Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hellébore
Posteur en quête
avatar

Messages : 92
Inscription le : 11/02/2008

MessageSujet: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Ven 22 Fév 2008 - 11:36


Mikhaïl Iourievitch Lermontov ( 15 octobre 1814 – 27 juillet 1841) est né à Moscou. Il appartenait à une famille respectable de la province de Tula et a grandi dans le village de Tarkhanui. Sa grand-mère s’est chargée de lui donner une excellente éducation. Il a fréquenté le lycée de Moscou puis l’université et enfin l’école des officiers de la Garde de Saint-Pétersbourg. On l’envoie alors au Caucase comme officier de dragons. Il visite Saint-Pétersbourg en 1838 et 1839, puis est renvoyé au Caucase à la suite d’un duel contre Ernest de Barante, fils de l’ambassadeur français.
Il meurt à 27 ans dans des circonstances étranges.

Sa vie nourrira son œuvre. Son roman le plus connu : Un héros de notre temps.

Voici la Quatrième de couverture :

On a souvent fait d'Un héros de notre temps le premier roman psychologique de la littérature russe. Mais l'analyse y est toujours subordonnée à cette ironie dominante, à ce regard distancié et critique que Petchorine, personnage principal et narrateur, jette sur ses aventures. À juste titre, on y lira les signes d'un certain essoufflement de la sensibilité romantique ; mais on verra aussi en Petchorine l'aîné de ces héros sombres qui peupleront les plus grands textes de Gontcharov, Tourgueniev ou Dostoïevski. À bien des égards, en effet, le court roman de Lermontov, étrange, décousu, fascinant, annonce les romans russes de la deuxième moitié du XIXe siècle

Ce roman me transporte à chaque fois que je le lis mais j'ai bien du mal à le faire lire à mes proches. Nombreux sont ceux qui ont commencé et arrêté ! Il est découpé en plusieurs petites histoires vécues par le même personnage : Petchorine. L'histoire dont je me délecte le plus c'est La princesse Mary. C'est féroce ! Et ce n'est pas sans rappeler l'épisode entre Julien Sorel et Mathilde dans le Rouge et le Noir. Une sorte de torture psychologique, de manipulation.

Je vous le conseille donc !

enthousiaste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Ven 22 Fév 2008 - 11:50

Hellébore a écrit:


Sa vie nourrira son œuvre. Son roman le plus connu : Un héros de notre temps.

Ce roman me transporte à chaque fois que je le lis
enthousiaste

Tu l'as donc lu plusieurs fois?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Ven 22 Fév 2008 - 11:55

je tenterais de le trouver à ma biblio, on sait jamais.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hellébore
Posteur en quête
avatar

Messages : 92
Inscription le : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Ven 22 Fév 2008 - 12:14

coline a écrit:

Tu l'as donc lu plusieurs fois?...

Oui, lu, relu, surligné !!! sourire

Queenie a écrit:
je tenterais de le trouver à ma biblio, on sait jamais.

Bah, c'est un classique, je pense qu'ils l'auront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Dim 6 Sep 2009 - 11:15


La princesse Ligovskoï
Citation :
Présentation de l'éditeur
Georges et Vièrotchka se sont aimés, puis se sont perdus de vue. Lorsqu'ils se retrouvent quelques années plus tard, à Saint-Pétersbourg, il est devenu un jeune officier de la Garde, cynique et un peu cruel ; elle est mariée avec le vieux Prince Ligovskoï. Bien sûr, leurs sentiments ne tardent pas à renaître... Roman inachevé, La Princesse Ligovskoï nous offre une admirable peinture psychologique de deux jeunes mondains, ainsi qu'une brillante évocation du Saint-Pétersbourg de 1830.

Voilà un petit folio à 2€ pour remonter ce fil.
Un livre qui m’a bien changé de mes habitudes de lectures de ces derniers temps : un pays et un siècle que je ne visite que rarement. Mais si c’est bien écrit cela fait plaisir de se retrouver dans une société où les hommes ont pour un oui ou un non une histoire (duel) et où les femmes non mariées à 25 ans peuvent envisager leur sort de rester seule pour le restant de leur vie.. Wink

Encore une fois je félicite cette action de folio qui m’a déjà fait découvrir bon nombre d’auteurs avec leur collection.. en voilà encore un qui m’a donné envie de continuer avec cet auteur.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Sam 27 Nov 2010 - 14:56

La princesse Ligovskoï

kenavo a écrit:

La princesse Ligovskoï
Citation :
Présentation de l'éditeur
Georges et Vièrotchka se sont aimés, puis se sont perdus de vue. Lorsqu'ils se retrouvent quelques années plus tard, à Saint-Pétersbourg, il est devenu un jeune officier de la Garde, cynique et un peu cruel ; elle est mariée avec le vieux Prince Ligovskoï. Bien sûr, leurs sentiments ne tardent pas à renaître... Roman inachevé, La Princesse Ligovskoï nous offre une admirable peinture psychologique de deux jeunes mondains, ainsi qu'une brillante évocation du Saint-Pétersbourg de 1830.

Voilà un petit folio à 2€ pour remonter ce fil.

Eh bien, j’avais justement trouvé cette édition bon marchée et j’ai marché, car je connaissais Lermontov de « Un héros de notre temps » et il ne m’était pas inconnu qu’il est considéré parmi les tout grands auteurs russes du début du 19ième siècle. Il compte parmi les romantiques russes, mais ceci n’a rien de rose chez lui. En fait ce personnage de Georges Petchorine est même sous certains égards antipathiqe : cynique, ironique, écrasant… Mais on devinera au fur des pages que cela peut bien remonter à la fin non-attendue de sa liaison avec Vièrotchka dans leur jeunesse, il y a quelques années. Ils se rencontreront à nouveau et… on verra. Quel dommâge que le roman reste inachevé. On peut tout craindre ou espérer à la fin… Ce qui change rien au plaisir de lecture!

Je reviens aux traits de caractère de Petchorine et je cite Hellebore :

Hellébore a écrit:

On a souvent fait d'Un héros de notre temps le premier roman psychologique de la littérature russe. Mais l'analyse y est toujours subordonnée à cette ironie dominante, à ce regard distancié et critique que Petchorine, personnage principal et narrateur, jette sur ses aventures. À juste titre, on y lira les signes d'un certain essoufflement de la sensibilité romantique ; mais on verra aussi en Petchorine l'aîné de ces héros sombres qui peupleront les plus grands textes de Gontcharov, Tourgueniev ou Dostoïevski.
(...)
Il est découpé en plusieurs petites histoires vécues par le même personnage : Petchorine.

Et nous remarquerons alors que Lermontov utilise dans “Un héros…” (ou dans « La princesse Ligovskoï !) le même personnâge, ou type de personnage. Petchorine me semble alors un Alter Ego de l’auteur ?

Ce qui touche est l’extrême actualité et modernité du langage. Etonnantes remarques distanciées et vraies sur des mouvements intérieurs (qui s’extériorisent).

Je répète ma remarque de l’autre fil qu’il est, à mon avis, dommage et déplacé d’associer à un tel livre une couverture ridicule de poupées russes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Mar 18 Jan 2011 - 20:25

La princesse Ligovskoi

Je rejoins ce que dit Tom Leo de ce livre qui m'a beaucoup plu, plus que celui de l'autre princesse, celle de Clèves, que le hasard m'a fait relire récemment. On découvre ici la Russie mondaine des années 1830 et des descriptions du Saint-Petersbourg dont on rêve, celui de la grande époque... L'analyse psychologique est fine et les reflexions directes au lecteur de Lermontov très amusantes. Un grand plaisir!
bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Mar 18 Jan 2011 - 22:45

C'est un plaisir de lire tes impressions positives, Cachemire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Ven 12 Aoû 2011 - 16:44



De toute évidence, Lermontov ne se sentait pas à l'aise sur la terre, parmi ses semblables. Sa métaphysique sommaire traduisait le dégoût de la vie, l'aspiration vers des félicités supérieures. De l'œuvre de Dieu, seule la partie inhumaine lui était chère. Il méprisait la foule des vivants, mais la nature, avec ses pierres, ses arbres, son ciel, ses eaux, ses bêtes sauvages et libres lui apportait, aux heures de crise, le réconfort dont il avait besoin.Composé dans un mètre iambique à quatre temps, "le Démon", malgré la faiblesse indiscutable du sujet, désarme la critique par l'abondance des images et la sûreté de l'écriture. Ici encore, Lermontov propose à son lecteur un enchantement de style, contre lequel toute résistance est impossible. La raison capitule sous le déferlement des paroles magiques. Henry Troyat "L'étrange destin de Lermontov"

La Belle et le Démon.


Enchantement de style en effet ... c'est bien ce qui m'a complètement séduit dans ce conte oriental que Lermontov a passé son temps à réécrire depuis l'adolescence durant sa courte vie (il en existe donc plusieurs versions). Prenez une demi-heure pour le découvrir sur ce site: Wikisource: "Le Démon" de Lermontov. Vous ne devriez pas le regretter.

Une paysage montagneux de Géorgie, une princesse qui doit se marier, un château majestueux, une petite chapelle, un couvent, la voûte céleste... Un ange déchu mélancolique, et las d'errer pour l'éternité afin de faire le mal, est fasciné par la beauté de Tamara qu'il tente de séduire après avoir provoqué la mort de son prétendant. Elle tente de fuir dans un couvent mais il la poursuit et parvient à ses fins avant qu'un ange gardien n'intervienne...



Bientôt le banni céleste se mit à voler au-dessus du Caucase. Au-dessous de lui, les neiges éternelles du Kazbek scintillaient comme les facettes d'un diamant ; plus bas, dans une obscurité profonde, se tordait le sinueux Darial, semblable aux replis tortueux d'un reptile. Puis le Terek, bondissant comme un lion à la crinière épaisse et hérissée, remplissait l'air de ses rugissements ; les bêtes de la montagne, les oiseaux décrivant leurs orbes dans les hauteurs azurées écoutaient le bruit de ses eaux ; des nuages dorés, venus de lointaines régions méridionales, accompagnaient sa course vers le nord et les masses rocheuses, plongées dans un mystérieux sommeil, inclinaient leurs têtes sur lui et couronnaient les nombreux méandres de ses ondes. Assises sur le roc, les tours des châteaux semblaient regarder à travers les vapeurs et veiller aux portes du Caucase comme des sentinelles géantes placées sous les armes. Toute la création divine était aux alentours, sauvage et imposante ; mais l'ange, plein d'orgueil, embrassa d'un regard dédaigneux l'œuvre de son Dieu et aucune de toutes ces beautés ne vint se refléter sur sa figure hautaine.

L'histoire s'inspire de toute une tradition mettant en scène Satan et notamment le poème Iloa d'Alfred de Vigny (qui vaut également la lecture!). On est rapidement envoûté par ce climat romantique fiévreux, la magie des descriptions de la nature, la noblesse un peu machiavélique de ce démon qui a beaucoup d'allure mais qui a surtout la beauté séductrice du diable. J'ai particulièrement aimé les dialogues entre l'ange déchu et Tamara qui suggèrent en même temps la perception désenchantée de Lermontov sur la nature humaine. Coup de coeur!

Je suis celui que tu écoutais dans le calme des nuits ; celui dont la pensée parlait doucement à ton âme ; celui dont tu voyais l'image dans tes songes et dont tu devinais la tristesse avec peine. Je suis celui qui tue l'espérance dès qu'elle naît dans un cœur. Je suis celui que personne n'aime et que tout être vivant maudit. L'espace et les années ne sont rien pour moi. Je suis le fléau de mes esclaves de la terre : je suis le roi de la science et de la liberté ; je suis l'ennemi des cieux et le mal de la nature et tu vois je suis à tes pieds ! Je t'apporte une humble et douce prière d'amour, ma première souffrance ici-bas et mes premières larmes. Oh ! mais par pitié, écoute, tu pourrais avec une de tes paroles me rendre au bien et me rouvrir les cieux ; resplendissant de ton chaste amour je reparaîtrais là, comme un nouvel ange dans l'éclat nouveau ; mais écoute je t'en supplie, je suis ton esclave et je t'aime ! Dès que je t'ai vue, soudain au fond de moi-même, j'ai détesté l'immortalité et ma puissance et j'ai envié malgré moi les joies incomplètes de la terre. Ne pas vivre comme toi serait une souffrance pour moi, et ce serait affreux que de vivre séparé de toi. Dans mon cœur insensible, une flamme inattendue s'est rallumée avec plus de force ; et j'ai senti l'aiguillon de mes anciennes blessures se réveiller au fond de moi-même comme un serpent. Sans toi qu'est pour moi l'éternité ? Que sont mes domaines infinis ? des paroles résonnant dans le vide ; un temple immense sans divinité !
(...)
Que peut être le récit des pertes douloureuses, des fatigues et des maux, des générations passées et futures de la race humaine, en présence d'un seul instant de mes souffrances inconnues ? Que sont les hommes, que sont leur vie et leurs peines ? Elles ont passé, elles passeront ; l'espérance leur reste ; un jugement équitable les attend et à côté du jugement reste encore le pardon ! Ma douleur à moi est constamment là et comme moi elle ne finira jamais et ne trouvera jamais le sommeil de la tombe ! tantôt elle se glisse en moi comme un serpent ; tantôt elle me brûle et luit comme une flamme ; tantôt elle pèse sur ma pensée comme le lourd rocher des passions et des espérances perdues. Mausolée indestructible !













_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Ven 12 Aoû 2011 - 19:29

Ah oui, tiens... Je l'avais dans une autre traduction (Anthologie de la poésie russe, Edition de Katia Granoff, chez Poésie/Gallimard; excellente anthologie).

Petit comparatif du début

Version A. de Villamarie,1841 Version Katia Granoff                                                                                                                                               x    
Un ange déchu, un démon plein de chagrin, volait au-dessus de notre terre pécheresse. Les souvenirs de jours meilleurs se pressaient en foule devant lui, de ces jours où, pur chérubin, il brillait au séjour de la lumière ; où les comètes errantes aimaient à échanger avec lui de bienveillants et gracieux sourires ; où, au milieu des ténèbres éternelles, avide de savoir, il suivait, à travers les espaces, les caravanes nomades des astres abandonnés ; où enfin , heureux premier-né de la création, il croyait et aimait ; il ne connaissait alors ni le mal ni le doute ; et une monotone et longue série, de siècles inféconds n'avaient point encore troublé sa raison... Et encore, encore il se souvenait !... Mais il n'était plus assez puissant pour se souvenir de tout.Déchu, morose, solitaire,
A jamais de l'Eden exclu,
Le Démon survolait la terre,
Songeant à des temps révolus :
Quand il vivait, pur chérubin,
Dans la clarté resplendissante,
Et quand la comète filante
Lui souriait sur son chemin :
Quand il pénétrait les arcanes
Du savoir et, dans le brouillard
Suivait au ciel les caravanes
Des étoiles d'un long regard ;
Quand, ignorant le mal, le doute,
Lui, fils du Créateur,
Il ne rencontrait sur sa route
Que la foi, l'amour, le bonheur...
. . . . . . . . . . . . . . . .
Intolérables à subir,
Passaient regrets et souvenirs...

Il y a une belle toile de Mikhail Vroubel (1856-1910) d'après Le Démon de Lermontov, Démon assis, 1890, que l'on peut voir à la Galerie Tretyakov :


Dernière édition par eXPie le Ven 12 Aoû 2011 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Ven 12 Aoû 2011 - 20:17

Effectivement très différentes les traductions! La version versifiée me plait bien.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Sam 13 Aoû 2011 - 0:12

Marko a écrit:



Enchantement de style en effet ... c'est bien ce qui m'a complètement séduit dans ce conte oriental que Lermontov a passé son temps à réécrire depuis l'adolescence durant sa courte vie (il en existe donc plusieurs versions). Prenez une demi-heure pour le découvrir sur ce site: Wikisource: "Le Démon" de Lermontov. Vous ne devriez pas le regretter.


Merci pour cette découverte enchanteresse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvain-
Envolée postale
avatar

Messages : 129
Inscription le : 29/05/2011

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Sam 13 Aoû 2011 - 10:42

je croyais que Lermontov était mort suite à un duel ?
à l'égal de Pouchkine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Sam 13 Aoû 2011 - 10:48

sylvain- a écrit:
je croyais que Lermontov était mort suite à un duel ?
à l'égal de Pouchkine

Oui c'est ce que j'ai lu aussi.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvain-
Envolée postale
avatar

Messages : 129
Inscription le : 29/05/2011

MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   Sam 13 Aoû 2011 - 11:26

Marko a écrit:
sylvain- a écrit:
je croyais que Lermontov était mort suite à un duel ?
à l'égal de Pouchkine

Oui c'est ce que j'ai lu aussi.

LE sport national Russe de l'époque ! albino

j'avais lu également que Lermontov souffrait d'indispositions sexuelles... impuissance ou autre, je n'en connais pas la nature et qu'il avait entamé une sorte de carrière de bretteur, recherchant une occasion pour mourir en duel... une forme de suicide en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mikhaïl Iourievitch Lermontov [Russie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Politique] Géorgie - Russie - Osséties - Abkhazie- Kosovo
» L’expo Russie Viking au musée de Normandie à Caen
» la prise d'otages de Beslan ( fédération de Russie )
» Trafic routier au pays de la vodka (Russie)
» Pluie de météorites sur la Russie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature russe-
Sauter vers: