Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Fred Vargas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 27 Mai 2011 - 15:44

Citation :
Cette nuit-là, dit-elle lentement, Lina a vu passer l’Armée furieuse.
- Qui ?
- L’Armée furieuse, répéta la femme à voix basse. Et Herbier y était. Et il criait. Et trois autres aussi.
- C’est une association ? Quelque chose autour de la chasse ?
Madame Vendermot regarda Adamsberg, incrédule.
- L’Armée furieuse, dit-elle à nouveau tout bas. La Grande Chasse. Vous ne connaissez pas ?
- Non, dit Adamsberg en soutenant son regard stupéfait.
- Mais vous ne connaissez même pas son nom ? La Mesnie Hellequin ? chuchota-t-elle.
- Je suis désolé, répéta Adamsberg. Veyrenc, l’armée furieuse, vous connaissez cette bande ? La fille de Mme Vendermot a vu le disparu avec elle.
- Et d’autres, insista la femme.
Un air de surprise intense passa sur le visage du lieutenant Veyrenc. Comme un homme à qui on apporte un cadeau très inattendu. - Votre fille l’a vraiment vue ? demanda-t-il. Où cela ?
- Là où elle passe chez nous. Sur le chemin de Bonneval. Elle a toujours passé là.
- La nuit ?
- C’est toujours la nuit qu’elle passe.
Veyrenc retint discrètement le commissaire.
- Jean-Baptiste, demanda-t-il, vraiment tu n’as jamais entendu parler de ça ? Adamsberg secoua la tête.
- Eh bien, questionne Danglard, insista-t-il.
- Pourquoi ?
- Parce que, pour ce que j’en sais, c’est l’annonce d’une secousse. Peut-être d’une sacrée secousse.


L'armée furieuse

Oyez, oyez, gentes dames et gentils messieurs, Fred Vargas est revenue, dans une forme étincelante, et jamais la langue de la reine du Rompol français n'a été aussi précise, poétique, savoureuse, intrigante, que dans L'armée furieuse, qui pourrait bien être, les avis divergeront forcément là-dessus, son meilleur livre, en tous cas le plus maîtrisé et le plus délectable. Son titre donne le ton, c'est une légende médiévale normande qui constitue le principal argument du roman. Mais, d'une certaine façon, c'est aussi un leurre, car il n'y a pas une mais trois enquêtes qui se croisent dans ce nouvel ouvrage, dont l'aspect fantastique n'est pas l'élément le plus significatif. Trois enquêtes donc, l'une normande, une autre parisienne, dans le monde politico-financier, assez traditionnelle, celle-ci, et une dernière, accessoire, certainement, mais très sérieuse, en fin de compte, sur la recherche du sale individu qui a ligaturé les pattes d'un pigeon, au point de mettre en danger la vie d'icelui. Inutile de dire que Fred Vargas est comme un poisson dans l'eau dans ces différents univers et qu'elle nous balade à sa guise de l'un vers les autres, avec une facilité qui frise le génie. A cela, il faut ajouter ses portraits psychologiques, toujours aussi brillants, d'individus friables, dont les failles nous sont décrites avec un art de la compassion âpre et tendre à la fois. A commencer par le commissaire Adamsberg, balourd et lent, dont l'intelligence moyenne est compensée par un caractère intuitif très développé et une connaissance non moins aigüe de l'âme humaine. Et que dire de sa fine équipe, dont chaque composante fait l'objet d'un portrait haut en couleurs ? Enfin, les témoins ou suspects de l'affaire normande sont autant de personnages étonnants, chacun affecté d'un particularisme qui ne le rend jamais banal. Fred Vargas est aussi une experte dans l'écriture de dialogues surréalistes, ironiques, d'une drôlerie bizarre qui donne une teinte supplémentaire à son roman, sans créer une quelconque dissonance. Dans L'armée furieuse, les vaches sont immobiles, comme statufiées, un homme croit qu'une partie de son corps est constitué d'argile, un vieil homme assassine son épouse à la mie de pain ... Etrange ? Même pas, c'est le petit monde de Vargas qui va son petit bonhomme de chemin et à laquelle on emboîte le pas, sans état d'âme et avec un plaisir non dissimulé, hypnotisés à la manière des rats et des enfants qui suivaient le joueur de flûte d'Hamelin. Essayer de se soustraire aux sortilèges de la romancière, c'est se priver d'un immense bonheur de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 27 Mai 2011 - 20:29

Je le lirai dans les semaines qui viennent, je m'en réjouis d'avance drunken
Revenir en haut Aller en bas
Madame B.
Zen littéraire


Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 27 Mai 2011 - 22:04

Je vais peut-être me laisser tenter même si je redoute l'aspect surnaturel qui prend de plus en plus de place dans son oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 27 Mai 2011 - 22:19

Madame B. a écrit:
Je vais peut-être me laisser tenter même si je redoute l'aspect surnaturel qui prend de plus en plus de place dans son oeuvre.

Pas d'inquiétude, c'est juste une toile de fond, qui, au bout du compte, n'est qu'un prétexte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 27 Mai 2011 - 22:53

traversay a écrit:
Essayer de se soustraire aux sortilèges de la romancière, c'est se priver d'un immense bonheur de lecture.

Voilà une idée de cadeau pour la fête d'une mère amatrice de bons romans policiers... Very Happy (et je lui chiperai dans la foulée! rire )

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Jeu 7 Juil 2011 - 20:48

DANS LES BOIS ETERNELS

Parler de l' histoire ou des personnages est impossible. Parlons un peu du reste...

La rhétorique de Vargas est ronflante. Elle use de tours de passe passe, rideaux de fumée et manipulations de cerveau, accompagnés de tambours et trompettes.

Peut-on écrire un polar avec pour ingrédients de la poudre de mandragore, poudre de perlinpinpin et poudre aux yeux ?

Apparemment oui, dans le cas de Vargas qui doit etre un peu magicienne, un peu sorcière.
Ses personnages semblent obéir à des forces obscures, des impulsions, des sciences ocultes.
Quelque chose me dit qu' elle a lu les feuilletons du siècle dernier : Fantomas, Arsène Lupin...

Mais elle se garde bien de répondre... La futée accepte les interviews, mais digresse, bifurgue, prend
la tengante et le questionneur finit par se décourager...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Sam 9 Juil 2011 - 15:24

L’armée furieuse
Une première enquête, un meurtre à la mie de pain, qui permet de situer le commissaire Adamsberg, ses méthodes, son attitude en repli mais aussi son esprit épars à qui rien n’échappe vraiment. Tout affleure, il faut juste trier.
Puis l’apparition d’un femme qui vient lui confier ses soucis, ses tracas, sans que le lecteur ne puisse établir de hiérarchie dans ceux-ci. On retient juste que l'armée furieuse, celle du seigneur Hellequin est réapparue sur le chemin de Bonneval. Le commissaire Adamsberg a du mal à s’y intéresser. Il faudra l’inquiétude de Danglard pour qu’il s’y penche dessus, puis qu’il se fasse happer tout entier. Il ira sur le chemin, au point de délaisser, semble-t-il une autre enquête qui met en scène les milieux économiques du pays et où un pauvre bougre semble désigné pour faire le coupable. Mais l’armée furieuse l’accapare, il est comme ça le commissaire, il sent qu’il ne doit pas délaisser cette enquête, que tout se tient. Il sent plus qu’il ne sait ; son ressenti affleure aux moments les moins appropriés. Il suit des chemins de traverse, observe les vaches normandes pour voir si elles bougent ou si elles restent immobiles, taches inutiles dans la verdure normande. Il rencontre celle qui a vu l’armée, Lina. La croit-il ? On ne sait pas vraiment. Par contre, on sait qu’il a envie de manger sa poitrine, qu’elle lui rappelle un kouglof au miel droit sorti d’on ne sait où.
Le commissaire Adamsberg va mener ses enquêtes, à son rythme, se perdant dans d’improbables chemins, se sentant agressé par les morceaux de sucre, trop de sucre, beaucoup trop. Et pas assez de mouvement chez les vaches. L’intrigue flirte avec le fantastique, mais encore une fois, c’est bien une affaire humaine, terriblement humaine - quand la folie et la médiocrité se croisent - à laquelle est confrontée le commissaire. On y croit, ou pas. On peut trouver ça ronflant, comme le dit Bixx. On peut aussi adopter l’attitude d’ Adamsberg et se laisser porter, pelletant les nuages pour finalement retomber sur terre et s’apercevoir que les vaches bougent. Et tout le reste avec elles. Sur ce roman, j’ai trouvé ça très réussi, sans temps morts à part ceux imposés par le commissaire lui-même. La famille Vendermot, de la fille Lina, à la poitrine si appétissante au plus jeune au os d’argile est au cœur de l’enquête et donne une impression de futilité tant rien ne semble les toucher, les surprendre....


J'ai relu Un lieu incertain, le précédent roman, qui permet de comprendre certains détails, certaines clés. J'avais oublié ce roman, beaucoup de ses détails et des nouveaux personnages. Il m'a conforté dans l'idée que l'achimie de Vargas est fragile, car ce qui élève "L'armée furieuse" semble plomber Un lieu incertain.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature


Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Mer 27 Juil 2011 - 18:29

C'est avec une vitese pour moi peu habituelle que j'ai avancé dans le nouveau Fred Vargas, "L'armée furieuse", c'est à dire: j'étais sous le charme, comme toujours. En ce qui me concerne je lis ses livres moins pour le coté "Polar" ou même l'intrigue à résoudre, que pour l'extravagance des caractères! Quel bonheur de retrouver les anciens de la brigade, chacun avec sa "spécialité" et ses talents inimitables. Et quoi dire des personnages nouvellement introduits ou repris des épisodes précédentes?
Pour moi moins un frisson qu'un grand divertissement, amusement!

Merci, Madame Vargas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
krys
Sage de la littérature


Messages : 2093
Inscription le : 06/09/2009
Age : 57
Localisation : sud ouest

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 29 Juil 2011 - 20:11

Un grand moment de bonheur pour moi aussi avec L'armée furieuse ! dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FrançoisG
Envolée postale


Messages : 281
Inscription le : 29/09/2009
Localisation : Au calme dans ma maison

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Sam 30 Juil 2011 - 22:48

J'ai lu l'un de ses livres (Sous les vents de Neptune, je crois) et je n'avais pas du tout aimé.

J'avais trouvé le style plat et l'histoire enquiquinante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Mer 24 Aoû 2011 - 10:59

L'armée furieuse semble avoir emportée avec elle tous les avis favorables des lecteurs parfumés ! et j'en suis ! Vargas est une conteuse hors pair, l'aventure outrageusement improbable est délicieuse, l'humour instillé est totalement surréaliste et gondolant, les personnages tip-top... Très très bon cru !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 26 Aoû 2011 - 11:17

J'ai savouré également L'armée furieuse, un très bon Fred Vargas dans la lignée du roman Dans les bois éternels. Le seul à ce jour qui m'a semblé plombant était Un lieu incertain mais j'ai décidé de le relire tout de même, histoire de me remémorer un peu l'histoire de Zerk qui semble devenir un personnage incontournable de la série.
Revenir en haut Aller en bas
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 26 Aoû 2011 - 12:26

sentinelle a écrit:
J'ai savouré également L'armée furieuse, un très bon Fred Vargas dans la lignée du roman Dans les bois éternels. Le seul à ce jour qui m'a semblé plombant était Un lieu incertain mais j'ai décidé de le relire tout de même, histoire de me remémorer un peu l'histoire de Zerk qui semble devenir un personnage incontournable de la série.

C'est ce que j'ai fait après la lecture de l'Armée furieuse. Un lieu incertain n'y gagne pas à la comparaison. "Plombant" est un terme qui lui convient bien.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fred Vargas   Ven 26 Aoû 2011 - 12:30

Mais oui, je m'étais ennuyée à la lecture d'Un lieu incertain (trop lourd, trop de personnages, trop confus, écriture trop serrée bref on manque rapidement d'air) du coup je l'ai survolé et je le regrette un peu. J'espérais aussi que la raison de mon ennui était à rechercher du côté "ce n'était pas le bon moment pour le lire" mais je crains, à te lire, que ma première impression soit tout bonnement confirmée à la deuxième lecture Suspect

Revenir en haut Aller en bas
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Fred Vargas   Jeu 1 Sep 2011 - 21:54

J'ai terminé l'armée furieuse... Plutôt, je me suis jetée dessus dès que je l'ai reçu et........................... un très bon Vargas
Je l’ai attendu et je me suis jetée dessus avec gourmandise. Dans quel bazar Vargas allait-elle nous amener cette fois encore ?

On commence, comme le Petit Poucet, par des miettes de pain, mais quoi, Adamsberg a déjà trouvé le meurtrier, au premier chapitre ???? Patience ma douce, tu ne perds rien pour attendre.
Cela arrive sous les traits d’un petit bout de femme qui arpente le trottoir devant la brigade sans oser y entrer. Les antennes d’Adamsberg se mettent en route.
La voici dans le bureau du commissaire lui débitant son histoire d’armée furieuse, de la Mesnie Hellequin et des meurtres qui y seront rattachés, puisqu’il y aura vraiment des morts puisque sa fille les avait vus. Incroyable, non ?

Par ailleurs, un gros ponte de l’industrie se fait brûler vif dans sa voiture et le coupable désigné est Momo-la-mèche-courte qui, part ailleurs, servira de fil conducteur aux 2 enquêtes.
Adamsberg, en bon flic, ne croit pas à cette thèse et va cacher Momo…. Où ça ???? Et bien… en Normandie, et ainsi, il fera d’une pierre 2 coups !!!!! Intelligent je vous dis cet Adamsberg et si bien entouré par son équipe de bras cassés qui lui est dévouée et accepte de le suivre dans ses méandres stratégiques. La fin ??? Les vilains ne sont pas les méchants et les « gentils » ne le sont pas beaucoup.


Fred Vargas nous raconte un conte policier…. Car qui peut croire à cette armée furieuse. Puis, de pages en pages, vous vous rendez compte que vous avez passé une nuit blanche. Impossible de faire autrement, je le sais ; j’ai essayé, par pure gourmandise, d’en garder pour le lendemain, mais, non mission impossible. Fred Vargas sait manier les mots et nous prend au piège de son commissaire, de sa logique illogique, de sa fausse lenteur, de ses adjoints. A part quelques petits rappels, pas besoin d’avoir lu les précédents livre pour partir avec eux


Notez l’originalité du premier meurtre : le mari étouffe sa femme en lui bourrant la bouche avec de la mie de pain et tous ces petits détails qui attirent l’œil du commissaire, du pur jus Vargassien.

Bref, un très bon Vargas et un grand coup de cœur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fred Vargas   Aujourd'hui à 10:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Fred Vargas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» fred Vargas, affaire Battisti
» L'Armée furieuse - de Fred Vargas
» A bas Fred Farrugia!! (post de râlage)
» yeremi vargas 1 an
» Bon anniversaire FRED !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: