colette.

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeMer 3 Avr 2013 - 9:14

Colette la mal aimée?
Trop connue, mal connue?

Je voudrais vous parler de "Sido"
Vous proposer de découvrir Colette à travers cet ouvrage.

Ainsi comprendre son univers, son héritage
celui d'une mère admirée, centre de son monde d'enfance
qui lui a transmis sa vision du monde en communion avec la nature.


portrait de Sidonie par sa fille:
"J'aurais volontiers illustré ces pages d'un portrait photographique. Mais il m'eût fallu une "Sido" debout, dans le jardin, entre la pompe, les hortensias, le frêne pleureur et le très vieux noyer. Là je l'ai laissée, quand je dus quitter ensemble le bonheur et mon plus jeune âge. Là, je l'ai pourtant revue, un moment furtif du printemps de 1928. Inspirée et le front levé, je crois qu'à cette même place elle convoque et recueille encore les rumeurs, les souffles et les présages qui accourent à elle, fidèlement, par les huit chemins de la Rose des Vents."

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeLun 15 Avr 2013 - 12:03

Comme à chaque fois que je reprends cette bobine ou cette pelote, j'ai l'impression d'avoir à réhabiliter Colette.
Curieuse sensation.
Alors je relis les messages des uns et des autres, étonnée d'en trouver si peu pour un écrivain qui a ,somme toute, beaucoup écrit.
Je me demande d'où cela vient.
Elle est si connue que peut être on la connait si mal...

Je me plais à me souvenir aujourd'hui d'une œuvre, un peu à part, qu'elle conçut avec un musicien et pas des moindre puisqu'il sagit de Ravel.
je veux parler de "l'enfant et les sortilèges"
on y retrouvera tout l'univers d'enfance et de liens à la nature si cher à Colette.

c'est peut être un bon moyen pour entrer dans ce monde...


D'après Wikipédia (d'après moi ce n'est pas si mal)
L'Enfant et les Sortilèges est une fantaisie lyrique en deux parties composée par Maurice Ravel entre 1919 et 1925, en collaboration avec Colette qui en a écrit le livret (intitulé initialement Ballet pour ma fille). Il s'agit de la seconde et dernière fantaisie lyrique de Ravel, après L'Heure espagnole (1907). Chef-d'œuvre d'orchestration, L'Enfant et les Sortilèges est parfois donné en version de concert en raison des contraintes techniques considérables de sa mise en scène. Il reste en outre rarement représenté dans le monde du fait de la difficulté de sa traduction depuis le français.



Source: site internet (personne privée je pense)

L'enfant et les sortilèges ~ Résumé ~

Dans une maison à la campagne
L’enfant paresse devant un devoir commencé (« J’ai pas envie
de faire ma page »). Maman entre et pour le punir, l’enferme
dans sa chambre jusqu’au dîner. Pris d’une colère
destructrice, l’enfant saccage tout dans sa chambre et
s’endort. Le fauteuil, la bergère, l’horloge (« Ding, ding, ding
»), la théière et la tasse chinoise (« Kengçafou, Mahjong »)
s’animent et se révoltent contre les maltraitances de l’enfant.
L’enfant en pleurs, couché sur un livre d’images en lambeaux :
la princesse enchantée paraît et s’évanouit (« Toi le coeur de
la rose »). Un petit vieillard harcèle l’enfant d’arithmétique («
Deux robinets coulent ») ; le chant l’entraîne dans le jardin.
Dans le jardin de la maison
L’arbre souffre de la blessure faite par l’enfant ; la libellule puis
la chauve-souris cherchent leurs compagnes qu’il a tuées.
L’écureuil prévient la rainette de fuir l’enfant avant qu’il ne
l’attrape. L’enfant se sent seul et appelle maman, mais les
animaux fondent sur lui pour le châtier (« Ah ! c’est l’enfant au
couteau ») et blessent un écureuil. L’enfant panse sa plaie et
s’évanouit. Les animaux, touchés (« il a pansé la plaie »),
l’emportent vers la maison. Ils appellent la maman et louent
l’enfant (« Il est bon, l’enfant »).
Rôles et voix
L’Enfant : mezzo-soprano
Maman : contralto
Le fauteuil : basse chantante
La bergère : soprano
L’horloge : baryton
La théière : ténor
La tasse chinoise : contralto
Le feu, la princesse, le Rossignol :
soprano léger
La chatte, la libellule, l’écureuil :
mezzo-soprano
Le chat : baryton
L’arbre : basse
Le vieillard et la rainette : trial (voix de
ténor en recherchant un timbre nasal,
peu sonore et généralement utilisé
dans l’Opéra-Comique français)
La chauve-souris, la chouette, une
pastourelle : soprano
Un pâtre : contralto






_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeLun 15 Avr 2013 - 12:35

je viens de trouver une version un peu plus détaillée du résumé du livret de Colette sur le site "forumopera"
destiné à ceux que j'aurais un tout petit peu convaincu de jouer les curieux.



L'Enfant et les Sortilèges
Argument

N.B. : Le livret de Colette peut facilement être résumé en quelques lignes, mais il serait dommage de se priver des nombreuses didascalies et indications de décor dont le poète et le compositeur ont émaillé la partition. Nous avons donc opté pour une large reprise de ces indications dans cet argument.

Une pièce à la campagne (plafond très bas), donnant sur un jardin. Une maison normande, ancienne, ou mieux : démodée ; de grands fauteuils, houssés ; une haute horloge en bois à cadran fleuri. Une tenture à petits personnages "bergerie". Une cage ronde à écureuil, pendue près de la fenêtre. Grande cheminée à hotte, un reste de feu paisible, une bouilloire qui ronronne. Le Chat aussi. C'est l'après-midi. L'Enfant, six ou sept ans, est assis devant un devoir commencé. Il est en pleine crise de paresse, il mord son porte-plume, se gratte la tête et chantonne à demie-voix.

La porte s'ouvre. Entre Maman (ou plutôt ce qu'en laissent voir le plafond très bas et l'échelle de tout le décor où tous les objets assument des dimensions exagérées, pour rendre frappante la petitesse de l'Enfant) c'est à dire une jupe, le bas d'un tablier de soie, la chaîne d'acier où pend une paire de ciseaux, et une main. Cette main se lève, interroge de l'index : "Bébé a été sage ? Il a fini sa page ?" L'Enfant ne répond rien et se laisse glisser, boudeur, en bas de sa chaise. La robe s'avance sur la scène, une main tendue au-dessus du cahier. L'autre main, plus haute, soutient un plateau portant la théière et la tasse du goûter. "Oh ! Tu n'as rien fait. Tu as éclaboussé d'encre le tapis ! Regrettes-tu ta paresse ? Promettez-moi, bébé de travailler ? Voulez-vous me demander pardon ?" Pour toute réponse, Bébé lève la tête vers maman et tire la langue. La jupe recule un peu. La seconde main dépose sur la table le plateau du goûter. Maman punit l'Enfant en le consignant dans sa chambre jusqu'au dîner. La porte s'ouvre, la robe s'en va. L'Enfant, resté seul, est pris d'une frénésie de perversité. Il trépigne et crie à pleins poumons vers la porte : "Ca m'est égal ! Justement j'ai pas faim ! Justement j'aime beaucoup mieux rester tout seul ! Je n'aime personne ! Je suis très méchant !".

Il balaie d'un revers de la main la théière et la tasse, qui se cassent en mille morceaux, puis il grimpe sur la fenêtre, ouvre la cage de l'Ecureuil et veut piquer la petite bête avec sa plume de fer. L'Ecureuil, blessé, crie et s'enfuit par l'imposte ouverte de la croisée. L'Enfant saute à bas de la fenêtre et tire la queue du chat, qui jure et se cache sous un fauteuil. Il brandit le tisonnier, fourgonne le Feu, y renverse la bouilloire : flot de cendres et de fumée. Il se sert du tisonnier comme d'une épée pour attaquer les petits personnages de la tenture qu'il lacère : de grands lambeaux de tenture se détachent du mur et pendent. Il ouvre la boite de la grande horloge, se pend au balancier de cuivre qui lui reste entre les mains, puis, avisant sur la table les cahiers et les livres, il les met en pièces an riant aux éclats et en criant : "Plus de leçon ! Plus de devoir ! Je suis libre ! Méchant et libre !".

Saoul de dévastation, il va tomber, essoufflé, entre les bras d'un grand fauteuil couvert d'une housse à fleurs. Mais, ô surprise ! les bras du fauteuil s'écartent, le siège se dérobe, et le Fauteuil, clopinant lourdement comme un énorme crapaud, s'éloigne. Ayant fait trois pas en arrière, le Fauteuil revient, lourd et goguenard, et s'en va saluer une petite bergère Louis XV, qu'il emmène avec lui pour une danse compassée et grotesque. Les deux valseurs, puis le reste du mobilier de la chambre repoussent l'Enfant en lui prédisant une vie sans le repos qu'ils lui prodiguaient. Immobile de stupeur, l'Enfant, adossé au mur, écoute et regarde. Soudain, sur deux pieds qui dépassent sous sa chemise de bois, l'Horloge avance. Elle a une ronde petite figure rose à la place de son cadran et deux bras courts gesticulant. Elle se lamente sur son sort et évoque les douces heures qu'elle a ponctuées jusqu'ici, puis, sonnant lamentablement, elle traverse la scène, s'en va à l'autre bout de la pièce, face au mur, et redevient immobile.

On entend deux voix nasillardes au ras du sol. La Théière (Wegwood noir) et la Tasse (Chinoise) s'animent et se lancent à tour de rôle puis ensemble dans une danse (un fox-trot plein de punch pour la Théière et danse asiatique pour la Tasse), menaçante et langoureuse, avant de disparaître.

Le soleil a baissé. Ses rayons horizontaux deviennent rouges. L'Enfant frissonne de peur et de solitude ; il se rapproche du Feu, qui lui crache au visage une fusée étincelante. Bondissant hors de la cheminée, mince, pailleté, éblouissant, il fustige l'Enfant : "Je réchauffe les bons, mais je brûle les méchants !". Il s'élance et poursuit d'abord l'Enfant qui s'abrite derrière les meubles. Derrière le Feu naît, sous ses pas, la Cendre. Elle est grise, onduleuse, muette et le Feu ne la voit pas d'abord. Puis l'ayant vue, il joue avec elle. La Cendre joue avec lui et tente sous ses longs voiles gris de le maîtriser. Il rit, s'échappe et danse. Le jeu continue jusqu'au moment où, las de lutter, le Feu se laisse éteindre. Il tente un dernier sursaut pour se libérer, brille encore un instant puis s'endort, roulé dans les longs bras et les voiles de la Cendre. Au moment où il cesse de briller, l'ombre envahit la chambre, le crépuscule est venu, il étoile déjà les vitres et la couleur du ciel présagent le lever de la pleine lune. L'Enfant appelle à mi-voix : "J'ai peur...". Des rires menus lui répondent. Il cherche et voit se soulever les lambeaux déchirés de la tenture. Tout un cortège de petits personnages peints sur le papier s'avance, un peu ridicules et très touchants. Il y a la Pastoure, le Pâtre, les moutons, le chien, la chèvre, etc. Une musique naïve de pipeaux et de tambourins les accompagnent. Ballet des petits personnages qui expriment, en dansant, le chagrin de ne pouvoir plus se joindre. Ils s'en vont et avec eux la musique de cornemuse et de tambourin.

L'Enfant s'est laissé glisser de tout son long à terre, la figure sur ses bras croisés, il pleure. Il est couché sur les feuillets lacérés des livres. Ces grands feuillets, sur lesquels il est étendu, se soulèvent comme une dalle pour laisser passer d'abord une main langoureuse, puis une chevelure d'or, puis toute une Princesse adorable de conte de Fées, qui semble à peine éveillée, et étire ses bras chargés de joyaux. L'Enfant reconnaît l'héroïne du conte que Maman lui a lu la veille. Tendrement, elle lui rappelle l'éphémère histoire d'amour qui les a unis dans ses rêves, la nuit passée. L'Enfant tente de l'enlacer mais le sol bouge au-dessous d'elle. Elle appelle à l'aide, l'enfant la retient en vain par sa chevelure d'or, par ses voiles, par ses longues mains blanches, mais une force invisible aspire la Princesse qui disparaît sous la terre.

L'Enfant seul et désolé, à mi-voix, chante son amour disparu. Il se penche et cherche parmi les feuillets épars la fin du conte de Fées, mais en vain. "Rien, tous ceux-ci sont des livres arides, d'amères et sèches leçons." Il les pousse du pied, mais de petites voix aigres sortent d'entre les pages, qui se soulèvent et laissent voir les malicieuses et grimaçantes petites figures des chiffres. D'un grand album, plié en forme de toit, sort un petit vieillard bossu, crochu, barbu, vêtu de chiffres, coiffé d'un ?, ceinturé d'un mètre de couturière et armé d'une équerre. C'est l'Arithmétique, il tient un livre de bois qui claque en mesure, et il marche à tous petits pas dansés, en récitant des bribes de problèmes. Il aperçoit l'Enfant et se dirige vers lui de la plus malveillante manière. Il danse autour de l'Enfant en multipliant les passes maléfiques, rapidement rejoint par les chiffres soulevant les feuillets et piaillant de concert. Il entraîne l'Enfant dans une ronde folle en le soûlant de fausses tables d'addition et de multiplication, jusqu'à le laisser à terre, étourdi.

L'Enfant se relève péniblement sur son séant. La lune est levée, elle éclaire la pièce. Le Chat noir sort lentement de dessous le fauteuil. Il s'étire, bâille et fait sa toilette. L'Enfant ne le voit pas d'abord et s'étend, harassé, la tête sur un coussin de pieds. Le Chat roule une balle de laine. Il arrive auprès de l'Enfant et veut jouer avec la tête blonde comme avec une pelote. L'Enfant se relève à demi et voit le Chat : "C'est toi chat, que tu es grand est terrible, tu parles aussi, sans doute !". Le Chat fait signe que non, jure et se détourne de l'Enfant. Il joue avec sa pelote. La Chatte blanche paraît dans le jardin. Le Chat interrompt son jeu. S'engage entre les deux félins un long duo langoureux de plus en plus intense. Le Chat va rejoindre la Chatte. L'Enfant le suit peureusement, attiré par le jardin. Les parois de la chambre s'écartent, le plafond s'envole et l'Enfant se trouve, avec le Chat et la Chatte, transporté dans le jardin éclairé par la pleine lune et la lueur rose du couchant.

Des arbres, des fleurs, une toute petite mare verte, un gros tronc vêtu de lierre. Musique d'insectes, de rainettes, de crapauds, de rires de chouettes, de murmures de brise et de rossignols.

L'Enfant, ouvrant les bras, se réjouit de retrouver son jardin. Il s'appuie au gros tronc d'arbre qui soudain s'anime pour gémir en se plaignant de la blessure que l'Enfant a faite à son flanc avec un couteau. Tous les autres arbres du jardin reprennent cette plainte en choeur. L'Enfant apitoyé, appuie sa joue contre l'écorce du gros Arbre.

Une Libellule passe, grésillante et disparaît. Elle repasse encore. D'autres la suivent. Un Sphinx du laurier rose l'imite. D'autres Sphinx, d'autres Libellules. L'une d'elles demande à l'Enfant de lui rendre sa compagne alors que l'on entend un Rossignol chanter au loin avec les autres animaux du jardin. L'Enfant fini par avouer : il a épinglé la Libellule contre le mur de sa chambre.

La Chauve-souris harcèle à son tour l'Enfant en lui rappelant sa compagne qu'il a tuée avec un bâton, puis laisse l'Enfant seul dans le silence de la nuit.

Au-dessous, une petite Rainette émerge de la mare, s'appuie des deux mains au bord. Une autre fait de même, puis une autre, et la mare se trouve couronnée de Rainettes, bien serrées les une contre les autres. Elles sortent, et se mettent à jouer à la manière des Rainettes. Elles dansent.

L'une d'elles s'appuie de la main au genou de l'Enfant. L'Ecureuil, à la fourche de deux branches basses et toussant à la manière des Écureuils, prévient sèchement la Rainette des risques qu'elle prend à trop s'approcher de l'Enfant : "Sauve-toi, sotte ! Et la cage ! La cage !". Celle-ci s'éloigne, incrédule, en évoquant le chiffon rouge que l'Enfant utilise pour l'attraper. L'Enfant tente de se justifier auprès de l'Ecureuil : "La cage, c'était pour mieux voir ta prestesse, tes quatre petites mains, tes beaux yeux...". Celui-ci lui montre le jardin et ses congénères bondissant : en l'enfermant, c'est cette liberté qu'il lui a volée. Pendant qu'il parle, le jardin se peuple d'écureuils bondissant. Leurs jeux, leurs caresses, suspendus en l'air, n'inquiètent pas ceux des rainettes, au-dessous. Un couple de Libellules, enlacé, se disjoint, s'accole. Un groupe de Sphinx du laurier-rose les imite. D'autres groupes se nouent, se défont. Le jardin, palpitant d'ailes, rutilant d'Écureuils, est un paradis de tendresse et de joie animale. Le Chat noir et la Chatte blanche paraissent au faîte du mur. Le Chat lèche amicalement les oreilles de la Chatte, joue avec elle. Ils s'éloignent, l'un suivant l'autre, sur le faîte étroit du mur. Resté seul, oublié par les animaux, l'Enfant, inquiet, malgré lui, appelle à mi-Voix : "Maman".

A ce cri, toutes les Bêtes se dressent, se séparent, les unes fuient, les autres accourent, menaçantes, mêlent leurs voix à celles des arbres. Après quelques hésitations, toutes les bêtes fondent à la fois sur l'Enfant, le cernent, le poussent, le tirent. C'est une frénésie qui devient lutte, car chaque bête veut être seule à châtier l'Enfant ; elles commencent à s'entredéchirer. L'Enfant pris, délivré, repris, passe de pattes en pattes. Au plus fort de la lutte, il est projeté dans un coin de la scène et les bêtes l'oublient, dans leur ivresse de combattre. Presque en même temps, un petit Écureuil, blessé, vient choir auprès de l'Enfant avec un cri aigu. Les Bêtes, honteuses, s'immobilisent, se séparent, entourent de loin l'Écureuil qu'elles ont meurtri...

Arrachant un ruban de son cou, l'Enfant lie la patte blessée de l'Écureuil, puis retombe sans force. Profond silence parmi les Bêtes : "Il a pansé la plaie...". Honteuses, elles se rapprochent et entourent l'Enfant, gisant. Les Ecureuils se suspendent aux branches au-dessus de lui, les Libellules l'éventent de leurs ailes : "Il se tait, va-t-il mourir ?". L'une des bêtes, en désignant la maison : "C'est là qu'est le secours ! Ramenons-le au nid ! Il faut que l'on entende, là-bas, le mot qu'il a crié tout à l'heure... Essayons de crier le mot...". Les Bêtes, toutes ensembles, soulèvent l'Enfant inerte et pâle et l'emportent, pas à pas, vers la maison en essayant de dire : "Maman". L'Enfant ouvre les yeux, essaie de se tenir debout. De la patte, de l'aile, de la tête, des reins, les Bêtes le soutiennent encore... Une lumière paraît aux vitres, dans la maison. Les Bêtes chantent, comme un adieu : "Il est bon, l'Enfant, il est sage..." En même temps la lune, dévoilée, l'aube, rose et d'or, inondent le jardin d'une clarté pure. Les Bêtes, une à une, retirent à l'Enfant leur aide qui devient inutile, défont harmonieusement, à regret, leur groupe serré contre l'Enfant, mais elles l'escortent d'un peu plus loin, le fêtant de battements d'ailes, de culbutes de joie, puis limitant à l'ombre des arbres leur bienveillant cortège, laissent l'Enfant seul, droit, lumineux et blond dans un halo de lune et d'aube et tendant ses bras vers celle que les Bêtes ont appelée : "Maman".


Jean-Christophe Henry

--------------------------------------------------------------------------------
je ne sais pas poster les enregistrements sonores
si qq'un veut s'en charger. (on ne sait jamais jypeurien )
il y a un "duo des chats" très drôle et un passage sur la plainte des arbres que j'aime beaucoup.



_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeJeu 25 Avr 2013 - 11:09

Colette - Page 3 Images10
Citation :
" Toute leur enfance les a unis, l'adolescence les sépare. "

Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, amis de toujours, passent leurs étés en Bretagne. Tout naturellement, l'amour s'installe entre ces deux complices inséparables, un amour qui grandit plus vite qu'eux. Et cet été-là, Vinca et Phil découvrent leurs différences et leurs incompréhensions. L'insouciance et la confiance font alors place à la souffrance et à la trahison. Ces amours adolescentes révèlent à Vinca et à Phil ce qu'ils sont désormais et ne seront jamais plus. Et ces vacances s'achèvent sur un adieu à l'enfance, amer et nostalgique.

odrey a écrit:
je l'ai lu y'a fort, fort longtemps. Mais je me souviens d'avoir bien aimé. Il me semble que ça se lit très facilement.
Je n'ai pas trouvé que ça se lisait si facilement que ça, j'ai eu beaucoup de mal à me laisser imprégner et après chaque interruption de lecture, c'était le même combat pour rentrer à nouveau dans le récit. Je ne comprends toujours pas pourquoi, c'est un mystère. Le propos est délicieux, son style magnifique et pourtant, je devais lutter pour frayer mon chemin à travers ces lignes. Elle a une écriture bouleversante, beaucoup de passages m'ont émue mais d'une émotion froide, vraiment pas habituelle.


Nous finissons ici, cette année, pensa sombrement Philippe, en regardant la mer. Vinca et moi, un être juste assez double pour être deux fois plus heureux qu'un seul, un être qui fut Phil-et-Vinca va mourir ici, cette année.

Arabella a écrit:
Le blé en herbe je l'ai lu, mais il y a tellement longtemps.... Je devais avoir ton âge Searchxme. Donc pour en parler c'est difficile, je me souviens juste que ce livre m'avait plutôt déçu, et la véritable rencontre avec Colette je l'ai faite plus tard, avec d'autres livres.
Je suis un peu dans ton cas Arabella, même s'il s'agit tout de même d'une semi-rencontre. Objectivement, j'ai adoré ce livre mais le plaisir de lecture n'a pas suivi. Assez étrange comme sensation, usuellement mon cerveau et mon cœur sont en osmose parfaite mais là, je suis perdue... Colette a court-circuité mes branchements !



Mais maintenant, grâce à elle, je peux annoncer fièrement que je connais la signification du mot "syzygie".
Un mot qui doit afficher un score de 90 points au Scrabble, si c'est pas la classe ça ! Colette - Page 3 Nationality_russian3

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 14:06

Kannskia a écrit:
Colette - Page 3 Images10
Citation :
" Toute leur enfance les a unis, l'adolescence les sépare. "

Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, amis de toujours, passent leurs étés en Bretagne. Tout naturellement, l'amour s'installe entre ces deux complices inséparables, un amour qui grandit plus vite qu'eux. Et cet été-là, Vinca et Phil découvrent leurs différences et leurs incompréhensions. L'insouciance et la confiance font alors place à la souffrance et à la trahison. Ces amours adolescentes révèlent à Vinca et à Phil ce qu'ils sont désormais et ne seront jamais plus. Et ces vacances s'achèvent sur un adieu à l'enfance, amer et nostalgique.

odrey a écrit:
je l'ai lu y'a fort, fort longtemps. Mais je me souviens d'avoir bien aimé. Il me semble que ça se lit très facilement.
Je n'ai pas trouvé que ça se lisait si facilement que ça, j'ai eu beaucoup de mal à me laisser imprégner et après chaque interruption de lecture, c'était le même combat pour rentrer à nouveau dans le récit. Je ne comprends toujours pas pourquoi, c'est un mystère. Le propos est délicieux, son style magnifique et pourtant, je devais lutter pour frayer mon chemin à travers ces lignes. Elle a une écriture bouleversante, beaucoup de passages m'ont émue mais d'une émotion froide, vraiment pas habituelle.[/strike]


Nous finissons ici, cette année, pensa sombrement Philippe, en regardant la mer. Vinca et moi, un être juste assez double pour être deux fois plus heureux qu'un seul, un être qui fut Phil-et-Vinca va mourir ici, cette année.

Arabella a écrit:
Le blé en herbe je l'ai lu, mais il y a tellement longtemps.... Je devais avoir ton âge Searchxme. Donc pour en parler c'est difficile, je me souviens juste que ce livre m'avait plutôt déçu, et la véritable rencontre avec Colette je l'ai faite plus tard, avec d'autres livres.
Je suis un peu dans ton cas Arabella, même s'il s'agit tout de même d'une semi-rencontre. Objectivement, j'ai adoré ce livre mais le plaisir de lecture n'a pas suivi. Assez étrange comme sensation, usuellement mon cerveau et mon cœur sont en osmose parfaite mais là, je suis perdue... Colette a court-circuité mes branchements !

Mais maintenant, grâce à elle, je peux annoncer fièrement que je connais la signification du mot "syzygie".[/
Un mot qui doit afficher un score de 90 points au Scrabble, si c'est pas la classe ça ! Colette - Page 3 Nationality_russian3

J'ai le sentiment que beaucoup de ce qu'on peut dire sur les textes de Colette se trouve là, dans tes commentaires à propos du blé en herbe.
un livre dérangeant, bouleversant, des émotions inhabituelles.
il avait fait scandale à l'époque. Aujourd'hui ce n'est plus le cas mais il touche sans doute des points sensibles chez certains d'entre nous.

j'ai relevé quelques unes de tes phrases qui m'ont frappées et correspondent, à mon sens, à ce qu'on peut attendre de l'art en général.
Sans oublier la petite note sur le mot "syzygie" qui aurait sans doute bien plu à Colette quand on se réfère à son amour des mots.

si je possédais la technique pour, je vous créerais un petit lien vers un extrait de "la maison de Claudine" qui commence par "à huit ans, j'étais curé sur un mur"...

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeLun 16 Sep 2013 - 7:02

Une envie de mettre Colette à l'honneur ce matin et puis...
je tombe sur quoi!!!
Cette citation là: "Les femmes libres ne sont pas des femmes"
Quoi???? Je me dis.
Keseksa?
Pour un début de journée, ça réveille!
Alors je cherche à en savoir plus parce que quoi... C'est de la provoc? C'est une réflexion profonde et il faut y regarder à deux fois et la méditer?
Je décide donc de lire au plus vite "Belles saisons" que je ne connais pas.
Il me faut éclaircir ce point de toute urgence.

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeLun 16 Sep 2013 - 9:24

loupe Tire-nous cette histoire au clair dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeLun 23 Sep 2013 - 20:10

Je tiens l'arme du crime...
Reçu le bouquin aujourd'hui.
Ah ah! Suspect 

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Oct 2013 - 1:09

Me voilà reniée par Agatha Christie.honte honte honte 

Après lecture et relecture complète de "Belles saisons" sans trouver LA phrase incriminée,
nouvelle investigation, je me rends compte que la fameuse citation est extraite de " Claudine à Paris"!
Rien à voir...
Une Gabrielle Sidonie toute jeune et sous influence de Willy... Les indices paraissent plus sérieux.
Je dirais même, plus sérieux sont les indices, mon cher Dupond (t)laugh

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeLun 14 Oct 2013 - 9:09

@unmotbleu : cela nécessite un nouvel éclairage, non Idea ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Nov 2013 - 11:34

Le dossier n'était pas encore classé.
Après enquête, je porte plainte contre Willy; sans exclure toutefois la responsabilité complice de sa jeune épouse Colette.
Je réclame les circonstances atténuantes pour cette dernière eu égard à  son jeune âge et en considération du fort ascendant que pouvait avoir un homme tel que Willy.
La jeune Claudine, en mal de son Montigny natal, ignorante des plaisirs et des pièges de la capitale, amoureuse pour la première fois et en recherche d'un père présent, voire omniprésent, se laisse impressionner par le charme mâture et l'assurance parisienne d'un homme qui a vécu.

Premier "Claudine" lu et dernier!
Ce n'est pas cette Colette que j'aime (bien que ce soit déjà fort bien écrit)
Voilà qui donne envie de se replonger dans" Le pur et l'impur!" ou "la vagabonde" par exemple.

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeSam 28 Déc 2013 - 10:25

unmotbleu a écrit:
si je possédais la technique pour, je vous créerais un petit lien vers un extrait de "la maison de Claudine" qui commence par "à huit ans, j'étais curé sur un mur"...


Maintenant que je sais le faire...  cheers 

le curé sur le mur

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
Sigismond

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitimeMar 6 Mai 2014 - 22:01

Pour un herbier

Je viens d'avoir la grande joie de le lire dans l'édition Mermod 1948, illustré par des aquarelles de Manet
Colette - Page 3 935699615

Charmante lecture, laissons-nous étourdir de senteurs, d'accords, de couleurs, de nuances, de langage des fleurs par Colette, charmeuse et légère comme jamais, et guide hors-pair. Vingt-deux plantes ou fleurs (ou un groupe: "médicinales") ainsi passées au regard Colettien, jamais scientifique, ni trop botaniste: juste poétique, léger, frais, anecdotique mais produisant du sens. Parfaite lecture de saison.

J'aime ce numéro de fil-de-fériste du (bon) goût, le côté mutin et ingénu voilant à peine le chic et la profondeur que ne manquera pas de découvrir qui accepte de s'arrêter un peu, d'ouvrir son regard et de se laisser désarmer par ces pages, bien moins insignifiantes quand on y réfléchit un tant soit peu que ce qu'elles voudraient paraître de prime abord: en cela, ne sont-elles pas, ces pages, à la parfaite image de ces fleurs que nous croyons tous connaître jusqu'à ce que quelques propos de Colette, oh, rien du tout, deux ou trois phrases, nous avertissent qu'au fond nous ne les avons jamais regardées ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Colette - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Colette   Colette - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Colette
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présentation Colette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: