Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Sôseki Natsume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 33

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Lun 2 Nov 2009 - 20:23

Petits contes de printemps

Un recueil d'anecdotes dans la vie de Soseki. C'est bref et agréable à lire sans être exceptionnel. Tant mieux car ce que je reproche le plus à Soseki dans ses livres, c'est leur longueur et leur langueur. Il m'en reste quelque uns à lire avant de prétendre avoir parcouru son oeuvre complète. sourire
(à moins que certains ne soient pas encore traduits du japonais, ce qui est fort probable).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 33

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Sam 14 Nov 2009 - 21:10

Les herbes du chemin

Ce serait apparemment le dernier roman de Sôseki avant sa mort. C'est un récit plus ou moins autobiographique qui relate les liens de Kenzo, personnage principal représentant Sôseki, et Shimada, père adoptif qui demande sans cesse de l'argent à Kenzo.
Si je devais résumer les propos du livre, ça serait en un mot: l'argent. Cela parle de la situation difficile des gens à l'époque, d'emprunts et compagnie. Je mentirais si je disais que j'ai aimé ce roman. Il n'est pas à la hauteur du titre qui sous-entend une note poétique similaire à Oreiller d'herbe (Bon forcément, il y a le mot "herbe" dans les deux... :p) Au contraire, je me suis beaucoup ennuyé. Il n'a rien à voir avec des perles comme Oreiller d'herbe ou Le pauvre coeur des hommes. Ce fut une lecture pénible à déconseiller si on veut découvrir l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 33

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Sam 28 Nov 2009 - 14:17

Choses dont je me souviens

Ce petit livre conte les jours de Sôseki pendant une crise de santé. Son ulcère à l'estomac. Sa situation entre la vie et la mort. Ca démarre bien, ça donne envie, puis le soufflé retombe, on s'ennuie. Finalement je me demande si je ne suis pas maso avec cet auteur. Il a écrit tellement de romans... Pas géniaux géniaux. Mais j'ai tellement été marqué par Oreiller d'herbes, le pauvre coeur des hommes, Je suis un chat et Le voyageur, que je me suis senti obligé d'acheter tous ses livres. C'est bête mais je persiste à les lire, au cas où une perle se dénote à nouveau...
Un auteur que j'aime. Mais avec un amour particulier, amer parfois.
Encore une fois, à déconseiller.


Dernière édition par The Valuk le Sam 28 Nov 2009 - 15:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Sam 28 Nov 2009 - 14:57

Tu as en partie raison, Valuk, il y a des livres languissants et passablement ennuyeux chez Soseki, mais qui sont quand meme rachetés par les meilleurs, et notamment ceux que tu cites...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Sam 28 Nov 2009 - 17:06

Déjà que je ne suis pas fan de Sôseki, j'ai donc bien l'intention d'éviter tous les livres que tu cites Valuk.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Sam 28 Nov 2009 - 19:19

Même si Nezumi les a plutôt aimés ? ange
Revenir en haut Aller en bas
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Sur l´étrangeté des livres de Soseki.   Sam 28 Nov 2009 - 20:42

"Son premier vrai livre, Sôseki le voit seulement paraître en 1905. Il s´intitule Wagahai waneko de aru (Je suis un chat). Sôseki est alors agé de 37 ans. Il lui reste à peine plus d´une décennie à vivre, une decennie au cours de laquelle il publie une dizaine de grands récits qui rencontrent un succès immediat et avec lesquels, de l´avis unanime des critiques, s´invente le roman japonais moderne. Ce sont des livres trés étranges, et que leur légère mais insistante étrangeté défend contre toute velléité de les interpréter, des livres dont personne ne semble trop savoir que dire, et dont la fausse familiarité recèle comme la réserve rêveuse d´un secret." (Philippe Forest, Sarinagara).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Dim 29 Nov 2009 - 9:29

Nezumi a écrit:
Même si Nezumi les a plutôt aimés ? ange

Il faut faire des choix, sinon je mourrai ensevelie par les livres jypeurien

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 33

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Jeu 3 Déc 2009 - 21:11

Le mineur

Ce roman, "qui n'en est pas un" d'après l'auteur, relève bien le niveau du précédant que je viens de lire. Il est question d'un jeune homme de 19 ans qui fuit sa famille et Tokyo on ne sait trop pourquoi, et qui s'enfonce, irrémédiablement, dans les profondeur obscures de l'âme humaine. Le destin aura voulu que pour le narrateur, ce soit le métier de mineur qui reflètera cet état.
C'est un roman très introspectif, bien écrit et accrocheur, ni trop court ni long, et qui fascine très vite. Le héros erre d'abord à droite et à gauche avant de rencontrer des gens qui n'auront pas tous les mêmes intentions à son égard. Du beau vient le laid et "vice" versa.
Ca change d'Oreiller d'herbe mais on y trouve des ponts quant aux réflexions. On pourrait dire que Le mineur est le côté obscur d'Oreiller d'herbe. Il n'en a pas la même saveur. Elle est amère.

A lire si l'occasion s'en présente. C'est du bon Sôseki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Ven 4 Déc 2009 - 18:56

The Valuk a écrit:
A lire si l'occasion s'en présente. C'est du bon Sôseki.
Il faudra que je l'essaye, pour voir si je suis irrémédiablement fermé à Sôseki ou s'il y a encore un peu d'espoir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Polarber
Posteur en quête
avatar

Messages : 63
Inscription le : 12/11/2009
Age : 40
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Sam 5 Déc 2009 - 9:34

The Valuk a écrit:
Mais j'ai tellement été marqué par Oreiller d'herbes, le pauvre coeur des hommes, Je suis un chat et Le voyageur.

Je viens de parcourir le fil d'une traite, et c'est principalement grâce à tes commentaires, The Valuk, que je vais courir me procurer une des oeuvres de Sôseki parmi celles-là qui t'ont enchanté(e).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 33

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Sam 5 Déc 2009 - 15:09

Polarber a écrit:
The Valuk a écrit:
Mais j'ai tellement été marqué par Oreiller d'herbes, le pauvre coeur des hommes, Je suis un chat et Le voyageur.

Je viens de parcourir le fil d'une traite, et c'est principalement grâce à tes commentaires, The Valuk, que je vais courir me procurer une des oeuvres de Sôseki parmi celles-là qui t'ont enchanté(e).

Content de t'être utile. J'espère que Oreiller d'herbe et Le pauvre coeur des hommes te feront le même effet qu'à moi. aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Mer 8 Fév 2012 - 21:36


Petits Contes de printemps. Traduit en 1999 par Elisabeth Suetsugu. 133 pages.

Il s'agit d'un recueil de textes qui sont une sorte de journal, mais sans vraie chronologie. Ce sont, à peu de choses près, vingt-cinq anecdotes (plus ou moins arrangées ?) qui sont arrivées à l'auteur, au Japon ou lors de son séjour en Angleterre.

Le risque de l'anecdote, c'est bien sûr d'être anecdotique et, globalement, Sôseki ne tombe pas dedans. Ouf.

C'est parfois instructif. Dans Jour de l'an, le lecteur français (enfin, non-Japonais) apprend comment préparer un tambourin. Il faut dire qu'il fait froid.
Citation :
"[...] je fis apporter de la cuisine un petit fourneau, et la peau du tambourin fut exposée à la chaleur des braises. [...] Pour ma part, c'était la façon d'exposer au feu l'instrument qui me plongeait dans l'étonnement. Je demandai avec inquiétude à Kyoshi si l'opération se passait comme il le voulait. Tout en répondant affirmativement, il tapota la peau tendue de l'instrument. Il en sortit un son passablement beau." (page 9).
Le pauvre Sôseki doit chanter du nô...

Dans ses nouvelles anglaises, Sôseki cherche parfois son chemin. Cela peut devenir quasiment cauchemardesque, comme dans Impressions, qui fait penser à certaines nouvelles du recueil La Digue, de Uchida Hyakken. Brouillard est un texte un peu moins menaçant, mais qui finit toutefois par "Je n'avais pas la moindre idée de la façon dont j'allais pouvoir regagner ma pension." (page 85). On ne saura pas comment il a retrouvé son chemin. Cette non explicitation crée un effet étrange. Sôseki aurait pu continuer, expliquer ce qui s'est passé, parce qu'on se doute bien qu'il a fini par s'en sortir. Mais non. On termine par une perte des repères, rien de très rassurant.

En Ecosse, dans le texte Autrefois, Sôseki regarde la nature, et remarque la mousse (c'est bien japonais, chez nous, la mousse est mal considérée).
Citation :
"Un écureuil a escaladé le tronc par bonds, en remuant sa queue large et touffue. L'instant d'après, un autre a grimpé sur la vieille mouse épaisse, prompt à fuir les regards. La mousse n'a pas bougé, toute dodue. [...]
Le maître du logis s'est tourné vers mois, il a pointé le doigt en direction de la vallée de Pitlochry nimbée de lumière. Comme tout à l'heure, la rivière noire la traverse en son milieu. [...]
Lors de la bataille que les Highlanders et les Lowlanders se sont livrée dans la vallée de Killiecrankie, les cadavres se sont amoncelés entre les rochers, endiguant l'eau qui creusait la roche. Abreuvé du sang des combattants, le cours de la rivière a drainé ses eaux rouges dans la vallée de Pilochry, pendant trois jours entiers." (page 102).
La beauté de la nature est bien remise en perspective par les horreurs passées. Opposition passé/présent, homme qui passe/nature qui, sur le plus long terme, efface l'horreur pour la recouvrir de calme. On repense un peu au "Sous les cerisiers sont enterrés des cadavres" de Motojirô Kajii.

Les Anglais sont bien vus. Par exemple le professeur Craig, dans le dernier texte, qui donne des cours à Sôseki, mais ce dernier a parfois du mal à comprendre ce qu'il dit. Et la façon qu'a le Professeur de ne jamais trouver les livres qu'il cherche et dont, finalement, il n'a nul besoin, est très amusante.


Des petits textes qui dépassent quasiment toujours l'anecdote pour arriver à plus.
Une bonne surprise, le seul (pour le moment ?) livre de Sôseki auquel j'ai accroché, peut-être grâce à la concision de ces textes, au sentiment de vécu, à la diversité des atmosphères, qui vont du bucolique à la menace sourde, du texte plus ou moins centré sur un personnage (le professeur Craig, le jeune homme du Faisan) au texte sans autre personnage que le narrateur. Parfois, on trouve une nouvelle qui n'a semble-t-il rien à voir avec une histoire arrivée à Sôseki (Monna Lisa).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Dim 24 Fév 2013 - 20:44

Tiens, un an déjà depuis le dernier post.


Echos illusoires du luth suivi du Goût en héritage. Traduit du japonais en 2008 par Hélène Morita. 186 pages. Le Serpent à Plumes.

1/ Echos illusoires du luth (Koto no sorane). 63 pages

Le narrateur est diplômé en droit. Après avoir vécu dans une pension, il vient tout juste d'emménager dans une maison indépendante.
Il va passer une soirée avec un ancien condisciple de lycée. Ce condisciple, intelligent (et - relation de cause à effet ? - licencié en lettres, et pas en droit...) était en train de lire un livre sur les fantômes... Les certitudes du narrateur vont vaciller.
Citation :
"- Cela a dû être un choc pour lui d'apprendre la mort de sa femme ?
- Eh bien, il y a justement à ce propos une histoire bien étonnante. Avant qu'il ait reçu la mauvaise nouvelle en provenance du Japon, sa femme était venue lui rendre visite.
- Que veux-tu dire ?
- Elle est venue le voir.
- Pourquoi ?
- Pourquoi ? Eh bien, pour le voir.
- Enfin... ! elle ne le pouvait pas. Elle était morte, non ?
- Elle était morte. Pourtant, elle est venue lui rendre visite.
- Allons, ça suffit, ces sottises ! Même si elle avait extrêmement envie de revoir son époux, personne ne peut agir de la sorte." (pages 26-27)
Le début est vraiment très amusant.
Le narrateur parle de la vieille femme, très superstitieuse, qui tient sa maison et lui prépare le repas.
Et il se fait du souci pour sa fiancée, qui est un peu malade. De fil en aiguille, encouragé par son condisciple littéraire, il va être amené à voir des signes de mauvais augure, sans vouloir vraiment y croire, mais qui sait ?...
Malheureusement, au bout de quelques dizaines de pages, le temps devient un peu long.
Une nouvelle sympathique, donc, mais qui se dégonfle un peu.


2/ Le Goût en héritage (Shumi no iden). 112 pages.
Le narrateur se trouve à la gare de Shimbashi. Nous sommes pendant la guerre russo-japonaise de 1904-1905, qui vit la victoire des Japonais. Des militaires sont de retour de Russie.
Citation :
"En sortant de la salle d'attente, je découvris que l'assistance s'était répartie comme à l'extérieur de la gare, en ménageant une allée entre les rangées des curieux. Je remarquai la présence de quelques Européens, venus tout spécialement admirer le spectacle. Si même des Européens jugeaient utile de se déplacer, il allait de soi que moi, modeste sujet de l'empereur, j'avais l'obligation morale de participer à cette célébration. Je parvins à me glisser au sein de la foule tout en songeant qu'il me faudrait crier « Vivat ! Banzai ! » au moins une fois." (pages 81-82).
Le début est très long. Le narrateur s'attarde par exemple pendant une page sur le fait de devoir sauter pour voir ce qui se passe de l'autre côté d'un mur.
Puis, il nous parle de Kô, son ami, qui n'a pas eu la chance de revenir de Russie.
Il y a certes quelques passages assez réussis, notamment celui où il aperçoit une jeune femme dans un cimetière.

A part ça, il parle de choses et d'autres.
Citation :
"C'était bien là la véritable tranquillité - car il est faux de considérer que la tranquillité n'est qu'une absence de mouvement. Il faut qu'un élément unique se meuve à l'intérieur d'une vaste zone de calme pour comprendre vraiment ce qu'est le calme. En outre, il faut que cet élément en mouvement ne donne pas une impression trop forte de mobilité - en somme, son mouvement doit avoir l'apparence de la tranquillité - mais il faut aussi qu'il se déplace juste assez pour renforcer le calme environnant : alors, à cet instant précis, s'éprouve l'essence même de la tranquillité." (page 123)
Mais...
Citation :
"J'avouerai aussi que n'étant pas habitué à coucher sur le papier mes pensées ou mes sentiments, je me suis sans doute montré trop pointilleux dans nombre de mes descriptions, j'ai intercalé trop de digressions inutiles concernant l'analyse de mes émotions. En relisant mon manuscrit, je me rends bien compte de tous ses défauts et j'en arrive même à perdre tout intérêt pour cet écrit. Si je poursuivais dans la même veine, il me faudrait rédiger cinquante ou soixante pages supplémentaires." (page 183).
C'est juste : c'est vraiment très long, le narrateur n'est pas avare de précisions, il digresse... Dommage qu'il n'ait pas coupé. Mais je suppose que ceux qui ont une réelle affinité avec Sôseki trouvent sans doute leurs délices dans ces longueurs. Enfin, j'imagine.


Si l'on a des affinités avec Sôseki, on appréciera donc tout de même ces deux oeuvres mineures.

Rendez-vous en février 2014 pour la suite de l'exploration de l'oeuvre Sôsekienne. rire
Non, sans rire, j'espère que Bôtchan ou le Mineur, ou encore Le pauvre coeur des hommes me plairont plus. J'aurais dû lire ces livres au lieu de celui-ci.


Dernière édition par eXPie le Dim 24 Fév 2013 - 21:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   Dim 24 Fév 2013 - 21:13

Je ne suis pas sûre que Le pauvre coeur des hommes te plairait plus. Mais fais l'expérience, ce sera intéressant d'avoir ton avis.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sôseki Natsume   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sôseki Natsume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: