Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Charlotte Brontë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Miss Hawisham
Posteur en quête
avatar

Messages : 69
Inscription le : 23/02/2008

MessageSujet: Charlotte Brontë   Dim 24 Fév 2008 - 16:39



Sa Biographie:
Charlotte Brontë était une romancière britannique, née le 21 avril 1816 à Thornton (Yorkshire), morte le 31 mars 1855.

Elle est considérée aujourd'hui comme l'une des romancières de langue anglaise les plus accomplies.

Elle naît dans un village proche de Haworth, où son père, Patrick Brontë, est pasteur. Sa mère meurt d'un cancer en 1821. Pour assurer l'éducation de ses filles, Patrick Brontë les inscrit dans un pensionnat pour filles de clergymen, Cowan Bridge. Les conditions de vie y sont tellement affreuses que les deux sœurs aînées, Maria et Elizabeth, meurent de tuberculose. Charlotte en reste marquée à vie (elle évoquera ses expériences dans Jane Eyre) et se retrouve l'aînée des quatre enfants survivants. Les autres sont Branwell, Emily et Anne. Désormais, les enfants seront élevés par leur tante maternelle Elizabeth Branwell, figure un peu mystérieuse qui n'aura pas une grande influence sur Charlotte et Emily.

Charlotte et Branwell entament une collaboration littéraire intense autour d'un pays imaginaire, Angria, produisant une quantité fabuleuse de récits, de pièces de théâtre, de journaux, de poèmes écrits en caractères minuscules. Puis Charlotte, qui doit se préparer à devenir institutrice ou préceptrice, est envoyée une nouvelle fois en pension, mais cette fois dans un établissement de qualité où elle nouera deux amitiés durables, avec Ellen Nussey et Mary Taylor.

L'entrée dans la vie professionnelle est difficile. Hantée par le besoin d'écrire, elle parvient à peine à remplir ses fonctions d'institutrice dans son ancien pensionnat, puis de préceptrice chez des particuliers. Des tentatives de contact avec d'autres écrivains, notamment Southey qui lui déconseille l'écriture parce qu'elle est une femme, ne portent guère de fruits.

Avec en tête l'idée de créer son propre pensionnat de jeunes filles, elle décide de partir à l'étranger pour parfaire ses connaissances linguistiques. En 1842, elle se rend à Bruxelles, en compagnie de sa sœur Emily, au Pensionnat Heger dans le quartier Notre-Dame aux Neiges, dirigé par Mme Heger. Elle commence à subir l'ascendant du mari de celle-ci, érudit et pédagogue remarquable, qui n'a que 7 ans de plus qu'elle. La mort de leur tante contraint les deux sœurs à rentrer à Haworth, où Emily décide de se fixer définitivement. Charlotte retourne chez les Heger, qui lui ont proposé un poste de maîtresse d'anglais dans leur établissement. Elle ne tarde pas à se trouver de plus en plus obsédée par M. Heger, connaît une crise psychologique grave, et décide de retourner au Royaume-Uni. De Haworth, elle écrira des lettres passionnées à son "maître", qui après un ou deux échanges prend la décision de cesser la correspondance. Il faudra à Charlotte de longs mois pour s'en remettre.

Un jour, en 1845, Charlotte découvre par hasard des textes d'Emily. Éblouie par leur qualité, elle propose à ses sœurs de publier un volume collectif qui paraîtra sous le titre Poems by Currer, Ellis and Acton Bell (1846). Les trois sœurs se mettent alors à des romans. Ceux d'Anne et Emily, Agnes Grey et Les Hauts de Hurlevent (Wuthering Heights), sont acceptés par un éditeur, mais non le récit de Charlotte, The Professor. En revanche, son second roman, Jane Eyre, publié en 1847 sous le pseudonyme de Currer Bell, fait sensation. Héritier de la tradition du roman gothique, ce récit à la première personne scandalise certains par l'affirmation de soi et la détermination de l'héroïne - on est en pleine époque victorienne - mais son style somptueux, à la fois passionné et parfaitement maîtrisé, en fera un immense best-seller. Elle entame alors un troisième roman, Shirley.

Entre-temps, son frère Branwell est devenu alcoolique et opiomane suite à une déception amoureuse, et meurt de tuberculose à l'automne 1848. Emily en fait autant quelques semaines plus tard après avoir pris froid et refusé de se soigner. Moins rétive aux soins, Anne ne tardera pourtant pas à mourir de la même maladie au printemps 1849.

Commence alors une période de calvaire pour Charlotte. Elle termine tant bien que mal Shirley tout en luttant contre une dépression atroce. Ses horizons s'élargissent néanmoins à présent qu'elle n'est plus tenue de respecter l'anonymat qu'elle avait juré à Emily. Soutenue par son éditeur George Smith, elle fait la connaissance du Tout-Londres littéraire et noue de solides amitiés avec ses pairs, notamment sa future biographe Elizabeth Gaskell.

Shirley a souffert des conditions dans lesquelles il a été écrit. Les deux héroïnes se transforment en portraits idéalisés des sœurs de Charlotte, et le récit ne cesse de vaciller entre le réalisme social et un romantisme aussi échevelé mais beaucoup moins convaincant que celui de Jane Eyre. Charlotte retrouve la forme avec Villette, publié en 1853, basé sur ses expériences bruxelloises et considéré par certains comme son chef-d'œuvre.

C'est vers cette époque que le vicaire de son père, Arthur Bell Nicholls, se déclare et la demande en mariage. M. Brontë s'y oppose violemment. Nicholls persiste et obtient gain de cause; Charlotte et lui se marient en 1854 et connaissent un grand bonheur conjugal. De cette époque, il reste des brouillons qui témoignent du fait que Charlotte se cherchait un autre sujet de roman.

Malheureusement, Charlotte tombe malade et meurt le 31 mars 1855. Les causes exactes de sa mort - la tuberculose, la typhoïde, la gastro-entérite et les vomissements gravidiques incoercibles ont tous été avancés - n'ont jamais été déterminées. Il est quasiment certain qu'elle était enceinte.
(source Wikipédia) auclavier
L'Histoire:
Jane est une petite fille orpheline.elle vit chez sa tante et ses cousins.Elle se fait détester par tout le monde.Enfin,on a convaincu la tante de Jane(Miss Rid)de l'envoyer dans ube école.Jane fut envoyée dans une école pour filles orphelines presque gratuite.Jane y vit à peu près 7ans.Elle y connut beaucoup de chagrin,une amie est morte...Jane devient à son tour institutrice dans cette école,jusqu'à ce que elle en a marre.Elle écrit une annonce pour devenir une gouvernante dans une famille.Elle recoit peu de temps après une lettre l'ivitant à travailler comme gouvernante avec une petite fille française.Elle s'y plait beaucoup.Mais le 3 ième étage de cette maison lui parait mystérieux...Elle eu une vie tranquille jusqu'à ce que son maitre fut presque brulé dans son lit,qu'il y avait des visiteurs étranges,que son maitre fut amoureux d'elle...Le jour de son mariage elle voit un fantome vivant..Mais quel mystère se cache dessous ?
Un livre magnifique qui montre l'amour,la sagesse,et enfin le bonheur d'une jeune fille.
C'est l'été de la littérature anglaise. ❤ ❤ ❤


Dernière édition par Miss Hawisham le Ven 14 Mar 2008 - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Lun 25 Fév 2008 - 19:38

Merci pour ce beau portrait de Charlotte ! J'aime moi aussi beaucoup ses romans et son univers, j'aime aussi ceux d'Emily !

A bientôt sur le forum.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mar 26 Fév 2008 - 0:42

Bravo, Anna! J'ai été contente de retrouver Mr Rochester dans L'affaire Jane Eyre, de Jasper Fforde, il n'a pas pris une ride!
L'histoire des enfants Bronte est un vrai roman, effectivement.
Jane Eyre, encore un roman " résilient"! J'ai du le lire 25 fois entre 12 et 15 ans..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce.vita
Envolée postale
avatar

Messages : 147
Inscription le : 02/02/2008
Age : 37
Localisation : 93

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mar 26 Fév 2008 - 11:35

Marie a écrit:
J'ai été contente de retrouver Mr Rochester dans L'affaire Jane Eyre, de Jasper Fforde, il n'a pas pris une ride!

Pareillement !!!
J'avais lu Jane Eyre quand j'etais petite, sur le vieux livre d'école de ma maman ... Puis j'avais vu le film avec Charlotte Gainsbourg. Pour mon anniversaire en janvier, une amie m'a offert le livre. je vais donc pouvoir m'y replonger. ça fait si longtemps ... Embarassed

C'est clair que pour Jasper Fforde, ses romans sont des merveilles !
Je vais de ce pas voir si je trouve un fil sur lui ... chut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messaline.over-blog.net/
LaChose
Superviseur
avatar

Messages : 1091
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Fondations.

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Ven 14 Mar 2008 - 12:49

Jean Rhys raconte l’histoire de la première Madame Rochester, celle dont il est vaguement question dans Jane Eyre et que l'on connaît à peine…vous trouverez son fil en cliquant ici.

_________________
Un seigneur au repos tend à se retourner dans sa tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
whiterose
Espoir postal
avatar

Messages : 25
Inscription le : 31/05/2007
Age : 29

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Lun 19 Jan 2009 - 13:43

Charlotte Bronte est un de mes auteurs prféres. J'adore son roman Jane Eyre, qui nous revivre la vie de Jane, une orpheline, qui devient gouvernante, on replonge dans l'époque victorienne, dans les pensionnat anglais, dans le domaine anglais, la place de la femme y est décrite, à travers le destin de JANE, de plus c'et une très belle histoire d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scarlettohara.wordpress.com
Pichnette13
Envolée postale
avatar

Messages : 171
Inscription le : 27/01/2009
Age : 30
Localisation : Tours-sur le canap'

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mar 27 Jan 2009 - 19:51

Jane Eyre est une oeuvre extrêmement bien écrite et pensée, surtout quand on garde en tête le fait que, comme le souligne V.Woolf, dans une Chambre à soi, elle devait s'occuper de la maison, repriser les chaussettes et écrire dans la pièce commune, au milieu du bruit, tout en faisant attention de ne pas user trop de papier. Je travaille également sur Jane Eyre pour mon mémoire, concernant l'intériorité féminine, et je vois de plus en plus à quel point c'est bien écrit. Le Professeur n'est pas mal non plus, mais il m'a moins transcander. C'est sans doute dû aussi au fait que Charlotte a décidé de rendre Jane Eyre moins froide et plus cérébrale que le protagoniste du Professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Lun 3 Mai 2010 - 12:01

Jane Eyre est mon roman préféré, juste devant les Hauts de Hurlevent et La Dame aux Camélias.
Je crois que je ne pourrais pas faire avancer ce fil est vous parlant de ce monument connu de presque tous les lecteurs.

J'attire donc simplement votre attention sur la version télévisée de la BBC (2007) avec Ruth Wilson. La première partie est très bonne même si regrette que la seconde (chez ses cousins) soit si raccourcie.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Avadoro
Zen littéraire
avatar

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 32
Localisation : Cergy

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Lun 16 Juil 2012 - 21:45

Jane Eyre

Une redécouverte extrêmement plaisante...je retiens surtout la sérénité qui se dégage de l'ensemble : Charlotte Brontë valorise une sensibilité intériorisée qui s'accomplit dans l'action, dans un mouvement vers une appropriation de soi. La perception de la souffrance est un passage indispensable pour appréhender l'autre, dans sa fragilité et l'expression d'un doute.
La narration parvient même à surprendre par sa légèreté et sa lucidité, à travers la représentation de la société victorienne dans ses contradictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helios
Posteur en quête
avatar

Messages : 62
Inscription le : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Hautes Alpes

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Lun 16 Juil 2012 - 22:31

Je vais bientôt lire Jane Eyre.
J'ai pu constaté qu'il y avait plusieurs traductions différentes (Charlotte Maurat, Silvère Monod, Jules Castier, Lesbazeilles-Souvestre ...).

Laquelle vous semble la plus belle ? (pour ceux qui ont pu lire plusieurs versions, bien sûr).

Il y a quand même de sacrées différences dans les tournures de phrases quand j'ai comparé la première traduction de Lesbazeilles-Souvestre (1854) et celle de Charlotte Maurat. ça ne change rien à l'histoire mais le style est important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helios
Posteur en quête
avatar

Messages : 62
Inscription le : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Hautes Alpes

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mer 25 Juil 2012 - 13:45

Voici un exemple :

Lesbazeilles-Souvestre (ancienne) :

"Dans cette introduction, le texte, s'accordant avec les gravures, donnait un sens au rocher isolé au milieu d'une mer houleuse, au navire brisé et jeté sur une côte déserte, aux pâles et froids rayons de la lune qui, brillant à travers une ligne de nuées, venaient éclaircir un naufrage."

Silvère Monod :

"Les termes de ces pages d'introduction s'associaient aux vignettes qui leur faisaient suite et donnaient leur sens à un rocher dressé tout seul dans une mer de lames et d'embruns; à l'embarcation brisée et échouée sur une côte désolée; à la lune froide et effrayante qui, entre des barreaux de nuage, dardait ses rayons sur une épave au moment précis où elle sombrait."

Charlotte Maurat :


"Ce qui était dit, dans ces pages de l'introduction était en relation avec les images qui suivaient et donnait un sens au rocher qui se tenait debout, seul, dans une mer aux vagues écumantes; au navire brisé, échoué sur une côte désolée; à la lune froide et spectrale répandant un rayon de lumière entre des barres de nuages, sur une épave qui sombrait."

N'est-ce pas ?

Remarquons l'emploi du ; dans les traductions plus modernes pour les phrases longues et complexes.
Je serais peut-être plus charmé par l'ancienne traduction, ne serait-ce que par un vocabulaire certes obsolète mais dépaysant (gravure, nuées...)

Votre avis ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mer 25 Juil 2012 - 20:32

Citation :
The words in these introductory pages connected
themselves with the succeeding vignettes, and gave significance
to the rock standing up alone in a sea of billow and spray; to the
broken boat stranded on a desolate coast; to the cold and ghastly
moon glancing through bars of cloud at a wreck just sinking.

Je dirai la première ou la seconde, avec peut-être une petite préférence pour la seconde qui semble privilégier un texte plus fluide et donc une dynamique qui aurait l'air plus en phase. Néanmoins le développement du texte de la première a son intérêt on gagne sur l'ampleur là ou on perd en fluidité ? Reste à voir sur la longueur.

Et c'est potentiellement une déformation ou une illusion de chercher d'abord la version la plus fluide. je ne sais pas.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helios
Posteur en quête
avatar

Messages : 62
Inscription le : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Hautes Alpes

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mer 25 Juil 2012 - 21:49

Merci, cela m'éclaire. En effet, je ne perds pas le fil dans la première et du coup, il me semble que cette chose que tu nommes ampleur, me fait un peu plus vibrer que dans les autres.
Finalement, je me pose une question : est-ce qu'on peut ressentir les mêmes choses dans différentes langues une fois que l'une ait été traduite dans une autre, en lecture j'entends ici. Est-ce que savoir écrire ou parler une autre langue que notre langue maternelle nous permet de la penser à l'identique ? Cette pensée qui créée l'émotion.
Je dis ça car j'ai un non-don : je suis incapable d'apprendre une langue étrangère; mais c'est une pathologie connue chez les français, je crois jypeurien

Alors que dire de tous les écrits grecs traduits, la base de la littérature ? intense reflexion

Je me sens comme frustré d'imaginer ne pas percevoir ce qu'il faut percevoir du texte originel ! De ce que l'auteur a voulu exprimer exactement.
Mince, je suis peut-être maniaco-dépressif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mer 25 Juil 2012 - 22:07

Difficile à dire. Quand je lis en anglais (je ne peux lire que français ou anglais) il y a un ressenti qui peut se formuler en français mais il y a que la langue habite la tête et que la lecture n'est pas une traduction (même s'il peut y avoir des traductions de mots cherchés ou déduits voire approximés). Je serait donc tenté de dire non, jusqu'à un certain point bien sûr. Et sans oublier que même dans notre langue quand elle est celle de l'auteur on ne peut pas être sûr de ce qu'on lit, de notre manière de lire ?

(en tout cas c'est pratique, pas que la lecture soit prévue mais de lire des extraits ça peut aider !)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   Mer 25 Juil 2012 - 22:38

Ben oui, on ne peut avoir qu'une approximation. Parfois, on a le sens exact, mais on n'a plus la musicalité, ça c'est sûr.
Ca concerne d'abord la poésie, bien sûr : voir le fil sur Verlaine, ici, où Colimasson citait un article :
colimasson a écrit:
Moins élégant également, « Maintenant va, mon Livre, où le hasard te mène ! » est traduit par « Now go, my Book, where chance may indicate ».

Le meilleur (ou le pire ?) pour la fin :

« Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone »


Deviennent

« The long sobbing
Of autumn strings
Grievous,
Wounds my heart
With a languor that
Is monotonous”


En conclusion de cet essai de traduction, Charles Rosen, musicologue, écrit pour le New York review of books : “L’essentiel de l’effet poétique est perdu”.

Le début de l'article peut être consulté :ICI

Mais c'est également valable pour la prose, celle bien écrite, évidemment. Personnellement, j'ai lu The Pearl, de Steinbeck, en anglais, c'était extrêmement bien écrit, une prose poétique... j'ai jeté un oeil dans la version française, tout était là, sauf la poésie.

Et encore, l'anglais et la français, c'est assez proche (culturellement, etc.). Alors les traductions du Chinois, du Japonais, de l'Arabe... Il vaut mieux ne pas trop savoir ce qu'on perd, ça n'est pas la peine de se faire trop de mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charlotte Brontë   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charlotte Brontë
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Charlotte de Pâques
» Prix correct sur EBay pour une Charlotte aux fraises vintage
» Comment reconnaitre une imitation charlotte aux fraises?
» Charlotte aux fraises repris par Hasbro
» [Charlotte au Fraises] Mes quelques Figurines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: