Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Gustave Flaubert

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMer 4 Avr 2012 - 19:22

shanidar a écrit:
eXPie a écrit:
colimasson a écrit:
En fait, j'ai Bouvard et Pécuchet dans ma PAL et celui-ci, ça fait longtemps que j'ai envie de le lire !
C'est un bouquin vraiment singulier (on se demande s'il se fiche de ses personnages ou de ses lecteurs, hé hé !)...
Je l'ai lu il y a quelque temps (j'étais à Nice pour une rencontre Parfumée, tiens, j'ai dû le photographier quelque part dans le coin) mais n'ai jamais trouvé le temps d'en faire un petit commentaire... Mais d'autres l'ont fait tellement mieux que ce que je serais capable, cela ne sert donc pas à grand chose.

pas d'accord du tout ! j'aime beaucoup lire tes commentaires qui soulèvent souvent des questions précises sur l'emploi d'un mot, d'une formule, sur la manière de voir de l'auteur avec des citations pertinentes à l'appui et tout ça avec un petit ton très personnel, un brin désabusé... surtout pas de censure parce que d'autres l'ont fait avant toi !
C'est gentil !
Je tâcherai de faire ça, alors, avec quelques années de retard, mais j'ai toujours mes petites notes... Et, parfois, tant que je n'ai pas écrit ce que je pense d'un livre, j'ai l'impression qu'il me reste dans la tête...
Il faut que je fasse une réforme de ma PAC (Pile A Critiquer).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMer 4 Avr 2012 - 19:54

Sur ce qu' il faut penser de Bouvard et Pécuchet, le débat reste posé. Le texte qu' on a n' est que la première partie d' un livre inachevé et pour lequel Flaubert avait potassé une copieuse documentation. Le sous-titre de l' ouvre se serait intitulé Encyclopédie de la bétise humaine.

Flaubert se moquait il de la fausse érudition encyclopédique et à travers elle, de ses personnages, je ne sais pas, je ne sais plus. J' ai lu ce livre l' année du Bac.
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMer 4 Avr 2012 - 21:24

Vous ne faites qu'attiser ma curiosité...
eXPie, ce serait dommage que tu nous prives d'un de tes beaux commentaires !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
SCOman
Envolée postale
SCOman

Messages : 102
Inscription le : 08/06/2012
Age : 33
Localisation : Tours

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyJeu 23 Aoû 2012 - 10:27

Salammbo


Salammbô est mon oeuvre préférée de Gustave Flaubert, incontestablement elle fait partie des plus grands romans historiques de tous les temps. Flaubert y érige le style littéraire en un véritable art, mêlant la luxueuse profusion de ses descriptions à l’épisme saisissant d’une narration trépidante. Il nous transporte dans l’ancienne Carthage et nous fait miroiter le faste de ses cérémoniaux religieux. Il nous conduit au faîte de ses murailles, pour mieux contempler l’armée des barbares qui, par deux fois, viennent l’assiéger. Il nous conte l’antique Guerre des Mercenaires, en traçant le sillon sanglant des sièges, des batailles et des sacrifices. Mâtho, le chef d’une armée de mercenaires réclamant à Carthage le paiement de sa solde, devient grâce au génie de l’auteur l’incarnation de l’individu happé par les tourbillons du destin et des sentiments. Désirant plus que tout que Salammbô, la fille d’Hamilcar Barca, lui appartienne un jour, son amour fou le conduira aux pires sacrilèges et au déchaînement de forces meurtrières. Il expiera ses fautes lors d’un ultime châtiment.

Flaubert sait comment peindre le tourment des passions les plus sauvages et primaires, c’est pourquoi son récit transpire la violence et la mort, le carnage et la haine. Il n’a pas son pareil pour décrire le faste d’antiques mausolées ou nous faire contempler la farouche beauté des plateaux nord-africains. Utilisant un langage de spécialiste, il convoque toutes les tribus de l’antiquité pour nous offrir un panorama époustouflant de leurs traits les plus remarquables, de leurs coutumes et de leurs rites. Sans jamais abrutir le lecteur sous la multitude de ses savantes connaissances, il démontre avec Salammbô que le récit peur parfois s’accorder avec le travail de d’historien le plus exigeant qui soit. Ce sont plusieurs années d’études, de voyages et de recherches qui lui permirent de ressusciter sous les yeux ébahis du lecteur le panthéon des dieux carthaginois, le grouillement des peuplades méditerranéennes et les rivalités politiques de l’époque. Les tactiques et stratégies d’Hamilcar pour achever une guerre d’usure annonce la grandeur d’un fils caché, cet Hannibal qui fera vaciller Rome de son piédestal. Sa fille Salammbô, personnage à la fois romantique et tragique, se dresse comme une allégorie surréaliste incarnant tous les fantasmes : celui du pouvoir, de la beauté, de la richesse, de la préscience… Au fil des pages on assiste au crescendo inéluctable des plus folles passions, dont les deux exutoires s’avèrent être la barbarie et le fanatisme religieux. Ce livre est presque un paradoxe en soi, tant la cruauté des violences et la peinture des plus effroyables tortures tranchent avec une si belle prose. Comme l'a dit Théophile Gautier en son temps "Salammbô : ce n'est pas un livre d'histoire, ce n'est pas un roman, c'est un poème épique !"
Revenir en haut Aller en bas
http://leslecturesdares.over-blog.com
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyJeu 23 Aoû 2012 - 19:37

Ce texte de Flaubert m'effraie un peu à cause du côté exotique fantasmé et enjolivé... Je pense que c'est celui que je lirais en dernier.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyJeu 23 Aoû 2012 - 19:49

colimasson a écrit:
Ce texte de Flaubert m'effraie un peu à cause du côté exotique fantasmé et enjolivé... Je pense que c'est celui que je lirais en dernier.
Ça passe vraiment très bien, pour employer un euphémisme.
Je suis près de détester le pompiérisme en peinture ; et j'ai toujours une plus ou moins petite réticence devant les Delacroix ; mais le Salammbô de Flaubert, c'est autre chose !

Comme l'écrit SCOman, il a ressuscité un monde grouillant, bariolé ; et peut-être même mieux : il l'a créé.
C'est très fort et magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyJeu 23 Aoû 2012 - 20:00

Par contre, le pompiérisme en peinture ça passe très bien chez moi... dentsblanches
Avec Flaubert aussi, peut-être ? Après tout, il ne m'a encore jamais déçue jusqu'à présent (mais il n'empêche, je garde Salammbô pour la fin)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyJeu 23 Aoû 2012 - 22:43

Tu sais, le roman historique était un genre considéré comme important à l'époque, et Flaubert s'est énormément documenté pour écrire son livre, il s'est même rendu sur place. Sans oublier qu'à l'époque, le latin et les auteurs latins était une part importante de l'enseignement secondaire, il connaissait donc la version de la partie adverse parfaitement. Donc le roman n'est pas qu'imagination fantasmée, et romanesque. Même si c'est assez chargée, cela correspond aussi à une réalité. Et certains portraits de personnages sont vraiment fouillés, des mécanismes sociaux décrits. Sans parler de l'écriture.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyVen 24 Aoû 2012 - 0:23

Pas relu Salaambo et ça me fait un peu peur. Je n' aime pas les romans historiques sauf Dumas et Tolstoi... C' est un peu le peplum de Flaubert... Il y en a eu de très bons au ciné, Spartacus, par exemple ou Cléopatre de Mankiewicz...
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyVen 24 Aoû 2012 - 7:16

bix229 a écrit:
Pas relu Salaambo et ça me fait un peu peur. Je n' aime pas les romans historiques sauf Dumas et Tolstoi... C' est un peu le peplum de Flaubert... Il y en a eu de très bons au ciné, Spartacus, par exemple ou Cléopatre de Mankiewicz...

Oui, le peplum de Flaubert !

J'imagine parfois que sa plume dérape, et dans un paragraphe Mme Bovary se retrouve dans Salammbô ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
willself
Espoir postal


Messages : 36
Inscription le : 30/07/2010
Age : 38
Localisation : ailleurs

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMar 11 Sep 2012 - 13:31

Arabella a écrit:
Tu sais, le roman historique était un genre considéré comme important à l'époque, et Flaubert s'est énormément documenté pour écrire son livre, il s'est même rendu sur place. Sans oublier qu'à l'époque, le latin et les auteurs latins était une part importante de l'enseignement secondaire, il connaissait donc la version de la partie adverse parfaitement. Donc le roman n'est pas qu'imagination fantasmée, et romanesque. Même si c'est assez chargée, cela correspond aussi à une réalité. Et certains portraits de personnages sont vraiment fouillés, des mécanismes sociaux décrits. Sans parler de l'écriture.

Très juste. Avec ce roman Flaubert a aussi voulu laisser libre cours à ses penchants lyriques, qu´il avait si difficilement réfrénés pour rédiger Bovary. Pourtant, il est parvenu à donner une représentation assez fidèle de l´époque, et on peut en dire autant de La Légende de Saint Julien l'Hospitalier. Beaucoup plus, en réalité, que les historiens.
Revenir en haut Aller en bas
willself
Espoir postal


Messages : 36
Inscription le : 30/07/2010
Age : 38
Localisation : ailleurs

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMar 11 Sep 2012 - 13:34

Je comprends qu´il puisse déplaire, qu´on juge ses oeuvres ennuyeuses.

En revanche, c´était tout sauf un homme cruel. On peut même dire qu´il a réservé toute sa dureté à ses romans. Voici ce qu´écrit Maupassant à son propos :

Sa naïveté se continua jusqu'à ses derniers jours. Cet observateur si pénétrant et si subtil semblait ne voir la vie avec lucidité que de loin. Dès qu'il y touchait, dès qu'il s'agissait de ses voisins immédiats, on eût dit qu'un voile couvrait ses yeux. Son extrême droiture native, sa bonne foi inébranlable, la générosité de toutes ses émotions, de toutes les impulsions de son âme, sont les causes indubitables de cette naïveté persévérante. Il vécut à côté du monde et non dedans. Mieux placé pour observer, il n'avait point la sensation nette des contacts.
Revenir en haut Aller en bas
willself
Espoir postal


Messages : 36
Inscription le : 30/07/2010
Age : 38
Localisation : ailleurs

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMar 11 Sep 2012 - 13:55

bix229 a écrit:
Sur ce qu' il faut penser de Bouvard et Pécuchet, le débat reste posé. Le texte qu' on a n' est que la première partie d' un livre inachevé et pour lequel Flaubert avait potassé une copieuse documentation. Le sous-titre de l' ouvre se serait intitulé Encyclopédie de la bétise humaine.

Flaubert se moquait il de la fausse érudition encyclopédique et à travers elle, de ses personnages, je ne sais pas, je ne sais plus. J' ai lu ce livre l' année du Bac.


Ici aussi, il y a un malentendu. S´il y a bien quelqu´un dont il se moque dans cette oeuvre, c´est lui-même, qui possédait au plus haut point la volonté de savoir. Or, notre condition nous interdit toute conclusion sur le monde, nous-mêmes, l´avenir, malgré la somme de connaissances amassées au fil des siècles. De quoi aussi remettre en cause tous les grands discours politiques, de quelque bord qu´ils proviennent (cf. "la lourde charretée des écrivains socialistes"). En pleine période scientiste, où la science paraissait pouvoir tout résoudre, voilà un acte de dissidence bien plus radical que, au hasard, celui des Pussy Riot.

Bouvard et Pécuchet ont bien du mérite, et on sent que l´auteur a beaucoup de sympathie pour eux, mais leur tentative est nécessairement vouée á l´échec. Non parce qu´ils sont bêtes ou simplistes, mais parce qu´ils sont humains. Sans doute auraient-ils pu s´écrier, dans une hypothétique scène finale, qu´il faut cultiver son jardin.
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMar 11 Sep 2012 - 15:42

Tu as sans doute raison. Mais c' est vrai qu' on essaye toujours de savoir ce qu' a voulu dire un auteur et surtout dans le cas d' un livre inachevé comme Bouvard et Pécuchet...
Ceci dit, ce fil m' a fait chercher le livre dans ma bibliothèque... Ce qui veut dire que je vais le relire !
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 EmptyMar 12 Fév 2013 - 19:42

"Pour vivre, je ne dis pas heureux (ce but est une illusion funeste), mais tranquille, il faut se créer en dehors de l' existence visible, commune et générale à tous, une autre existence interne et inaccessible à ce qui entre dans le domaine du contingent."

Flaubert : Correspondance, 1846
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Gustave Flaubert - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Gustave Flaubert - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustave Flaubert
Revenir en haut 
Page 7 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Flaubert.
» Le Havre - Rue de l'Épine des Trois Pierres > Gustave Brindeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: