Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Vladimir Nabokov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Lun 19 Aoû 2013 - 19:25

shanidar a écrit:
Au passage, j'ai vu récemment Lolita de Kubrick et quelle déception ! Le scénario (pour cause de censure) a tellement épuré le livre que tout cela donne une histoire d'une platitude et d'une lenteur qui m'a plongée dans une profonde léthargie ! (à peine émoustillée par la performance du toujours excellent Peter Sellers).
Ah mince, j'ai envie de le revoir depuis un moment parce que j'ai totalement oublié ma première séance mais ce que tu dis me laisse présager un revisionnage douloureux. Je note précieusement la nécessité de le voir avant de lire le livre.

Et j'espère que je serai aussi enthousiaste que toi au sujet de mes lectures de Nabokov.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Lun 19 Aoû 2013 - 21:07

shanidar a écrit:
J'aime beaucoup Nabokov, sous des allures presque trop simples, il cache une très grande sensibilité et une remarquable manière de raconter des histoires et de décrire ses personnages, des personnages qui ne sont jamais vraiment remarquables d'ailleurs, mais qui finissent par être inoubliables.
Il a quand même écrit pas mal de livres qui n'ont pas l'air simple, je crois... (Ada, par exemple... j'ai été enseveli - certes avec plaisir - sous des allusions dont je n'ai pas compris le quart de la moitié, je crois).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Lun 19 Aoû 2013 - 22:15

Il nous faudra attendre le commentaire de Coli pour nous éclairer (car je n'ai pas encore lu Ada qui se trouve dans ma PAL). Mais ce que tu dis est assez vrai eXPie, Nabokov est capable de décrire des événements simples de manière compliquée et inversement de décrire des réactions complexes avec simplicité ou en tout cas une lisibilité qui m'étonne toujours...

@Heyoka ; tu trouveras peut-être dans le commentaire de Coli sur le film de Kubrick un écho à ta propre vision du film... Je ne suis pas très cinéphile...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekotyn
Envolée postale


Messages : 244
Inscription le : 13/08/2013
Localisation : Entre Rhône et Alpes

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Mar 20 Aoû 2013 - 8:19

Ah ! Ada, quelle merveille.

Mais c'est un de ces livres dont je préfère le souvenir à une relecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Mer 21 Aoû 2013 - 12:46

eXPie a écrit:

Il a quand même écrit pas mal de livres qui n'ont pas l'air simple, je crois... (Ada, par exemple... j'ai été enseveli - certes avec plaisir - sous des allusions dont je n'ai pas compris le quart de la moitié, je crois).
Le quart de la moitié seulement ?
Pour ma part, c'est la portion que j'ai vraiment comprise...

shanidar a écrit:
Il nous faudra attendre le commentaire de Coli pour nous éclairer (car je n'ai pas encore lu Ada qui se trouve dans ma PAL). Mais ce que tu dis est assez vrai eXPie, Nabokov est capable de décrire des événements simples de manière compliquée et inversement de décrire des réactions complexes avec simplicité ou en tout cas une lisibilité qui m'étonne toujours...
Justement, je laisse reposer Ada un bon moment avant de revenir y grappiller des pages...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Mer 21 Aoû 2013 - 19:56

colimasson a écrit:
eXPie a écrit:

Il a quand même écrit pas mal de livres qui n'ont pas l'air simple, je crois... (Ada, par exemple... j'ai été enseveli - certes avec plaisir - sous des allusions dont je n'ai pas compris le quart de la moitié, je crois).
Le quart de la moitié seulement ?
Pour ma part, c'est la portion que j'ai vraiment comprise...
C'est que ma lecture remonte à loin... A peu près 20 ans... (tempus fugit).

Je me dis qu'un jour, je le relirai. Par exemple si l'édition de la Pléiade propose un bon appareil critique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Jeu 22 Aoû 2013 - 22:35

De Nabokov je garde un souvenir puissant du roman "Feu Pâle", et l'impression d'avoir dégusté une inestimable et succulente friandise rare avec le recueil de nouvelles "Détails d'un coucher de soleil".
Mais ces lectures sont trop éloignées dans le temps pour que je puisse vous en parler aujourd'hui, il faudrait que je les en-tête sur une LAR (liste à relire).

Je viens de me régaler avec La Vénitienne et autres nouvelles, publication pourtant passablement hétéroclite.



Donc ces nouvelles sont parues sans être destinées à être un jour assemblées ensemble, et composées dans les années vingt, la majorité en Russe et deux en anglais:

En russe

   Le Lutin (Niéjit, 1921)
   Un Coup d'Aile (Oudar kryla, 1923-24)
   Bruits (Zvouki, 1923-24 *inédite)
   Ici on parle russe (Govoriat po-rousski, 1923-24 *inédite)
   Les Dieux (Bogi, 1923-24)
   La Vengeance (Miest, 1923-24)
   Bonté (Blagost, 1923-24)
   Le Port (Port, 1923-24)
   La Bagarre (Draka, 1923-24)
   La Vénitienne (Venetsianka, 1923-24 *inédite)
   Le Dragon (Drakon, 1923-24 *inédite)
   Le Rasoir (Britva, 1923-24)
   Un Conte de Noël (Rojdestvienski rasskaz', 1928)
   Pluie de Pâques (Paskhal' nïi dojd, 1923-24)

En anglais

   Le Rire et les Rêves (Laughter and Dreams, 1923)
   Bois laqué (Painted Wood, 1923)

On est toujours sur le fil du réalisme et du réalisme magique, et on passe subrepticement de l'autre côté du miroir, parfois en s'en apercevant à peine, tant on vogue sur cette écriture chatoyante et raffinée, sachant rester concise et claire.

Un coup d'aile est un joyau givré, l'apparition, comme l'envol, et leur traduction en littérature y sont bien joliment traités. Un Nabokov "Grand Blanc", tout en maîtrise.
Bruits juxtapose une petite intrigue à une belle ambiance. Raffiné.
Ici on parle Russe est une invraisemblance emportant pourtant notre adhésion. Nouvelle presque bouffonnante, ou du moins qui aurait pu l'être si l'auteur en avait décidé ainsi.
Bonté, Le port, Le rasoir, La bagarre, et même Le dragon, sont de courts textes d'atmosphère, mention particulière pour Le port.
Je n'ai pas aimé La vengeance. Le drame latent, dans Les Dieux, est superbement amené avant d'être révélé au final. Vraiment de la belle ouvrage de novelliste !
Voici les dernières lignes de La bagarre, conclusives donc de cette nouvelle, mais plus que tout illustratives de l'ensemble du recueil, symptomatiques:
Nabokov, La bagarre a écrit:
 Je ne veux pas savoir qui est coupable et qui a raison dans cette histoire. On aurait pu la tourner tout à fait différemment, raconter avec sympathie comment, à cause de quelques sous, un bonheur avait été outragé, comment Emma avait pleuré toute la nuit et, après s'être réveillée le matin, avait vu de nouveau -en rêve- son père devenu féroce briser son amant. Mais peut-être ne s'agit-il pas du tout des souffrances et des joies humaines, mais d'un jeu d'ombres et de lumière sur un corps vivant, de l'harmonie des détails insignifiants réunis aujourd'hui, réunis maintenant de façon unique et inimitable.
Oui - un jeu d'ombres et de lumière sur un corps vivant, de l'harmonie des détails insignifiants réunis... Auteur subtil, délicat, élégant que Nabokov.
C'est d'ailleurs dans cette disposition d'esprit-là que vous dégusterez la nouvelle donnant son titre au livre, La Vénitienne, le tableau de Sebastiano del Piombo (voir illustration ci-dessus) non loin des yeux. Les faux-semblants, les pistes évidentes vites refermées, et tout le nuancier, toute la palette nabokovienne s'y concentrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Jeu 22 Aoû 2013 - 22:45

Merci Sigismond pour ces impressions de lecture, 'raffiné et élégant' me semblent parfaitement trouvé pour parler de Nabokov et un brin roublard aussi !
Du coup, je pense que ce recueil fera partie de mes très prochaines lectures bonjour 

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Mar 27 Aoû 2013 - 7:48

J'entreprends lentement ma connaissance du personnage Nabokov. Je viens de terminer la lecture de Nabokov ou La tentation française, de Maurice Couturier. C'est un ouvrage qui est, à mon sens, assez essentiel dans la genèse de la démarche de l'écrivain d'origine russe. Il s'en sera fallu de peu pour que Nabokov écrive en français. Il avait même de tels dons pour trouver des formules assez poétiques en français.

Maurice Couturier peut être considéré comme un spécialiste de longue date de l'oeuvre de Vladimir Nabokov. Il fut le traducteur d'une partie de ses livres lors de la recension des écrits de la sélection retenue dans l'édition Pléiade. Il a fait des études doctorales sur l'oeuvre de Nabokov. Couturier déplorait d'ailleurs que les écrivains français connaissaient mal Nabokov lors de l'époque de Lolita et retenaient surtout les critiques «gratuites» faites par la garde rapprochée de Jean-Paul Sartre. Nabokov eut d'ailleurs maille à partir quand il descendit en flammes l'auteur de La Nausée et ses conceptions existentialistes.

Sous bien des aspects, Nabokov était un fervent amateur de littérature française. Je vous laisse le découvrir au cours de vos lectures à venir. Retenons pour les besoins de la démonstration que Nabokov s'est largement inspiré des Flaubert et Proust dans la genèse de ses plus grands succès littéraires. Féru connaisseur des grands auteurs comme ceux de deuxième zone, Nabokov était en outre un critique assez impitoyable. Nous pouvons passer en revue ses nombreuses détestations d'auteurs - nous pouvons compter Dostoïevski, Sartre, Malraux et compagnie. Disons qu'à tout le moins, Nabokov était un styliste exigeant.

Au tout début de sa jeune vie, Nabokov eut la chance de compter sur une gouvernante qui s'exprimait en français. Elle faisait la lecture chez les Nabokov. C'est ainsi qu'il a pu se familiariser avec les grands classiques de la littérature française. Ce lien si particulier avec la mémoire de sa jeunesse n'est pas sans compter sur certaines prépositions contradictoires qui ont pu l'influencer dans ses choix éventuels.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekotyn
Envolée postale


Messages : 244
Inscription le : 13/08/2013
Localisation : Entre Rhône et Alpes

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Mar 27 Aoû 2013 - 8:31

jack-hubert bukowski a écrit:
Nous pouvons passer en revue ses nombreuses détestations d'auteurs - nous pouvons compter Dostoïevski, Sartre, Malraux et compagnie.
C'est quelque chose que je ne savais pas et qui me réjouit. sourire 
Et qui pourraient être les "et compagnie" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Mar 27 Aoû 2013 - 9:02

Sekotyn a écrit:
jack-hubert bukowski a écrit:
Nous pouvons passer en revue ses nombreuses détestations d'auteurs - nous pouvons compter Dostoïevski, Sartre, Malraux et compagnie.
C'est quelque chose que je ne savais pas et qui me réjouit. sourire 
Et qui pourraient être les "et compagnie" ?
Un bon nombre d'auteurs peut être inclus à ce titre. Nabokov se faisait un point d'honneur d'être impitoyable dans ses appréciations et critiques. Je n'ai pas encore le bagage de connaissances pour en juger.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Lun 2 Fév 2015 - 17:35

Merci à toi Invité d'avoir insisté et de nous livrer ce beau commentaire !

C'est un recueil disparate, je ne savais trop ce que tu allais en penser, j'espère que tu ne m'as pas trop maudit durant les pages qui t'indifféraient.

Il s'agit, en quelque sorte, d'une compilation de ses inédits de jeune écrivain et, bien d'accord avec toi, inégal est un qualificatif que j'applique aussi.
Nabokov est moins connu comme nouvelliste que comme romancier, de surcroît "Détails d'un coucher de soleil" n'est pas compté parmi ses principaux succès de nouvelliste, et pourtant ça vaut la peine: et d'ailleurs je suis sûr que tu as donné envie.


Pour le "descriptif", je ne sais pas si tu l'avais en notes dans l'édition dont tu disposais, mais Nabokov précise, à propos de la nouvelle éponyme à l'ouvrage:
Citation :
Je lui ai donnée maintenant un nouveau titre qui a le triple avantage de correspondre à l'arrière-plan thématique de l'histoire, d'intriguer à coup sûr les lecteurs qui "sautent les descriptions" et d'agacer les critiques.
Laughing  Laughing

Maintenant que le temps a pas mal fait son effet -c'est une lecture qui doit dater d'une dizaine d'années-  Une mauvaise journée, mais même Noël ou La sonnette, sont des nouvelles qui me restent assez fraîches en mémoire, c'est curieux ce ne sont pas celles qui m'avaient le plus plu à la lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Mer 4 Fév 2015 - 20:44

Shocked Un livre que je ne pourrais sans doute jamais lire non plus... à moins de sauter tous les passages descriptifs... mais comme ils ont l'air de constituer 80% du bouquin... un livre que je ne pourrais donc sans doute jamais lire...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Dolores Haze
Espoir postal
avatar

Messages : 23
Inscription le : 22/04/2015

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Dim 10 Mai 2015 - 18:24

Pour le plaisir, je vous poste le petit système de sagesse d'Ada enfant :

"La vie de l’être humain se décomposait en un certain nombre d’éléments ou choses classifiées et hiérarchisées : les choses "vraies" peu fréquentes et d’un prix inestimable, les simples "choses" qui formaient le tissu banal et commun de l’existence, et les choses" fantômes" ou "brouillards", comme la fièvre, les maux de dents, les atroces déceptions ou la mort. Trois ou quatre choses formaient une "tour" lorsqu’elles survenaient simultanément, un "pont" lorsqu’elles se succédaient de façon immédiate, Les "vraies tours" et les "vrais ponts" étaient les joies de la vie ; quand par surcroît les "tours" se présentaient en série, alors on accédait à la félicité suprême ; mais cela n’arrivait presque jamais. Dans certaines circonstances et sous certains éclairages une "chose" neutre pouvait paraître ou même devenir en effet "chose vraie". Inversement elle pouvait se condenser en "brouillard" fétide. Quand la joie et la sans-joie formaient un mélange (mélange simultané et échelonné sur la pente de la durée), on avait à faire à des "tours ruinées" ou à des "ponts écroulés"."

Ada ou l’ardeur
Edition Folio (page 112)
Nabokov
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nonsensalice.wordpress.com
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   Ven 15 Mai 2015 - 21:57

C'est le genre de passage compliqué qui m'a tenue éloignée d' Ada... elle était compliquée cette petite quand même.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vladimir Nabokov   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vladimir Nabokov
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» INEDIT ET FRAGMENT DE NABOKOV
» [15] Cantal
» avis prenom
» Magasin Luxe At Home
» Arrivée de Vladimir Goutchkov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: