Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Gustave Flaubert

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyLun 1 Juin 2009 - 21:02

Chatperlipopette a écrit:
et dire que je ne l'ai toujours pas lu..."Salambô"
Ce serait sympa d'en faire une lecture commune, non? (histoire de me motiver dentsblanches )

Ah oui, je veux bien le relire!
Là aussi, c'est comme une succession de magnifiques tableaux symbolistes orientalisants. aime
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyLun 1 Juin 2009 - 21:05

Salambô est le premier livre que j'ai pu lire et vraiment apprécier en Français, même si j'avais pas compris tous les mots.
Je l'ai relu tellement de fois, que je le connais presque par coeur. Cela ne collera donc pas pour une lecture commune, mais je suiverai votre progression avec intérêt.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyLun 1 Juin 2009 - 22:03

Salambô je ne l'ai pae lu mais si vous le lisez je m'y mets!!
Ah et j'oubliais une chose que j'aime aussi chez Flaubert c'est son gueuloir!
Pour ça je l'imite avec modestie j'entends!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMar 2 Juin 2009 - 2:28

Je serais aussi partante pour une lecture commune de Salambô. Wink
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMar 2 Juin 2009 - 11:26

Lara a écrit:

Ah et j'oubliais une chose que j'aime aussi chez Flaubert c'est son gueuloir!

Il passe toutes les phrases à l’épreuve du "gueuloir", pour vérifier la justesse de la prose :
"Les phrases mal écrites ne résistent pas à l’épreuve de la lecture à voix haute ; elles oppressent la poitrine, gênent les battements de cœur, et se trouvent ainsi en dehors des conditions de la vie."


Flaubert :
"Je vois assez régulièrement se lever l’aurore (comme présentement), car je pousse ma besogne fort avant dans la nuit, les fenêtres ouvertes, en manches de chemise et gueulant, dans le silence du cabinet, comme un énergumène !"
(Lettre à Madame Brenne, 8 juillet 1876.)
Revenir en haut Aller en bas
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMar 2 Juin 2009 - 16:34

Ah! oui la correspondance de Flaubert cet un régal.
Extrait.
A Ernest Feydeau, Croisset, jeudi soir, 6 août 1857

“Mon Vieux,
(..) Oui, la littérature m’embête au suprême degré ! Mais ce n’est pas ma faute. Elle est devenue chez moi une vérole constitutionnelle; il n’y a pas moyen de s’en débarrasser ! Je suis abruti d’art et d’esthétique et il m’est impossible de vivre un jour sans gratter cette incurable plaie, qui me ronge.
(..) J’ai en moi, et très net, il me semble, un idéal (pardon du mot), un idéal de style, dont la poursuite me fait haleter sans trêve. Aussi le désespoir est mon état normal. Il faut une violente distraction pour m’en sortir. Et puis, je ne suis pas naturellement gai. Bas-bouffon et obscène tant que tu voudras, mais lugubre nonobstant. Bref, la vie m’emmerde cordialement, voilà ma profession de foi.”
Revenir en haut Aller en bas
bulle
Zen littéraire
bulle

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 62
Localisation : Quelque part!

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptySam 20 Juin 2009 - 19:44

Grâce aux livres audio, j'écoute " FLaubert" tout en nettoyant la maison.
Je découvre cet auteur. Je le lirai aussi sur papier.
Revenir en haut Aller en bas
bulle
Zen littéraire
bulle

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 62
Localisation : Quelque part!

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMar 21 Juil 2009 - 13:59

Comme Gustave Flaubert,
est en nominations au vote, et en avance par surcroit.
J'ai déjà en tête ces choix :
Primo:Trois (3) contes
Secondo:Salammbô , qui a reçu de très bons commentaires ici.
Tertio:Correspondance
Quarto: Pour Madame Bovary, Merci Queenie pour le lien Wink
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMar 28 Juil 2009 - 14:06

Salammbô



La première guerre punique, opposant Carthage à Rome touche à sa fin: les mercenaires achetés par Carthage pour faire face à la puissance romaine attendent leur solde promise dans les jardins d'Hamilcar. La luxuriance des mets, des vins, de la vaisselle, des meubles et des jardins exacerbent l'impatience des soldats, rendus oisifs par l'inactivité et sujets aux sautes d'humeurs....le drame lentement s'annonce, la sauvagerie des instincts primaires inexorablement chemine vers son paroxisme, chemine vers le dénouement qui voit un festin s'achever en massacre des jardins, des lions et des éléphants d'Hamilcar. C'est alors qu'apparaît, au milieu du déchaînement des passions, la sublime, la merveilleuse, la belle et sensuelle Salammbô, fille d'Hamilcar. Mâtho, un jeune mercenaire barbare, en tombe immédiatement amoureux et ne souhaite qu'une chose: la posséder! mais comment accéder aux doux délices de l'amour? Spendius, un esclave grec d'Hamilcar Barca, qui a choisi de s'affranchir seul du joug de la servitude, vouant une haine farouche aux richesses, à la culture, à la puissance carthaginoise, lui sussurre de dérober le voile de Tanit, déesse lunaire protectrice de Carthage, afin d'affaiblir et vaincre la ville abhorrée.
Les soldats barbares, lassés d'attendre le bon vouloir des Riches et des Suffètes de Carthage, décident d'assiéger la ville afin d'obtenir compensation. De ruses en promesses, les carthaginois parviennent à s'en débarasser mais pour peu de temps: la colère des barbares, exacerbée par la rouerie et l'hypocrisie, encouragés par le vol du voile de Tanit, la haine de Spendius et l'absence d'Hamilcar, les incite à revenir assiéger Carthage jusqu'à ce qu'elle rende gorge. Hannon, le vieux rival d'Hamilcar, se lance dans la bataille afin d'écarter les mercenaires assoiffés de sang et de vengeance. Las, l'attaque tourne court, échoue lamentablement par suffisance et mépris envers les barbares qui reprennent l'avantage et décuplent de furie. Carthage est à nouveau en danger....enfin arrive Hamilcar, Suffète et fin stratège aimé et détesté à la fois pour son charisme et ses capacités militaires. Une série de batailles commence, plus terrifiantes les unes que les autres, pendant lesquelles machines de guerre effroyables, sauvagerie, haine et déchaînement épuisent les hommes, misérables fétus au coeur d'un combat électrique.
Carthage est proche de l'abîme, Carthage sombre dans le désespoir: le voile de Tanit a disparu! Salammbô, sous la coupe du prêtre Schahabarim, se dévoue pour aller dans le camp des barbares, récupérer le précieux voile. Schahabarim la conditionne pour qu'elle se donne à Mâtho, ce qu'elle fait dans un état second, entre désir et haine, entre souffrance et plaisir intense. Au petit matin, Mâtho s'aperçoit de la fuite de Salammbô et de la disparition du voile. Une autre bataille s'engage, le vent tourne pour les troupes encerclées d'Hamilcar: la percée salvatrice s'opère, le retrait dans Carthage s'effectue mais Mâtho, enivré de désespoir et de haine passionnée, avec l'aide de Spendius, détruit une partie de l'aqueduc pourvoyeur d'eau: Carthage va-t-elle plier? C'est sans compter avec les prêtres du culte de Moloch qui estime nécessaire un sacrifice d'enfants carthaginois, notamment ceux des familles des Riches et des Suffètes (Oh, comme Hamilcar tremble pour son précieux Hannibal!), afin de faire tomber la pluie. Le sacrifice ayant apaisé le dieu, un regain d'espoir envahi la ville et Hamilcar décide, dans un ultime effort et une dernière ruse, de fourvoyer l'armée des barbares, afin de la réduire définitivement, dans une course mortifère à travers la plaine désertique et les montagnes.
Et Salammbô dans tout cela? Jeune fille d'une beauté à couper le souffle, symbole d'une féminité exacerbée, Salammbô est l'image sacrée du principe féminin, la clé du monde de l'inconscient, celui de tous les désirs, de toutes les passions. Elle est également une image de la contradiction: elle n'aime pas Mâtho, elle le hait même, et pourtant lorsqu'elle s'offre à lui elle ne peut que se laisser emporter par les vagues intenses du plaisir, la chair et ses mystères instillent un amour inconscient, celui de la féminité épanouie, fertile, qui ne supportera pas la mise à mort du barbare.
Comment résister à la première phrase du roman: "C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar". Flaubert a durement planché sur cette phrase d'ouverture pour atteindre une perfection de style et d'accroche: quelques mots et déjà tout un monde de couleurs, de saveurs, d'exotisme promis....Rien que pour cette phrase, Salammbô vaut le détour. Elle n'a l'air de rien comme ça mais lorsqu'on se la met bien en bouche, qu'on la lit et relit l'essence même du romanesque transpire des mots. Le premier chapitre est d'un baroque extraordinaire et l'apparition de Salammbô un chef d'oeuvre! La belle, la cultivée, la sublime au-dessus d'une mêlée avinée, avide d'or, de chair et de sang, la sauvagerie d'une soldatesque errante est palpable, la barbarie d'une tour de Babel militaire donne des frissons et attise l'envie de tourner les pages! On remarque d'emblée que l'altérité culturelle est pointée: autant de caractères et de coutumes mêlés par le grand hasard des conflits portés aux confins du monde. La mosaïque de peuples, de traditions, de modes de vie, du monde antique vue par le prisme d'un écrivain européen d'une grande culture, est un véritable tableau foisonnant et d'une sauvage beauté. Flaubert peint avec justesse la richesse espérée et les espoirs déçus: Carthage, la belle, est certes riche mais pas à l'envi; la détresse des habitants ne sachant comment agir sans provoquer la colère des troupes étrangères, ces Barbares que l'on ne comprend et qui ne comprennent pas Carthage. En peu de mots, Flaubert met en scène un spectacle étourdissant où les couleurs, les odeurs, les zones de lumières et d'ombre, les cris, la poussière, la chaleur étouffante, le bruit métallique des armes qui s'entrechoquent, ne peuvent que saisir le lecteur du XIXè comme celui du XXIè! On s'y croirait, on y est, on est au coeur des batailles, on entend les gémissements, les ahanements, les râles et les soupirs. Parfois d'ailleurs, le lecteur en a la tête qui tourne, proche de la nausée mais toujours fasciné par la beauté baroque et violente d'une Carthage violentée par les mercenaires.
Avec un sens évident du sensationnel, du grand spectacle, Flaubert décrit, avec un plaisir et une volupté évidents, les peuples composant les cohortes de barbares: c'est Babel qui vient à Carthage, c'est la multitude de l'altérité qui se déverse sur les peurs primaires d'une civilisation construite sur les ruines fumantes des peuples soumis. Entre réalisme et grotesque (dans l'excès descriptif), le lecteur voit défiler sous ses yeux un monde antique venu des limites du connu et apportant les promesses d'un inconnu fascinant qui suscitera moult convoitises.
Salammbô est une oeuvre magistrale, fascinante tant par la beauté de l'écriture flaubertienne que par la violence qui s'en dégage à chaque mot: la guerre et son cortège d'horreurs et de souffrances sont décrits minutieusement, paysages déments d'une folie rougeoyante. C'est une débauche de couleurs raffinées, d'odeurs et de bruits. La scène de crucifiction des lions, symboles de la force militaire et du rayonnement culturel de Carthage, est un morceau d'anthologie, parmi beaucoup d'autres! Flaubert gorge son lecteur d'une myriade de sensations, de couleurs, de raffinements dans la cruauté jusqu'au plongeon écoeurant dans la noirceaur de l'âme humaine qu'il souhaitait montrer: la bassesse, l'avidité inextinguible des richesses de l'autre, la méchanceté, la vilenie, l'orgueil (le terrible orgueil d'Hannon qui failli perdre Carthage) ou la lâcheté. Tout l'éventail des pulsions humaines est exposé sous le soleil écrasant des plaines carthaginoises....un spectacle technicolor réalisé grâce au pouvoir évocateur des mots justement choisis et assemblés avec grand art!
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
Lucretius
Envolée postale


Messages : 138
Inscription le : 19/01/2009

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptySam 1 Aoû 2009 - 22:54

Pour ma part, j'ai un souvenir extraordinaire de la Tentation de saint Antoine ; les hallucinations du saint sont rendues avec une force visuelle incroyable, sans parler de ses tourments intérieurs... peut être l'oeuvre de Flaubert que j'ai le plus passionnément aimée.
Revenir en haut Aller en bas
http://interlibros.over-blog.com/
isabus2
Espoir postal
isabus2

Messages : 47
Inscription le : 18/07/2009
Localisation : Moselle

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMer 12 Aoû 2009 - 11:21

Ayant lu bon nombre des commentaires, je vais tenter de lire Salammbô, j'ai déjà essayé, L'éducation sentimentale, Madame Bovary, et Un coeur simple, je n'accroche pas à Flaubert, je sens que je vais me faire huer affraid , je pose le livre dès le premier chapitre. Difficile de dire ce qui me déplait car le XIXème siècle est une époque passionnante, pleine d'innovations, d'esprits novateurs...Ainsi, je vais entamer cette lecture en gardant à l'esprit la flamme de Chatperlipopette.
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMer 12 Aoû 2009 - 11:33

isabus2 a écrit:
Ayant lu bon nombre des commentaires, je vais tenter de lire Salammbô, j'ai déjà essayé, L'éducation sentimentale, Madame Bovary, et Un coeur simple, je n'accroche pas à Flaubert, je sens que je vais me faire huer affraid , je pose le livre dès le premier chapitre. Difficile de dire ce qui me déplait car le XIXème siècle est une époque passionnante, pleine d'innovations, d'esprits novateurs...Ainsi, je vais entamer cette lecture en gardant à l'esprit la flamme de Chatperlipopette.
Tu ne vas pas te faire huer, non (on n'est pas comme ça, ici !)...
Il y a des livres sur lesquels on accroche, et d'autres non. Et ça dépend des circonstances... et en plus, on évolue ! Il y a un temps pour tout.
Madame Bovary m'aurait profondément ennuyé il y a quelques années ; or, cette année, je l'ai trouvé plus qu'excellent, et très drôle. C'était le bon moment, sans doute.
Tu peux tenter Salammbô, oui ; c'est vraiment très différent de Madame Bovary ou d'Un Coeur Simple. Là, peut-être y accrocheras-tu... Sinon, ça viendra peut-être un jour !
Il y a de la pierre, du sang, du sable, de la violence et de la passion dans Salammbô...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: an   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMer 12 Aoû 2009 - 16:10

Bien d' accord. On relit un texte et on peut l' aimer si on le détestait ou
s' il vous ennuyait.
Et vice versa.
Nous changeons... le texte non.
C' est pour cela que j' aime les relectures et que je reste partagé entre connaitre des auteurs que je ne connais pas et relire ceux que j' ai beaucoup aimés.
Ou que j' ai manqué.
Manque seulement le temps... jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyMer 12 Aoû 2009 - 19:03

Oui Isabus, Salammbô est vraiment différent des autres écrits de Flaubert, et en plus ce n'est pas très long donc pourquoi ne pas tenter l'expérience sourire

Et même si tu n'as pas aimé la lecture de "Un coeur simple", peut être que tu succombera avec cela :

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 41ns6c10

Sinon, il y a tellement d'autres auteurs ......

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Bibliophile
Envolée postale
Bibliophile

Messages : 299
Inscription le : 09/07/2010
Age : 25
Localisation : 76

flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 EmptyDim 29 Aoû 2010 - 20:24

Ca y est, je me suis acheté Madame Bovary il me tarde de le lire!!
Mais je finis Zola!
!chut!
Revenir en haut Aller en bas
http://bibliophile.skyblog.com
Contenu sponsorisé




flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   flaubert - Gustave Flaubert - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustave Flaubert
Revenir en haut 
Page 3 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Flaubert.
» Le Havre - Rue de l'Épine des Trois Pierres > Gustave Brindeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: